Kidal : Le retour de l’administration malienne avant le 20 juin compromis ?

4
Une vue d'une rue de Kidal (Photo AFP)
Une vue d'une rue de Kidal (Photo AFP)

Annoncé en grande pompe, à la fois, par le président du Comité de Suivi de l’Accord ( CSA), les autorités maliennes et les responsables de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA), le retour de l’administration malienne à Kidal avant le 20 juin prochain, date du second anniversaire de la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, semble compromis. En effet, la CMA qui contrôle la ville de Kidal ne se reconnait pas, selon ses responsables, dans un document que le gouvernement malien aurait établit pour le retour de l’administration malienne à Kidal avant le 20 juin 2017.

La CMA, qui s’est engagée pour le retour de l’administration malienne dans l’Adrar des Ifoghas avant le 20 juin prochain, veut-elle faire volte face ? Dans un communiqué daté du 12 juin, Ilad Ag Mohamed, le porte-parole des ex rebelles, informe que la CMA n’est nullement engagée par un document intitulé : « Chronogramme du retour de l’administration à Kidal avant le 20 juin 2017 » signé le 09 juin à Bamako.

« Ce document est loin de refléter le résultat des pourparlers convenus entre la CMA et les différents acteurs impliqués dans l’établissement du programme du retour de l’administration à Kidal », explique Ilad Ag Mohamed tout en dénonçant ce qu’il appelle : « toute tentative de tripatouillage de la mise en œuvre de l’Accord et exhorte la médiation internationale, les Parties à l’Accord et la communauté internationale à mener des actions consensuelles sans absurdité pour réussir une paix effective ».

La CMA appelle, ajoute Ilad Ag Mohammed, tous les acteurs crédibles à une concertation rapide pour élaborer un chronogramme réalisable pour l’opérationnalisation des autorités intérimaires et du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) dans les régions de Tombouctou, Gao, Ménaka, Taoudéni et Kidal afin de concrétiser les actions prévues au cours de cette période intérimaire.

Dilatoire ?

En début de mois, le 6 juin passé, à l’issue des travaux de la 18e session du Comité de suivi de l’accord de paix issu du processus d’Alger, Ahmed Boutache, le président dudit comité, a annoncé le retour des Forces armées maliennes (FAMa) avant le 20 juin à Kidal. Un jour après, le 7 juin, Ibrahim Ould Sidatti, le représentant de la CMA au sein du CSA, confirmait les propos du diplomate algérien.

«Nous avons un chronogramme, une ambition, nous sommes en train de travailler avec le gouvernement pour amener les autorités intérimaires aussi bien que le gouverneur et toutes les institutions étatiques à Kidal. On s’est fixé le 20 juin. Mais est ce que nous allons y parvenir ? Nous mettrons toute notre force pour pouvoir y arriver… Il n’y aura pas de différence entre Kidal et les autres régions du Mali », a ainsi indiqué Ibrahim Ould Sidatti, juste après une rencontre entre les responsables des groupes armés et le ministre des droits de l’homme et de la réforme de l’Etat, Me Kassoum Tapo.

Les autorités maliennes misent beaucoup sur le retour de l’Administration malienne à quelques jours du second anniversaire de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu des pourparlers d’Alger. Me Kassoum Tapo, le ministre de la réforme de l’Etat espère, d’ailleurs, lancer le 23 juin prochain, dans la ville de Kidal, la campagne référendaire du projet de révision constitutionnelle qui est au centre de la controverse aujourd’hui au Mali.

Kidal, deux ans après la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, échappe encore au contrôle de l’Etat malien. Le quotidien, dans l’Adrar des Ifoghas, est aujourd’hui rythmé par des attaques terroristes contre les forces armées présentes, les conflits intercommunautaires et les conflits entre groupes armés. Le vendredi 9 juin dernier, trois soldats casques ont été tués lors d’une attaque près de leur camp à Kidal.

