La Coordination des mouvements de l’Azawad lance une série d’attaques autour de la cité des 333 saints : Les séparatistes ouvrent trois fronts en vue d’occuper Tombouctou

5

rebellionAu même moment, les rebelles kidalois ont ouvert un autre front à partir d’Acharane (localité où a eu lieu l’embuscade du lundi contre un convoi d’escortes de l’armée malienne et qui s’est soldée par la mort de 9 soldats). C’est un convoi composé de quatre véhicules avec à bord plusieurs assaillants qui a investi cette zone. Il s’agit d’occuper cet axe stratégique et d’empêcher tout déploiement de renforts vers Goundam et Niafunké. C’est le lieu de signaler que le convoi d’escortes qui a été la cible d’une embuscade, lundi dernier, revenait de Niafunké et se rendait à Tombouctou en passant par Goundam.

Le troisième front est ouvert non loin de Tombouctou à partir du côté bac. Il s’agit du côté du fleuve Niger où passent les bacs qui font transiter des passagers désireux se rendre dans la ville de Tombouctou.

De source sécuritaire, l’objectif de la CMA est de parvenir à occuper la cité des 333 Saints afin de compromettre le  processus de paix.

C’est ce qui explique la pression accentuée autour de la ville de Tombouctou. Le calme qui règne à l’intérieur de la ville contraste avec l’inquiétude qui  prévaut dans les environs.Les groupes armés sévissent et se contentent d’occuper des localités où l’armée n’est pas encore visible.

Abdoulaye Diarra

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. je ne suis pas d’accord du MINUISMA car le MALI est un pays souverain; cette zone de sécurité est faite pour nous empêché de rentrer chez nous même donc il est temps que les autorités maliennes se font face a ces fameux minuisma

  2. 333 saints ?? mais il n’y aura jamais assez de vierges pour tout le monde au paradis 😆 😆 😆 :mrgreen: 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  3. Je pense que nos autorités doivent prendre la mesure de la situation et faire preuve de vigilance car la CMA ne cesse de dire qu’elle souhaite une rencontre directe avec le Gouvernement Malien. Et le moyen le plus direct d’y parvenir en ramenant Bamako sur la table de négociation semble être l’occupation d’une ville d’envergure majeure. Un tel scénario porterait un coup fatal au moral des troupes et montrera notre incapacité à restructurer la grande muette et obligera du coup, le Gouvernement à renégocier avec les séparatistes.

Comments are closed.