Le Drian plaide pour une intervention rapide au Mali

8 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Islamistes armés à Gao, dans le nord du Mali, le 21 septembre dernier. Crédits photo : AFP

La formation de 3000 soldats africains doit commencer début janvier à Mopti.

Le ministre français de la Défense a relancé l’option d’une attaque rapide dans le nord du Mali. Jean-Yves Le Drian a affirmé dans un entretien au quotidien La Croix que l’intervention militaire contre les milices islamistes «pourra avoir lieu au premier semestre 2013». Une échéance rapide, en contradiction avec les hypothèses évoquées à l’Élysée ou au Quai d’Orsay, qui penchent pour le second semestre au plus tôt. Romano Prodi, l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour le Mali, a pour sa part assuré que rien ne pourrait être fait avant septembre. Washington, principal financier de cette éventuelle opération avec l’Union européenne, se montre plus prudent encore.En octobre déjà, Jean-Yves Le Drian avait plaidé pour une accélération des choses, expliquant que le temps restant avant l’intervention se comptait «en semaines et pas en mois», avant de finalement faire marche arrière. La nouvelle sortie du ministre n’en a que plus étonné. Car, depuis octobre, l’option d’une attaque rapide contre les groupes islamistes paraît s’être plutôt affaiblie.

Pression sur les islamistes

Jeudi, une résolution a certes été votée au Conseil de sécurité de l’ONU pour autoriser le déploiement d’un contingent africain au Mali.

Jean-Yves Le Drian veut une mise en route rapide pour l’opération militaire au Mali. AFP

La future force, baptisée Afisma (mission internationale de soutien au Mali), devrait compter 3300 hommes fournis par les pays de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao). Mais aucun calendrier précis n’a été imposé pour l’arrivée des troupes. Le texte consacre, par ailleurs, une large part aux efforts de médiation pour tenter de trouver une issue pacifique au conflit et à la crise politique qui secoue Bamako depuis le coup d’État contre le président Amadou Toumani Touré, en mars dernier. «La balle est maintenant dans le camp des hommes politiques maliens», reconnaissait d’ailleurs un diplomate. Dans les jours à venir, le gouvernement de Bamako devrait adopter une feuille de route où il détaillera ses intentions. Ensuite, des négociations devraient aussi s’ouvrir avec certains groupes touaregs occupant le nord du pays. Or ces étapes prendront du temps.

La formation de l’armée malienne, censée être le fer de lance de l’opération, réclame elle aussi une certaine préparation. L’Union européenne a été chargée de cette tâche. Environ 400 soldats – 250 formateurs et 150 hommes de protection -, pour la plupart français, seront déployés dans le courant du mois de janvier à Mopti et à Ségou. Ils devraient entraîner 3.000 fantassins environ, en cours de deux ou trois sessions de six semaines chacune. «Dans le meilleur des cas, les cycles ­seront terminés en mai», explique un proche du dossier.

Le ministère français de la Défense n’ignore aucune de ces contraintes. Mais une partie des spécialistes de l’Afrique, tant dans les rangs des militaires que des diplomates, redoute que le temps ne profite aux djihadistes et plaide pour une intervention le plus rapide possible. Ces déclarations ont sans doute pour objectif de rappeler ce risque. Mais ces pressions sont aussi à destination des islamistes. «L’intérêt d’une pression, c’est que ça provoque quelques perturbations dans les groupes concernés», reconnaissait le mois dernier Jean-Yves Le Drian.


Un général français prendra les commandes de la mission

C’est le général François Lecointre, 50 ans, qui dirigera sur le terrain la mission européenne EUTM Mali, chargée de former l’armée malienne. Saint-cyrien, ancien chef de corps du 3e régiment d’infanterie de marine (RICM) de Vannes, il commandait, depuis août 2011, la 9e brigade légère blindée de marine, à Poitiers. François Lecointre connaît bien l’Afrique, où il a servi lors de missions à Djibouti, en République centrafricaine, au Rwanda et au Gabon. Mais c’est en Bosnie qu’il s’est particulièrement illustré: le 27 mai 1995, à la tête d’une section du 3e RICM (dont le lieutenant, Bruno Heluin, venait d’être blessé), le capitaine Lecointre avait repris aux Serbes le poste Sierra Victor sur le pont de Vrbanja, à Sarajevo, et libéré onze Casques bleus pris en otage. Pour la première fois, la Forpronu ripostait.