Madiassa Kaba Diakité

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Le ministre veut faire participer Kidal au référendum!!!
    Quand est ce que nos politiques vont arrêter de nous prendre pour des idiots? Pour réussir cela le gouvernement va devoir donner des milliards aux chefs de Kidal et il le fera tout simplement pour nous tromper et nous faire penser que Kidal revient dans le giron national.
    Qu’est qu’il y a de surprenant dans le fait que la CMA refuse l’installation des autorités intérimaires? Rien du tout.
    Comment pouvons-nous être surpris car les velléités des dieux de Kidal ne peuvent accepter même une virgule mal placée dans un texte. Ils sont puissants, ils sont armés et n’ont aucune force en face et leur atouts majeurs sont les européens et les arabes.
    Cher Mali, tu es dans la boîte pour très longtemps et sauf miracle, tu perdras l’essentiel de ton pouvoir sur cette zone.
    Le plus grave est que l’ogre IBK veut un référendum pour changer une constitution, il aurait dû convoquer une référendum dans les grandes villes du nord pour démontrer au monde entier que le territoire azawad réclamé par les rebelles sont à majorité pour un Mali indivisible et que ces rebelles sont une minorité.
    Mais voilà aujourd’hui pour l’opinion internationale, les touaregs sont soutenus par la majorité des ethnies du nord.
    On ne sait plus à quel saint se vouer mais on fera payer tous nos malheurs un jour ou l’autre à ces dirigeants voleurs.

  2. Le jeux du chat et de la souris continue de plus bel par ces bandits mafieux de cma , de kouffa et iyad et autres. Voilà un IBK ladji bourama woloni kabakoh le super hyper vampire actuel et sa racailles de requins crocodiles loups vautours hyènes et vampires nous font subir. Ça a été de AOK à ATT et lui a IBK. Quelle népotisme clanique de pilleurs de pays, de nation de citoyens et citoyennes honnetes, manipulateurs d’élèves et étudiants à leurs sales fins et sales interets etc….
    Le laxisme, la démilitarisation par peur d’être renverser, de voleurs pilleurs de, arnaqueurs et abuseurs de nos chefs d’état vampires de AOK à IBK aujourd’hui nous ont conduit là actuellement. Juste des requins crocodiles loups vautours hyènes anacondas vampires et eux mêmes des super hyper vampires comme dracula leur père. Un pays sans une vraie armée, avec des porteurs et porteuses dignes de nos uniformes, régalienne est amené à disparaître.
    Le cma n’est qu’un groupe de malfrats, bandits, vauriens, trafiquants de drogues et de kidnappeurs pour l’argent facile, le monopole une région région et des semeurs de peur et terreur à nos populations, comme celui de kouffa et d’autres délinquants nationaux, régionaux et internationaux de grand chemin en profitent aussi.
    C’est sûr qu’ils ne réussiront jamais. Mais à QUEL PRIX… ?

  3. Non, le problème est que ces enfoirés ne maîtrisent rien en ce qui concerne Kidal. C’est à Iyad que revient toujours le dernier mot. Certainement qu’il n’a pas été suffisamment édifié sur les conditions du retour de l’armée et de l’administration dans la localité. Les gens de la C.M.A ont prêché par excès de zèle après avoir encaissé de nouveau à la source intarissable I.B.K. Mais, c’était sans compter avec l’avis du maître des lieux Iyad le Dieu local, commandeur de l’ordre dans kidal et ses environs. Ils iront d’abord soumettre l’affaire à l’appréciation de Iyad avant que l’administration et l’armée puissent revenir à Kidal. Ou, si ce n’est pas le cas, ils n’auraient peut-être pas suffisamment encaissé. Que I.B.K rouvre alors les coffres pour augmenter la mise car, c’est à coup de millions que les décisions se prennent en dehors de l’avis de l’être supérieur, Iyad Ag Galhy, le mari des Sénégalaises du bar-Mali et grand buveur de whisky devant l’éternel. Peut-être aujourd’hui ancien buveur, mais faux dévot en tout cas. On ne se converti pas aussi rapidement comme Iyad l’a fait, non, c’est trop facile. Ces enfoirés de la C.M.A vont faire perdre le temps au pays, puisque n’ayant pas le même agenda que le gouvernement. Alors, à quand le retour de l’administration à Kidal? Quel bande de fumiers ces Azamerdeurs!

  4. “A quelque chose , malheur est bon ” dit l’adage ; ce couac CMA montre, pour le moins, que le référendum scélérat ne se tiendrait pas dans la région de Kidal non encore ouverte aux autorités maliennes ; IBK n’ayant pas fait de promesses tentantes aux Ichoumar touaregs libyens, comme à la veille de son élection en Septembre 2013.

    Les Coalisés Malfaisants Azawadiens, terroristes et narcotrafics, freinent de quatre fers le processus de normalisation et remettent à jour leurs revendications de partager le pouvoir politique et administratif entre Azawad et Mali avant de libérer Kidal .

    Sincèrement

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here