Le Premier ministre à Paris : Pour négocier avec les bandits armés

55 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Annoncé ce lundi 26 novembre à Paris, le chef du gouvernement de transition se rend dans la capitale française au même moment que le président du Mouvement national de libération de l’Azawad. Si l’entourage de Cheick Modibo Diarra ne présage pas de rencontre avec la délégation des bandits armés, tout porte à croire que cette visite s’inscrit en droite ligne de la volonté de celui-ci de négocier avec ceux qui ont violé, pillé, égorgé nos compatriotes civils et militaires au nord.

 

Cheick Modibo Diarra, PM

Le peuple malien à beau dit « non » aux initiatives de négociations des autorités avec les groupes armés, le Premier ministre s’en moque. Cheick Modibo Diarra est prêt à tous les compromis avec les militants du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et les jihadistes d’Ançar Eddine. Contre toute attente, le patron de l’exécutif malien, qui était il y a dix jours à Ouagadougou, a exprimé que le dialogue est inévitable avec ceux-ci, sous prétexte « qu’ils sont des Maliens comme tout le monde ».

C’est donc dans ce contexte qu’intervient la visite du chef du gouvernement dans la capitale française. A la cellule de communication de la Primature, on évoque officiellement que le chef du gouvernement se rend à Paris dans le but de renforcer les liens d’amitié et de coopération entre la France et le Mali. Aussi, Cheick Modibo Diarra, qui aura des entretiens avec le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, devra, une fois de plus, demander le soutien de la France en vue de la reconquête des régions du Nord, sous occupation des bandits armés.

Mais ce que l’entourage du chef du gouvernement ne dit pas, c’est que cette visite intervient au même moment que celle de la délégation du MNLA, conduite par son président. Le « coordonnateur de la mission diplomatique » du mouvement rebelle a déclaré d’ailleurs ce lundi matin que le MNLA était prêt pour un dialogue politique avec les autorités maliennes.

Il n’y a pas de doute que la France, qui cherche par tous les moyens à remettre les rebelles en selle, pèsera de son poids dans la balance pour nouer des contacts entre le Mali et les bandits. Il y a quelques jours, leur délégation a été reçue par le quai d’Orsay. Et le comportement peu responsable des autorités françaises avait provoqué la colère et l’indignation des Maliens, qui dénoncent une forte complicité entre les indépendantistes et Paris.

Du mépris pour le peuple malien !

Le président Blaise Compaoré, médiateur de la Cédéao dans la crise, a déjà balisé le terrain en parvenant à faire capituler Cheick Modibo Diarra sur l’option militaire. Sans doute, la visite du Premier ministre à Paris, consacrera une fois de plus la violation de la volonté populaire du peuple malien, qui exige justice après les viols et les tueries commis dans les villes du Nord.

Le programme de visite du Premier ministre prévoit, selon de sources dignes de foi, un passage à Bruxelles. Si le communiqué de la cellule de communication de la Primature, est muet sur le sujet, les analystes restent convaincus qu’il s’agit, pour Cheick Modibo Diarra, de se rendre au Parlement européen. Là, il s’agira d’engager des discussions avec la délégation du MNLA qui y est déjà passé pour convaincre l’Europe de la nécessité de création d’un Etat de l’Azawad.

Le hic est que toutes ces initiatives solitaires du chef du gouvernement sont contraires à la volonté du peuple malien. Resté sourd aux différents appels de l’écrasante majorité des Maliens, Cheick Modibo Diarra pense que « la négociation est absolument nécessaire » pour la résolution de la crise du Nord. Une déclaration honteuse de la part de quelqu’un qui, en mai dernier, à Ségou, a tenu un discours que les Maliens voulaient entendre : celui laver l’affront du carnage et des tueries sauvages perpétrés sur nos soldats et nos compatriotes civils du Nord, notamment à Aguelhok.

En décidant d’engager seul des négociations avec les bandits armés du MNLA et d’Ançar Eddine, Cheick Modibo Diarra assume une lourde responsabilité devant l’Histoire. Et c’est au peuple malien de prendre les siennes !

Issa Fakaba Sissoko

55 Réactions à Le Premier ministre à Paris : Pour négocier avec les bandits armés

  1. bibici

    je n’est pas fonfiaence j’ai peur pour le mali un jour on na pas de dirigeans sanogo

  2. toure aameed ben hamat

    cheick modibo diarra ,

    ECOUTE NOUS, ET REECOUTE LES MALIENS. LE MALI NE SE NEGOCIE PAS. SUTOUT PAS AVEC LES MAUDITS NATIONAL LACHES ET AFAMEES, QUI SIGNIFIE LE (MNLLA). LESPAGNE NAS PAS NEGOCER AVEC LES BASQUES, LA FRANCE NAS PAS NEGOCER AVEC LES CORSES OU LES BASQUES,L’ALGERIE N’AS PAS NEGOCER AVEC LA KABILY, LES INDEPENDANTISTES CORSSE RESTES TOUJOURS DES FRANCAIS. LE MAROC AVEC LE SAHARA OCCIDENTAL RESTE LE MAROC. PRENDS LEXEMPLE SUR SES PEUPLES,ET NE VENT PAS NOTRE DIGNITER, TU NETAIS PAS LA AU MOMENT OU LE MALI SIGNAIS SONT INDEPENDANCE. NE VIENS PAS LAPIDER NOTRE HONNEUR AVEC LES BANDITS QUI ONT VOLER LES CONTENNAIRE DE DOLLARDS DU FEU COLONEL KADHAFI. VOUS AVEZ DES ARMES ALLEZ LIBERER LE NORD AVEC VOS SOLDAT QUI ONT OUVERT LA PORTE AUX MAUDITS NATIONAL LACHES ET AFAMEES JE DIS LE (MNLA) LE MALI NES PAS NEGOCIABLE.

