Journée des Casques bleus : les « héros de la paix » au centre de toutes les attentions

0
Journée des Casques bleus : LES « HÉROS DE LA PAIX » AU CENTRE DE TOUTES LES ATTENTIONS

Ils sont déployés à Bamako, Tombouctou, Diabaly, Douentza, Goundam, Gossi, Mopti, Sévaré, Gao, Ménaka, Ansongo, Kidal, Tessalit et Aguelhoc

C’est à l’unisson que la MINUSMA, le gouvernement, la société civile, la jeunesse, les représentants de la communauté internationale ont honoré, dimanche au Palais de la culture, les vaillants Casques bleus qui ont payé le prix ultime pour la cause de la paix et ceux qui poursuivent sans relâche leur noble mission. « Les sacrifices des héros de la paix ne seront pas vains et les détracteurs de la paix n’auront pas le dernier mot », tel fut le message unanime de la cérémonie de célébration de la Journée des Casques bleus. Cette journée est célébrée le 29 mai de chaque année pour rendre hommage aux hommes et femmes qui servent la cause de la paix à travers le monde.

Le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, a assisté à la cérémonie présidée par Mahamat Saleh Annadif, le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies au Mali et chef de la MINUSMA, qui a rendu hommage à « ces milliers de femmes et d’hommes en uniforme militaire, de police et en civil, qui viennent de presque tous les pays membres de l’ONU. Des femmes et hommes qui ont quitté famille et foyer, pour venir en aide à des pays et à des peuples en besoin d’une main amie pour les aider à sortir de crises, de conflits et à vivre en paix et en sécurité ».

Il a rappelé que la MINUSMA compte plus de 10.000 militaires venus de 30 pays ; plus de 1000 policiers provenant de 23 pays ; et environ 1300 civils dont 60% sont des Maliennes et des Maliens et 40% des internationaux venus d’une dizaine de pays. « Notre devise : s’acquitter de notre devoir envers le Mali et son peuple avec honneur, respect et détermination », a rappelé Mahamat Saleh Annadif qui a précisé que ce personnel est déployé à Bamako, Tombouctou, Diabaly, Douentza, Goundam, Gossi, Mopti, Sévaré, Gao, Ménaka, Ansongo, Kidal, Tessalit et Aguelhoc. Le personnel onusien travaille sans relâche avec les autorités et les communautés locales pour réaliser les aspirations des Maliens à la paix, la réconciliation, la cohésion sociale et la sécurité durables, a détaillé le chef de la MINUSMA. Cette célébration, a-t-il souligné, est une occasion de s’incliner devant la mémoire des Casques bleus, « les héros de la paix », qui ont servi le Mali au prix de leur vie et de saluer tout le personnel militaire, de police et civil.

Pour confirmer le contexte dangereux dans lequel évoluent ses agents, le patron de la Minusma a annoncé le décès de cinq soldats appartenant au contingent  togolais survenu le matin même de la Journée des Casques bleus. L’attaque complexe contre un convoi onusien a eu lieu sur l’axe Tenenkou-Sévaré. Le secrétaire général et le Conseil de sécurité de l’ONU ont condamné l’attaque et assuré que cela n’entamait pas leur volonté de contribuer à la stabilisation de notre pays. « Si les défis demeurent de taille, notre détermination à jouer le rôle qui est le nôtre est encore plus grande. Nous continuerons à accompagner avec dévouement le Mali dans sa quête de paix et de stabilité durable. Nous serons à vos côtés tout au long du processus de mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali », a souligné le chef de la MINUSMA qui a fait observer une minute de silence « à  la mémoire des Casques bleus tombés au champ d’honneur au service de la paix, à celle de toutes les victimes dans les rangs des Forces armées et de sécurité maliennes et de Barkhane, mais aussi de tous les civils innocents tombés dans des attaques et embuscades qui n’ont de nom que leur cruauté ».

Au nom du président Ibrahim Boubacar Keita, le ministre Abdoulaye Diop a présenté les condoléances du peuple malien à la MINUSMA et au peuple togolais. Il a salué le rôle de la MINUSMA, le professionnalisme de son personnel et son leadership dans l’accomplissement de leurs responsabilités en appui au Mali. Il a, en outre, réitéré la détermination du gouvernement à tout donner pour la paix dans le pays. «Ces incidents renforcent la détermination de l’Etat malien dans la lutte contre ces terroristes», a souligné Abdoulaye Diop.

Les artistes aussi ont rendu hommage aux Casques bleus à leur manière. Cheicknito, Nainy Diabaté, Tal B se sont relayé au micro pour chanter la paix et la contribution de la MINUSMA à la stabilisation de notre pays. Une courte vidéo intitulée « Honorer les Casques bleus », pour mieux comprendre le Casque bleu, son engagement et sa mission sur le terrain a été largement applaudie par l’audience qui semblait en demander davantage.

Le public a pu visiter à la suite des autorités une exposition d’œuvres d’art produites par les étudiants du Conservatoire des arts et métiers multimédias « Balla Fasséké Kouyaté », pour véhiculer des messages de paix. Une série de tableaux représentant les Casques bleus et leur travail tels que perçus par ces jeunes artistes, a captivé les invités. Les 5 meilleures œuvres ont été primées. Les lauréats du concours se sont vus décerner des trophées pour les encourager à continuer dans cette dynamique positive.

Pour accompagner cette exposition d’œuvres d’art, une galerie photos MINUSMA mettant en exergue la contribution des femmes au maintien de la paix a été présentée au public. Policières, civiles et militaires de tous horizons y montrent comment elles travaillent au retour de la paix et émettent des vœux de paix pour le Mali. Sketches et chansons composées à la gloire de ces infatigables militaires, gendarmes et policiers qui veillent sur la sécurité des civils ont également agrémenté l’hommage mérité que leur ont rendu les Bamakois.

Le chef de la MINUSMA a, en définitive, souhaité l’accélération et l’aboutissement le plus rapidement possible du processus de paix, à travers la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation par toutes les parties. Tout en réitérant la disponibilité des Nations unies et de la communauté internationale à accompagner le processus, Mahamat Saleh Annadif a rappelé : « la paix, nous ne la ferons qu’ensemble ».

A. DIARRA

PARTAGER