L’avenir incertain du Mali après l’opération “Serval”

23
Le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, rend visite aux troupes françaises près de Tessalit, le 7 mars 2013, au nord du Mali. | Sylvain Cherkaoui / COSMOS pour Le Monde
Le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, rend visite aux troupes françaises près de Tessalit, le 7 mars 2013, au nord du Mali. | Sylvain Cherkaoui / COSMOS pour Le Monde

Les combats continuent dans le massif des Ifoghas, dans le nord-est du Mali, où les légionnaires du 2e régiment étranger parachutiste traquent jusque dans les grottes de leur sanctuaire, depuis le 25 février, les djihadistes d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI). Dans la vallée d’Amettetaï, qualifiée de “donjon des terroristes” par les militaires, Français et Tchadiens ont progressé début mars, au prix de combats acharnés, tuant des ennemis par dizaines et délogeant par tonnes du matériel de guerre.

Les conditions du désert sont impressionnantes, chaleur de four et vent de sable, la logistique limitée au minimum vital. Le ministre français de la défense, Jean-Yves Le Drian, qui s’est rendu à la lisière d’Amettetaï, jeudi 7 mars, a rendu un hommage appuyé aux unités.

L’opération des Ifoghas est sans conteste “un succès”“Le chef d’état-major malien, le général Dembele, m’a dit que nous avions fait 70 % du chemin”, a-t-il précisé.

La deuxième phase de l’opération “Serval” est en passe de s’achever : celle qui a visé, après la prise des grandes villes du nord du pays occupées par les djihadistes depuis un an, à “éradiquer” AQMI, comme l’a demandé le président de la République. Les militaires s’attendent à deux ou trois semaines supplémentaires de combats. Après, la température insupportable de cette région désertique, ajoutée aux pluies, entravera l’action.

Mais pour la suite, c’est un vide inquiétant qui se présente. Les forces armées censées prendre le relais des Français sont loin d’être prêtes. La situationpolitique au Mali reste toujours aussi incertaine. Le retrait français, d’abord annoncé pour mars, sera “progressif, pragmatique, dans l’appréciation de la situation, a corrigé M. Le Drian. Il faudra aller jusqu’au bout, permettre au Mali deretrouver sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire”.

DES HOMMES APPARUS DROGUÉS, LEURS ARMES LOURDES À LA MAIN

Se pose, d’abord, le problème de Gao, la ville du nord-est qui était sous l’emprise du Mujao. Dans le dernier accrochage du milieu de semaine, les forces françaises ont tué 52 djihadistes d’un coup, des hommes apparus drogués, leurs armes lourdes à la main. Dans les environs de Gao, l’intervention “Serval” a dérangé le trafic régional de la drogue. Par ailleurs, les combattants des groupes terroristes sont ici des Maliens. Il est plus difficile, reconnaît-on dans l’entourage du ministre de la défense, de prendre de front une partie de la population du fleuve Niger, que d’aller décimer des étrangers dans un lointain bastion de pierres inhospitalières.

Ensuite, quand l’armée française se tourne vers ceux qui doivent la relayer, elle continue de se sentir seule. Les premières forces africaines de la Misma, pilotée par la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), sont arrivées très vite après le déclenchement de “Serval”, le 11 janvier. Mais ces forces (4 000 hommes) sont restées nues. “Les Nigériens sont 1 000 pour 15 véhicules”, précise ainsi un officier.

Les promesses des donateurs – 450 millions de dollars (350 millions d’euros) – ne sont pas encore honorées. Les Etats-Unis ont mis à disposition une importante enveloppe, 100 millions de dollars, qu’ils paieront jusqu’en septembre. Mais la Misma manque de tout : chaussures, rations, pick-up, armes. A Bamako, son PC opération flotte dans une grande salle. Une quinzaine d’officiers travaillent derrière une poignée d’ordinateurs portables. L’état-major conduit par le général nigérian Adbulkhadir est censé compter 60 personnels.

“Personne ne s’engage car tout le monde attend que la Misma se transforme en mission de l’ONU au Mali , ce qui permettra de financer l’affaire”, décode unofficier français. Mais la résolution de l’ONU poussée par la France à New York n’est pas prête. Paris, de surcroît, ne se voit pas rester sous forme d’une force de réaction rapide de l’ONU dans le pays, mais plutôt comme “un soutien de deuxième rideau si la situation dégénère”, depuis un point d’appui régional.

