Le Président de la République mauritanienne reçoit le Premier ministre malien

14 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Nouakchott, 06/01/2013 – Le président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz a reçu en audience, dimanche matin au palais présidentiel à Nouakchott, M. Diango Cissoko, premier ministre malien, en visite actuellement en Mauritanie.

Le Premier ministre malien arrive à Nouakchott (05 janv 2013). Photo: ami.mr

La rencontre s’est déroulée en présence du Premier ministre, Dr Moulaye Ould Mohamed Laghdaf et de MM. Isselkou ould Ahmed Izid Bih, directeur de Cabinet du Président de la République, Abdallahi Ould Ben H’Meida et Berahim Ould Daddah, respectivement chargé de mission et conseiller à la Présidence de la République ainsi que de l’ambassadeur du Mali en Mauritanie, SEM. Souleymane Koné.
A sa sortie d’audience, le Premier ministre malien a fait la déclaration suivante à l’Agence Mauritanienne d’Information:

« J’étais porteur d’un message du Président de la République du Mali, Dioncounda Traoré au Président de la République Islamique de Mauritanie, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz. Vous savez que la Mauritanie est un pays avec lequel nous partageons les plus longues frontières. Elle est surtout impliquée fortement dans la résolution des problèmes auxquels le Mali est aujourd’hui confronté.

Le président Dioncounda Traoré a tenu à ce que je vienne saluer le Président de la République Islamique de Mauritanie et le remercier pour tout ce qu’il fait pour que la paix revienne au Mali et de souhaiter également qu’il s’implique davantage dans la résolution des problème du nord.  J’ai constaté que le Président a une vision très claire des problèmes du Mali. Dans cette zone, il est très bien informé, il a d’excellentes intentions pour nous aider à sortir rapidement de ce problème« .

Date de publication : 06/01/2013 11:48:25 – ami.mr

 

14 Réactions à Le Président de la République mauritanienne reçoit le Premier ministre malien

  1. nonalinertie

    Espérons que Django Trinita Sabata nous ramène rapidement de sa virée i) les 200 millions de dollars avec une diplomatie plus efficace ; ii) les 3300 soldats de la CEDEAO, iii) les appuis aériens pour pourchasser les fuyards du désert ; iv) les brigades d’autodéfense déjà utilisées par le passé avec succès par l’armée malienne; v) la préparation concomitante des élections; vi) la tenue des élections immédiatement après la libération des 3 capitales régionales du Nord; vii) après, s’atteler à donner de l’emploi aux jeunes du Sud et du Nord surtout pour qu’ils ne virent aux activités criminelles du Nord…

  2. jokilen

    Ce n’est pas répondre à ce long commentaire, mais ajouter que nos gouvernements sont colonisés et ne peuvent pas faire la démocratie mais la dictée coloniale. Nous sommes colonisés jusqu’à nos esprits, ceux qui gouvernent obéissent à cette main invisible, visible des pouvoirs coloniaux. La démocratie n’est que mot vide de sens et est devenue une pire tricherie des peuples.
    Mais c’est trop tard, allons en avant et que chacun oublie ce qui s’est passé car la logique de tout ce qui a été dit, manque de vérité de transparence de justice,aveuglement du gain facile par tout le monde. Gestion consensuel, du moins partage consensuel de la sueur du peuple. Fermez vos yeux ! Je vole, triche,tue, vends mon prochain
    HEEII! Pour venir à mes moutons, Django ne néglige pas l’Algérie, selon tout ce qui se dit c’est une aide précieuse pour notre pays le Mali. Ne laissez pas le colonisateur nous diviser c’est Dionkounda lui même qui doit partir en Algérie. Dieu aime le Mali il va le sauver.

