Haro sur les «baudets : Cette fois-ci, le terrorisme mourra de sa belle mort

2 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Quels sentiments habitent aujourd’hui les populations du Nord ? Des sentiments de soulagement, de tranquillité, de sérénité, de liberté…, des sentiments qui animent un être humain soumis depuis des mois à des sévices, privations et obligations auxquels il était loin de s’attendre.
En fait, que deviennent des hommes, des femmes et des enfants brusquement et brutalement soumis à des exigences auxquelles ils n’étaient guère habitués, surtout lorsqu’ils sont confrontés à une évidence contre laquelle ils ne peuvent pas riposter ? D’ailleurs, pour s’opposer, il faut des voies et moyens, et les populations du Nord assiégés par les terroristes n’en disposaient pas, ou si peu : leurs solidarités réciproques ou…leur fuite éperdue vers des horizons meilleurs et plus cléments.  Dès les premiers jours qui ont suivi ce satané coup d’Etat du 22 mars dernier, coup par lequel tous les malheurs sont arrivés et qui ont été source de tous les problèmes et autres «calamités » du pays,  nos compatriotes du Nord ont dès lors dit adieu à leur tranquillité et à leur bonheur d’antan pour subir le joug bestial de ces sauvages venus comme d’un autre monde ou d’une autre planète : comme s’ils en voulaient au monde entier (c’est d’ailleurs le cas) et telles des tornades folles, ces cruels terroristes sont tombés sur des régions du Nord pour, prétendent-ils, « civiliser » les populations en les forçant à suivre et appliquer leurs desiderata et leurs modes de vie. Dès lors, ils se mirent à fouiller fébrilement les maisons pour extorquer les biens des habitants et emporter tout ce qui est utile, à piller, à saccager, à voler, à violer et enlever les femmes et les filles, à leur imposer le voile et le port de vêtements  qu’ils disent « plus décents », à enrôler les enfants et les jeunes pour leurs causes folles et dépourvues de toute réflexion et de bon sens.
Dès lors, la violence, la cruauté et la loi du plus fort s’installèrent dans le Nord en maîtres absolus dont les sujets (les terroristes) coupent des mains, des bras et des pieds, lapident à mort de prétendus « coupables de forfaits»… Et tout cela se déroulait sous l’œil abassourdi des Maliens et des autorités qui semblaient paralysés et sans réaction face à ses atrocités : c’est comme quelqu’un qui est mis groggy par un brutal coup de massue et qui met du temps à réaliser ce qui lui arrive. En effet, au moment où le Capitaine Sanogo, sur un coup de tête et sans doute animé par la crainte d’un contrecoup contre lui et ses hommes, supprimait la Constitution et les institutions, où un embargo faisait suite au dit coup de force militaire, où des controverses, atermoiements et tergiversations faisaient  suite à des accords, conférences et entrevues plus ou moins lassants et inutiles, où de violents affrontements opposaient Bérets verts et rouges, les terroristes en profitaient pour s’adonner à cœur  joie à des exactions dans le Nord.
Mais le vendredi 11 janvier 2013 restera une date inoubliable pour les terroristes de tous poils qui essaimaient le Nord et qui sont aujourd’hui invisibles sur le terrain : soit ils se sont fondus dans la nature, soit ils se sont mêlés aux populations, soit ils se terrent comme des rats d’égout en certains endroits du vaste désert, attendant le moment opportun pour ressurgir à  l’air libre et…sévir encore. Dans tous les cas, c’est extrêmement  grave pour le pays car on aurait dit que ces terroristes, qui semblent avoir sept vies, renaissent de leurs cendres après leur mort, tout comme le sphinx. Cependant, ils prennent des vessies pour des lanternes car ils risquent cette fois-ci de rester définitivement dans l’oubli et l’anonymat d’autant plus qu’ils sont d’emblée condamnés à végéter dans le pays, d’autant plus que toutes les frontières du Mali avec les pays limitrophes sont fermées. Ils sont donc contraints soit de sortir de leurs « trous à rats » et d’affronter leurs adversaires, soit…de se rendre avec armes et munitions. Mais ces deux alternatives paraissent peu probables quand on connait le caractère irréfléchi et sanguinaire de ces apatrides. D’ailleurs, cette guerre est  d’ores et déjà inégale car pour la récupération du Nord, tous les pays de l’espace CEDEAO enverront bientôt au Mali leurs contingents respectifs dont le nombre total est évalué à 3 300 soldats et gendarmes. L’opération « Serval » de la France, qui a envoyé 2500 éléments, regroupe déjà l’ensemble des armées françaises. La seule alternative qui restera alors aux terroristes, c’est de se battre, même malgré eux : avant tout, ils l’ont cherché et trouvé. Autant dire qu’ils seront condamnés à mourir puisque se rendre n’ajoutera  rien de lénifiant à leur futur sort. Ils auraient d’ailleurs du saisir la « perche de sauvetage » qui leur avait été tendue par les autorités, c’est-à-dire accepter la voie du dialogue et de la négociation. Mais en véritables fanatiques invétérés, irréductibles et indécrottables,  ils tiennent à leurs délires idéologiques : autodétermination, indépendance de l’Azawad, charia et autres balivernes…Ils finiront ainsi par mourir un à un ou par jeter les armes et se « convertir » en « paisibles citoyens ».
Depuis le temps du régime socialiste du premier Président Modibo Keïta, la rébellion du Nord a toujours empêché les autorités maliennes successives de dormir du sommeil du juste. C’est pourquoi la communauté internationale,  les troupes de la CEDEAO qui seront envoyés au Mali et les autorités de la Transition malienne doivent faire en sorte que cette rébellion du Nord soit définitivement anéantie. D’ailleurs, ce grand branle-bas de combat de tous les pays du bloc sous-régional et des alliés extérieurs ne vise qu’une chose : le démantèlement définitif du terrorisme tant au sein de l’espace CEDEAO que dans le monde. En tout cas, les Maliens peuvent être fiers de cette assistance générale car pour juguler et la crise et faire face à cette guerre implacable contre les terroristes, c’est presque le monde entier qui, après moult hésitations et problèmes,  s’est finalement mis d’accord pour aider le Mali : le Conseil de sécurité des Nations Unies, l’Union européenne, la CEDEAO, l’Union africaine, les Etats Unis, la France, la Belgique, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Espagne, l’Italie…Sûr que toute la communauté internationale ne se serait pas impliquée si elle n’était pas sûre et résolue de vaincre définitivement le terrorisme ! Sûr qu’avec cette coalition internationale, ce dangereux spectre du terrorisme sera enterré pour de bon, en tout cas au Mali !
O. Diawara « Le VIATOR »

SOURCE:  du   17 jan 2013.    

2 Réactions à Haro sur les «baudets : Cette fois-ci, le terrorisme mourra de sa belle mort

  1. Ibra67

    La bataille est loin d’être finie pour que place soit faite aux critiques qui risquent de nous nuirent. Tout cela dissequé au moment venu. Vive l’armée malienne, vive la France qui joue un devoir de reconnaissance. Que Dieu benisse nos peuples pour une paix éternelle.

  2. Djon Te

    TOUTES LES RELIGIONS SONT FAUSSES
    http://www.youtube.com/watch?v=OmgdM2Gokos&NR=1