La menace des attentats kamikazes se confirme

9
Des islamistes fait prisonniers par des soldats maliens le 8 février 2013 à Gao afp
Des islamistes fait prisonniers par des soldats maliens le 8 février 2013 à Gao
afp

Depuis la menace du Mujao, un attentat suicide Ă  Gao et l’arrestation dans la rĂ©gion de deux jeunes porteurs de ceintures d’explosifs confirme la nouvelle stratĂ©gie adoptĂ©e par les groupes armĂ©s islamistes dans le Nord du Mali.

L’armĂ©e malienne est en Ă©tat d’alerte à Gao: les patrouilles ont Ă©tĂ© doublĂ©es et les contrĂŽles renforcĂ©s aprĂšs l’arrestation de deux jeunes portant des ceintures d’explosifs et au lendemain du premier attentat suicide recensĂ© au Mali. C’est donc bien une nouvelle phase du conflit qui est dĂ©sormais ouverte.

Samedi vers 23h00 locales, une puissante explosion lointaine a Ă©tĂ© entendue Ă  Gao. Une source militaire française a prĂ©cisĂ© que l’explosion avait eu lieu “Ă  10 km du camp” de l’armĂ©e française, installĂ©e dans l’aĂ©roport de Gao. Cette source a indiquĂ© n’avoir aucune autre prĂ©cision sur la nature de cette explosion.

Les groupes islamistes armés, qui ont refusé le choc frontal avec les soldats français et maliens, semblent avoir opté pour un recours aux attentats suicides et à la pose de mines sur les routes.

Deux jeunes portant des ceintures bourrĂ©es d’explosifs ont ainsi Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©s samedi matin Ă  20 kilomĂštres au nord de Gao, au lendemain du premier attentat suicide au Mali, survenu dans cette mĂȘme ville situĂ©e Ă  1.200 km au nord-est de Bamako et rĂ©cemment reprise aux groupes islamistes armĂ©s.

Menaces du Mujao

Nous avons arrĂȘtĂ© tĂŽt aujourd’hui deux jeunes, un Arabe et un Touareg. Ils avaient une ceinture d’explosifs et ils Ă©taient sur le dos de deux Ăąnes“, a dĂ©clarĂ© Ă  l’AFP Oumar MaĂŻga, le fils du chef du village local.

Les deux jeunes ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©s sur la route menant Ă  Bourem et Ă  Kidal, Ă  20 km de l’entrĂ©e nord de Gao, oĂč un homme s’est fait exploser vendredi dans un attentat suicide visant des militaires maliens, blessant lĂ©gĂšrement l’un d’entre eux. L’attentat a Ă©tĂ© revendiquĂ© par le Mouvement pour l’unicitĂ© et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), l’un des groupes armĂ©s qui occupait depuis des mois le nord du Mali, y multipliant les exactions.

Jeudi, le Mujao avait dit avoir crĂ©Ă© “une nouvelle zone de conflit“, promettant d’attaquer des convois, de poser des mines et “d’organiser des kamikazes“.

Plus grande ville du nord du Mali, Gao a Ă©tĂ© reprise le 26 janvier par les soldats français et maliens aux islamistes. Mais depuis vendredi, la ville semble en Ă©tat de siĂšge: aussitĂŽt aprĂšs l’attentat suicide, soldats et gendarmes maliens se sont affairĂ©s Ă  renforcer les postes aux entrĂ©es de la ville, a constatĂ© un journaliste de l’AFP.

Sacs de sable empilĂ©s autour des postes de contrĂŽle, arbres rasĂ©s pour amĂ©liorer la visibilitĂ©, mitrailleuses lourdes en batterie, patrouilles continuelles de soldats nigĂ©riens et maliens dans leurs pick-ups camouflĂ©s: les mesures traduisent l’inquiĂ©tude des militaires, qui prennent trĂšs au sĂ©rieux les menaces de nouvelles attaques.