  3. brahim ould Mohamed

    Ouf,soulagement enfin pour moi,et sans doute pour tout ce qui ont á l´esprit,la nécéssité pour ces deux pays liés par des relations seculaires de fraternité de prendre langue,car,et je le dis et sans démagogie,qu´ils peuvent á eux seuls déloger ces malfrats terroristes sans foi ni loi,qui nous ont ridiculisé aux yeux du monde.Je l´ai dit,et le redirai encore,la sécurité de mon pays depend de celle du Mali,et vice versa.Cessons d´esperer d´autres pour faire notre guerre á notre place,car ils vont la perdre d´avance.De tous les deplacements du premier ministre malien,celle-là est sans doute la plus importante,pour lever tout équivoque,et savoir que ce qui lie le malien au mauritanien,et le mauritanien au malien est plus vif et concret que tout le reste,qui n´est que démagogie sans fin.Reste-t-il,que la société civile que nous sommes,devrions amener les dirigeants des deux pays,que se sont des réalités qui ne peuvent pas-être ignorées.Si la barque chavire,nous noyons tous.

  4. verite_mali

    Pauvre pays de mendiants

  5. s coulibaly

    Le Mali,la Mauritanie et mème le Senegal doivent realiser le plus rapidement possible une AUTOROUTE liant DAKAR et BAMAKO à NOUAKCHOT et cette dernière alla frontière avec le Maroc .Facilitant ainsi la circulation routière entre L’Europe et l’Afrique.Ce projet permettra de developper rapidement l’economie de ces pays et de mettre fin aux conflits inutiles .Desormais luttons pour le developpement et non pas pour la guèrre qui ne fait qu’enrichir les fabriquants et vendeurs d’armes et detruire nos faibles economies.Les terroristes et extremistes ne font autre que le jeu des marchants d’armes.Les dirigeants doivent reagir avec l’integration et des realisations d’infrastructures.C’est dans la misère que peut s’installer l’integralisme.

    • nonalinertie

      Mais Petit Coulibaly, une route goudronnée existe déjà entre ces 3 pays jusqu’au Maroc. Ou voulez-vous dire qu’il faudrait l’agrandir?

  6. Kassin

    Je remets en ligne mon analyse du 30/03/2012 sur le Cnrdre et l’inopportunité de son coup d’état
    *******************************************

    La secte CNRDR et le suicide collectif au Mali

    22 mars 2012, le monde entier assista stupéfait au coup d’état le plus stupide de l’histoire de l’Afrique de l’ouest, mené par quelques officiers subalternes et des hommes de rang de la garnison de Kati contre le régime finissant et épuisé d’ATT, mais démocratiquement élu et qui s’apprêtait à organiser, dans moins de deux mois, des élections et passer le pouvoir de manière démocratique dans l’une des « plus solides démocraties en Afrique ».
    Le qualificatif « plus solides » n’est pas de moi, il vient de Time Magazine, l’un des plus sérieux journaux sinon le plus sérieux journal dans le monde.

    Quoi qu’est fait le régime ATT, en incompétence et en trahison, ce coup de farce de Kati n’est pas dirigé contre lui mais contre le peuple malien et sa démocratie. Les députés qui ont tenté de travailler en plénière à Bagadadji ont su à leur depens. Et ce n’est que le début, malheureusement.

    Je comprends que les exaspérations, les ras-le-bol et les déceptions de toute nature des populations maliennes face à la montée en puissance de l’injustice, de l’impunité, de la corruption à ciel ouvert, de la médiocrité, de l’incivisme, du clientélisme, de l’insouciance, du mensonge et de la promotion du faux en lieu et place du vrai, du travail du bien fait, du mérite, de la vocation, de la justice, de l’engagement politique fort, du patriotisme, aient été l’apanage du régime ATT.

    Je comprends la rage des uns et des autres face à la complicité et à l’impuissance de la classe politique et des institutions démocratiques a joué leur rôle de contre-pouvoirs pour faire venir le régime ATT dans le droit chemin, et ce dans beaucoup d’aspects de sa gouvernance chaotique pour le Mali.

