Le ministre des Affaires étrangères, Tiéman H. Coulibaly hier face à la presse : « Il est indécent de parler d’élections quand notre pays est occupé »

36 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Les contours précis de la résolution 2085 du Conseil de sécurité de l’ONU autorisant le déploiement d’une force militaire internationale au Mali, le dialogue avec le MNLA et Ançardine, la problématique de l’organisation des élections avant la reconquête du Nord, le calendrier éventuel d’une intervention militaire pour libérer le nord, les lignes infranchissables du Gouvernement malien dans un éventuel processus de négociation. Toutes ces questions ont été abordées hier jeudi 27 décembre, au cours d’une conférence de presse, par le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Tiéman Hubert Coulibaly et son homologue de la communication et porte-parole du Gouvernement, Manga Dembélé. Pour le chef de la diplomatie malienne, il est simplement indécent de parler d’élections quand les populations du Nord croupissent dans la détresse que leur imposent les occupants.

Tieman Coulibaly, ministre des affaires étrangères lors de sa conférence de presse hier

Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Tiéman Hubert Coulibaly a rappelé l’offensive diplomatique d’envergure qu’il a entamée depuis qu’il est au gouvernement pour donner au Mali, la place qui est la sienne dans le concert des nations. « Nous nous efforçons d’être partout où on parlera du Mali, car notre pays est un grand peuple. Comme je l’ai souvent souligné, notre pays vaut plus que le triste spectacle qu’il a offert ces derniers mois au monde entier », a-t-il indiqué.

Pour le chef de la diplomatie malienne, la dernière étape significative de cette intense activité diplomatique  est l’adoption de la résolution 2085 par le Conseil de sécurité à l’unanimité de ses membres, le jeudi 20 décembre dernier. Il s’agit, a expliqué le ministre Tiéman Hubert Coulibaly, de la troisième résolution concernant la situation au Mali. Mais, cette résolution est de loin la plus significative en  ce sens qu’elle autorise la constitution d’une force internationale pour reconquérir l’intégrité territoriale du Mali.

Et le ministre d’expliquer qu’à travers cette résolution, l’ONU, l’organisation multilatérale la plus importante au monde, autorise les pays qui se sentent intéressés à s’engager aux côtés du Mali pour reconquérir notre territoire, restaurer la souveraineté de notre Etat. En d’autres termes, l’ONU dit clairement qu’elle est d’accord pour que des pays se coalisent pour aider le Mali même à travers le déploiement d’une force militaire sous bannière internationale. Il est aussi question de sécréter un fonds spécial pour soutenir l’opération. C’est dans ce sens qu’une conférence des donateurs sera organisée bientôt pour un appui financier à l’intervention. La résolution comporte aussi une autorisation des Etats membres intéressés à passer des accords bilatéraux avec le Mali pour l’atteinte de l’objectif, la libération des 2/3 de son territoire occupés.

Selon le ministre Coulibaly, il n’est pas question de s’attendre à une quelconque divulgation des secrets de défense relatifs par exemple à la date de l’intervention ou aux localités par lesquelles elle sera entamée. « En matière militaire, il faut se garder de trop parler… Sauf à se mettre au service de nos ennemis, personne ne doit communiquer sur les dates, les effectifs, les moyens ou la stratégie militaire pour cette intervention. Ceux qui s’amuseront à donner ces détails s’exposeront à des sanctions, car ce serait une divulgation de secret de défense. Ces détails-là, nous ne les donnerons jamais ! « , a-t-il martelé.

A propos de l’injonction d’aller aux élections au plus tard en avril 2013, le conférencier dira que la résolution onusienne concède que ce scrutin ne soit organisé lorsqu’il sera « techniquement «  faisable. Mais, comme le président de la République l’avait indiqué, a-t-il souligné, il n’est pas question d’aller aux élections lorsqu’un centimètre carré du territoire sera occupé. « Je l’avais déjà dit, je trouve même qu’il est indécent de parler d’élections lorsque notre pays est occupé, que les populations des zones occupées sont dans la détresse. Quelle est cette élection à laquelle des Maliens ne pourront pas prendre part…  »

Par rapport à la voix  pacifique de sortie de crise, les ministres Tiéman Coulibaly et Manga Dembélé ont mis un accent sur la volonté de dialogue avec seulement des Maliens, qui s’inscriront dans la République, laïque, une et indivisible. Ce qui a été amorcé à Ouaga, sous l’égide du Médiateur de la CEDEAO, le président Blaise Compaoré, n’était qu’un déblayage de terrain sur les préalables du gouvernement malien.