“CE N’EST PAS UNE ARMÉE, C’EST UNE BROCANTE”

La formation de l’armée malienne par la mission européenne EUTM commencera début avril. Son objectif : tenir la ligne Léré-Tombouctou-Gao d’ici un an. Elle a retrouvé un élan grâce à “Serval”. “Un seul soldat “Serval” à leur côté, cela décuple leur volonté de combattre”, a confié le colonel major Dako. “Les officiers se rendent compte qu’ils sont passés au bord du gouffre et qu’il faut changer”, note le colonel Bernard Héluin, conseiller de l’armée malienne. Le capitaine putschiste Sanogo a limogé 62 généraux et placé ses hommes. Tout est àreconstruire“Ce n’est pas une armée, c’est une brocante”, résume le colonel Héluin. Le colonel Dako explique qu’il n’a pas assez d’hommes pour assurer des relèves semestrielles. Pas de véhicules pour ses soldats envoyés à Gao et Tombouctou. Encore moins pour “aller jusqu’à Kidal”.

Enfin, la situation politique du pays reste problématique, malgré l’annonce d’une élection présidentielle en juillet. L’Etat est failli. Paris a insisté, par la voix de M. Le Drian, pour que Bamako accélère l’installation de ses fonctionnaires dans les villes libérées. Il faut “des actes”, affirme-t-on dans l’entourage du ministre. A Gao et Tombouctou, c’est le Comité international de la Croix-Rouge qui apporte l’essence, l’eau, l’électricité. “Les populations locales ne doivent pas vivre moins bien après l’intervention française qu’avant”, traduit un expert de la défense.

Une autre question majeure, celle des Touareg, reste ouverte. Paris a d’abord déclaré vouloir s’appuyer sur les Touareg laïques du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), jugés responsables par Bamako de la scission du pays en avril 2012. Aujourd’hui, la prudence est de mise : “Nous ne sommes pas les médiateurs des communautés maliennes.” Le président malien intérimaire,Diocounda Traoé, vient de décider la création d’une commission nationale de dialogue. En attendant, le constat sur le terrain est celui d’un accroissement des tensions intercommunautaires.

LE MONDE | 09.03.2013 à 11h03 Par Nathalie Guibert – Bamako, envoyée spéciale

PARTAGER

23 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    Outre sa formation et des actions pour sa cohésion, l’armée doit être dynamisée et réorganisée pour finaliser, avec les alliés, la restauration de l’unité du Mali ET pour la sécurisation totale et durable du pays en liaison avec la MISMA qui deviendra les casques bleus de l’ONU.

    En parallèle à cette sécurisation, en se basant sur une justice impartiale et sur la non impunité, une commission nationale de dialogue et réconciliation, INCLUSIVE, contribuera à des élections paisibles, à une paix durable, à la réconciliation entre communautés et à l’unité du Mali.

    Ainsi, tout en intégrant l’installation de l’administration et la prise en charge des citoyens, les ingrédients d’une reconstruction durable du Mali commenceront à être plantés.

    Pour récolter une paix et une reconstruction durables au Mali, il faut commencer, dès maintenant, à planter ces ingrédients.

    L’engagement et l’implication de TOUS sont nécessaires.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC/GOUVERNANCE

  2. Nous disons Dieu Le Tout Puissant Le Tout Miséricordieux est Le Grand Démocrate Le Grand Laïc Le Grand Justicier

    Nous disons Lui qui Créa l’Humain permet à l’Humain de s’exprimer d’agir de faire ce bon lui semble Il permet à l’Humain de l’adorer ou non ou d’adorer autre chose Il Juge l’Humain et le Sanctionne en fonction du degré de la faute commise Il a horreur de l’impunité de l’injustice de la cupidité malhonnêteté le vol le crime etc

    Nous disons que Dieu Le Tout Puissant Le Tout Miséricordieux est passé par le coup des « jeunes gens » pour montrer aux maliens et maliennes fiers honnêtes aimants leur Mali l’état de déliquescence du Mali causé par

