La guerre du Nord : Bilans contradictoires et beaucoup d’intox

0
2

Près d’une semaine après les attaques de Menaka, Aguel Hoc e Tessalit, toutes revendiquées par le Mouvement National de Libération de l’Azawad, (Mnla), la guerre psychologique fait rage avec ses bilans contradictoires, son lot d’intox et de  raccourcis. Bilans contradictoires d’abord : c’est dans l’ordre normal de l’état guerre. Menaka comme Tessalit et Aguel Hoc ont donné lieu à deux bilans : celui de l’armée et celui du Mnla, avec chacun revendiquant naturellement le dessus. Les sources indépendantes sont rares car les communications sont perturbées dans les localités attaquées dont les populations se terrent et ne sont pas par, conséquent en mesure, de dire ce qui se passe réellement.

 

Pour ce qui est de Menaka, on sait seulement que les deux camps de la ville ont été repris par l’armée le jour peu de temps après être tombés aux mains des assaillants qui, semble t-il, ne les avaient pas attaqués pour y rester. Des sources locales affirment, en effet, que le gros des troupes du Mnla ont préféré s’abriter derrière les dunes de Intallack, à une dizaine de kilomètres au Nord-Est de la ville pendant que l’armée  occupe le camp de garde au Sud-Ouest.  Dimanche, les deux forces se regardaient en chiens de faïence.

 Pas pour l’instant, craint un habitant : « nous avons ordre, par les rebelles, d’évacuer incessamment la ville ». Des combats seraient imminents entre les hommes du colonel Bamoussa Diarra, déserteur de l’armée, et ceux du colonel Didier Dakouo qui avait assuré, samedi sur les antennes de la radio nationale, que la ville est sous son contrôle. Quel que soit le côté qui l’annonce, l’attaque de Menaka aura fait une dizaine de morts. Dont le colonel Assalat Ag Abi, l’ancien commandant militaire de Menaka ? « Il n’était pas à Menaka mais plutôt à Tessalit ».

  Un des chefs emblématiques de Zakak, la base des indépendantistes, Assalat est-il mort néanmoins ? La rumeur a enflé tant dans les rangs de l’armée que des assaillants. Sa voiture, c’est certain, est sortie calcinée d’une embuscade. Et lui-même ne répondait plus sur son Thuraya, avaient vérifié certains de ses proches. « Il est bien vivant », assurent, pourtant certains de ses proches. Le moins qu’on puisse dire est que jusqu’à hier, l’officier chamanas était « porté disparu ». Le Mnla, dans un communiqué repris par la presse internationale avait annoncé le même sort au Colonel Ould Meydou de l’armée loyaliste, suite à une embuscade dans la zone d’Aguel Hoc. Cela aurait été un gros exploit de guerre, tant le prestige de l’officier arabe est grand et sa valeur militaire reconnue. Manque de pot pour la communication du Mnla, Ould Meydou en bonne forme a démenti les rumeurs de sa blessure ou de sa mort au journal télévisé du samedi.

 Qu’il ait perdu beaucoup de ses hommes et de son matériel dans ladite embuscade, fait pourtant peu de doutes. Qui est derrière l’attaque d’Aguel Hoc ?  Les noms d’Iyad Ag Ali et Cheik Haoussa reviennent souvent. Mais l’ancien chef du Mpa qui aurait repris le maquis il y a deux mois, n’a pas revendiqué.   Reste que le « téléphone arabe » lui attribue le carnage d’Aguel Hoc. Il voudrait, lui, d’une République Islamique et pourrait compter, dit-on, sur l’appui d’Aqmi dans ce combat.

Adam Thiam  

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.