Bruno D SEGBEDJI

SOURCE:  du   28 déc 2012.    

36 Réactions à Le ministre des Affaires étrangères, Tiéman H. Coulibaly hier face à la presse : « Il est indécent de parler d’élections quand notre pays est occupé »

  1. Rebel

    En matière militaire, il faut se garder de trop parler… Sauf à se mettre au service de nos ennemis, personne ne doit communiquer sur les dates, les effectifs, les moyens ou la stratégie militaire pour cette intervention. [...] Ces détails-là, nous ne les donnerons jamais !

    arrêtez de mentir car ces détails-la, vous ne les avez pas et pire, vous n’êtes même pas sur la voie de les avoir, hélas!

    ils n’ont rien, ni calendrier, ni agenda, ni argent, ni moyens, ni… NADA ! voilà toute la vérité, mais au Mali dire la vérité dans les hautes sphères de l’État est un péché mortel. et croira mal qui croira le premier… :wink:

  2. Dr ANASSER AG RHISSA

    MALI: QUELS CRITÈRES ET CONTRAINTES POUR GAGNER LA GUERRE DANS L’UNITÉ ?

    Bonjour,
    La nouvelle résolution 2085 de l’ONU, adoptée le 20 décembre 2012, à l’unanimité, comprend deux volets, réconciliation politique et militaire, qui doivent être menés parallèlement.

    Le volet RÉCONCILIATION POLITIQUE doit:

    (1) via le dialogue politique, rétablir l’ordre constitutionnel à travers les élections présidentielles et législatives avant avril 2013,

    (2) engager des négociations entre les autorités de transition du Mali et les groupes présents au Nord Mali et n’acceptant pas le terrorisme, essentiellement les groupes Touaregs, comme le spécifie la résolution.

    Le volet MILITAIRE avec deux étapes:

    - parallèlement à la réconciliation politique, la préparation de l’armée Malienne et des troupes de la force internationale pour être prêtes à reconquérir le Nord Mali,

    - déploiement de la force internationale MISMA (Mission Internationale de Soutien au MAli) après accord du conseil de sécurité de l’ONU s’il juge l’état de préparation suffisant à partir de certains critères (entraînement suffisant, efficacité du commandement, équipement et adaptation au terrain).

    Compte-tenu du temps nécessaire à la préparation de cette force mondiale et pour des raisons climatiques, des responsables de l’ONU et des diplomates estiment que le déploiement de cette force MISMA ne peut démarrer avant l’automne 2013.

    DONC, CETTE RÉSOLUTION 2085, DE L’ONU, DONNE, IMPLICITEMENT, LA PRIORITÉ AUX ÉLECTIONS AVANT LA LIBÉRATION DU NORD MALI.

    C’est dommage, une partie de la population Malienne sera dans l’impossibilité de participer à ces élections.

    POUR QUE LES ÉLECTIONS AIENT LIEU APRÈS LA LIBÉRATION DU NORD MALI, IL SERA IMPÉRATIF DE LE LIBÉRER AVANT AVRIL 2013.

    Est-ce possible ?

    DIFFICILE, compte-tenu de la complexité de la situation et de l’état de préparation de l’armée du Mali ET celui de la force internationale de soutien, sauf si les forces de défense et de sécurité du Mali et les Maliens s’engagent SEULS, le plus rapidement possible, pour cette libération. Dans ce cas, les conditions sont-elles réunies pour que la libération du Nord Mali, dans l’unité, soit effective ?

