Kidal – Vers la fin de l’hégémonie Ifoghas : «Je suis Malien et le Mali ne sera pas divisé» … Général El Hadj Gamou

20

L’on est désormais en droit de parler du commencement de la fin de la suprématie des Ifoghas sur les autres composantes des régions de l’Adrar au Mali.

La récente perte de ses positions à In Tachdaït, Tin Fadimata et In Halil dans la région de Kidal ne constituent en somme que le prélude à la fin d’une époque : celle de la suprématie sans partage des Ifoghas, un groupe communautaire qui règne depuis des lustres sur la majorité. Et il ne s’agit pas seulement des Ihmgads de la tribu de  Gamou.

Rappelons que déjà au mois d’Avril, la tribu doussahak à Ménaka avait annoncé la création d’un nouveau mouvement sous la houlette de Moussa Ag Acharatoumane. Ce dernier est l’un des membres fondateur du MNLA et très proche du secrétaire général du MNLA,  Bilal Ag Acherif.

Il (Moussa Ag Acharatoumane accusait alors Bilal Ag Cherif d’avoir dénaturé la lutte pour l’Azawad, procédé à des exactions et surtout déplorait la sur-présentation des Ifoghas au sein du mouvement au détriment des autres composantes.

Et suite à une réunion organisée à Tin-Fadimata (Menaka) au mois d’Août dernier avec plusieurs figures de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), le divorce fut consommé et naquit le Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA) lequel a rejoint le GATIA avec armes et bagages.

Les deux mouvements, (GATIA et MSA) largement majoritaires sont désormais opposés au MNLA et affidés. Aussi, ils optent pour la République du Mali. C’est, en tout cas, la position affichée du Général Gamou lequel, a réaffirmé,  à l’occasion du 22 septembre : « je suis un Malien et le Mali ne sera pas divisé ». Des propos à l’attention des séparatistes et Ifoghas de Kidal.

B.S. Diarra

PARTAGER

20 COMMENTAIRES

  1. Arrêtons d’être hypocrites.
    Nous savions tous qui se trouve derrière cette rébellion.
    On est tous complices, on soutient ces dirigeants corrumpus, voleurs, laxistes qui ne défendent que leurs intérêts personnels.
    C’est normal que la France joue avec nous.
    L’azawad est la promesse faite aux touaregs par la France de Sarkozy.ces touaregs devaient lâcher Kadhafi et revenir au bercail. La France devait les aider pour la conquête de l’État azawad.
    Chose faite, cela prendra le temps que ça prendra,l’azawad est en route!
    Grâce au général Gamou cela traine encore.

  2. Bonjour,
    Frères WSR, Yugubané et tous les internautes, merci de vos contributions.

    Merci Wsr de saluer mes efforts pour la paix.

    En réalité, rien ne se réglera par la guerre mais par le dialogue et la démocratie.

    Ceux qui veulent dominer à travers l’esclavagisme ou par d’autres méthodes autres que la démocratie n’y arriveront pas, calmez-vous.

    A travers l’application stricte de l’accord de paix les armes seront déposées obligatoirement.

    Ceux qui comptent sur d’autres pour les protéger ne disposeront plus de cette aide car tous les acteurs se conformeront à la mise en œuvre sans complaisance de l’accord au risque de se faire indexer.

    A travers la régionalisation, via la libre administration des régions et communes, qu’on généralisera par l’application de l’accord de paix, le suivi/évaluation et le contrôle se feront partout, ce qui éliminera les dérives.

    Appliquons scrupuleusement l’accord de paix et chacun (chacune) trouvera sa place et on garantira le bien-être pour TOUS/TOUTES.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité

    • Bonjour,
      Désolé, ce pseudo a été introduit par erreur, il s’agit bien de ma contribution.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
      TEL 00223 95 58 48 97

    • Mon frère, quand on essaye de regarder autour de nous on verra que le péché originel du MALI a été l’accord de Tanmarassett, donc la négociation. WSR a parfaitement raison quant il parle de postes et de grades de Colonels comme récompenses. C’est la course derrière cette réussite Expresse qui amène beaucoup à prendre les armes. Les pays autour de nous tels que le Niger, la Mauritanie ou l’Algérie qui ont parlé le même langage que les groupes armés sont aujourd’hui mieux lotis que le MALI. Ça fait plus d’un quart de siècle que nous allons de négociations en compromis, de compromis en compromissions pour le résultat que nous avons.

    • VOILA C’EST FAIT… EN PETITE PAUSE, TOUT EST FAIT ET TOUS TOUTES ONT LEURS PLACES….TOUT VA BIEN ET….PAAAAF CA RECOMMENCE!!! IL YA TOUJOURS DES GENS QUI N’ONT PAS LA PLACE QU’IL FAUT….RACE, RELIGION, CULTURE…..

