Le chef de l’ONU déterminé à travailler avec le Mali pour mettre en oeuvre la résolution du Conseil de sécurité

9 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

 Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a exprimé vendredi sa détermination à travailler avec les autorités maliennes et les partenaires internationaux afin de mettre en oeuvre la nouvelle résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, qui a donné le feu vert à l’envoi des forces internationales pour combattre les terroristes islamiques dans le nord du Mali.

M. Ban a fait cette remarque lors d’une rencontre avec le ministre malien des Affaires étrangères, Tieman Coulibaly, en visite au siège de l’ONU à New York.

MM. Ban et Coulibaly se sont rencontrés « pour discuter de la gravité de la crise dans le pays et aborder comment les Nations Unies peuvent mieux soutenir le Mali pour restaurer sa démocratie et son intégrité territoriale, et mettre fin aux souffrances en croissance du peuple malien », a indiqué le porte-parole Martin Nesirky dans un message adressé par internet aux journalistes.

« Le secrétaire général a exprimé sa détermination à renforcer sa collaboration avec les autorités maliennes et les partenaires internationaux dans la mise en application de la Résolution 2085 du Conseil de sécurité, qui souligne l’importance du dialogue politique et de la poursuite des négociations, et autorise le déploiement de la Force sous conduite africaine pour répondre aux menaces montantes à la sécurité sur le terrain », a indiqué M. Ban.

M. Coulibaly a qualifié la résolution du Conseil de sécurité d’ »étape historique ».

Les combats entre les forces gouvernementales et les rebelles touareg se sont déclenchés en janvier dans le nord du Mali. Dès lors, les islamistes radicaux ont pris le contrôle du nord.

Les violences ont forcé des milliers de personnes à se déplacer. La semaine dernière, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a estimé qu’il y avait au moins 203 845 personnes déplacées au Mali.

« Le secrétaire général a profité de sa réunion avec le ministre des Affaires étrangères pour exhorter tous les acteurs au Mali à finaliser et à appliquer rapidement une feuille de route de transition conduisant à l’organisation d’élections libres, justes et transparentes le plus vite possible », a indiqué le porte-parole onusien.

Publié le 2012-12-22 16:22:05 | French. News. Cn

9 Réactions à Le chef de l’ONU déterminé à travailler avec le Mali pour mettre en oeuvre la résolution du Conseil de sécurité