DĂšs qu’on sort de plus de quelques kilomĂštres de Gao, c’est dangereux, on peut se faire tirer dessus“, a confiĂ© Ă  l’AFP un officier malien. Selon des sources militaires, française et maliennes, plusieurs des villages entourant Gao sont acquis Ă  la cause des islamistes.

Des mines ont Ă©tĂ© dĂ©couvertes sur les routes alentours: quatre civils maliens ont Ă©tĂ© tuĂ©s mercredi par une mine au passage de leur vĂ©hicule entre Douentza (centre) et Gao. Le 31 janvier, deux soldats maliens avaient dĂ©jĂ  Ă©tĂ© tuĂ©s dans une explosion similaire, sur la mĂȘme route.

Accalmie Ă  Bamako entre soldats maliens

Dans la capitale malienne, le calme Ă©tait revenu samedi aprĂšs les affrontements survenus la veille dans l’attaque par des militaires du camp d’une ancienne unitĂ© d’Ă©lite de l’armĂ©e malienne, les BĂ©rets rouges, qui ont fait deux morts, des adolescents, et 13 blessĂ©s, suscitant la colĂšre du chef d’Ă©tat malien.

Cette attaque, qui illustre les divisions au sein de l’armĂ©e malienne laminĂ©e par les groupes islamistes armĂ©s et les rebelles touareg en 2012, a Ă©tĂ© motivĂ©e par le refus des BĂ©rets rouges de quitter leur camp Ă  Bamako et d’ĂȘtre rĂ©affectĂ©s dans d’autres unitĂ©s pour aller combattre les islamistes dans le Nord.

Les commandos parachutistes des BĂ©rets rouges Ă©taient un corps d’Ă©lite de l’armĂ©e malienne jusqu’au coup d’Etat ayant renversĂ©, le 22 mars 2012, le prĂ©sident Amadou Toumani TourĂ©, un ancien de cette unitĂ©.

Fin avril 2012, les BĂ©rets rouges avaient vainement tentĂ© de reprendre le pouvoir aprĂšs le coup d’Etat menĂ© par les hommes du capitaine Amadou Haya Sanogo, membres d’un autre corps d’armĂ©e, les BĂ©rets verts.

Soupçons de représailles

Dans la ville emblĂ©matique de Tombouctou (Nord), les corps de plusieurs personnes, dont ceux de trois commerçants arabes rĂ©cemment arrĂȘtĂ©s par l’armĂ©e malienne, ont Ă©tĂ© dĂ©couverts ensevelis dans le dĂ©sert, selon l’agence d’informations en ligne mauritanienne ANI.

La dĂ©couverte macabre a Ă©tĂ© faite vendredi, Ă  moins de 2 km de l’entrĂ©e nord de Tombouctou, Ă  900 km au nord-est de Bamako, selon ANI, qui cite des tĂ©moins oculaires. Il n’Ă©tait pas possible dans l’immĂ©diat de confirmer cette information sur place, mais des habitants joints par l’AFP ont fait Ă©tat de rumeurs sur des corps dĂ©couverts dans le dĂ©sert.

Tombouctou, ville emblĂ©matique du Nord du Mali, a Ă©tĂ© reprise le 28 janvier, sans combats, par les soldats français et maliens Ă  Al-QaĂŻda au Maghreb islamique (Aqmi) et Ansar Dine (DĂ©fenseurs de l’islam), qui ont occupĂ© Tombouctou pendant des mois, y commettant de nombreuses exactions.

Les islamistes dissidents du Mouvement Islamique de l’Azawad (MIA) ont “fermement condamnĂ©” samedi les mandats d’arrĂȘts rendus publics la veille par le parquet de Bamako, qui visent 26 personnes, dont les principaux responsables des groupes islamistes armĂ©s et des rebelles touareg du Mouvement national de libĂ©ration de l’Azawad (MNLA), accusĂ©s notamment de “terrorisme” et de “sĂ©dition“.

