Gestion de la crise au nord du Mali : Œil pour œil, dent pour dent pour Iyad et sa bande de criminels

8 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

C’est au moment où se profile le plan d’intervention  pour la reconquête du Nord du Mali que, le bandit de grand chemin Iyad AG ALI oublie sa sauvagerie sans égale pour privilégier des négociations de dernières chances. Les images des représentants de Ançar dine au Burkina, chez le Médiateur de la Cedeao, le Président Blaise Compaoré, ont rapidement fait le tour du monde, la semaine dernière. Difficile en effet, pour les populations maliennes d’accorder le moindre crédit aux propos de cet apatride tristement célèbre à cause de ses multiples atrocités commises. Rien qu’avec les viols, les amputations, les scènes de cruauté ; l’évidence est vite rendue que Iyad et sa bande de criminels ne méritent que la loi du Talion, c’est-à-dire : œil pour œil, dent pour dent.  

Iyad Aghali

Depuis le 22 mars 2012, le Mali vit la crise la plus douloureuse  de son histoire avec l’occupation d’une bonne partie du territoire national  par des groupes terroristes. Cette situation cauchemardesque qui assaille en particulier les populations du Nord, risque de s’inscrire au palmarès des conflits africains les plus douloureux. Nul besoin de nous ériger en prophète de Cassandre ! Combien de temps le Gouvernement d’union nationale que dirige depuis le mois d’avril 2012 le Dr CMD et la Communauté Internationale vont encore donner à ces bandits de grand  chemin qui pilotent à vue dans le Nord du Mali ?
La guerre de libération aura lieu
Pour l’instant, au regard de la mobilisation internationale autour du drame malien, tout porte à croire que le plan d’intervention pour la reconquête du Nord du Mali se profile et que rien ne doit pouvoir le freiner. Ce plan de bataille pour démanteler les bases terroristes se précise et cela jour après jour.
D’abord, parce que la réunion du mardi 6 novembre des chefs d’Etat major de la Cedeao à Bamako à l’école de maintient de la paix, a pu définir, sans difficultés majeures, un plan d’intervention militaire. Ensuite, quelques jours  avant la date butoir de 45 jours donnée à la Cedeao par les Nations unies le 12 Octobre dernier, voilà que se tenait, le week-end dernier à Abuja au Nigeria, une réunion des ministres de la Défense de la Cedeao. Enfin, le plan d’intervention de la Cedeao qui prévoyait plus de 3000 combattants a été revu à la hausse et sans compter une forte implication de quelques pays hors de l’espace  Cedeao qui aideront le Mali dans le cadre d’une reconquête rapide et efficace des zones occupées. Aujourd’hui, s’il est question de  près de 6000 guerriers selon les estimations des experts, c’est que l’on veut finir dans les meilleurs délais  avec le traître d’Iyad AG Ali et ses complices qui terrorisent les populations du Nord du  Mali.
Il est grand temps…
Ni les négociations dites de dernières chances que prétend réussir au mépris de l’immense douleur nationale, le Président du Faso et non  moins Médiateur de la Cedeao pour la gestion de la crise malienne.
Il est grand temps, avant qu’il ne soit trop tard, que le leader d’Ançar dine, sa bande de fanatiques religieux et ses vulgaires thuriféraires soient fixés sur leur sort. Il est grand temps que le Gouvernement  d’union nationale agisse pour mettre fin à cette  entreprise macabre, cette œuvre insensée que rien ne justifie et, au détriment des populations maliennes. Il est grand temps enfin  que le peuple malien oublie les rancœurs politiques et politiciennes, oublie à enculer les mouches et de faire face au seul combat qui vaille, celui de la libération des zones occupées.
Nécessité impérieuse que comprend tout de même Kadré Désiré Ouédrago à l’ouverture de la réunion  des ministres de la Défense de l’espace Cedeao et qui  l’a amené à frapper au coin du bon sens. En effet, le Président de la commission de la Cedeao martelait selon une source digne de foi en ces termes : « Il y a un besoin urgent de stopper les pratiques maffieuses et criminelles des groupes terroristes et les atrocités commises  par les extrémistes», disait-il.
Ce discours peut faire plaisir à l’ensemble du peuple malien qui souffre déjà top de cette situation, mais il reste toutefois muet sur la manière : faire la guerre ou donner la chance aux négociations ?Ce qui est sûr et sans le moindre risque de se tromper, M.Ouédrago ne  peut être que le porte voix du Président en exercice de la CEDEAO Alassane Dramane OUATTARA  qui veut mettre tout en œuvre pour  chasser les terroristes du jusque dans leur dernier retranchement.
Négocier avec des sans foi ni loi,
Ce n’est  pas aux Maliens que Blaise Compaoré pourrait vanter les vertus de la  négociation. Son attitude est tout simplement condamnable et tient lieu d’un affairiste de haut vol. Ces  vertus, les Maliens, en ont l’art et la culture .Mais la vérité, c’est que dans toutes choses, il y a une limite. De notre humble avis, le Médiateur de la  Cedeao doit beaucoup lire les Mémoires du Retz Cardinal qui nous apprend que : « Se trop ériger en négociateur n’est pas toujours la meilleure qualité qu’il faut pour la négociation. »
En tout état de cause, il faut libérer le Mali. Certains natifs  du Nord en l’occurrence Me Harouna Touré du F.P.R. (Forces Patriotiques pour la Résistance) fait une bonne lecture de  la situation dans un entretien qu’il avait accordé à un de nos confrères de la presse écrite. En effet, le leader des patriotes sait que le leader de  Ançar dine  est un homme brutal,  qui veut endormir le peuple malien pour le tuer davantage. Cet homme ne mérite que la loi de TALION, c’est-à-dire «  œil pour œil, dent pour dent ».
Moussa Wélé DIALLO

SOURCE:  du   12 nov 2012.    