  1. Taba

    Les complexites de la resolution 2085
    La Resolution 2085 du Conseil de Securite des Nations Unies pose un grand nombre de conditions prealables avant l’offensive des troupes de la MISMA contre les hordes criminelles et terroristes qui infligent des malversations inhumaines aux populations du Nord du Mali. Le Mali est soumis a des conditions dont cetaines pourraient contrecarrer les efforts deployes pour assurer l’integrite et l’unite du pays.
    1) Le Conseil de Securite , apres avoir indique dans sa Resolution 2071 qu’un processus de negociatiopn credible soit entame dans le respect de la souverainete ,de l’unite et de l’integrite territoriale du Mali, entoure l’expression « negociation politique » d’un flou calcule .Alors que Ancar Dine refuse de renoncer a la charia sur tout le territoire Malien et que le MNLA continue a reclamer l’autodetermination ,le Conseil fait du progres realise par le Mali lors des pourparlers avec les Touaregues, une condition prealable de l’intervention des troupes de la MISMA au Nord du Mali pour mettre fin au controle des extremistes et des terroristes sur cette region. En effet , Le Conseil invite Ban Ki Moon a lui faire rapport regulierement sur l’etat d’avancement des negociations politiques. Cette question est traitee avec tant d’ambiguite que le porte-parole du gouvernement francais l’interprete comme une recherche de la reeconciliation nationale.
    Tout le monde est d’accord que l’on tente par des negociations a ramener a la raison les deux groupes rebelles touaregues ; mais en cas de refus, ces groupes qui s’imposeraient a l’integrite territoriale du Mali devraient etre combattus pour preserver l’independance du pays.En outre , lorsqu’on considere la gravite de l’acte de rebellion des touaregues venant de Libye, parler de reconciliation quand plus de 412000 Maliens se trouvent exposes au vent du sahel, que l’Etat Malien fonctionne a peine, (les activites economiques sont arretees, les travailleurs ne sont pas payes ,les citoyens du Nord subissent des sevices des extremistes, des centaines d’innocents sont tues, etc) c’est faire des voeux pieux ou adresser une demande inacceptable.
    2) Le Gouvernement Malien doit organiser des elections legislatives et presidentielles avant Avril 2013, avant donc la liberation des regions du Nord.Cela signifie que le Nord sous le controle des rebelles n’y participera pas. Legalement cette region appartiendra a l’autorite legale ou illegale qui s’y trouve.Tout le monde connait les effets nuisibles des elections presidentielles en Afrique.Les resultats ne sont jamais acceptes et conduisent a la division du pays.Les politiciens Maliens auront vite fait d’oublier les problemes du Nord et de se livrer a un combat post electoral feroce. Le Nord sera tente alors d’ accepter son sort, surtout si l’ennemi sait manoeuvrer. L’unite nationale temporairement acquise sera perdue a jamais et l’on devrait craindre le pire.Si le Mali ne recuse pas les services de Djinnit ,la vassalite des Nations Unies sera reelle.En effet,le Mali ne pourra pas alors se rapprocher du Secretariat General des Nations Unies pour se faire entendre. Il devra travailler a un deuxieme scenario, une intervention au Nord sans les Nations Unies, mais avec les amis du Mali de par le Monde , en Afrique, en Asie et en Amerique Latine.

  2. diagana

    bonjour le minuter fe coua metina ale mate le bandi onor merci :-P :-P

  3. diagana

    bonjour le minuter fe coua metina ale mate le bandi onor merci

  4. dramane coulisakoiba

    Kassin tout y est.C’est formidable.On ne pas négocier avec des rénégats.Si dioncounda le fait le peuple doit dire non.

  5. Koumba Sacko

    Nous disons aux maliens et maliennes fiers honnêtes aimants leur Mali d’être prêts mentalement et physiquement car c’est maintenant que débute la guerre de libération des zones occupées après la déclaration de l’ONU

    Nous disons que le constat qui se dégage de la décision de l’ONU est qu’elle a divisé la poire en deux

    Nous disons que l’ONU a contenté les 2parties avec cependant 1léger penchant pour les commanditaires maîtres (ennemis sous régionaux d’Europe et d’Arabie du Mali et membres aussi de l’ONU) de ces « ramassis de voyous » enfants ingrats égoïstes paresseux impénitents assistés permanents du Mali » » que sont les criminels narcotrafiquants voleurs violeurs tueurs handicapeurs à vie Suppôts de Satan Satan fait humains adeptes et fidèles de Dajal ou l’Antéchrist d’Ansar Eddine et les bandit sans foi ni loi de rebelles touaregs voleurs violeurs tueurs sur des bases raciales tribale de MNLA en demandant à l’exécutif malien de s’asseoir à la même table que ces criminels et voyous chose qu’elle n’a jamais demandé depuis sa création aux « Autres » qui ont poursuivi et mis hors états de nuire les criminels et voyous qui se sont attaqués chaque fois à eux même fussent ils leurs compatriotes

    Nous disons que les contours d’1intervention sous mandat de l’ONU restent flous

    Nous disons que si selon la formule sacrée du Président Abraham Lincoln « la démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple » Nous disons que la sécurité le bien être du citoyen lambda malien doivent primer et si la démocratie signifie l’égalité de tous les citoyens et citoyennes Nous demandons alors à Dioncounda au Django malien au gouvernement de lancer immédiatement des mandats d’arrêts internationaux à l’encontre des responsables d’Acqmi Mujao d’Ansar Eddine MNLA pour crimes contre l’unité la paix crimes de guerre et crimes contre l’humanité