Par Le Figaro.fr -  publié le 25/12/2012

 

 

8 Réactions à Le Drian plaide pour une intervention rapide au Mali

  1. blanche neige

    une intervention rapide ?? avec qui et avec quoi ?? de jeunes recrues qui pour le moment s’entrainent à courir dans un stade ?? :wink: c’est pour leur apprendre le replis tactique ,,??? :mrgreen: :mrgreen:

  2. nonalinertie

    Disons les choses telles qu’elles se présentent: un voleur doublé d’un violeur et d’un assassin pénètre chez toi par effraction, vole, viole, tue, profane, détruit tout ton tissu économique, sanitaire, éducatif, administratif, etc. Si tu prétends négocier, en fait, tu ne parles que de CAPITULATION. La réalité est que le Mali n’a pas dans l’immédiat ses 200 millions de dollars pour initier la libération. Et la communauté internationale ne veut pas le financer avec la crise mondiale puisque le montant ne pourra pas être remboursé. Alors, on tergiverse, on divertit, on fait dans le dilatoire. Des dentistes se posent même en justicier à l’instant même qu’ils ne parviennent pas à arracher une dent. En attendant, les enlèvements se poursuivent au Mali, au Niger, au Nigéria, bientôt ailleurs avec probablement des actes aveugles de terrorisme, et les bandits se réfugient douillettement dans leur nid malien. Et l’Algérie applaudit, pourvu que ses terroristes ne rentrent pas à la maison. La case de ton voisin brûle, tu t’opposes aux sapeurs pompiers espérant que le feu restera chez ton voisin. On reste perplexe…
    1. IL FAUT DEMANDER ET OBTENIR PAR TOUS LES MOYENS L’APPUI AERIEN ET FINANCIER DE PAYS AMIS. ET COMBATTRE, NOUS N’AVONS PAS D’AUTRE CHOIX. En obtenant l’implication des nomades dans le renseignement sur les mouvements de bandits/terroristes. Malgré leur isolement et leur peur panique des terroristes qui n’hésitent pas à les canarder en représailles à leur dénonciation. Donc, il s’agit de pouvoir les protéger un minimum et d’utiliser avec eux des canaux divers de communications : foires hebdomadaires, convocations des chefs de fractions par l’administration, téléphones satellitaires, etc.
    2. Il ne reste plus qu’à prier pour que La confusion ne perdure entre MILICES ANARCHIQUES ET BRIGADES D’AUTODEFENSE UTILISEES AVEC SUCCES PAR L’ARMEE MALIENNE PAR LE PASSE. Mais si nos grands stratèges oublient la défense des centaines de villes et de villages isolés du champ par des brigades d’autodéfense encadrées par l’armée, alors les milices anarchiques verront inévitablement le jour. CAR LES BANDITS ISOLES NE MANQUERONT PAS DE HARCELER, COMME TOUJOURS, LES ZONES DEGARNIES.

  3. Emoo

    Si tu penses que le lache Kaya sanogo fera une guerre pour le mali vous pouvez continuer rever…..

    Sanogo ne merite que d’etre abattu comme le vrai fils de chien qu’il est….

    • Amou Maliba

      toi tu n’a rien a dire, nous voulons des solutions au lieu de s’acharner su Sanogo. Pourquoi toi tu ne fait aps un coup et prends le devant pour liberer.

  4. tienimango

    les français hesitent la vie de leurs neuf otages est plus important que celle de tout les maliens…maudit soit celui qui attend toujours les autres…cette guerre est malienne nos millitaires doivent prendre leur responsabilite sils veulent sortir par la grande porte de l,histoire……

    • blanche neige

      Tieni ,la vie des neuf otages et en jeu ,pas la vie des maliens !! la vie des maliens ne court que le risque de changer quand les barbus vont s’installer à Bamako avec des fouets .Ca ne va pas tuer les maliens ,çà leur apprendra juste à se comporter correctement ,ce qui manque à leur education :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

  5. simplevision

    Allah ka an deme!