  3. soldat rate

    :lol: :lol: :lol: :lol:
    En tout cas … les MNLISTES

  4. Dr ANASSER AG RHISSA

    SE CONNAITRE POUR VIVRE, MIEUX, ENSEMBLE

    Bonjour,
    Merci pour vos contributions pour sortir le Mali de la crise.

    Certains se posent des questions sur moi, telles que :
    qui est ce Monsieur ? Pourquoi, n’intervient-il que maintenant ? Est-il opportuniste ? N’a-t-il pas de connexion avec le MNLA ou Ansar Dine ou autre ?

    Je suis Touareg, de père Malien et de mère Nigérienne, Habitant en France.

    En tant que Touareg, mes parents, pratiquant le nomadisme, ont habité alternativement au Mali et au Niger (région de Tillabery). Une partie de mes parents habite dans la région de Gao (côté père) et une autre dans la région de Tillabery (côté mère).

    J’ai effectué mes études jusqu’au Bac au Mali et les études supérieures, y compris le doctorat sur l’informatique et les TIC, en France.

    Plusieurs de mes promotionnaires, frères et amis, travaillent actuellement dans l’administration du Mali.

    Je ne suis pas un opportuniste. Ma bonne foi, c’est l’honnêteté que j’ai en moi et le courage de ma conviction.

    Je n’ai aucune connexion avec le MNLA ni Ansar Dine ni aucun groupe islamiste ou terroriste.

    Je suis un Touareg qui est convaincu de son choix et qui souhaite attirer l’attention sur les différents amalgames à éviter et les moyens pour sortir de la crise Malienne et sur le fait que la seule route d’espoir pour le Mali, c’est l’unité et la réconciliation nationales dans un climat de paix et sécurité durables sans terrorisme.

    Comme vous le savez, j’écris beaucoup et je publie sur internet sur le développement durable et équitable, les TIC mais aussi sur des sujets divers.

    J’étais, en 2011/12, l’expert NTIC du forum international FIJEV et conférencier invité au forum de Saint-Étienne sur l’information et la gouvernance pour le développement durable, préparatoires à la conférence internationale RIO+20. Ces forums étaient co-présidés par le Secrétaire Général de l’organisation internationale de la francophonie et le Président du Niger.

    Je mets en avant la négociation comme solution de sortie de crise la plus honorable pour tous en garantissant l’unité et la réconciliation entre Maliens.

    Vous savez depuis 2010/2011, j’avais écrit aux chefs d’États de la zone Sahel pour leur proposer un programme communautaire pour le développement durable de cette zone et pour la lutte contre l’insécurité et le terrorisme.

    J’ai rencontré le Président ATT, en juillet 2011, concernant ce programme, il m’avait promis qu’il allait l’appliquer au Mali et le soumettre aux pays de la zone sahel. Ce qu’il n’a pas du tout fait.

    Dommage, s’il avait appliqué ce programme, au Mali, peut être que le Mali ne connaitrait pas cette crise.

    Depuis juin 2012, j’ai envoyé à la CEDEAO, au médiateur, au Président et au Premier Ministre du Mali ma proposition de sortie de crise.

    J’ai écrit une lettre ouverte au MNLA pour leur demander d’éviter leurs dérives et de rejoindre la famille Malienne.

    Je viens d’écrire une lettre ouverte, à son excellence Monsieur le Président du Mali, au médiateur, au gouvernement du Mali, à la commission nationale des concertations nationales et aux Maliens, pour leur PROPOSER :

    UN GUIDE ET UNE PLATEFORME DE CONCERTATIONS NATIONALES ET DE NÉGOCIATION POUR UNE SORTIE DURABLE ET HONORABLE DE LA CRISE AU MALIENNE.

    Ce n’est qu’ensemble, à travers la participation, que les Maliens devront inventer et créer le futur qu’ils souhaitent pour eux et pour leurs enfants.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC ET GOUVERNANCE
    Webanassane@yahoo.com

    • celui qui se tape blanche merde et sa coco 100 armes

      Ne vous expliquez pas docteur, si vous êtes honnêtes, vous n’avez pas à vous expliquer à la plupart des petite lâche et imbeciles de ce site (100 armes, coco, blanche pute…) :wink:

      • Dr ANASSER AG RHISSA

        Bonjour,
        Merci pour votre commentaire.

        Sachez qu’il n’est jamais inutile d’informer pour mieux se comprendre.

        Certains me l’ont demandé et c’est pourquoi je leur fournis ces éléments pour se connaître mieux.

        COMPTE-TENU DU FAIT D’ÊTRE TOUAREG ET DE MES CONTRIBUTIONS QUI VONT DANS LE SENS DES CONCERTATIONS NATIONALES ET DES NÉGOCIATIONS, CERTAINS Y VOIENT AUTOMATIQUEMENT UN LIEN AVEC LE MNLA ET ANSAR DINE.

        Or, il n’en est rien, j’ai toujours dit que je n’ai des liens ni avec le MNLA, NI AVEC ANSAR DINE, NI AVEC AUCUN GROUPE ISLAMISTE OU TERRORISTE.

        Ma conviction, c’est qu’APRES UN REFUS CATÉGORIQUE DE L’IMPUNITÉ ET DU TERRORISME ET EN S’APPUYANT FORTEMENT SUR LA JUSTICE, les Maliens ont intérêt à se retrouver ensemble pour reconstruire le pays dans l’unité AFIN DE GARANTIR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ DURABLES ET LA RÉCONCILIATION NATIONALE.

        Un effort dans ce sens de TOUS les Maliens est nécessaire.

        Bien cordialement
        Dr ANASSER AG RHISSA
        EXPERT TIC ET GOUVERNANCE