    1)les « enfants ingrats égoïstes cupides voleurs bouffeurs impénitents des deniers publics du Mali » des lettrés mutants politiques maliens des différents exécutifs des députés des différents législatifs des partis politiques sociétés civiles Hommes en armes et religieux des ex mouvances de part leur gestion primaire primitive familiale clanique laxiste insouciante malhonnête cupide dans 1démocratie bananière des tropiques de l’impunité reine

    2)les « enfants ingrats égoïstes paresseux impénitents assistés permanents du Mali » de MNLA et Ansar Eddine qui ont attaqué leur patri le Mali avec leurs amis Aqmi Boko Haram Mujao et consorts car ils sont prêts à s’allier avec n’importe qui n’importe quel pays et même avec Satan pourvu qu’on leur promette l’assistance et la pitance gratuites jusqu’à leur mort

    Nous disons Dieu Le Tout Puissant Le Tout Miséricordieux sensible à l’humiliation des maliens et maliennes fiers honnêtes aimants leur Mali a mondialisé leur guerre de libération totale de leur pays qui ne saurait tarder

    Nous disons donc que l’avenir de leur Mali multiséculaire multiculturelle multiethnique multi religieux est net et clair s’ils jouent maintenant le rôle que Dieu Le Tout Puissant Le Tout Miséricordieux les a dévolu à savoir sonner la mobilisation totale des maliens et maliennes fiers honnêtes aimants leur Mali à travers hameaux villages villes continents aux fins

    1)de susciter des candidats et candidates en leur sein pour la présidentielle les législatives les communales les régionales et barrer ainsi partout l’accès des postes de responsabilité aux « enfants ingrats égoïstes impénitents du Mali » qu’ils connaissent maintenant et ils ne doivent aucunement se laisser influencer ni par eux ni par leurs affidés

    2)une fois au pouvoir s’assurer de l’exécution des mandats d’arrêts internationaux par les soit disant amis du Mali donnant le gîte le couvert les soins médicaux aux ennemis et collabos du Mali que sont Aqmi Ansar Eddine MNLA Mujao Boko Haram et Consorts ayant survécus à la guerre de libérations des zones occupées dans le cas contraire couper toutes les relations avec les dits pays

    3)traduire devant des juridictions spéciales les lettrés mutants politiques des différents exécutifs députés sociétés civiles Hommes en armes sociétés civiles religieux des ex mouvances responsables de la déliquescence du Mali

    Nous disons ils doivent en permanence avoir à l’esprit que l’aide apporté par Dieu Le Tout Puissant Le Tout Miséricordieux en mondialisant leur guerre de libération et le sacrifice des soldats étrangers morts pour eux ne doivent pas être vain

    Nous disons le Mali ainsi dirigé par des maliens et maliennes fiers honnêtes aimants leur Mali dans 1vraie démocratie de justice d’égalité de laïcité de rigueur de discipline de la compétence de la compétitivité du travail bien fait de la séparation et de l’indépendance des pouvoir

    1)le Mali sortira vainqueur de cette compétition mondiale où tous les coups sont permis sans aucun état d’âme par les gouvernants pour le bien être de leurs peuples et où il n’y a pas de place pour les cupides les incompétents les faibles les pleurnichards les complexés les tarés les idiots et les sentimentaux

    2)le Mali sera au vrai rendez vous du donner et du recevoir et non du recevoir exclusif dont si friands les cupides lettrés mutants politiques africains usurpateurs sans vergogne du titre « d’intellectuels »

  3. QUELLE VERITE AMERE. TANT QUE L’ARMEE RESTERA STRUCTUREE DE LA SORTE, CE SERA LE KO. IL EST PLUS QUE TEMPS QUE LES MALIENS PRENNENT LEUR DESTIN EN MAINS. LA POPULATION DOIT S’IMPLIQUER A 100% ET COMPRENDRE QUE LE POUVOIR C’EST ELLE. DANS UN PAYS OU PERSONNE NE RESPECTE LA LOI ET OU LE RESPECT DE LA HIERARCHIE MILITAIRE N’EST QUE VAINT MOT LE CHAOS PEUT ARRIVER A TOUT MOMENT. MAIS UNE CHOSE EST SURE: C’EST TOUS LES MALIENS SANS EXCEPTIONS AUCUNES ONT ETE DES TEMOINS DE L’AMPLEUR DE LA PROFONDEUR DU GOUFFRE DANS LEQUEL LE PAYS SE TROUVAIT. SI MALGRE TOUT NOUS LES MALIENS RESTONT INSOUSCIENTS, NOUS EN PAYERONT LES FRAIS. COMME ON LE DIT:”MOGO TE FIN GNANAMA KU BO TASUMA LA.” UNE RESTRUCTURATION TOTALE DE LA SOCIETE EST INDISPENSABLE ET CELA A TOUS LES NIVEAUX. LE PLUS GROS PROBLEME DU MALI EST LA CLASSE POLITIQUE ET L’ARMEE ET SEULE L’IMPLICATION SANS FAILLE ET IMPARTIALE DE LA POUPATION PEUT RESOUDRE CELA. IL FAUT TOUT LE MONDE COMPRENNE QUE LE MALI NE SE LIMITE PAS A BAMAKO.

