Le Mali a officiellement saisi l’ONU d’une demande d’ “appui et accompagnement”

16
Le président malien de transition Dioncounda Traoré, le 23 août 2012 à Bamako
© AFP

BAMAKO – Le président malien de transition Dioncounda Traoré a écrit au secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon pour demander “appui et accompagnement” pour permettre à son pays de sortir de la crise, a appris l’AFP mardi de sources officielles maliennes.

Le président “Dioncounda Traoré a écrit à Ban Ki-moon. Il demande au SG (secrétaire général) des Nations unies appui et accompagnement pour le Mali”, annonce la présidence malienne sur son compte Twitter (@PresidenceMali). Aucune précision supplémentaire n’a été fournie.

Une source officielle malienne jointe par l’AFP a confirmé cette information, en indiquant que la lettre adressée à M. Ban datait du 30 août, deux jours avant une autre demande formelle d’appui à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao).

A l’ONU, le président malien demande pour le Mali “l’appui et l’accompagnement nécessaires au renforcement de ses capacités, notamment en matière d’assistance humanitaire, de négociation et de réforme des forces de défense et de sécurité”, selon la même source.

Rapportant les termes de la lettre, elle a expliqué que l’appui et l’accompagnement sollicités visent à permettre au pays de résoudre “la pire crise de son existence”, avec “les deux tiers de son territoire occupés par des groupes armés” et “les fondements de sa démocratie (qui) sont également menacés”.

Dans sa lettre à la Cédéao datée du 1er septembre et adressée au président en exercice de cette organisation, le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, Dioncounda Traoré avait sollicité l’aide de la Cédéao, notamment au plan logistique, pour recouvrer le nord du Mali occupé depuis plus de cinq mois par des groupes islamistes intégristes armés alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Il avait toutefois indiqué qu’il ne voulait pas de déploiement de troupes étrangères “combattantes”, mais souhaitait un soutien logistique ainsi qu’une participation au maintien de l’ordre une fois les villes du Nord reconquises.

La Cédéao dit avoir une force, aux contours encore flous, de quelque 3.300 hommes à la disposition du Mali.

Dans une déclaration télévisée diffusée lundi soir, le chef des auteurs du coup d’Etat du 22 mars au Mali, le capitaine Amadou Haya Sanogo, a affirmé que les modalités d’une éventuelle aide militaire régionale seront définies par “les services techniques maliens au niveau (des) forces armées et de sécurité” en concertation “avec les autres acteurs extérieurs concernés”.

La Cédéao prévoit le 17 septembre prochain à Abidjan une réunion des ministres de la Défense, des Affaires étrangères et de l’Intégration africaine sur la situation au Mali, qui doit être précédée d’une rencontre des chefs d’état-major.

Le Mali était considéré comme l’une des démocraties les plus stables de la région jusqu’à ce que le coup d’Etat ayant renversé le 22 mars le président Amadou Toumani Touré le plonge dans le chaos et favorise une progression éclair des groupes armés qui menaient depuis mi-janvier des attaques contre l’armée malienne.

Les groupes armés, dont les islamistes et des rebelles touareg se sont emparés du Nord: les régions administratives de Tombouctou, Gao et Kidal. Les islamistes d’Ansar Dine et du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) ont ensuite évincé leurs ex-alliés touareg et contrôlent désormais totalement le Nord. Le 1er septembre, le Mujao s’est emparé sans combat de la ville stratégique de Douentza (région de Mopti), dans le centre du pays.

Ils imposent dans les zones sous leur contrôle une stricte application de la charia, la loi islamique, commettant en son nom des exactions, souvent en public. Lundi à Gao, cinq hommes accusés de braquage ont été amputés, chacun, d’une main et d’un pied par les islamistes.