    Compte-tenu de la complexité de la situation (guerre exigeant de la précision car pouvant se dérouler en ville avec la population mélangée avec les terroristes des fois sans qu’elle le sache, extensions et renforts régionaux et internationaux possibles), IL EST PRUDENT, COMME L’EXIGE LES CRITÈRES POSÉS PAR L’ONU, que l’état de préparation des forces de défense et de sécurité du Mali et de la force internationale de soutien soit vraiment satisfaisant avant d’envisager la guerre contre les terroristes.

    L’exigence d’une guerre précise, ciblée et de courte durée milite, comme je l’ai proposé dans ma solution de sortie durable de la crise du Mali, pour une guerre informationnelle d’intelligence collective ou guerre stratégique de renseignements sur les terroristes.

    UNE TELLE GUERRE EXIGE L’ENGAGEMENT DE TOUS LES MALIENS EN FRONT UNI ET CELUI DES PARTENAIRES RÉGIONAUX ET INTERNATIONAUX.

    ELLE EXIGE AUSSI UNE DURÉE CONSÉQUENTE POUR DES INFORMATIONS (CORRÉLÉES/SÉCURISÉES) FIABLES SUR LES TERRORISTES.

    Ce qui constitue d’autres contraintes indispensables dont l’ONU n’a pas parlé.

    Finalement, pour gagner la guerre contre les terroristes et assurer la réconciliation nationale, dans l’unité, les Maliens doivent les préparer avec précaution.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC et Gouvernance

  3. Emoo

    Mamdame Oumou Sall, j’ai entendu parler de toi, mais je n’ai jamais eu le plaisir et le privilege de t’ecouter….

    Tu es une fierté de notre pays et une dame qui a la tete sur les epaules… Mashallah

    Puisse Allah le Tout Puissant t’inspirer davantage et porter loin l’echo de ton cri de coeur, un coeur de douceur, un coeur de mere , un coeur de femme, un coeur patriote , un coeur tout court qui bat au rythme de ses angoisses, mais aussi et surtout de son espoir celui d’un Mali qui sortira grandi de cette trahison des ces énergumenes du MNLA ANSAR Dine que rien ne peut satisfaire si ce n’est la brutalité qu’il cultive et la desolation qu’il seme…et dans laquelle il ont grandi….. Trahison dans les veines, trahison dans les neurones, dans la brume du desert qui les ensevelira;

    Dieu te benisse Ya RABB.

    La voix des hommes en culotte, paron en treillis s’est éteinte et celle des dames de ta stature résonne de partout en tout malien digne de ce nom… pas de ce petit perdu de Assarid qui desemaparé n’a trouvé autre chose à dire si ce n’est si les maliens veulent de lui, il est partant pendant que dans sa poche il n’avait autre chose qu’un passport malien… Quand tu ne sais ou tu vas au moins rappelle toi d²ou tu viens Petit Assarid du moribond MNLA?

    Oh Rage , Oh Desespoir…envahit leur coeur et engloutit les dans les eaux du Nil comme les peuples maudits d’hier…

  4. justicequity

    Je vois tout et n’importe quoi , on peut aussi faire un gouvernement d’union nationale en donnant des ministères aux barbus et MNLA ,avec les accords que Alpha a fait pour mettre fin à la rébellion des années 90 tous les nordistes savaient que ce n’était pas la fin de la rébellion , mais bien au contraire le début pourquoi changer une méthode qui marche ? Dans le meilleur des cas pour des criminels on peut leur éviter la pendaison , sinon il faut faire cette guerre , c’est une dette que Alpha a reporté sur les présidents suivants ATT en a été la victime , avec de nouvelles négociations , on va encore reportés pour les années à venir le même problème , il faut faire cette guerre , tous ceux qui prennent les armes contre le Mali doivent savoir que la mort sera leur finalité , mais tant qu’on va négocier avec des criminels en leur donnant des postes qu’ils ne méritent pas et dont ils n’ont même pas le niveau ça sera un éternel recommencement parce que quoi qu’on fasse il y aura toujours des mécontents et ils savent qu’en prenant les armes ils auront ce qu’ils veulent , concrètement qu’est ce que le Mali peut négocier avec des islamistes ? j’attends vos réponses .

