Iyad à la tête d’une nouvelle organisation: faut-il avoir peur ?

8
Iyad à la tête d’une nouvelle organisation: faut-il avoir peur ?

Il est de retour. Plus sinistre que jamais, se présentant désormais comme le leader du tout nouveau groupe terroriste, Jamaat Nosrat El-Islam Oual Mouslimine, né de la fusion d’Ansar Eddine (avec son groupuscule sous-traitant dit Front de libération du Macina), El-Mourabitoune et Imarat Mantiqat Essahra ; et sous les traits d’un apôtre du chaos. Il : c’est Iyad Ag Ghali, le leader du groupe fanatique islamiste qui a refusé de rompre avec le terrorisme.

Recherché activement, il a choisi de signer son grand retour à travers une vidéo dans laquelle il accorde une priorité aux cibles occidentales, et d’empêcher à tout prix la mise en œuvre de l’accord de paix auquel il s’est toujours opposé.

Ansar Eddine (avec son groupuscule sous-traitant dit Front de libération du Macina), El-Mourabitoune et Imarat Mantiqat Essahra reviennent sous la bannière mère : Aqmi. La nouvelle alliance a été annoncée le 2 mars dans une vidéo signant la création d’un nouveau groupe terroriste, Jamaat Nosrat El-Islam Oual Mouslimine, dirigé par l’insaisissable Iyad Ag Ghali, chef d’Ansar Eddine, qu’il avait créé en 2012.

Le groupe révèle en outre son allégeance à Aqmi, d’Abdelmalek Droukdel, et donc à Aymen El-Zawahiri, le chef d’Al-Qaïda.

Cette annonce vient confirmer, par-delà le retour de Belmokhtar dans son fief après un long séjour dans le sud de la Libye où il avait fait l’objet de nombreuses tentatives d’élimination par l’armée américaine, la collaboration entre ces trois groupes, qui coordonnaient déjà les attentats commis au Mali et au Burkina Faso.
Les attentats de Sévaré, du Radisson Blu au Mali et du Splendid au Burkina Faso ont été revendiqués à la fois par Ansar Eddine, Macina et El-Mourabitoune avant que Belmokhtar ne précise qu’il y a eu collaboration et coordination dans la planification et l’exécution de ces attaques.

En réalité, les trois groupes terroristes ne font que sceller “officiellement” leur alliance, qui était de fait sur le terrain. Cependant, le timing choisi pour faire cette annonce n’est pas fortuit.

Elle intervient, d’une part, quelques heures après le début de l’opération de mise en place des autorités intérimaires dans les régions nord du Mali, dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord d’Alger et de Bamako.
Cette réapparition du terroriste Iyad Ag Ghali, à travers l’annonce de la création de la nouvelle organisation djihadiste, au lendemain de l’installation du président de l’autorité intérimaire dans son fief, où les signataires ont réaffirmé leur volonté d’accélérer le processus de paix et de réconciliation et une meilleure coordination dans la lutte contre l’insécurité, est perçue plus qu’une provocation, mais un défi lancé à tous les acteurs et alliés de la paix dans notre pays et dans le Sahel.

Recherché par les États-Unis, qui ont mis sa tête à prix (5 millions de dollars), Ag Ghali promet aujourd’hui le chaos dans notre pays déjà en proie aux activités terroristes presque quotidiennes.
L’on relèvera toutefois que la nouvelle alliance terroriste accorde une priorité aux cibles occidentales “croisées”, qu’Ag Ghali désigne comme ennemi.

«Nous serons unis sous les ordres d’un seul chef et en rangs serrés pour affronter l’ennemi croisé et occupant», y est-il écrit dans le message vidéo diffusé. Il s’agit principalement des forces françaises que le chef d’Ansar Eddine avait déjà menacées, mais également des forces internationales qui font d’ailleurs l’objet d’attaques terroristes, particulièrement celles installées dans la région de Gao.

Dans son nouveau message, le Chef djihadiste Iyad Ag Ghali confirme ainsi sa volonté d’aller jusqu’au bout de son projet : semer la mort partout et empêcher à tout prix la mise en œuvre de l’accord de paix auquel il s’est toujours opposé.

Par ailleurs, le planning choisi pour la fusion des trois groupes en une seule entité terroriste pourrait s’expliquer par des raisons de « guerre » d’influence et de contrôle de la zone du Sahel ce d’autant plus que des informations insistantes font état sur les tentatives de l’État Islamique d’investir cette sous-région sahélo-sahélienne, dont le Mali, en proie à l’instabilité depuis 2012.

