Forum de Kidal : Le grand gâchis

0

Le forum de Kidal aurait dû être l’occasion de donner un grand coup de pouce au processus de paix et de réconciliation contenu dans les accords d’Alger. Mais, la CMA, encore une fois, en a décidé autrement.

Beaucoup de personnes avaient vu dans l’annonce de la tenue d’un forum à Kidal, un signe d’espoir pour le processus de paix et de réconciliation. Sont-elles, aujourd’hui, déçues ? Le moins que nous puissions dire, c’est que le forum de Kidal, n’a pas tenu toutes ses promesses. Et la faute est à incomber à la Coordination des Mouvements de l’Azawad et aussi et surtout au médiateur.

Annoncé pour être le forum des acteurs engagés dans la crise dite du nord Mali, ce forum a été finalement, la « grande réunion de la CMA ». Tout simplement, parce que la CMA a décidé qu’il en soit ainsi. Les  autorités maliennes, à travers le gouvernement, n’y a pas pris part ; le Gatia, l’autre groupe d’auto défense, n’y était pas non plus. Conclusion : le processus de paix et de réconciliation n’a pas bougé d’un pas. Ou du moins, dans le sens que beaucoup avait souhaité. Des centaines de millions de francs CFA ont été distribués inutilement. Ces sommes pouvaient servir à financer plusieurs projets porteurs de nos enfants. Dommage que l’Etat ne puisse pas tirer des enseignements. Il continuera à se faire gruger par des rebelles qui savent quand bien pincer les mamelles de la vache laitière.

Tout avait été prévu pour que le forum prenne les couleurs de l’ « Azawad », le mot que beaucoup de Maliens ne veut entendre prononcer. A Kidal, ville malienne où doit se tenir le forum, un drapeau autre que le drapeau malien, flotte : celui de la CMA.  Si l’esprit du forum de Kidal, est de réconcilier les communautés des régions du nord entre elles, c’est malveillant de faire croire que les régions du nord ont un statut particulier différent des autres régions du Mali. La CMA est dans cette logique, et c’est ce qui entrave le processus de paix et de réconciliation.

La régionalisation, telle que pensée et telle que prônée au niveau gouvernemental, est-elle, celle défendue par la CMA dont les velléités d’indépendantistes, restent entières ? Si le but, est de réconcilier les populations des régions du nord, victimes de la guerre, alors, le forum de Kidal ne devrait pas porter l’emprunte de la CMA, mais plutôt le cachet de l’autorité légitime du Mali.

A ce niveau, les « médiateurs » de la crise malienne, auraient pu recadrer la CMA et donner plus de chance au forum de rassembler au-delà du camp CMA dont les responsables ont voulu profiter de l’occasion pour affirmer la légitimité d’un territoire qu’ils appellent « azawad » et qui ne serait pas sous l’autorité de Bamako.

Si le processus de sortie de crise doit avancer, il faudrait qu’il avance avec une seule idée : un Mali Un et indivisible. Cette ligne rouge, doit être défendue par les différents médiateurs, notamment ceux qui agissent au nom de l’organisation onusienne. Faire le contraire, reviendrait à faire porter la lourde responsabilité à cette organisation, d’avoir contribué à la partition d’un pays sous la menace des armes. C’est contraire à son éthique et sa mission. La CMA, avant tout, et malgré qu’elle se soit mise dans un processus politique, doit être considérée comme un groupe armé ayant pris les armes contre un pouvoir légitime et de s’être rendue responsable de nombreuses atrocités. Le gâchis aura été entier.

Tièmoko Traoré 

PARTAGER