Bien sĂ»r, nous continuons Ă  privilĂ©gier le dialogue et la nĂ©gociation mais encore faut-il avoir quelqu’un avec qui nĂ©gocier“, a soulignĂ© le mouvement, qui assure contrĂŽler avec le MNLA la ville de Kidal, Ă  1.500 km au nord-est de Bamako, oĂč des soldats français et tchadiens sont aussi dĂ©ployĂ©s.

lexpress.fr/

 

PARTAGER

9 COMMENTAIRES

  1. IL N’YA JAMAIS DE CESSESION AU NORD MALI,
    IL EST DEPLORABLE QUE CERTAINES PESONNES CONTINUENT A SEMER LA CONFUSION SANS LE SAVOIR.
    LES POPULATIONS DU NORD MALI N’ONT JAMAIS PARLER DE CESSESSION.
    SEULEMENT DES BANDITS TEL LE MNLA VEULENT S’IMPOSER PAR DES ARMES; CETTE IDEE DE CESSESSION.
    ET D’AILLEURS LES POUPULATIONS LES ONT TOUJOURS CONSIDERE,COMME DES OCCUPANTS.

    ET MEME L’ASSOCIATION CREEE RECENMENT A BAMAKO NOMMEE TRAIT D’UNION ENTRE LE NORD ET LE SUD ILLUSTRE LA MEME APPROCHE INADEQUATE DU PROBLEME.
    👿

  2. Tout simplement fouillons tous le villages maison par maison et recenssons toute les populations du nord et identifions tout le monde. Et surtout il faut que les autorites se reveillent au Mali: arretons de vendre la carte d’identite, l’acte de naissance et le passeport maliens. Il faut une agence centralisee pour la delivrance de ces documents…car tant que cest nos policiers et gendarmes corrompus qui font la carte d’identite, tant QUE les maire font et signent les actes de naissance a 10 000 fcfa sans aucune source de nationalite authentinque.. tant que le passeport est facilement etabli a 75000 fcfa sans aucune verification de nationalite authentique, On peut oublier la question de SECURITE car il n y aura jamais de securite dans ce pays. L’identification authentique des personnes est la base de toute mesure securitaire dans un pays.

    Vision2013 qui est l’avance annee lumiere sur Koulouba et les ventrus de Bamako.

    • Tu a tout Ă  fait raison. C’est pour cela que l’on parle de grand nettoyage.
      Il va falloir aider le peuple Ă  comprendre les administrations et Ă  se relever contre certaine pratiques qui nuisent au bon fonctionnement d’une ville ou d’un pays ou qui pourrait porter atteinte Ă  la sĂ©curitĂ© des individus vivant dans ce pays.

  3. Koumba Sacko je partage 95€/€ de tes 4 verite ,mon refus des 5€/€ ses l’affaire dit beret rouge .ses plutĂŽt au beret rebelles de kati de demande pardon
    les beret rouge non jamai refuse d’aller se battre au nord .le kanich de sanago le haineu Dembele est venue empirĂ© la situation.
    demande les combien d homme du camp kati est au comba il ont tous fuie .les beret irons et son pret a aller pas parceque la junte leur demande mes ses leur devoire .

  4. Nous disons que les exactions ne sont point le fait de l’armĂ©e mais des populations

    Nous disons qu’il n’y a pas d’amalgame ni de stigmatisation de qui se soit

    Nous disons que ce sont des accusations farfelues faites Ă  dessein

    Nous disons et l’avions toujours dit que ces « ramassis de voyous » sont des SuppĂŽts de Satan Satan fait humains adeptes et fidĂšles de Dajal ou AntĂ©christ Ils accomplissent les actes les plus sataniques qui puissent exister Ă  savoir utiliser des gens pauvres d’esprit endoctrinĂ©s durant leur soit disant « Dawa »comme des bombes vivantes chargĂ©es d’aller tuer des milliers d’innocentes personnes en leur faisant croire que leurs pratiques et agissements sont recommandĂ©s par le St Coran

    Nous disons de vrais Satan car ni eux ni aucun membre de leur famille ne sont utilisés comme bombes humaines