    La classe politique et nos institutions se sont tout simplement enfermées dans une politique de laisser aller sous couvert d’un consensus rétrograde et inefficace à créer un cadre de vie favorable à la création durable et au partage équitable de la richesse au Mali.

    En 20 ans de démocratie c’est minimum 20*100 milliards de francs FCFA, soit 2000 milliards, qui ont été dépensés au nom de l’armée malienne et de la défense nationale.

    Je défie quiconque de me montrer un seul rapport d’audit du vérificateur général, de la commission des finances de l’assemblée nationale du Mali, du contrôle général d’état, de l’inspection des finances et de la section des comptes de la Cour Suprême du Mali, ou une seule interpellation d’un seul citoyen malien auprès de l’EID (l’espèce d’interpellation démocratique) qui pointe du doigt la mauvaise gestion des fonds publics au ministère de la Défense et dans l’armée malienne.

    Alors que chacun de nous sait comment rentrer dans l’EMIA et au Prytanée Militaire de Kati.

    Et pourtant, alertés par Ag Bahanga depuis 2006, nous étions aussi, accusés de « maillon faible » dans la lutte antiterroriste au Sahel, d’être un sanctuaire pour l’Aqmi et autres malfrats de grands chemins.
    Nous étions aussi moqués par des diplomates américains (à travers les câbles diplomatiques révélés par le site internet Wikileaks), quant à la formation et la capacité opérationnelle de notre armée.

    En réponse, au lieu de nous remettre en cause et rectifier le tir, on a préféré une propagande mensongère sur notre capacité militaire, avec cinquantenaire de l’indépendance fêté avec faste et arrogance à coup de milliards et exercices militaires d’exhibition ridicule le 20 janvier 2011 pour mentir à nous même et nous voiler la face dans une politique d’autruche sans commune mesure.

    Ceux qui accusent aujourd’hui, la CEDEAO et l’UA, je les rappelle que ces organisations sous régionale et continentale n’ont pas vocation à défendre leurs états membres en lieu et place des armées nationales.

    La sécurité et la défense restent des fonctions régaliennes des états membres quelle qu’en soit l’ampleur des menaces, revisez vos cours de Droit Public et de Relations Internationales, s’il vous plait!

    Mais après les crises ivoirienne et libyenne, elles se sont rendues compte qu’elles peuvent et doivent agir pour le triomphe de la démocratie et du droit sur le continent.

    Et c’est ce qu’elles essayaient de faire avant et qu’elles essayent de faire après le coup de farce de Kati du 22 mars 2012.

    Non pas parce qu’elles pensent qu’ATT est un saint, mais parce qu’elles pensent, comme tout esprit saint, que l’époque des conquêtes du pouvoir par la force en Afrique est révolue, quel qu’en soit le motif.

    La démocratie quelle que soit la médiocrité de la classe politique est le seul chemin qui vaille.

    C’est au peuple d’obliger la classe politique à être à la hauteur de ses attentes et non l’armée.

    La justice au Mali ne saurait être donnée par la garnison de Kati, elle n’a ni le mandat juridique, ni la vocation ni la capacité intellectuelle pour cela.

    Mes chers amis, je vous rappelle qu’aujourd’hui le monde entier félicite dans l’allégresse et la fierté le Sénégal, parce qu’il a eu une élection démocratique, libre et transparente ayant conduit à une alternance dans ce pays pour la deuxième fois de leur histoire.

    Mais au Sénégal comme au Mali, la classe politique est souvent taxée d’incompétence voir de corruption.

    Le président élu Macky Sall était même cité, par certains de ses adversaires politiques, dans une affaire de corruption se chiffrant à des milliards de francs CFA, lors de la campagne électorale difficile qu’a eu ce pays frère.

    Contrairement au peuple malien, le peuple sénégalais sait que son salut est et restera dans la préservation de ses acquis démocratiques et que c’est à lui d’obliger sa classe politique à rentrer dans les clous et non d’encourager une aventure militaire suicidaire et sans issue viable.

    Mais diable, pourquoi donc le CNRDR est une secte?

