Le forum de Kidal va-t-il entériner l’appellation Azawad ?

1

L’accord dit d’Alger pour la Paix et la Réconciliation signé le 15 mai 2015 à Bamako par le gouvernement du Mali et un certain nombre de groupes armés, puis paraphé et signé le 20 juin 2015 par la coordination des Mouvements  de l’Azawad (CMA) n’a rien laissé au hasard dans son contenu.

En effet, l’appellation AZAWAD  a fait l’objet de beaucoup de critiques lors des débats en Algérie.Elle a tout de même été retenue provisoirement dans le document de l’Accord en  attendant la tenue d’une conférence d’Entente Nationale avec le soutien du comité de Suivi et sur la base d’une représentation équitable des parties .Autrement dit  les différents groupes à savoir le gouvernement, le MNLA ,le HCUA, laPlateforme ,le GATIA , Le MAA Pro-malien et le MAA ProMNLA…  auront le même nombre de représentants  au cours du forum . Il faut noter tout de même que l’Etat   ne représentera  pas  grand-chose au cours des échanges. Son poids sera minime  par rapport aux acteurs  de la crise.

La particularité   de cette conférence ce que  l’Etat central  joue  à  égalité avec  les groupes   armés une exigence de la  communauté Internationale.  L’Etat central ne doit pas tomber dans le piège de la communauté internationale en  acceptant   le terme  AZAWAD  durant  les discussions qui s’apparentent plutôt à un fait accompli.

Dès l’instant où l’esprit de l’article 5 de l’accord stipule que l’appellation AZAWAD recouvre une réalité socioculturelle, géographique  et symbolique partagée par différentes populations du Nord-Mali, il devra refléter donc selon les termes de l’accord une réalité humaine et la base du consensus nécessaire dans le respect du caractère unitaire de l’Etat malien. Le gouvernement a sous-traité la rédaction de l’accord et  la souveraineté du Mali à Alger ce qui a abouti à la signature de l’accord. A propos   du dit accord, le gouvernement s’est précipité à le signer  avant même la CMA  en affirmant à hua et dia  qu’il n’ya pas d’accord parfait.

Le régime d’IBK est obligé de s’assumer  désormais, même contre les intérêts du Mali, après la signature de l’accord qui contient plusieurs actes qui ne riment pas forcement  avec les intérêts  de l’Etat du Mali.

Rien ne s’opposera donc à l’acceptation de l’appellation AZAWAD lors du Forum de Kidal qui se tiendra  du 21 au 30 mars 2016 sous l’égide du premier Ministre Modibo Keita. Ainsi par la frilosité et la faiblesse du régime  d’IBK, l’appellation AZAWAD, telle que revendiquée  par le MNLA sera maintenue même s’il ne peut  se prévaloir d’un quelconque fondement géographique et ou historique. En  effet, il n’y a jamais eu de royaume ou d’empire « AZAWAD » .Il s’agit tout simplement d’une construction politique visant à légitimer territorialement une revendication politique séparatiste  et indépendantiste.

Toute chose qui  a obligé  le MNLA à revendiquer un bout de terre   sans laquelle les revendications n’auraient  aucun sens .Comme le dit un géographe : « la géographie, ça sert  à faire la guerre ». La sémantique est un enjeu politique d’importance, c’est ce que le CMA a compris, mais pas le régime d’IBK  qui devrait d’abord se poser la question suivante : Comment le MNLA peut-il revendiquer le territoire AZAWAD qui est occupé par des Songoyes, des soninkés, des arabes et des peulhs ?

Mais le vin est tiré, il faut le boire !

Alassane Traoré

Source : Carrefour

PARTAGER

1 commentaire

  1. seules la lutte contre la corruption et l’impunité seront gages de succès pour le Mali

Comments are closed.