    Nous disons que leur pratique d’utiliser des bombes humaines ne marche ne marchera pas au Mali car dans chaque hameau village ville quartier chacun chacune sait qui est qui qui a fait quoi et qui fait quoi

    Nous disons cela marche dans les sociĂ©tĂ©s oĂč les gens ne connaissent mĂȘme pas leurs voisins directs

    Nous disons et l’avions toujours que dans les vraies dĂ©mocraties de tels criminels sont traquĂ©s et misent hors Ă©tat de nuire et qu’il fallait lancer des mandats d’arrĂȘts internationaux Ă  l’encontre des responsables d’Acqmi Mujao d’Ansar Eddine MNLA pour crimes contre l’unitĂ© la paix crimes de guerre et crimes contre l’humanitĂ©

    Nous disons nous allons voire comment va rĂ©agir les soit disant amis du Mali sous rĂ©gionaux d’Europe d’Arabie qui offrent le gĂźte le couvert les soins mĂ©dicaux aux ennemis du Mali

    Nous disons que tout le monde au Mali sait avec 1brin d’honnĂȘtetĂ© et les bĂ©rets rouge aussi le savent qu’ils se sont laissĂ©s manipulĂ©s par ces «enfants ingrats Ă©goĂŻstes cupide voleurs bouffeurs impĂ©nitents des deniers publics du Mali» de lettrĂ©s politiques mutants maliens de l’ex mouvance qui voulaient rĂ©cupĂ©rer leur pouvoir hĂ©ritage de l’impunitĂ© reine

    Nous disons que ces bĂ©rets rouge aveuglĂ©s par la dĂ©fense de leurs privilĂšges Ă©goĂŻstes primaires et trompĂ©s par les lettrĂ©s mutants maliens politiques de l’ex mouvance ont attaquĂ© les autres bĂ©rets de l’armĂ©e oubliant que l’armĂ©e partout dans le monde est 1 et indivisible raison pour laquelle ils ont lamentablement Ă©chouĂ© et il en sera ainsi Ă  chaque fois qu’on trahi le serment de l’unitĂ©

    Nous leur disons de connaitre humblement leur erreur et demander pardon aux autres bĂ©rets vert jaune noire blanc gris etc sinon ils iront de dĂ©chĂ©ance en dĂ©chĂ©ance car on dit « que le Dieu des armĂ©es est contre ceux qui mettent en mal le serment d’unitĂ© d’union de l’armĂ©e »

    • Koumba Sacko ,tu vois çà depuis les USA que les exactions viennent des populations et pas des soldats ??? quand des corps sont criblĂ©s de balles c’est la population ?? 😉 😉

  5. Dire que les Francais et les Tchadiens sont a Kidal et que la ville est occupee par le MIA et le MNLA deux groupes terroristes armes,cela est a voir avec un bon oeil,car les Tchadiens sont au Mali pour aider lÂŽarmee Malienne a liberer toutes les villes sous occupations,mais pas pour venir vivre avec les terroristes occupants dans nos villes occupees,sauf si lÂŽaide Tchadienne au Mali est un MASQUE de la France dans cette crise Malienne.
    CÂŽest rigoleu de dire que le MNLA a interdit lÂŽarmee Malienne de sÂŽapprocher de Kidal une ville Malienne,vraiment QUELLLE HONTE.

    • T’as vu, non? Dommage que beacoup ne comprennent pas encore que les tchadiens ne sont pas tchadiens. La realite est que ces tchadiens sont juste une extension de l’armee francaise par proxy. Le Tchad n’aurait pas envoyĂ© 2000 soldats au secour du Mali. Soyons patients et observons les jeux. Un proverbe malien dit: “Quand ça pourrit ça sentira”. Toute manoeuvre politique implantee au nord du Mali aura des consequnces non lointaines…car aucune contradiction ne survivra plus le contexte actuel du nord malien…on ne peut pas donner au Mali une armee republicaine qui se soumettra aux diktats des bandits armes.

      Vision2013 qui est a l’avance annee lumiere sur Koulouba et les ventrus de Bamako.

Comments are closed.