    Nous leur disons pour 1fois dans leur vie de penser honnêtement Mali et abandonner les comportements de la république bananière des tropiques où le citoyen lambda n’est moins qu’un rien où on s’en fiche de la sécurité du bien être du pauvre citoyen lambda et où l’impunité est 1droit pour des criminels au nom d’1 soit disant dialogue ou réconciliation

    Nous disons si selon la formule sacrée du Président Abraham Lincoln « la démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple » Nous disons à Dioncounda au Django malien au gouvernement et aux députés de penser 1fois honnêtement au Mali qui les a tant donné et laisser de côté leurs comportements de la démocratie bananière des tropiques dont ils sont si friands et encouragés en cela par leur soit disant amis les « Autres » et de voter dès cette semaine 1loi interdisant les élections présidentielles et législatives tant que le pays n’est pas unifié

    Nous disons des élections excluant les 2/3 du pays ne sont point démocratiquess et elles seraient en fait 1partition malicieuse satanique du pays en 2 car les 2/3 ou des individus issus des 2/3 peuvent ne pas reconnaitre le président élu contester sa légitimité et déclarer leur autonomie et c’est leur droit car ils ont été exclus sans leur avis(car le droit de vote est sacré en démocratie et aucune autorité n’a le droit et ne peut oter ce droit à des citoyens honnêtes lambda quelqu’en soit la raison)

  6. Kassin

    Il faut lancer un mandat d’arrêt international contre ces renégats et les traduire devant la justice malienne pour:

    1-crimes de guerre et crimes contre l’humanité,

    2- attaque contre le Mali,

    3-outrage au drapeau malien,

    4- saccage des administrations et des commerces,

    5- violence sur les symboles de l’état malien,

    6-vols de voitures et de biens publics et privés,

    7- désertion de l’armée malienne, des institutions de la république du Mali, des administrations maliennes et des projets de développement établis au Mali,

    8- calomnies et dénigrements du Mali,

    9-association de malfaiteurs,

    10-destruction du patrimoine culturel du Mali,

    11-exactions multiformes sur des populations civiles (notamment flagellations, lapidations, amputations des membres inférieurs et supérieurs de citoyens maliens),

    12-viols collectifs sur mineures,

    13-violences sur les femmes et les jeunes,

    14-homicides volontaires de citoyens maliens (notamment tueries à bout portant),

    15-squats des bâtiments publics et privés,

    16-vols de betails,

    17-expropriations illégales de citoyens maliens,

    18-trafics de stupéfiants,

    19-agressions à mains armées,

    20-massacres de soldats maliens désarmés,

    21-vols du matériels de l’armée malienne,

    22-complots contre l’armée malienne,

    23-pillage des banques et des hôpitaux, des centres de santé, des écoles et des projets de développement,

    24-création de situation de guerre ayant contribué à jeter 500000 maliens sur les chemins de l’exode et l’humiliation des camps de réfugiés, à compromettre la scolarité des enfants maliens et à ternir l’image du Mali dans le monde,

    25- prises d’otages en crimes organisés, et atteinte grave à la souveraineté et à l’intégrité territoriale du Mali,

    26-usurpation d’identité de l’état souverain du Mali qu’ils appellent « Azawad »,

    27-vols du matériel de guerre du peuple frère de la Libye et intrusions frauduleuses sur le territoire de la république souveraine du Mali,

    28-attaques, agressions et occupations illicites des camps militaires et des aéroports du Mali,

    29-rackets des populations civiles,

    30-outrages aux lois de la république laïque du Mali par l’application illicite de la Charia et des pratiques moyenâgeuses,

    31- intrusion frauduleuse dans la pratique millénaire de l’islam au Mali et appropriation illicite des mosquées et des lieux de cultes du Mali et occupations illégales du territoire du Mali souverain.

  7. Albert Atangana

    si Ban Ki-moon s’intéresse tant à cette histoire, c’est pour mieux torpiller les actions maliennes