Le premier ministre Cheick Modibo Diarra reçu au Quai d’Orsay : Paris impose les négociations avec le MNLA

14 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

« La France a réaffirmé le mardi 27 novembre 2012, au Premier ministre Cheick Modibo Diarra sa détermination et sa disponibilité à soutenir le Mali à recouvrer son intégrité territoriale et à sortir de la crise actuelle », c’est ce que le service de communication de la primature a annoncé officiellement. Cependant, il ressort des coulisses de cette mission, que Paris est certes déterminée à soutenir une force internationale pour bouter les terroristes hors du Mali, mais, exige  le plus rapidement possible, des négociations entre le gouvernement de Bamako et les bandits armés du MNLA.

 

Cheick Modibo Diarra et Laurent Fabius

Y a-t-il une différence entre le MNLA, Ançar Eddine, le MUJAO et AQMI ? Pour le commun des Maliens tous ces groupes de bandits armés sont de la même famille, et à ce titre, ils doivent être traités  de la même manière. C’est pourquoi, difficilement, les Maliens pourront accepter une quelconque négociation avec le MNLA. Et pourtant, c’est ce que Paris veut imposer au gouvernement Cheick Modibo Diarra. Ce dernier, était en début de semaine dans la capitale française où il n’a été reçu que par  le ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, Laurent Fabius.

Le ministre  français des Affaires étrangères, a souligné les progrès réalisés par le Mali dans la mobilisation de la communauté internationale au profit de sa cause. Il a annoncé la poursuite et la consolidation du même engagement et encourage les acteurs politiques maliens à mettre ensemble leurs efforts pour sortir une feuille de route.

Avant de l’ informer des derniers développements politiques et sécuritaires au Mali, le Premier ministre a réitéré la condamnation de l’enlèvement d’Alberto Rodriguez Leal, citoyen français survenu le 20 novembre dernier au Mali et à mis l’accent sur la nécessité de mutualiser les efforts pour lutter contre les prises d’otages que les terroristes utilisent comme moyen de pression et de chantage. Il a ensuite expliqué les attentes du Mali de la résolution des Nations Unies autorisant le déploiement d’une force militaire internationale pour la reconquête des territoires occupés.

Au-delà de ces positions diplomatiques, il faut reconnaitre que par rapport au processus politique, les acteurs de la transition malienne ont de la peine à accorder leur violon pour mettre au point dune feuille de route crédible. C’est l’incertitude générale face aux deux missions principales confiées à la transition à savoir les élections et la libération du nord. On est loin du bout du tunnel et pour l’une et pour l’autre. Et pour ne rien arranger, les militaires putschistes de Kati poursuivrent leurs interventions intempestives dans la gestion des affaires publiques par des actes d’enlèvement tendant à faire dévier le gouvernement de l’essentiel. Les concertations nationales exigées par certains groupements politiques sont loin de faire l’unanimité de tous les acteurs.

C’est dans cette situation que Paris, qui a toujours soutenu les séparatistes du MNLA, veut amener le gouvernement Cheick Modibo Diarra à engager le plus vite possible des contacts avec les groupes armés qui ont été les premiers à ouvrir la voie aux terroristes. Dans la foulée de la visite de Cheick Modibo Diarra à Paris, on annonce à  Ouagadougou, qu’une délégation malienne est attendue le 3 décembre pour des contacts préliminaires avec le MNLA.

Pour le moment, ni la présidence, ni le gouvernement ne se sont prononcés sur cette éventualité.  En tout cas, ce que l’on sait , c’est que les autorités maliennes ont toujours fait savoir que ni la laïcité, ni l’intégrité du territoire national ne sont  négociables.

Il faut aussi souligner qu’au cours de cette visite, le Premier ministre a aussi plaidé pour le retour des partenaires techniques et financiers et indique que la feuille de route du gouvernement sera transmise très bientôt à la communauté internationale après son adoption par les députés maliens.

Youssouf CAMARA

SOURCE:  du   29 nov 2012.    

