Le temps de la débandade dans les rangs des islamistes : L’ex-Commissaire MUJAO de GAO aux arrêts

3 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Il aura fait la pluie et le beau temps du pouvoir éphémère du MUJAO et goûte lui-même à la détention, depuis le mardi dernier. Aliou, ex-Commissaire islamiste de Gao, médite en effet sur son sort et pourrait connaître une punition beaucoup plus sévère qu’il n’en a fait subir aux populations locales

L’auteur des flagellations sera-t-il à son tour flagellé ou connaîtra-t-il un sort plus cruel que celui qu’il a fait subir à ses victimes ? Cette question se trouve sur toutes les langues dans la Cité des Askia où le très méchant Commissaire récemment limogé est tombé dans le filet de ses employeurs, ceux-là même qui lui font faire la besogne.

Le Commissaire Aliou – c’est de lui qu’il s’agit – séjourne depuis trois jours dans les geôles du MUJAO à l’Aéroport de Gao où se trouveraient également sous bonne garde tous les otages français, selon notre source. Il a été mis aux arrêts dans la nuit du lundi à Ansongo pendant qu’il organisait sa cavale. La veille encore, l’ancien commissaire  était encore à Gao où il a été aperçu dans ses œuvres de  simple agent de la sécurité. Tombé dans la disgrâce après avoir multiplié les bavures, cet employé très zélé du MUJAO n’avait visiblement plus d’intérêt à demeurer loyal aux envahisseurs de sa localité. Il a finalement tenté de fausser compagnie à ses  associés pendant que battent leur plein les préparatifs de l’intervention des troupes étrangères au septentrion. Après avoir déplacé sa famille plus de cinq jours auparavant, il a pris congé de ses collègues, lundi, sous prétexte d’aller se procurer des médicaments. Intrigués par la durée inhabituelle de son absence dans les rangs, ses compagnons ont fini par alerter le chef de la sécurité du MUJAO, Abdoul Hakim. Lequel, après vérification au domicile de l’intéressé, s’est rendu compte des indices d’une cavale. M. Aliou, qui a pris soin de se déguiser en berger pour sortir de la ville, a été finalement appréhendé le même jour à Baji (Cercle d’Ansongo) où il tentait de fuir à dos d’âne. Après l’avoir décoiffé, il a été aussitôt reconnu par la sécurité locale, qui a par ailleurs découvert dans ses affaires la somme de 700 000 F CFA, une arme et une bonne quantité de métal jaune.

Son arrestation a été accueillie avec jubilation par les populations de la Cité des Askia où le nouveau prisonnier s’est toujours illustré comme un geôlier sans pitié pour ses victimes. C’est à lui qu’est toujours revenu en effet la sale besogne de punir les détenus à coups de chicottes. Il en fait souvent dans la démesure et c’est la raison pour laquelle l’intéressé a chuté du statut de puissant commissaire à celui de contrôleur de poste-frontière avant d’être réduit au rang de simple agent de police.

En définitive, même s’il échappait au châtiment du MUJAO, l’ex-Commissaire s’épargnera difficilement le courroux des populations victime de son zèle et des exactions commises au non de la religion.

A.K 

SOURCE:  du   17 nov 2012.    

3 Réactions à Le temps de la débandade dans les rangs des islamistes : L’ex-Commissaire MUJAO de GAO aux arrêts

  1. dedia

    bien fait tts les traitres tous sans exception seront puni par dieu.

  2. Guezo:

    Aliou doit être égorgé par le mujao il est l ennemi de tout le monde ainsi finirai ts les ennemis du Mali
    Une leçon pr les autres djihadists noirs ils finiront ts ainsi