 

AFP / 07:19 – 12/09/12

PARTAGER

16 COMMENTAIRES

  1. mieux vaut tard que jamais. le courage est la valeur absolue de celui qui se veut un leader… alors courage monsieur le PR…

    • Rebel tu demandes du courage à Dioncounda .Aujourd’hui dans Le POINT , Dioncounda est considéré comme un politicien falot 😉 😉 alors ne lui demandes pas la lune :mrgreen:

  2. Merci mon Prési mais je pense qu’ils trouveront qlq choses d’autre pour retarder l’écheance car le Mali n’ayant ni petrole ni gaz… en fait rien de cela à part misère pour les attirer

  3. Merci président. Vous devez passer à l’ORTM pour donner plus d’explications à la population, on est perdu, on ne sait plus qui dirige le pays.

  4. Cette saisie s’inscrit dans la logique des objectifs de la transition. Maintenant qu’il y a plus de lisibilité et de comprehension sur les problèmes du Mali l’appui de nos partenaires est indispensable.
    A certaines categories de maliens sur ce site je comprend qu’on peut avoir de la haine contre un compatriote mais solliciter la CPI à le poursuivre alors qu’il y en a à travers le monde plus poursuivable que lui et même demander à la CEDEAO de désarmer un camp militaire aussi strategiquement important que Kati c’est s’éventré soi même comme le criquet communement appelé “Kori don”. J’en invite au sens élevé des uns et des autres. Sanogo passe comme nous tous mais le Mali restera éternel. Qui sont ces dirigeants occidentaux interpellés devant cette cours dites le moi. Ne soyons pas aveugler par la haine.

  5. La communaication du président semble très limite-limite….quelle est cette manière de diffuser des infos nationales via un compte twitter?????

    • “quelle est cette manière de diffuser des infos nationales via un compte twitter?”

      parce que c’est bien plus parcimonieux, surtout en ces temps de crise (économique surtout). 😀 et en plus, c’est le PM qui a ses entrées à la caisse de résonance de Bozola, pas le PR… 😀

  6. Merci Dioncounda Traore.
    Vraiment que l’ONU et CEDEAO et UA, UE aident maintenant le mali pour sortir de cette crise. Si vraiment ces grandes institutions internationale sont les defenseurs des droits de l’Hommes,il est temps d’aident le mali.

  7. Tout le malheur de ce pays est arrivé par la faute du capitaine SANOGO et de ceux là qui l’ont soutenu dans cette mafieuse action.
    Vous voyez même les militaires qui ont abattu sans sommation les paisibles religieux maliens et mauritaniens à Diabali ont reçu l’ordre du capitaine SANOGO.
    Une chose est certaine si nous ne prenons garde le bateau Mali va couler car c’est un maudit ce capitaine qui cherche vaille que vaille le pouvoir .
    Il essaye de tromper la communauté internationale et nationale en disant qu’il a cédé le pouvoir mais au fait c’est un menteur il dit cà pour échapper à la justice internationale , heureusement pour nous il ne va jamais s’échapper à cette vraie justice.
    La CEDEAO doit désarmer le camp de KATI et attendre la fin d’une élection pour remettre les armes au nouveau pouvoir sinon je vous jure que les alcooliques de KATI vont s’accaparer de nouveau

  8. le morale de l’armée doit changer, l’armée est d’une moralité douteuse, l’armée n’est plus là pour la population mais contre la population, la population est opprimée par la police, la gendarmerie… tous ceux qu’ils savent faire c’est de demander de l’argent aux population non armées et refusent le combat, notre armée n’a plus sa place ils doivent tous démissionner on va les remplacer ou ils se contentent de leur salaire on ne veut plus une armée corrompue.

  9. Maintenant, on peut dire que le Prési travaille et commence à exercé son pouvoir. Aux journalistes maliens, cette correspondance date du 30/08/12 et personne de vs n’a fait écho :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: Mais il ne vs manque pas de fantaisie pour dire: Iyad est mort par ci, le Mnla s’est mordu la queue par là et j’en passe. Je veux tout simplement dire k vs devez ns rassurer k nos leaders actuels sont au travail pour ns 😀 😀 😀 😀 Bravo AFP

    • 😆 😆 😆 😆 walayi Cliclac, le fameux ambassadeur de la France et RFI ne le savaient pas non plus 😀

Comments are closed.