    Parce qu’il est avant tout une idéologie développée dans la garnison de Kati, qui croit dur comme fer que sans aide internationale, et étant en guerre, on peut, sans en avoir la compétence, diriger un pays pauvre, enclavé et isolé dans le monde (avec frontières fermées par la CEDEAO, une BCEAO non coopérante et des avoirs extérieurs du pays gelés) avec des communiqués de quelques apprentis sorciers qui décident en quatre voir en deux une constitution pour 14 millions de maliens, avec bâton ridicule en main et casquettes bouffant les têtes.

    Pourquoi annoncer un suicide et en quoi il est collectif?

    Tout d’abord le CSCRP (le cadre stratégique pour la réduction de la pauvreté et la croissance) pour la période 2012-2017 a reçu une grande adhésion de nos partenaires financiers. Il est le document de référence de toute notre politique de développement.

    Ceux d’entre nous qui savent comment fonctionne l’état savent de quoi je parle.

    Depuis plus de 30 ans notre modèle de développement économique est basé sur sur l’aide extérieure et y est totalement dépendant.

    J’aurai voulu avoir un démenti du ministère des Finances du Mali.

    Le déficit budgétaire qui est en moyenne de 150 milliards de Francs CFA par an (pour un budget d’état 2012 de 1340 milliards en dépenses) est financé par l’aide budgétaire extérieure depuis toujours et la mobilisation de l’épargne.

    Le Budget Spécial d’Investissement dépend de l’extérieur à plus de 80% (prêts et dons privés ou publics, multilatéraux ou bilatéraux).

    Et si seulement les fonctionnaires de la Direction Nationale du Budget peuvent me contredire!

    Quelques uns de nos principaux partenaires comme les USA ont déjà coupé toute leur aide (civile et militaire) cela n’augure rien de bon.

    Le système bancaire malien et tout le système de financement de l’état malien et des mouvements de capitaux du Mali avec l’extérieur sont tributaires de l’UEMOA et de ses marchés de capitaux et marchés monétaires et de la BCEAO pour sa chambre de compensation, son refinancement des banques, sa commission monétaire, ses avances aux états, etc.

    J’aimerais mieux que les argentiers de l’état malien au Trésor Public et les monétaristes me contredisent.

    Le commerce extérieur du Mali dépend à plus de 90% de l’espace CEDEAO à travers ses ports et ses marchés.

    Le déficit commercial du Mali est là pour nous rappeler que c’est nous, d’abord, qui avons le plus besoin des autres à travers le niveau actuel de nos importations comparées à nos exportations.
    La situation est vraie aussi pour notre balance des paiements courants.

    Si seulement il peut y avoir un économiste pour me dire que je me trompe.

    Avec la perte des « recettes Kadhafi » les finances publiques maliennes ont plutôt besoin d’une source supplémentaire de financement mais surtout pas d’un tarissement de nos aides extérieures et un gel de nos avoirs extérieurs en capitaux.

    On a aussi besoin, plus que jamais, d’un nouveau dynamisme de l’économie malienne que ni le déficit des pluies de la campagne agricole 2011/2012, ni la guerre au nord, ni le coup de farce de Kati ( qui a permis de casser les administrations et les commerces et contribué à faire fuir les quelques rares investisseurs étrangers qui avaient misé sur la démocratie et la stabilité politique du pays) ne permettent d’avoir une croissance économique suffisante permettant au pays de s’en sortir étant isolé sur le plan international.

    Dans ces conditions comment rester à l’équilibre financier pour l’état et payer les salaires des fonctionnaires, assurer les services publics, honorer les marchés publics et maintenir les prix à des niveaux abordables pour les populations?

    C’est pour cela, mes chers amis, que le coup de farce de Kati est un suicide.

    Et il est collectif, parce que la vérité qui est travestie sur la situation du pays et sa gouvernance ne permet pas au peuple de mesurer la gravité de la situation.