14 Réactions à Le premier ministre Cheick Modibo Diarra reçu au Quai d’Orsay : Paris impose les négociations avec le MNLA

  1. 1FILSDUMALIBA

    Ne blamons pas trop l’etat et le gouvernement, soyons objectifs. Oui on devons commencer le travail de nous memes et j’ai toujours dit qu’un sage me disait toujours Qu’il ne faut compter que sur soi meme et ses possibilites dans la vie. Par contre le pays souffre et nos militaires tardent a bouger leur put1 de c u l….Donc personne ne peut faire bouger les choses dans ce pays si ce n’est le peuple lui meme…..

  2. yadupour

    La France reste très logique dans son comportement. Elle exige une négociation avec le MNLA. C’est elle qui héberge les responsables du MNLA à Paris, des ressortissants étrangers sur son sol, et les permets d’agir et de fromenter contre l’Etat Malien…
    Il ne faut pas oublier que c’est la France qui a aussi hébergé Khomeiny, qui depuis la France, a fromenté la révolution en Iran, et l’instauration d’un Etat Islamique en Iran.
    C’est aussi la France, un va-t-guerre contre Khadafi, soit disant pour protéger la population de Benghazi. On a vu la vérité. Car c’est l’armée qui a stoppé Khadafi dans sa fuite.
    Aujourd’hui, concernant le Mali, le Président Hollande avait dit qu’il n’y aurait pas de négociation avec des bandits, des criminels. Quelque temps après, la France change de langage: « il faut négocier avec le MNLA »… Bizarre, bizzare.
    Cherchez la vérité…. ????

  3. Taba

    Quand le Ministre des Affaires Etrangeres Francaises inclut dans ses conditions prealables la negociation avec les rebelles Touaregues, qu’entend –t-il par la, substanciellement ,negocier la reddition sans conditions des rebelles ou bien negocier la place des Touaregues dans la societe Malienne ? En effet , si la France impose cette condition prealable c’est qu’elle a deja obtenu des rebelles qu’ils renoncent non seulement a l’independance de l’Azawad, mais aussi a toute idee d’autodetermination.Dans ces conditions , les rebelles Touaregues ne peuvent negocier que leur reddition sans conditions pour les raisons suivantes :
    1 ) La crise Malienne , si c’est un drame pour chaque Malien,c’est une veritable tragedie pour les Touaregues qui sont restes loyaux a leur patrie de toujours ,le Mali et qui voient leurs freres , cousins , empetres dans des rebellions de haute trahison contre le pays de leurs ancetres. Ils sont nombreux les soldats touaregues qui se sont battus contre leurs propres parents egares a Aguel Hoc. Quand je pense a mes amis Touaregues ,j’eprouve une vraie peine qui dure des heures. Ag Hag Hamani ,notre ancien Premier Ministre ne meritait pas une telle humiliation. Songez aux douleurs du Colonel Gamou, Meydou , et tant d’autres. Ils sont restes avec le Mali parce qu’ils sont conscients de tout ce que le pays a fait pour satisfaire aux doleances des Touaregues. Meme Ag Khaly a trouve necessaire de trouver un autre motif avant de prendre les armes.
    2) Ces rebelles Touaregues ne sont pas competents pour negocier au nom de la Communaute Touaregue parce que ces Touaregues avaient renonce a la citoyennete Malienne au profit de la citoyennete Libyenne . Cela suffit pour mettre fin a cette simagree de negociation .Apres les conflits, nous reflechirons aux modalites de mise en valeur de ces zones arides et d’integration physique aux regions du sud. Il importerait de dresser un plan directeur a long terme a cette fin , qui sera finance avec nos ressources naturelles du sous-sol.
    J’estme ,quant a moi, que les Nations Unies traversent presentement une crise profonde dont souffre en consequence notre pays. D’un cote la Cour Internationale Penale est contactee pour juger les crimes de guerre et les crimes contre l’humanite perpetres par les rebelles Touaregues,de l’autre cote , sous le pretexte d’absence de crimes commis ou d’impunite gratifiee secretement aux criminels ,on invite sur la meme table de negociation les criminels et leurs victimes possibles. Jusqu’ou iront-ils ?