L’État islamique n’est pas exclu de la liste des cibles à combattre en raison de ses divergences idéologiques avec les groupes terroristes locaux. Un détail déjà avancé par Belmokhtar lorsqu’il évoquait la collaboration avec les autres groupes et qui avait motivé le rejet de toute possibilité d’union avec l’EI par des différences idéologiques et surtout que ce dernier ne reconnaît pas l’autorité d’El-Zawahiri.

Ceci expliquant-il cela que Yahia Abou el-Hammam l’émir, au Sahara, d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), avait, on se rappelle, pris clairement ses distances du groupe d’El-Baghdadi auquel il récuse le statut de calife tout en évoquant une complémentarité et une coordination des actions entre son groupe avec Ansar Edine et le Front de libération du Macina dans le septentrion. En tout cas, dans un entretien à l’Agence mauritanienne El-Akhbar, en janvier 2016, le nouveau chef de la filiale locale d’Al-Qaïda réitère son rejet de l’EI (État islamique (EI/Daech) dont il n’a pas hésité à juger les pratiques contraires à l’islam en s’attaquant précisément aux musulmans.

Et dans cette configuration Jamaat Nosrat El-Islam Oual Mouslimine a l’avantage du terrain, mais aussi et surtout d’alliances familiales et de réseaux fidèles qui ont fait que les deux têtes les plus recherchées, Ag Ghali et Belmokhtar, demeurent impossibles à localiser. Ce qui risque d’entraver l’exécution des clauses de l’accord d’Alger-Bamako qui concernent pour l’essentiel les régions du nord du Mali.
Et vu le retour de la menace, à charge pour les pays de la région, qui bénéficient d’un large soutien de la communauté internationale, de mettre en œuvre une stratégie commune de lutte contre le terrorisme.

Par Mohamed D. DIAWARA

PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. Les Autorites de notre pays connaissent les intentions de la Frrance au Mali,pourqoui continuent-elles a confier notre securite territoriale a Barkhane?Les djihadistes sont savamment maintenus au Sahel avec leur projet de l’Etat Islamique,qu’est-ce qui ermpeche le gouvernement de mettre en place un systeme de securite alternative pour remercier la Berkhane au Sahara Malien ?Voila les vraies raisons pour lesquelles l’on s’accroche a ce fameux Accord,fruit du genie Algerien.Ces hommes d’intelligence savent aussi que toute concession faite au CMA vers une autonomie,c’est donner le feu vert a la creation de l’Etat Islamique au Sahara !Une chose est sure ,il faut decapiter cette nouvelle Organisation terroriste.La priorite c’est d’abord la tete de Kouffa du Front de Liberation de Macina.Le gouvernement devrait proceder a une grande consultation avec les peuls du Macina et les avoir a coup sur de son cote.La tete de Kouffa doit etre mise a prix et faire l’objet de secret d’Etat.Un prix attrayant pour cet individu qui a ose emmener la peur en plein centre du Mali.Pour les autres,tous les moyens sont bons.Si l’on est sur que ces Al Queda se trouvent dans une region du sahel,il faut les assoiffer a mort,utiliser tous les moyens de guerre destructeurs.Il faut passer des accords avec le gouvernement Americain pour recourir a des bombardements massifs.Il faut intensifier les services de renseignement aupres des populations en recompensant ceux qui collaborent avec nos soldats et en traitant comme djihadistes tous ceux qui collaborent avec ces mecreants.

    • “qu’est-ce qui ermpeche le gouvernement de mettre en place un systeme de securite alternative pour remercier la Berkhane au Sahara Malien ?”

      Cela s’appelle se prendre en mains (un truc qu’un dangaden et lachiden comme nfp ne comprend pas…

      Les pays africains francofous, sont les pays les plus minables de la terre!
      Ils ont des dirigeants minables qui ont mis leur peuple en servitude de la france!

      Les dirigeants des pays francofous ne sont responsables de rien dans leur pays:
      – pas de leurs sécurité: bases militaires françaises avec ses soldats criminelles impunis
      -leur monnaie appartient à la france
      -les multinationales françaises sont en train de prendre des position de monopole un peu partout: téléphonie —> orange, essence —> totale (totalement voyou), banque —> société generale, bnp…, transfert d’argent —> orange est en train de positionner…
      ect

      Pendant ce temps, nos minables de dirigeants dorment et volent l’argent du peuple pour leur propre luxe, avec des sous-mains merdiques comme celui de la france-à-fric…

      C’est une honte de faire partie de l’afrique francofolle!

  2. Qui leur a dit dans le Koran qu’on doit mener du djihâd contre un pays musulman? Il y’a des mosquées partout au Mali chaque jour on va a la prière de fajr on fait Karem on donne zakat on fait pèlerinage maintenant du coup ces radicaux viennent nous terroriser et tuer sous prétexte qu’on n’est de vrais musulmans. Ils n’ont rien compris de l´Islam le prophète (paix et salut sur lui) avait dit lors de son dernier sermon que le sang et le bien d’un musulman sont sacrés comme Arafat et son jour pour un autre musulman, donc il ne doit jamais les violer. Iyad et sa bande ne sont pas musulmans.