    Un chauffeur conscient et vigilant évite facilement un obstacle soudain sur sa route mais pas celui qui est ivre mort.

    C’est pour cela qu’au lieu de défendre la démocratie et exiger qu’elle soit la solution à nos problèmes, les maliens défendent une junte obscure venue de nulle part pour gagner une guerre et les donner la prospérité tant rêvée.

    Je prie le Bon Dieu, pour que ce soit moi qui me trompe au sujet du Mali et de son avenir

    • s coulibaly

      Quelques points de votre commentaire sont très interessants.Il faut en effet que desormais en Afrique le pouvoir ne soit plus cherché par la force des armes (coups d’etat).Il faut aussi que les armées nationales s’intègrent et se soumettent aux forces d’intervention sous regionales et regionales (CEDEAO,AFRIQUE CENTRALE,AFRIQUE DE L’EST,AFRIQUE AUSTRALE) comme c’est le cas en occident (OTAN,…)pour garantir la democratie et les droits de l’homme.L’EPOQUE DU NATIONALISME EST FINIE ,C’EST LE TOUR DU SOUS REGIONALISME ,DU REGIONALISME ET MèME DU CONTINENTALISME.Donc les coup d’etats n’ont plus de sens car ils creent plus de problèmes et d’imprevus aux auteurs et aux peuples qui subissent. Peut ètre c’est là une des belles leçons qu’on peut tirer de la crise maliènne.

      • Je suis Malien

        c’est tout le contraire. en Afrique la force est toujours le meilleur recourt surtout quand elle est utilisée avec raison et moderation! Malheureusement notre force armée est incapable jusqu’a nos jours.!

    • VIVE LE CAPITAINE SANOGO! VIVE LE CNRDRE!

      Kassin, je remarque que tu as bien depasse’ les 1000 caracteres!!!! C’EST BIEN LA DEMOCRATIE VERSION FDR SUR MALIWEB! Le pauvre….qui cherche toujours ses pas!

  7. DANS CE MONDE ET CE MALI DU 21è SIÈCLE PLUS RIEN NE PEUT ETRE NÉGOCIE ET OBTENU SUR UNE BASE PUREMENT ETHNIQUE OU RACIALE ET C’EST CELA TOUTE LA BÊTISE ET LA STUPIDITE

    PEUPLE TOUAREGS, ARRÊTONS L’ESCALADE DES MAINTENANT, NE SOYONS PAS LES AUTEURS DE NOTRE PROPRE GÉNOCIDE.

    JE VEUX DIRE LES TOURISTES EUROPÉENS ENLEVÉ POUR LES VENDRE A AQMI EST BIEN LE TRAVAIL DE CERTAINS TOUAREG.

    CERTAINS TOUAREG = PRENEURS ET VENDEURS D’OCCIDENTAUX AUX ISLAMISTES QUI SONT EUX-MÊME CERTAINS TOUAREG. IL Y’A DONC PLUSIEURS TYPES DE TOUAREG :

    1/ LES TOUAREG RÉPUBLICAINS
    2/ LES TOUAREG ELEVEURS NOMADES
    3/ LES TOUAREG VOLEURS D’OCCIDENTAUX QUI VENDENT LEUR BUTIN AUX TERRORISTES
    4/ LES TOUAREG AVEC DES ARABES TERRORISTES (AQMI)
    5/ LES TOUAREG ISLAMISTES (Ansardine)
    6/ LES TOUAREG INDÉPENDANTISTES (mn,a)
    7/……………
    8/…………………………………….
    ……………………………………………COMPLÉTEZ LA LISTES S.V.P.……………

  8. Tarik

    A qui le tour pour être médiateur (autoproclamé comme Alger) ou designé mais autodidact comme Compaoré.
    Mais chacun aura sa part ds cette affaire.
    Ce qui est sûre, Bamako sera bientôt bien petit pour contenir des miitaires fuyards et les cytoyens qui n’ont demandé qu’une chose.

  9. jesus

    tres diplomatique