La communauté internationale au chevet du Mali : La rencontre de la dernière chance pour le Nord

12

L’Union africaine ne peut pas revendiquer ouvertement la paternité de la rencontre qui s’ouvre ce matin à Bamako. Elle ne peut pas, en effet, organiser de réunion dans un pays suspendu. Or le Mali l’est encore. Mais la réunion est vitale. Une semaine est déjà partie depuis la dernière rencontre du Conseil de Sécurité qui donne un délai de quarante cinq jours à la Cedeao pour lui soumettre un plan détaillé pour la Micema (Mission de la Cedeao au Mali). Il a été donc décidé de laisser floues les questions de pure forme et de faire de la rencontre de ce matin le lieu de rencontre de tous les grandes parties prenantes  à la question du Nord-Mali : la Cedeao à travers le président de son groupe de contact sur le Mali le président Nigérian, Johnatan Goodluck. A celui s’ajoutent le médiateur burkinabé Djibril Bassolé et trois ministres ivoiriens dont celui de la Défense. Côté pays du champ, forte présence mauritanienne et nigérienne et une très imposante délégation algérienne dont un impressionnant convoi de journalistes. Mme Zuma, la toute nouvelle présidente de la Commission de l’Ua et Romano Prodi, le nouvel envoyé de Ban Ki Moon au Sahel sont également de ce rendez-vous dont le plat de résistance est la validation d’un document de concept proposé par l’Union africaine.

Valider le concept    d’Opérations

Ce document revendique trois objectifs : proposer une approche globale de la situation au Mali basée sur les besoins et  les priorités des autorités maliennes ; définir le cadre politique général dans lequel s’inscrit le Concept des Opérations de la Micema ; promouvoir un soutien international coordonné en vue de la stabilisation du Mali et de la région sahélo- saharienne. En clair,  l’Union africaine et elle n’aura pas de mal à prêcher les convertis que sont la Cedeao, l’Onu et l’Ue, partira de la requête malienne qui ne s’oppose plus à l’arrivée des troupes de la Cedeao à Bamako et avec laquelle Abuja s’est déclarée en phase. La Cedeao prévoyait d’abord le déploiement à Bamako, puis le renforcement des capacités de l’armée malienne suivie trois mois après des opérations de reconquête du Nord. L’urgence signalée de la situation au Nord Mali et de ses conséquences sur les pays voisins -les récents enlèvements au Niger- pourrait amener à réduire les délais. C’est ce que plaidera en tout cas la France qui soutient une intervention militaire rapide au Nord du Mali. Naturellement, l’Algérie, hostile à toute intervention étrangère à sa porte suivra avec attention ces débats. Il est vrai que jeudi soir sur les antennes de l’Ortm, le ministre Medelci admettait la nécessité de faire appel à la communauté internationale pour lutter contre le terrorisme, même s’il a plutôt insisté sur l’appui humanitaire et politique comme contribution de l’Algérie à la résolution de la crise malienne.

Vers la levée des sanctions contre le Mali

Selon une source proche du dossier, la réunion de Bamako devrait  mettre tout le monde d’accord sur la stratégie pour libérer le Nord malien, les moyens qui doivent être utilisés, le coût des opérations et le rôle des parties prenantes. Par contre, l’Union africaine plaide pour la levée de la suspension du Mali de l’Ua. Cette levée justifiée selon Addis-Abeba par les progrès accomplis par Bamako en ce qui concerne le retour à l’ordre constitutionnel devrait entraîner, à son tour, la levée d’autres sanctions dont la suspension de l’aide publique au Mali, soit plus de 600 milliards Cfa qui ne peuvent plus être libérés totalement selon certains partenaires techniques et financiers. Mais sur la question de la levée de la suspension, il faudra s’attendre à des débats serrés. Pour certains observateurs, l’ex junte est encore trop présente dans les affaires publiques. De plus les rapports d’enquête demandés, notamment sur la tentative d’assassinat du président Dioncounda Traoré n’ont pas été remis à la Cedeao et à l’Ua comme requis. Cependant, le président Traoré avait lui-même pardonné à ses agresseurs et promis de s’attacher au règlement du conflit Bérets Rouges-Bérets Verts, laissant ainsi penser à une probable amnistie des événements liés à ces deux affaires.  Jeudi pendant que l’Assemblée nationale votait une résolution  pro intervention militaire internationale pour libérer le Nord malien, plus d’un millier de marcheurs, à l’initiative du leader religieux des Hamallistes (islam soufi) et de la Copam, coalition pro putsch, manifestaient à Bamako contre l’intervention de la Cedeao. Cette marche a été baptisée marche de soutien à l’armée dont la hiérarchie, en tout cas,le ministre de la Défense et l’Etat major ont participé, selon le président Traoré, à l’élaboration des points techniques de la requête d’assistance du gouvernement à la Cedeao et aux Nations-Unies, entre autres.