  5. justicequity

    Je vois tout et n’importe quoi , on peut aussi faire un gouvernement d’union nationale en donnant des ministères aux barbus et MNLA ,avec les accords que Alpha a fait pour mettre fin à la rébellion des années 90 tous les nordistes savaient que ce n’était pas la fin de la rébellion , mais bien au contraire le début pourquoi changer une méthode qui marche ? Dans le meilleur des cas pour des criminels on peut leur éviter la pendaison , sinon il faut faire cette guerre , c’est une dette que Alpha a reporté sur les présidents suivants ATT en a été la victime , avec de nouvelles négociations , on va encore reportés pour les années à venir le même problème , il faut faire cette guerre , tous ceux qui prennent les armes contre le Mali doivent savoir que la mort sera

  6. justicequity

    mais n’importe quoi Mr coulibaly , si le nord est libéré Sanogo aura toute la légitimité qui lui manque aujourd’hui , les gens ont peur de lui aujourd’hui mais si le nord est libéré même si la junte reste couchée à Kati pendant les opérations , elle va avoir à nouveau un soutien populaire comme au lendemain du coup d’état , ces militaires me font plus peur que même le MNLA ou les barbus , parce que pour le moment sans jouer à la langue de bois ce sont les seuls qui peuvent nous entrainer vers une guerre civile , plus ils vont rester , plus ils seront difficiles à mettre hors jeu , mais ce que semble oublier ces militaires c’est que les temps ont changés , avec le développement extraordinaire qu’a connu les médias ces 15 dernières années , il n’y a plus place pour des militaires dans la gestion d’un pays .
    Les militaires massacrés d’Aguelhoc qui a conduis le pays vers le K.O ça se serait passé il y a 20 ans de cela il y avait très peu de chance d’avoir les images qui ont traumatisé nos militaires aujourd’hui 1 malien sur 3 a en permanence un dictaphone ,un appareil photo en même temps un caméscope qui le téléphone portable , alors que si on remonte à 10 ans en arrière très peu de maliens avaient des téléphones dotées de ces options.
    Le véritable problème du Mali n’est pas au nord , mais ici à Bamako où l’ennemi se cache parmi nous , au nord l’ennemi est connu et ne se cache pas.

  7. coulibaly moussa

    Qu’elle garantie avez vous.que les gens de kati seront neutralisés lorsqu un nouveau président serait élu avec un pays au 2/3 occupé?
    Quel pouvoir ce président aura face aux putschistes?
    Si vous avez des recettes à conseiller au président à venir contre sanogo, pourquoi ne pas le dévoiler à Mr diocounda Traoré?
    Il ne faut pas se leurrer le meilleur moyen de faire taire les militaires de kati c est de libérer le nord d abord ainsi ils n auront plus d arguments pour s immixer dans les affaires politiques et ensuite organiser les élections.
    Il y aura t il un nouveau peuple , une nouvelle armée, un nouveau comportement au mali, l avènement d un nouveau patriotisme avec un nouveau président élu?
    Je pense que non, rien ne sert de changer le contenant sans changer le contenu.
    Qu’ il y est un nouveau président ou pas tant que l argument qui a servi de faire le coup d état contre att â savoir la rébellion touareg demeure, les militaires n iront nul part et personne au mali ne pourra les empêcher.
    Voyez les dons de véhicules, d armes et de munitions qu’ offrent l Algérie au mujao alors que nous faisons que nous entredechirer à Bamako et si on ne prend garde l Algérie risque de conseiller au mujao la descente vers le sud notamment moptii et sevare pour empêcher l utilisation des aéroports de ces d3ux localités.
    Unissons nous, il y a encore de l espoir

  8. rodrigues Soares

    :wink:… AVANT …OU …APRES…EN REALITE IL SAGIT TOUT JUSTE DE COMMENT S’ ACCAPARER DU POUVOIR ET CONTINUER A ETRE DES NEGRES ASSERVIS ET NON DES HOMMES LIBRES DE DESTINEE ET DE VOLONTEE… :!:

    :oops: LES UN PENSENT QU’ ILS AURONT LE POVOIR SI…AVANT…D’ AUTRES…APRES…PAS DE CALCULS POUR SERVIR LEURS PEUPLES MAIS TOUT LE CONTRAIRE :!: