Le Mali “n’acceptera plus” la violation de son territoire par le Polisario

0
2

 BAMAKO — Bamako "n’acceptera plus la violation de son intégrité territoriale par le Front Polisario", dont des hommes armés ont récemment pénétré au Mali où ils ont tué un homme et en ont enlevé au moins trois autres, a déclaré vendredi à l’AFP un ministre malien sous couvert de l’anonymat.

"Le Mali n’acceptera plus la violation de son intégrité territoriale par le Front Polisario. Chez nous, ce n’est pas le Far West où on vient tuer, enlever des gens et nous l’avons déjà fait comprendre à qui de droit. La prochaine fois, nous prendrons nos responsabilités", a affirmé ce ministre.

Pour lui, les "raisons de cette intrusion ne tiennent pas debout, surtout que la personne tuée et celles enlevées n’ont rien à voir avec les ravisseurs des otages européens enlevés à Tindouf", dans l’ouest de l’Algérie.

Le Polisario, qui se bat pour l’indépendance du Sahara occidental (sud du Maroc), avait accusé Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) d’avoir enlevé le 23 octobre dans la région de Tindouf, où se trouvent des camps de réfugiés sahraouis, deux femmes (une Italienne et une Espagnole) et un Espagnol.

L’enlèvement a été revendiqué par un groupe présenté comme dissident d’Aqmi, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest, jusqu’alors inconnu, qui a diffusé une vidéo des trois otages.

Le Polisario affirme exercer son "droit de poursuite" pour arrêter "des complices" d’Aqmi accusés d’avoir enlevé ces trois personnes, mais en réalité il s’agit là d’un "règlement de comptes entre trafiquants", a-t-on indiqué de source sécuritaire malienne.

Lors de leur incursion dans la région administrative de Tombouctou (nord du Mali), les hommes armés du Polisario ont tué Mohamed Yeyia Ould Hamed, dit "Double-Tête", dont ils pensaient qu’il avait participé à l’enlèvement des trois Européens, et ont emmené au moins trois autres hommes avec eux.

Des personnes impliquées dans les enlèvements de Tindouf ont été arrêtées par les services de sécurité du Polisario, a déclaré le président du Parlement sahraoui, Khatri Eddouh, cité jeudi par l’agence algérienne APS, sans préciser où avaient eu lieu ces arrestations.

De source sécuritaire malienne, on précise que ces arrestations et l’incursion du Polisario en territoire malien au cours de laquelle est mort "Double-Tête", sont une seule et même affaire.

Copyright © 2011 – 15 Dec 2011 AFP.

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.