Adam Thiam

 

PARTAGER

12 COMMENTAIRES

  1. coco=blanche neige= sanene ba kulé fa kulé den kulé itzkou bakou :mrgreen::mrgreen:

    spéciale dedikaSS au rétraité dégueux, ouvreur de braguette pro à plus de 60 piges, ki pris sa retraitre dans le beau pays de maliweb.com
    😈 😈 😈 😆 😈 😈 😈

  2. Monsieur THIAM. Si vous pouvez éclairer les lecteurs sur le blocage des armes. J’ai cru comprendre, il y a a peu près un mois, que ce n’était qu’une question de jours.

    Bien sûr que l’on comprend maitenant que ces armes ne seront débloqués qu’au début des opérations militaires.

    Mais, il est aussi possible que cette guèrre ne démarre jamais. Car je suis convainçu que IYAD AG ALI peut se convertir même au boudisme, pourque l’argent clôche. Et de ce fait, IYAD et MNLA laïc, le médiateur a toutes les bonnes cartes pour réussir une bonne médiation.

    Donc, qu’on libère nos armes, pourque nous puissions assurer nos arrières.

  3. Nous disons pauvre Mali faussement démocratique attaqué volé violé clochardisé humilié détruit divisé en2 par ses « enfants ingrats égoïstes paresseux impénitents assistés permanents » de faux islamistes Suppôts de Satan Satan faits humains adeptes et fidèles de Dajal des bandits sans foi ni loi voleurs violeurs tueurs sur des bases raciale et tribale de MNLA

    Nous disons bien également par ses « enfants ingrats égoïstes cupides bouffeurs voleurs impénitents des deniers publics » des lettrés politiques d’ATT des partis politiques des députés Hommes en armes sociétés civiles et religieux de l’ex-mouvance

    Nous disons pourtant leur pays le Mali les a vu naître élevé nourri envoyé dans les meilleures écoles et universités des « Autres » aux fins qu’ils soient travailleurs honnêtes qu’ils aient 1amour profond pour leur pays partout où ils se trouvent et qu’ils se comportent d’égal à égal avec les « Autres » sans complexe pour la défense des intérêts du peuple malien dans cette compétition mondiale où tous les coups sont permis sans aucun état d’âme comme le font les « Autres »

    Nous disons que cette réunion est 1bonne chose si elle se déroule dans le respect mutuelle l’honnêteté

    Nous disons à Dioncounda au 1er ministre aux « jeunes gens » qu’1vrai ami vient au secours de son ami en détresse en lui apportant ceux dont il a besoin

    Nous leur disons 1ami qui dicte qui impose à son ami en détresse n’est pas 1ami il profite de la situation de détresse de son ami pour obtenir ce qu’il voulait chez son ami depuis fort longtemps

    Nous disons 1ami en détresse qui sollicite du matériel et renseignement de son ami qui refuse de lui fournir n’est pas 1ami

    Nous disons 1ami qui bloque les armes dont son ami a fortement besoin pour se défendre n’est pas 1ami

    Nous disons 1ami qui donne le gîte le couvert les soins médicaux les armes la formation à ton ennemi au lieu de le remettre n’est point 1ami il est en fait ton ennemi

    Nous disons partout dans le monde il est dit « l’ami de mon ennemi est mon ennemi et l’ami de mon ennemi ne me voudra que du mal »

    Nous disons à part les tarés idiots de naissance qui ne comprennent rien et ne comprendront jamais rien et ceux qui refusent de connaitre la vérité d’1chose pour des raisons personnelles primaires égoïstes partout tout le monde sait qu’il n’y a pas de bon ennemi 1ennemi est 1ennemi et doit être comme tel même fut il 1fils 1frère 1compatriote au service de pays autres que les leurs et qui en plus a violé tué des citoyens lambda ses compatriotes