  4. Tous ces questions vitales pour le Mali ne seront pas reglees par un President Elu mais par referendum.Seuls les interets superieurs du pays prevaudront.Pas question d’y meler du sentiment a l’Histoire d’un pays comme le Mali.Ce Groupuscule de rebelles MNLA sont cloues au sol Malien.Soit ils rejeteront leur revendication ridicule, soit ils seront pourchasses par les forces de Securite du Mali.Ceux qui veulent les Casques bleus pour venir sceller une autonomie illegale d’un groupuscule de nomades au Mali cherchent en fait a provoquer l’armee nationale.Cela ne va pas dans le sens de la pacification du pays.Nous demandons l’application stricte des resolutions et de la jurisprudence de l’Assemblee Generale des Nations Unies.Le refus de debloquer les fonds promis a la MISMA est une manoeuvre contre l’ethique internationale.L’Union Africaine doit reclamer le financement de la MISMA par l’ONU ou prendre une position
    politique ferme contre le refus du systeme de defendre les droits
    humains.

  5. Commander,cest prevoir.La guerre,c est un probleme par systeme.Il faut controler soi-meme tous les elements constitutifs,ou les confier a des allies surs.Les soit-disant allies n’ont pas assure le transport des troupes et tout est compromis.La France n’a pas joue le jeu malhonnete.Dieu Merci! Nous avons conseille nos dirigeants de ne pas se fier a un seul scenario,mais de developper un scenario de rechanche partiel ou global en approchant la Chine et la Russie .Nous parlons de 500 millions$ de pret a long terme.Rien n’a ete fait.La Russie et la Chine sont des pays a economie de marche.La Chine ne pourrait refuser une telle demande.Et ensuite,l’apres-guerre ,nous voulons reconstruire ce pays sur de bases nouvelles.La vision colonialiste ,c’est fini!Nous desenclaveront cette partie du Mali;l’eau y coulera et les trains y siffleront.Nous avons des partenaires pour atteindre ces objectifs strategiques.
    Nous ou bien nos enfants le feront.Les interets superieurs de nos pays nous obligent

  6. @Dr Anasser ………” le Mali a besoin d’une union sacrée de tous ses frères et de toutes ses soeurs…….! tout ce qui peut divisé ,doit etre évité ”
    Donc pour vous Sanogo doit rester en place ??? Ce capitaine a tout raté dans sa vie ,ses echecs dans l’armée et l’echec de son coup d’etat ! C’est avec çà que vous voulez reconstruire le Mali ??? D’autre part pour ce qui est de la division ,c’est ce qu’il a afit de mieux au sein de l’armée , d’abord avec sa lutte contre les berets rouges qui etaient les seuls vrais soldats de votre armée , et dernièrement avec les soldats courageux qui se baattent au front ,tandis que lui se la coule douce à Bamako en comptant ses 4 millions mensuels !!! Si c’est sur ces base que vous comptez repartir ,c’est le casse gueule assuré !

    • Bonjour,
      Merci pour votre commentaire.
      Sachez qu’il y a deux étapes pour reconstruire le Mali: la restauration de son intégrité et sa reconstruction durable qui suivra.

      A chacune de ces étapes, correspond une réorganisation idoine de l’armée.

      Pendant la première étape et surtout pendant la guerre, il convient d’éviter les grandes perturbations au sein de l’armée: il faut juste la former, la dynamiser, assurer sa cohésion et son unité.