    • – La question n’est de savoir s’ls sont musulmans ou pas, c’est une simple distraction favorite des Occidentaux que l’on voit partout dans le monde:
      1- IS
      2- Boko-Haram
      3- Aqmi
      4- Al-Nosra
      5- Shebbab
      6- Taliban

      – Ont cela de commun qu’ils se débrouillent toujours à se retrouver sur un puits de pétrole, ou sur l’Uranium, d’eau douce ou sur des routes de drogue, d’opium. Alors la religion ne sert que de paravant, parce qu’elle touche facilement aux sensibilités humaines, surtout de gens qui ont la religion comme complément d’âme…

  3. La cadence avec laquelle évolue toute cette problématique du Nord Mali échappe non seulement aux pas de danse de la population Malienne, mais fait penser à un enchaînement curieux des rythmes que les littéraires qualifieront de rimes croisées, c’est à dire cette bizarre alternance des évènements deux par deux dans notre pays depuis le début de la crise:

    1- Serval et la désillusion de Kidal!
    2 – GATIA et CMA appuyée par Barkhane et Minusma!
    3- Libération des otages et assassinat de Gislaine et Claude au même endroit!
    4 – Lazarevic et puis vint Waddoussen!
    5 – Accord d’Alger et le terrorisme dans les rues maliennes: RadissonBlu, Biblos à Sévaré, Fakola, Misséni, Nampala, Ténenkou, Boni,Bèlènitièni…!
    6 – MOC á Gao et le ventre mou au centre avec Koufa!
    7 – Autorités Intérimaires suivies immédiatement de Iyad Ag Ghali! etc….

    Chaque lueur d’espoir croise en son chemin une désillusion á sa juste hauteur semant du coup le doute sur un réel repis pour le pays.

  4. Enfin, il ne faudrait pas en faire un drame ou essayer de faire croire à du nouveau, parce que:

    1- Iyad Ag Ghali ou BelMokkhtar n’ont jamais été difficile à localiser, ils n’ont jamais été recherchés, ni inquiétés d’ailleurs. Au contraire leur présence ne fait que justifier une autre présence qui ne dira jamais son nom, mais du déjà-vu…

    2- Avec Ben Laden, plus tard avec Aiman az-Zawahiri, hier Abu Bakr al-Baghdadi et aujourd’hui avec Iyad et BelMokktar! Nous sommes dans l’évolution d’un plan d’occupation de la bande Sahélo-Sahariene par la France, qui rentre exactement dans le schéma de M G. Bush quand il parlait de “Grand Moyen-Orient” à son époque…

    3- Et le projet à eu toujours besoin de cette figure en face que l’on présentera à son peuple qui le considérera comme l’ennemi public Nr.1 à abattre: Saddam Hussein, Kadhafi auront passé par là! M Assad avec un peu de chance!

    4- Donc imaginons une seconde que ces deux personnages saheliens (Iyad+Belmokkhtar) n’existent plus. Ils sont des acteurs clés de cette occupation, parce que simplement ils servent à répandre l’effroi, tenir à distance le régime central que l’on traitera toujours d’incapable, et entre temps ce qui se passe au Nord du Mali, à Arlit, dans le Fezzan, avant à Alep échappera toujours et complètement à l’opinion populaire…

  5. Le défit se poursuit. A quoi servent donc tous ces drones des forces Françaises dans le Sahel? Peligrin avait présenté un nouveau drone ayant une capacité de balaie de dix mille km2/ heure, pourquoi nos états ne peuvent-ils pas approcher cette société Anglo-Américaine pour discuter des conditions d’acquisition de ces appareils? Il est évident que ces enfants de putes de djihadistes sont actifs dans tout le septentrion, mais leur capture pose toujours problème aux forces en présence dans cette partie du Sahel. Il faudra également penser à mettre leurs têtes à prix. Tout être humain est sensible à l’argent. Il ne manquera pas des personnes qui, si elles sont mise en condition, qui ne signaleraient forcément la présence de ces fils de chien ou leurs cachettes. Il suffit d’y mettre les moyens. Il y’ a toujours des éléments qui souhaitent quitter ces groupes afin de retrouver une vie normale. De tels individus ne refuseraient pas d’orienter les troupes vers le refuge de Iyad et compagnie. Il en est de même pour Amadou Kouffa. Certainement que dans le Macina, il y est des gens qui savent où il se trouve, mais faute de protection, ils ont peur de se lancer dans l’aventure. Mettez un prix sur la tête de ces bâtards et vous les capturerez très rapidement.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here