La force de l’ONU au Mali a des lacunes, dĂ©nonce son chef

3
Michael Anker Lollesgaard
Michael Anker Lollesgaard

La force de l’ONU au Mali (Minusma), qui a subi les plus lourdes pertes parmi les missions de l’ONU, n’a pas l’entraĂ®nement, la logistique et les capacitĂ©s de renseignement nĂ©cessaires pour remplir au mieux sa mission, a dĂ©plorĂ© mercredi son commandant.

“Est-ce que la Minusma est Ă©quipĂ©e pour opĂ©rer dans un environnement asymĂ©trique ?”, c’est-Ă -dire sous la menace de groupes armĂ©s, s’est demandĂ© le gĂ©nĂ©ral de division Michael Lollesgaard.

“Je dirais: non, pas vraiment”, a-t-il ajoutĂ© dans un dĂ©bat au Conseil de sĂ©curitĂ©. “Nous avons certaines insuffisances majeures qui nous rendent extrĂŞmement vulnĂ©rables”.

Le gĂ©nĂ©ral danois a dĂ©plorĂ© des lacunes dans le renseignement, l’approvisionnement des troupes, leur formation et leur sĂ©curitĂ©.

Des 16 missions de l’ONU dans le monde, la Minusma est celle qui a subi le plus de pertes, avec 36 soldats tuĂ©s et plus de 200 blessĂ©s depuis son dĂ©ploiement en 2013.

Les Casques bleus sont victimes des groupes armés actifs dans le nord du Mali qui utilisent engins explosifs, attaques suicides, embuscades et tirs de mortiers sur leurs bases.

Cette opération est la plus coûteuse en vies humaines depuis la Somalie dans les années 1990.

Le gĂ©nĂ©ral Lollesgaard lui-mĂŞme se trouvait dans un convoi de l’ONU visĂ© le 28 mai par une attaque revendiquĂ©e par Al-QaĂŻda au Maghreb islamique (Aqmi).

Pour lui, la Minusma “aurait pu Ă©viter certaines de ces pertes” si ses soldats avaient Ă©tĂ© mieux formĂ©s et entraĂ®nĂ©s par leurs pays d’origine avant leur dĂ©ploiement. “Beaucoup de mes soldats ne sont pas assez bons dans les compĂ©tences de base” requises, comme repĂ©rer des mines ou appeler Ă  l’aide des hĂ©licoptères pour Ă©vacuer des blessĂ©s.

La Minusma doit aussi avoir des contacts plus Ă©troits avec la population locale et mieux se protĂ©ger des attaques, que ce soit en patrouilles ou de retour Ă  la base. “Nos troupes mĂ©ritent d’ĂŞtre bien protĂ©gĂ©es dans leurs camps contre les tirs et les vĂ©hicules piĂ©gĂ©s, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas”, a expliquĂ© le gĂ©nĂ©ral.

Les Casques bleus doivent aussi pouvoir compter sur “un degrĂ© de confort Ă©lĂ©mentaire” dans leurs cantonnements, a-t-il ajoutĂ©.

Il a enfin critiquĂ© le recours par l’ONU Ă  des transporteurs privĂ©s pour approvisionner la Minusma: “ça ne marche pas dans un environnement hostile comme au Mali. C’est irresponsable de continuer Ă  aller (dans le nord du Mali) avec de vieux camions civils fragiles non protĂ©gĂ©s et conduits par des gens qui ne sont pas des soldats”……Lu sur tv5monde.com

 

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Avant de partir vers Tessalit il fallait desarmer Kidal et ses pourritures, seulement la munisma voulait faire mourir le maximum de soldats pour commencer le partage du mali. sinon comment comprendre abattre les terroristes sans le mnla. la munisma n’a rien vu encore.il fallait aller avec l’armee malienne cela allait eviter beaucaup de morts du cotĂ© des soldats venus aider le mali.

Comments are closed.