      Comment voulez-vous REMPORTER la guerre, en provoquant une NOUVELLE division au sein de l’armée ou en amplifiant celle qui existe déjà ?

      La division déjà existante entre bérets rouges et bérets verts complique les choses.

      Les Maliens doivent se concentrer sur l’essentiel, le pays, et s’unir pour restaurer durablement son intégrité.

      Blanche Neige, pour bien repartir, l’examen minutieux du CONTEXTE est indispensable. Faire partir Sanogo en cette période de guerre est contre-productif.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      EXPERT TIC ET GOUVERNANCE

  7. Les jeux sont faits. Les parrains occidentaux du MNLA ne le laisseront pas tomber. Mieux ils l’imposeront. La classe politique pourrie aux affaires à Bamako le sait; mais elle continue d’entretenir l’illusion d’un Etat souverain au niveau des Maliens. Cet Etat failli du fait justement de sa propre gestion politique marquée par deux décennies d’irresponsabilité et de démission néocoloniale. Il est donc inutile de rêver, au train où vont les choses. Mais des lots de consolation existent : écouter Voice Of América qui s’installe à Bamako, participer à des mascarades électorales financées et surveillées par les Occidentaux, contempler les vols réguliers des drones US qui après la chasse aux terroristes, s’en prendront à l’avenir aux patriotes africains ; et enfin saluer l’installation indéfinie à domicile des touristes armés de l’ONU garante d’un Mali bien partitionné. Voilà à quoi a abouti la démission de la bourgeoisie malienne vis-à-vis de ses propres institutions de classes.

  8. Si tout ce decide du quai d’ORSAY et de l’Elysées, via ambassade de france bamako par les notes diplomatiques c’est normale que l’avenir soit incertain pour les pauvre maliens!

    FABUS CHEF du gouvernement malien, le drian ministre des armées des deux pays, et l’ambassadeur de france ministre des affaires etrangeres malien, dionkounda chargé de mission du quai d’ORSAY MALI officiellement, mais officieusement la junte ha! quelle farce! il faut se distraire mes chers membres du nouveau club de sauver le mali.

  9. Bonjour,
    Outre sa formation et des actions pour sa cohésion, l’armée doit être dynamisée et ré-organisée pour finaliser, avec les alliés, la restauration de l’unité du Mali ET pour la sécurisation totale et durable du pays en liaison avec la MISMA qui deviendra plus tard les casques bleus de l’ONU.

    En parallèle à cette sécurisation, en se basant sur une justice impartiale et sur la non impunité, la commission nationale du dialogue et de réconciliation contribuera à des élections paisibles, à une paix durable, à la réconciliation entre communautés du Mali et à l’unité nationale.

    Ainsi, tout en intégrant l’installation de l’administration et la prise en charge des citoyens, les ingrédients d’une reconstruction durable commenceront à être plantés.

    Pour récolter une paix et une reconstruction durables au Mali, il faut commencer, dès maintenant, à planter ces ingrédients.

    L’engagement et l’implication de tous est nécessaire.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC/GOUVERNANCE

    • @Anasser ……..une des premières choses a faire est de vous debarrsser de Sanogo .Tant qu’il sera là a tirer les ficelles des pantins qui gouvernent actuellement ,le Mali n’aura pas le moindre sourire des américains .Et vous avez besoin d’eux ,beaucoup plus que des chinois dont la seule ambition est de vous coloniser comme ils ont commencé à la faire ailleurs en Afrique .

      • Se debarrasser de Sanogo nous declanchera un autre unitil probleme que le Mali n’a pas besion. Vu que Sanogo a le soutien d’une partir de l’armee, une tentative de l’eleminer causer beaucoup de peines au peuple malien que les gens le croient.

      • “.une des premières choses a faire est de vous debarrsser de Sanogo”

        DEPUIS LE TOUT PREMIER JOUR, JE LE DIS, JE LE REPETE, JE LE MARTELE, ET TOUT LE MONDE NOUS LE DIT, NOUS LE REPETE, ET NOUS LE MARTELE!!!…

        Sanogo est le SEUL problème chez nous! Sanogo est LA cause de cette situation!!! Sanogo est le SEUL à n’avoir aucun intérêt à ce que le Mali retrouve la stabilité!