    Nous disons ces pays soit disant amis du Mali veulent 1intervention CEDEAO sous mandat de l’ONU sachant bien qu’aucune de ses armées membres n’a encore réglé le problème de sécurité de rebellions dans leurs pays et sachant que la présence d’1armée étrangère ne fait que perdurer la situation de renouvellement de mandat en mandat et les cas de la RDC somalie Côte d’Ivoire Afghanistan Irak etc. sont là

    Nous disons avec 1brin d’honnêteté qu’aucun soldat ne viendra venir mourir pour 1cause qui lui est étrangère il vient tout juste pour renflouer son compte bancaire et c’est 1ballon financier pour les pays pourvoyeurs et c’est le Mali qui payerai les frais

    Nous disons ces pays soit disant amis du Mali veulent que cette force soit au Sud au lieu d’être au Nord pour officialiser de fait la partition du Mali dont ils rêvent tant depuis fort longtemps pour des raisons de stratégie économico militaire pour les uns et des privilèges primaires égoïstes pour les autres

  4. Reunissez, prenez votre temps et encore reunissez car vous avez 45 jrs. Une chose est sure, les barbues ne dorment, le temps que vos reunions accouchent de qlq choses de potable, peut être même Bko serait moins sûre 👿 👿 👿 Après cet incident, l’UA/ CEDEAO doit revoir le temps de réaction qui me parrait trop long.

  5. Le temps presse et l’orage d’une guerre totale qui devra definir l’existence d’un pays sous occupation se dessine a l’horizon. Il n’y a pas de margine pour erreur. Il faudra eviter toute catastrophe.

  6. qui veux ou pas le photo là est là aigrie il faut écarter les juntes avant de faire tous ce que con doit faire

  7. On verra les conclusions de cette reunion. Frere Thiam Il fallait nous trouver une photo recente de nos dirigeants et dirigeantes, cas meme. Bon, Il pas le feux…. 😉 , 😆 …..

  8. Qu’on se dise la vérité, toute la vérité ! Il faut vraiment être un peuple de Nègres pour accepter aussi longtemps que des envahisseurs venus de pays étrangers violent , tuent, jugent et condamnent selon leurs propres lois sans que de braves hommes se lancent à leur assaut pour les bouter dehors! Nous sommes quand même au 21ème siècle, les autres peuples ne veulent pâs avoir l’impression de nous traiter pour des moins que rien, mais ils n’en pensent pas moins ! Le Gouvernement Algérien qui freine des “quatre fers” pour faire perdurer cette situation en évitant une intervention des éléments de la CéDéAO et de l’Armée Malienne n’a de leçons à donner à quiconque, dans la mesure où lorsque les Islamistes ont failli installer la terreur à l’intérieur mêmes des Villes Algériennes, ils n’ont pas attendu l’avis du Conseil de Sécurité des Nations Unis ! Si ces envahisseurs détenaient l’ame Atomique ou des armes non conventionnelles, j’aurais été le premier à demander d’être prudent, mais là, avec ses copmattants sans aucune formation réelle, ni dotés d’armes sophistiquées proprement dites, on ne devrait même pas avoir besoins de faire intervenir les soldats de la CEDEAO comme si nous avions affaire à une grande armée moderne mieux équipée que les nôtre au sud du Sahara. J’ai lu que le Capitaine Sanogo envisageait de faire en sorte que des volontaires puissent être accueillis au sein de Milices formés le plus rapidement pour permettre à tout un peuple de se libérer par ses propres forces. Il serait temps, et nous sommes prêts car ce sont des peuples nègres qui sont en état d’asservissementtotale et pas un pays Arabes que ces salopards n’oseraient occuper, de l’autre côté de la frontière pourtant plus à même d’être” ré-islamisés”!

    • La communauté Internationale devrait laisser ses tergiversateurs maliens à leur responsabilité.
      on leur donne les armes qu’ils veulent & on part se baricarder autour des frontières des autres pays & on attend la fin du western. personne ne sort, personne ne rentre; comme ca, on verra si vous serez encore à aboyer. la seule chose qui me choque, ce sont les femmes & les enfants & les innocents qui ne cherchent qu’à vivre en paix
      Aw ka djou ké ché djou yé

Comments are closed.