La ville de Nampala attaquée par des groupes armés : 2 à 5 militaires maliens tués et de nombreux blessés

3

Au cours de la fusillade qui a duré quelques heures, les narcoterroristes ont réussi à repousser l’armée malienne en dehors de l’agglomération. Il y aurait eu plusieurs morts, dont  deux militaires et de nombreux blessés, de part et d’autre. Ce bilan pourrait s’alourdir. L’attaque,  qui n’a pas été encore revendiquée,  pourrait avoir été menée par des éléments d’AQMI présents dans la forêt du Wagadu,  non loin de la frontière mauritanienne.
Rappelons que l’armée malienne avait,  entre 2013 et 2014 lancé plusieurs opérations dans cette zone, véritable planque des narcoterroristes, pour les déloger. Ceux-ci  avaient,  chaque fois,  réussi à déjouer le plan des militaires maliens,  parvenant ainsi à s’enfuir vers la Mauritanie  toute proche, tout en laissant derrière eux  des  armements lourds,  difficiles à transporter.

NAMPALA, MALIOutre la présence d’éléments  d’AQMI, certains groupes séparatistes  sont aussi  présents dans la zone du Farimaké comprise entre Tenenkou, Nampala et Léré.

Des attaques  y ont été  menées  plusieurs fois par le MNLA contre des populations civiles pour dérober le bétail ou d’autres biens marchands. Des combats éclatent aussi périodiquement  entre ce groupe  rebelle et certains mouvements d’autodéfense rattachés à l’unité nationale. Au moment nous mettons sous presse,  des renforts de l’armée  sont annoncés  du côté de Niono,  principalement du camp de Diabaly (ville momentanément occupée en 2013  par l’Algérien Abu Zeid avant qu’il ne soit chassé par  l’Opération  Serval). D’autres devraient venir de Mopti pour  contrer  les jihadistes de la zone.

Aux dernières nouvelles, les assaillants ont abandonné la ville et se sont dispersés  dans les environs.

ABDOULAYE DIARRA

 

Le gouvernement condamne «cette nouvelle violation du cessez-le-feu»

Le Gouvernement du Mali informe l’opinion nationale et internationale que ce lundi 5 janvier 2015, tôt le matin, des éléments non encore identifiés ont lourdement attaqué la garnison des Forces Armées du Mali (FAMa) de Nampala, dans le cercle de Niono, à proximité de la frontière avec la Mauritanie.

Les assaillants ont été repoussés et la localité de Nampala est désormais sous contrôle des FAMa.

Les combats ont occasionné des pertes en vies humaines et des dégâts matériels de part et d’autre. Un bilan précis sera communiqué dans les heures à venir.

Le Gouvernement assure les populations que des dispositions sont prises, avec l’aide des alliés, pour traquer les assaillants afin qu’ils répondent de leurs actes.

Prenant à témoin l’opinion internationale, le Gouvernement condamne cette nouvelle violation du cessez-le-feu, auquel les FAMa se soumettent scrupuleusement. Il demande à la communauté internationale de prendre toutes les mesures nécessaires pour que le processus de paix engagé soit préservé et conduit à son terme.

Les Forces armées maliennes restent mobilisées en partenariat avec les forces de la Minusma et Barkhane pour rétablir l’ordre et la sécurité sur toute l’étendue du territoire national du Mali.

Bamako le 05 janvier 2015

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Certes le MNLA peut être coupable tout comme le MUJAO. Mais ce serait une erreur d’occulter les autres groupes. La stratégie est simple: s’emparer des armes de guerre difficile à faire bouger. Et dès que leur mauvais objectif atteint, ils se replient

  2. Comment des assaillants peuvent rentrer dans la ville entre 05h et 06h et rester jusqu’à 11h avant de sortir tranquillement. Quelle est la distance entre Diabali et Nampala? Pourquoi l’armée n’a pas pu parachuter des commandos pour en découdre avec les bandits. Pourquoi pas d’avion de combat jusqu’à présent?

  3. il faut appeler le chat par le chat, il n ya pas de terroriste ou de narco trafiquants autre que le MNLA MOUVEMENT DES LACHES APATRIDES SOUTENUS PAR LA FRANCE

Comments are closed.