8 Réactions à Gestion de la crise au nord du Mali : Œil pour œil, dent pour dent pour Iyad et sa bande de criminels

  1. Amos Danial

    Doit exterminer tous les rebelles touaregs si ils les ont laissés avec les autorités malines, j’y retournerai.

  2. Bilbao

    JE PARIE QUE HYAD AGHALI JOUE SA DERNIERE REBELION AU MALI.DANS LA VIE ON PERI TOUJOURS DANS LA CHOSE OU ON A FONDE SA REPUTATION. AQMI AURA UN JOUR OU L’AUTRE SA PEAU QUAND ALGER L’AURA JETTE COMME UN CITRON PRESSE.

    • tienimango

      walayi oye tonia deye ma bi to i donko dela…ce sal mec va mourir dans son jeux prefere la rebellion ..il sera tue comme un sal cafard……vive le mali

  3. Ignis

    Il faut que le gouvernement malien joue la carte de la fermété envers ses traîtres d’abord de mnla, d’ansardine. Voilà des gens qui, malgré toutes les faveurs dont ils ont bénéficié mettent en péril toute action de développement parce qu’ils n’ont jamais contribué. Voilà, des gens qui poussés par l’Algérie et la Mauritanie profitent toujours de la faiblesse
    de nos dirigeants pour troubler la paix de nos paisibles populations. Leurs agissements ne vont pas sans conséquences d’abord sur leurs populations ensuite nuire aux autres communautés qui ont toujours utilisé leurs énergie pour la construction nationale. Leurs agissements pousseront certainement les autres communautés à s’armer pour faire face à d’autres soulèvements parce que dans tout ça les vrais perdants restent les sédentaires. S’ils étaient épris de paix et de développement, ils auraient dû monnayer tout cet arsenal et poser des actes dans leurs zones et demander à l’état d’apporter sa contribution mais non, on vole, pille, détruit, violente des populations, violer et venir demander à négocier. c’est beau à dire. Qu’avez-vous à Tombouctou et Gao pour détruire avec tant de haine. Croyez-vous que je suis prêt à pardonner. Non, mon frère, soyez certains qu’on se règlera les comptes et on se pardonnera.
    NB: le soi disant pseudo Aminata Sanogo n’est qu’un apatride du mnla déguise, on te dévoilera la face incha Allah. Bandes d’inconscients

    • TRAFOF

      merci mon frère tu as tout dit ,l’ennemi no_1 du mali c’est ce bande de traitre de mnla ,ils sont entraint de jouer maintenant au chat et à la souris,en disant qu’ils vont preparé unz offencive contre ansardine ou aqmi,de toute les façons il faut pas que le mali règle le compte à ses traitres là? PAS DE NEGOCIATION AVEC DES..( bandits,des narcots traficans des violeurs et bandits)

  4. nonalinertie

    Blaise ne fait que jouer son rôle de médiateur, même si dans la pratique, cette médiation semble s’opposer à la guerre. Que IYAD tende la main au Mali n’a rien d’inédit. Au contraire, cela est tristement habituel depuis des années. Mais, il la retirera, INEVITABLEMENT, quand il n’aura plus assez de sous, à la première occasion. Personne n’a jamais vu ces criminels se faire réellement la guerre, juste de petites querelles de famille de temps à autre. ANESARDINE, en annonçant publiquement qu’elle ne fait pas la guerre à ses frères musulmans d’AQMI, suppose que nous autres nordistes maliens ainsi que l’armée malienne sommes des cafres, à supposer qu’un mécréant ne mérite pas de respect. Sur le terrain, rien n’a réellement changé, à part un djihadiste du MUJAO qui a fui au Niger, les autres étant menacés de mort s’ils tentaient la même chose. ET LES MALIENS DOIVENT APPLAUDIR, NEGOCIER POUR NE PLUS ETRE FOUETTES ET RECEVOIR LES COUPS DE FOUET A LA PREMIERE OCCASION. Comme au paradis perdu de l’esclavage. Nous autres ne constatons que voiles imposés, exil et surpâturages dans les pays voisins, lapidations, amputations, assassinats, arrêt de tout processus de développement au Nord Mali…

  5. aminata sanogo

    gamou est le vrais crimineles du nord du mali il faut laisser les Iyade et les autres en paix

  6. couto@hotmail.com

    Oeil pour oeil, dent pour dent: a tort celui qui a commencé!!!!! :evil: :evil: :evil: