La crise au nord du Mali : L’AMS – UNEEM monte sur le créneau et propose plusieurs solutions de sortie de crise

0
0

L’amicale des militants et sympathisants de l’UNEEM ont organisé le samedi 3 mars, au pavillon des sports du stade omnisports Modibo Keita,  une conférence débat sur la situation sécuritaire au Nord Mali. L’objectif principal de cette activité était de proposer des solutions pour la sauvegarde de la paix et de la stabilité dans le pays. Ont pris part à cette rencontre, qui a mobilisé plusieurs hautes personnalités dont le ministre de la jeunesse et des sports, les membres et sympathisants de ladite amicale ainsi que d’autres invités venus massivement pour la circonstance.
La cérémonie a débuté par des prières en faveur de la paix dans notre cher et beau pays, le Mali. « La sécurité et la stabilité au nord sont devenues une inquiétude », introduit le Président d’honneur Monsieur Mady Diabaté. Aux regards des velléités sécessionnistes des militants du Mouvement National de Azawad (MNLA) ; des atrocités horribles et les crimes ignobles perpétrés par le MNLA ; des accointances avérées que le MNLA entretient avec les terroristes de AQMI et les narcotrafiquants…les membres et sympathisants de l’AMS-UNEEM ne pouvaient rester indifférents face à cette situation combien déplorable.
Si l’occasion était opportune pour les responsables et membres de l’AMS-UNNEM d’exprimer leur refus total en ce qui concerne la portion de terre que demande le mouvement de l’Azawad, elle était aussi une véritable aubaine pour nos pionniers de la lutte scolaire de témoigner leur rattachement à nos valeurs patriotiques et sociétales.  En effet, son président n’a pas manqué de rappeler la position de l’association, celle d’un Mali un et indivisible. Quant à la sortie de crise, l’AMS-UNEEM a formulé des propositions concrètes. Il s’agit, entre autres, de : dénoncer et condamner la revendication d’une partie du territoire national ; Dénoncer le récent découpage territorial, taillé sur mesure, susceptible d’engendrer des conflits ; Récuser tous les précédents accords de paix en faveur du nord Mali, notamment celui dit d’Alger ; Mettre à la disposition des forces armées  les moyens adéquats pour assurer l’intégrité du territoire, l’unité nationale, la sécurité et la cohésion sociale ; Arrêter systématiquement toutes formes de violence ; Bannir à jamais le recours aux armes comme mode de revendication ; Dénoncer la gestion sectaire dont fait l’objet des programmes de développement conçus en faveur du nord et les redéfinir en toute transparence et équité conformément aux besoins et aspirations des populations ; Identifier et dédommager les sédentaires victimes de la rébellion ; Réaffirmer notre indéfectible soutien à l’armée nationale et l’exhorter à assumer pleinement ses missions dans l’honneur et la dignité ; Présenter les condoléances les plus attristées aux familles militaires et civiles victimes de la rébellion ; Fustiger et condamner  la politique laxiste de réintégration des déserteurs de l’armée ou des fonctionnaires en abandon de poste et les traduire devant les tribunaux requis ; Exiger plus de rigueur et de transparence dans l’enrôlement des nouvelles recrues au sein des forces armées et de sécurité…
La conférence a pris fin par une splendide prestation musicale de Baba Salah Touré et, naturellement, sur une note positive de l’ensemble des organisateurs et participants.
DIALLO HAMADY

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.