      MON DR. PARDONNEZ MOI, MOI JE TROUVE TROP DE COMPLAISANCE DANS CE QUE VOUS NOUS RACONTEZ PERPETUELEMENT, AVEC RESPECT POUR VOUS ET TOUS….

  3. Le Gal Gamou a déjà donné la devise à suivre pour tout Malien soucieux de la libération de ce pays, il suffit de la repéter et d’oeuvrer personnellement à cela…

    1- « Je suis du Gatia. Je ne l’ai jamais caché »
    2- « Tant que je suis vivant, les conspirateurs n’arriveront pas à leurs fins. Et après ma mort, j’ai préparé des hommes pour défendre l’intégrité territoriale du Mali »
    3- « Toute l’armée du Mali est derrière moi, toutes couleurs confondues »
    4- « Là où je me trouve avec mes hommes, nous ne bougerons plus d’un iota »

  4. Si ce n’était pas ce Général qui mérite son galon, le Mali serait divisé sous les yeux d’IBK et ses hommes. Mais au Mali le mérite n’est jamais reconnu à juste titre, on préfère les joueurs de cinéma et de fourberies. Je ne sais pas comment le pouvoir se mette du côté des ennemis du Mali et sans équivoque, regarder comment le Président IBK se met à embrasser ces hommes de la CMA devant tous les maliens et sans vergogne au lieu d’en faire de même ou plus avec les hommes de Gamou. C’est dommage, on dira des fous qui dirigent se pays depuis la nuit des temps, c’est ces hommes des Imghas qui méritent d’être embrassés. Qu’Allah le tout puissant aide et protège le Mali au bord du précipice.
    NB: Une personne qui se trompe de cible ne gagne jamais un combat. Pour ce régime les ennemis sont des amis.

  5. Bonjour,
    Les Touaregs, tout comme les Peulhs et les autres composantes ethniques, font partie de la même nation Malienne, elles doivent toutes mettre le Mali en avant.

    Ne nous trompons pas de combat, le seul combat qui vaille c’est le combat démocratique pour un MALI UN ET INDIVISIBLE acceptant la diversité ethnique, refusant l’esclavagisme et permettant la libre administration des régions et communes.

    Nous y sommes.

    A travers l’accord de Bamako, c’est le Mali tout entier, via toutes ses composantes ethniques, qui est plus fort et qui gagne et non une ethnie donnée, qu’elle soit Touareg ou Peulhe ou autre.

    L’accord a opté pour le développement équilibré de toutes les régions du Mali en commençant par celles qui sont en retard, celles du nord du Mali.

    L’Union fait la force. Dans un Mali Un et Indivisible, cultivons la diversité (ethnique, culturelle, …) et l’union à travers la mutualisation de nos forces et de nos ressources issues de la régionalisation où chacun doit occuper sa place, nous serons encore plus forts.

    D’après l’accord de Bamako, cette régionalisation permet aux filles et aux fils d’une même région de gérer, ensemble, leurs régions (et communes) à travers la libre administration des régions (et communes).

    C’est ainsi que, malgré le poids du passé, nos frères et sœurs de Kidal, incluant les Ifoghas et les Imghads, doivent gérer ensemble la région de Kidal. Les accords de Annefis et Niamey, entre parties prenantes, vont dans ce sens.

    Le Mali est pour nous tous/toutes, nous devons, TOUS/TOUTES, chercher des solutions idoines à nos problématiques au lieu d’attendre que ça vienne toujours du haut.

    Le problème de Kidal est un des plus saillants mais la réconciliation concerne tout le Mali, y compris la région de Kidal, car le tissu social, aux niveaux national, régional et local, est affecté et l’impact de la crise (sur le vivre ensemble, …) et les amalgames induits ont affecté tout le Mali.

    Il faut, donc, travailler sur la cohésion sociale, la cohésion nationale, l’unité, cultiver la paix partout au Mali et ré-apprendre ou renforcer le vivre ensemble même si la solidarité et la force des liens ancestraux ont aidé à maintenir certains liens sociaux.

    Appliquons l’accord de Bamako, pour la paix et la réconciliation au Mali, sensibilisons partout sur cet accord et sa mise en œuvre, en particulier à travers la mise en place du DDR (Démobilisation, Désarmement et Réinsertion) , du MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination via les patrouilles mixtes) et des autorités intérimaires, et faisons-le respecter strictement, franchement et sans complaisance par tous les acteurs, en particulier ceux qui l’ont signé (toutes les parties prenantes, la médiation internationale et les partenaires) et on résoudra le problème de Kidal.

    D’où ma contribution que je conseille de lire ou relire. Elle est intitulée “Accord de Bamako : Comment garantir son respect et l’engagement des parties prenantes ?”

