Hollande et Fabius font le point sur les otages français au Mali

0
Fabius
Le président français François Hollande et son ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, le 20 avril 2014 sur le tarmac de l’aéroport militaire de Villacoublay, au sud de Paris.
REUTERS

A l’occasion du retour, ce dimanche 20 avril, de quatre journalistes français qui avaient été enlevés en Syrie, Paris s’est exprimé sur le sort de deux autres concitoyens enlevés au Mali. Il s’agit de Gilberto Rodriguez Leal, qui a disparu en novembre 2012, et de Serge Lazarevic, enlevé un an plus tôt, en novembre 2011.

 

Nous ne les oublions pas. C’est le message qu’a voulu faire passer le président français François Hollande, qui s’exprimait depuis l’aéroport militaire de Villacoublay ce dimanche au moment d’accueillir les quatre journalistes français revenus de Syrie. « Je pense à nos deux otages du Mali, a déclaré M. Hollande. L’un, M. Gilberto Rodriguez Leal, dont on n’a pas de nouvelles, et l’autre, Serge Lazarevic. Nous faisons tout pour que nous puissions les retrouver. » La France est donc sans nouvelles de Gilberto Rodriguez Leal, dont l’enlèvement à la frontière avec la Mauritanie en novembre 2012 avait été revendiqué par le Mujao, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest. Une revendication qui, à ce jour, n’a pas été étayée par des preuves.

 

Un espoir pour Serge Lazarevic

Un peu plus tard dans la matinée de ce dimanche, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius s’est dit, sur un plateau de télévision, « très inquiet » : « En ce qui concerne M. Leal, ça fait longtemps que nous n’avons pas eu de nouvelles et nous sommes effectivement très inquiets. En ce qui concerne M. Lazarevic, il y a eu un certain nombre d’éléments et, évidemment, nous nous en occupons très activement. » Les dernières informations publiques concernant Serge Lazarevic, c’est le témoignage d’un autre otage, Thierry Dol, qui avait dit après sa libération, en novembre l’an dernier, avoir vu l’homme d’affaires français en vie et en bonne santé. Serge Lazarevic serait détenu depuis nombre 2011 par l’une des katiba d’Aqmi, al-Qaïda au Maghreb islamique.

 

par RFI

PARTAGER