  4. Joe880

    Je crois que tout le monde comprend le problème du Mali sauf les maliens eux-même. A croire que CMD veut lui aussi, après tant d’effort, cacher la vérité au peuple malien. Sinon comment peut-on obliger le Mali à négocier avec un ennemi qui n’occupe pas le territoire et qui est seul à réclamer la partition du pays? On négocie avec un envahisseur, pas avec une minorité. Ançar, Mujao, Boc Hram…. ont besoin de raison, MNLA de l’extermination. Qu’on se trompe pas de cible, je crois pour ma part que CMD a compris et ne veut nous révéler LA REALITE.

  5. Quel MNLA? Combien de personne sont-ils? Ce groupe de batraden a-t-il une force? A part les incionscient de trafricants et d’apatrides qui se prelassent a Ouga ou a Paris, je ne vois personne d’autre qui se reclame du MNLA. Alors pourquoi 14 millions de personne devront courbe l’echine devant au plus une dizaine de personne?
    Jamais, Non Non et Non. Peuple du Mali, freres et soeurs, levez-vous des maintenant avant qu’on ne vous mette devant le fait accompli. Dites NON a une quelconque negociation, NON a la domination d’un groupe sur toute une nation, NON au terrorisme raciale, NON a l’absolution des massacres, viols, trafics, trahison et autres crimes commis par tous les groupes. N’y a-t-il pas de maliens dans le MUJAO? Parce que la majorite d’entre eu SONT NOIRS, on ne veut pas les inclure dans la discution?

    • Un terroristes est un terroriste. Qu’il soit religieux, raciste ect…, il n’y a pas de difference. Chien a-t-il jamais donne naissance a un chat? De la reponse a cette question depend la solution au probleme des rebelles du MNLA.

  6. koudis

    On négociera piannnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn…. Même demain on négociera…. Il faut savoir ce que l’on veut enfin… Vous avez dit CEDEAO non ?? Vous avez dit UA non ?? Vous avez dit l’ONU non ?? Donc on négociera piannnnnnnnnnnnnnnnnnn…………… Dioncounda l’a bien dit dans son discours à la nation mais vous faites semblant d’oublier ça… Il a dit ma première option c’est le dialogue, ma seconde option c’est le dialogue, ma troisième option c’est le dialogue… et enfin la guerre… ce qui était clair dès le début :evil:

    • veridique

      il ne faut pas commencer la negociation tant que l’ONU n’aura pas donné son feu vert à une intervention armée au Mali. Sinon , l’Onu ne donnera jamais son feu vert car les pays riches ne veulent pas depenser un sou pour un pays pauvre comme le notre..

  7. Man

    La france est entrain de favoriser le MNLA. c’est pas normale. il n ya pas de difference entre ansardine, MUJAO, AQMI et MNLA.

    • celui qui se tape blanche merde et sa coco 100 armes

      pour toi et moi, oui il n’y a pas de différence entre ces voyous barbus et enrubannés…

      Mais la france a toujours su jouer sur nos divisions pour favoriser ses positions, on a vu dernièrement en côte d’ivoire…

  8. KEITA1

    MR DIARRA

    ARRETEZ DE COURIR DERRIERE LES OCCIDENTAUX ET COMPTEZ AVANT TOUT SUR VOS PROPRES FORCES.

    LA MAURITANIE ET LE NIGER Y SONT ARRIVES AVEC MOINS DE RESSOURCES.

    • Humm! Humm! Le Niger aura toujours l’appui des Francais a cause de l’Uranium. Et la Mauritanie n’est devenue une « bougouba » qu’a l’entame de l’extration de son Petrole. C’est vrai, les ressources n’expliquent pas tout, mais elles sont essentiellesans la geo-strategie.
      Sinon pourquoi pensez-vous que les occidentaux prendront le risque de bouleverser tout le sahel en accordant leur appui aux rebelles maliens?