        Depuis le 1er jour, si ce macaque et son sillage de voyous niveau DEF avaient été neutralisés une bonne fois, nous serions dejà en fin de crise depuis longtemps! Cette ordure est un cancer pour le mali, et ses porte-mallettes de kati en sont les métastases!!! Quand va’t’on entamer enfin une chimiothérapie efficace à coup de kalashnikov? C’est une question de survie, et nous aurions du COMMENCER PAR LA!!!!! 😈 😈 😈 😈 😈

        • IL FAUT RECONNAITRE QUE CES NOS HOMMES POLITIQUES DIPLOMEE QUI NOUS ONT MIS DANS LA MERDE DEPUIS DES ANNEES CE PAS UNE QUESTION DE NIVEAU SCOLAIRE
          CE QUI M ETONNE COMMENT UN CAPITAINE PEUT IL PRENDRE UN PAYS EN OTAGE OU SONT NOS GENERAUX!

    • Bonjour,
      Le Mali a besoin aujourd’hui de l’union sacrée de toutes ses filles et de tous ses fils pour une sortie durable de la crise.

      Tout ce qui peut diviser, Blanche Neige, doit être évité.

      En tant que responsable du comité de suivi de la reforme des forces de défense et sécurité du Mali, Sanogo s’attèle à cette reforme et à la réorganisation de l’armée.

      Il y aura une réorganisation en cette période de guerre et une réorganisation après la guerre.

      Le Mali étant actuellement en guerre, ce n’est pas le moment, comme dit Leverdict, de créer des instabilités au niveau de l’armée en essayant de remplacer Sanogo. Il faut réconcilier les différents groupes (bérets rouges et bérets verts) au sein de l’armée.

      Actuellement, l’union de tous les Maliens autour des forces de défense et sécurité du Mali, RÉCONCILIÉES, est la seule possibilité permettant une sortie durable de la crise Malienne.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
      E-mail: Webanassane@yahoo.com

  10. La France a effectivement fait et continue de faire un travail de qualité au nord de notre pays. Mais il convient souvent de reserver quelques lignes à nos vaillants amis tchadiens, qui sans être invités sont en train de faire un nettoyage extraordinaire dans le Tegharghar. Une zone dans laquelle notre armée ne se rendrait surement pas.
    Je prie notre presse de faire souvent des clins d’oeil à cette armée.

  11. A propos des soldats maliens: « Un seul soldat « Serval » à leur côté, cela décuple leur volonté de combattre »

    Peur ou manque de patriotisme?
    Le paternalisme sera encore décrié?

  12. ………..Il est temps qu’on se responsabilise un peu. La FRANCE a fait plus que ce qu’on espérons et nous devons prendre les choses en main. Nous ne pouvons pas continuer à nous comporter en gamin et attendre toujours que les autres fassent tout le travail à notre place. Le MALI manque de vrais partiotes, de vrais leaders pour galvaniser tout le peuple. L’amour pour la patrie est sur les lèvres et non dans les coeurs. Merci à la FRANCE et surtout à HOLLANDE!

  13. “ce n’est pas une armée ,c’est une broquante ” à propos de l’armée malienne 😉 tout est dit !

    • Chasse le naturel, il revient au galop… 🙁

      Le fort cherche toujours à humilier le faible… :mrgreen:

      Mais nous… maliens… nous enseignerons à nos enfants… de ne jamais s’excuser pour ce que nous sommes… 😀 😀 😀

      Vive le Mali… 😀 😀 😀

    • ET TU EN RIS BLANCHE NEIGE ?

      N OUBLIE PAS QUE C EST NOUS QUI AVONS EXIGE LA LIBERATION DU CHEF DU MUJAO POUR LIBERER L OTAGE PIERRE CAMATTE

      ON EST CORRESPONSABLE DE CETTE SITUATION CAR EN PLUS ON LES ETRANGLE AVEC LES PLANS D AJUSTEMENTS STRUCTURELS

      ILS VONT PAS ACHETER DES ARMES POUR LAISSER LEUR ENFANTS CREVER DE FAIM

  14. dionkounda et le gouvernement malien viens accepte une force des interpositions entre l’arme malienne et mnla le force de la cedeao il von devenir une force de maintien de la paix kidal ne fait plus parti du mali

Comments are closed.