    A propos de cette contribution, j’avais écrit il y a plus d’un an, le 21 SEPTEMBRE 2015, une lettre ouverte en ligne, adressée au Président, Ibrahim Boubacar Keïta, aux Maliens et aux Partenaires, pour proposer une approche pour répondre à cette question.

    Engageons-nous, honnêtement, franchement et sans complaisance, acceptons le partage de responsabilités (en particulier à Kidal) et mettons, TOUS/TOUTES, rapidement, en œuvre, cet accord.

    Cdlt
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité

    • Comme souvent, vous avez raison sur le fond, pas toujours sur la forme, dans vos interventions, qui d’ailleurs appellent à la paix. Je vous salue pour vos efforts.

      Cependant vous et moi, savons très bien que ces gens pensent qu’ils sont supérieurs aux autres maliens… Et que les autres doivent travailler pour eux, pendant qu’ils sirotent le thé…
      sinon où sont les maternités construites par les touareg à Kidal, les lycée techniques…
      encore une fois, ils ont eu accès aux milliards de Khadafi, qu’en ontils fait?

      En vérité, ils n’arrêteront pas, tant qu’ils ne domineront pas les autres maliens. Pour faire du mali: un maroc bis, une egypte bis… une mauritanie bis, où les arabo-berbères dominent et maltraitent les populations africianes dans leur propre pays!

      Je ne vous cache pas que ces gens ont de la chance de ne pas m’avoir moi, comme général au Mali. sinon cela fait longtemps que je les aurait fait disparaitre petit à petit sous le sable, pour que notre pays retrouve définitivement la paix.

      Encore une fois, là où vous vous trompez: ces enturbannés ne veulent pas la paix, ils veulent la domination, ils veulent nous dominer!
      D’ailleurs je me tue à le dire, cette que l’onul et la franSS sont avec eux, dans notre pays, ils ne déposeront jamais les armes!

      Nous ne nous laisserons pas faire!

      • Il ne n’est pas facile de continuer à dialoguer avec quelqu’un dans un langage qu’il ne comprend pas. Hadj GAMOU a le mérite de s’exprimer dans le langage des criminels qui est celui des armes et de la guerre. C’est encore mieux que continuer de leur parler en Hébreu alors et qu’ ils ne comprennent pas.

        • Je suis d’accord avec toi…
          Gamou sait que ces gens ne comprennent que le langage de la lutte armée. C’est pour cela que lui, il ne leur fait de cadeau.
          Car il sait que si ils ont une occasion de l’assassiner, ils ne vont pas hésiter.
          Et ça Gamou le sait très très très bien.
          Après on a des élites comme M. Rhissa et leur discours feutré qui mène à rien.
          Ces gens veulent nous dominer et puis c’est tout.

          Tant qu’ils seront toujours récompenser par des postes de colonels, de gouverneurs, de députés … pourquoi veux-tu qu’ils laissent les armes et travaillent comme tout le monde?

          • 1 seconde plus tôt

            Bonjour,
            Frère WSR, merci de me saluer pour mes efforts pour la paix.

            En réalité, rien ne se réglera par la guerre mais par le dialogue et la démocratie.

            Ceux qui veulent dominer à travers l’esclavagisme ou par d’autres méthodes autres que la démocratie n’y arriveront pas, calmez-vous.

            A travers l’application stricte de l’accord de paix les armes seront déposées obligatoirement.

            Ceux qui comptent sur d’autres pour les protéger ne disposeront plus de cette aide car tous les acteurs se conformeront à la mise en œuvre sans complaisance de l’accord au risque de se faire indexer.

            A travers la régionalisation, via la libre administration des régions et communes, qu’on généralisera par l’application de l’accord de paix, le suivi/évaluation et le contrôle se feront partout, ce qui éliminera les dérives dont vous parlez.

            Bien cordialement
            Dr ANASSER AG RHISSA
            Expert TIC, Gouvernance et Sécurité

      • Bonjour,
        Frère WSR, merci de me saluer pour mes efforts pour la paix.

        En réalité, rien ne se réglera par la guerre mais par le dialogue et la démocratie.

        Ceux qui veulent dominer à travers l’esclavagisme ou par d’autres méthodes autres que la démocratie n’y arriveront pas, calmez-vous.

        A travers l’application stricte de l’accord de paix les armes seront déposées obligatoirement.

        Ceux qui comptent sur d’autres pour les protéger ne disposeront plus de cette aide car tous les acteurs se conformeront à la mise en œuvre sans complaisance de l’accord au risque de se faire indexer.

        Bien cordialement
        Dr ANASSER AG RHISSA
        Expert TIC, Gouvernance et Sécurité

  6. Dire que toute cette guerre pourrait se résumer à ces affrontements tribaux..
    Quand la guerre a éclaté les autorités maliennes devaient quand même avoir cette réalité en tête ..
    Un service de renseignement efficace ne serait pas du luxe

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here