Les Etats-Unis perdus dans le sable

5
Le vice-prĂ©sident amĂ©ricain, Joe Biden, lors d’une confĂ©rence Ă  Munich sur la sĂ©curitĂ© des pays en conflit comme le Mali, la Syrie, et l’Iran, le 2 fĂ©vrier 2013. AFP

L’implication des Etats-Unis auprès de la France dans la guerre au Sahel est dĂ©sormais inĂ©vitable, mais leur stratĂ©gie qui se rĂ©sume Ă  l’usage de drones avec zĂ©ro pertes humaines suscite le scepticisme du quotidien algĂ©rien LibertĂ©.

Le vice-président américain, Joe Biden, semble être un adepte des lieux communs. Sinon comment expliquer son rappel que le terrorisme menace son pays même au-delà de ses frontières ? Ce qui va évidemment justifier son implication inévitable dans la guerre contre Aqmi [Al-Qaida au Maghreb islamique] engagée par la France.

Après avoir essayĂ© les recettes au seul ingrĂ©dient militaire, en Afghanistan et en Irak, les Etats-Unis se convertissent Ă  la solution “menu complet” pour lutter contre le phĂ©nomène.
Au moment oĂą le vice-prĂ©sident rĂ©itère la constante amĂ©ricaine de la dĂ©fense de ses seuls intĂ©rĂŞts oĂą qu’ils se trouvent, le patron de la CIA rĂ©plique, en face, dans une sorte de partage des rĂ´les, pour souligner la nĂ©cessitĂ© et l’importance de l’Africom [United States Africa Command, Commandement des Etats-Unis pour l’Afrique], force SDF [sans domicile fixe], pilotĂ©e Ă  partir de Stuttgart en Allemagne, pour anĂ©antir Aqmi. D’oĂą l’autre nĂ©cessitĂ© : lui trouver un pays d’hĂ©bergement.
Et ce n’est pas un hasard si les responsables amĂ©ricains citent nommĂ©ment Aqmi comme menace sĂ©rieuse en Afrique du Nord oĂą ils ont des intĂ©rĂŞts et un intĂ©rĂŞt Ă  intervenir pour l’Ă©liminer.

Mais, cette fois, le mode d’emploi est rĂ©visĂ© et mis Ă  jour. Plus question d’engager des bataillons de soldats pour s’engluer dans des bourbiers. On opère dĂ©sormais par des frappes chirurgicales avec des drones et zĂ©ro perte humaine. Le top de la technologie et le raffinement dans l’art de la guerre. Mais cela ne suffit pas pour venir Ă  bout de ces extrĂ©mistes.

La solution passe, certes, par la liquidation physique des ultras mais surtout par la suppression du terreau qui les nourrit et la rĂ©duction de leur gisement de recrutement, alimentĂ© par la misère, la pauvretĂ©, l’exclusion et l’absence de droits. Tout un programme que les diplomates appellent l’approche par une stratĂ©gie globale.

Mais ce serait sans compter avec le poids du lobby militaro-industriel qui dicte la conduite Ă  prendre. Les Etats-Unis prĂ©fĂ©reront l’Africom Ă  une stratĂ©gie tenant compte de l’aspect humanitaire. Et la dĂ©mocratie, tant chantĂ©e, pourra attendre.

courrierinternational.com/

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Ça ma vraimant Ă©tonnĂ© les Etats unis d’avoir abandonner le Mali dans un moment dificil et nous dire clairemant de nĂ©gociĂ© l’intĂ©gritĂ© tĂ©rritorial du MALI avec les tĂ©rroristes.

    • @npoo:

      le Mali fait partie (que cela soit bon ou mauvais, ca c’est une autre discussion) du “pre carre” de la France.
      Vous l’aurez remarque: La France n’intervient generalement pas directement dans les conflits en Amerique Latine ou au Moyen Orient.
      A chacun son “pre carre”. Par contre, les Etats-Unis ont apporte une aide non-neglieable sous forme de gros porteurs militaires et de renseignements.

  2. Le Président nigérien dit ce qu’il pense, cela s’appelle de l’honnêteté. Mais il y a la tactique guerrière de ruse de Dioncounda avec les traîtres du MNLA. Ce qui explique la différence des déclarations de condamnation du Président nigérien à l’endroit du MNLA, et de la position apparemment nuancée du Président malien.
    1- Le MNLA, bien que composé en fait de tous les bandits issus de toutes les ethnies du Mali, est constitué essentiellement d’une infime minorité d’Ifoghas, qui sont eux-mêmes une minorité parmi les touaregs, qui sont à leur tour une infime minorité des populations du Nord Mali, qui dans leur ensemble restent une minorité au Mali.
    2- Le MNLA est le premier ennemi des touaregs en étant responsable de l’insécurité au sein de paisibles populations nomades : peur panique ayant créé toutes sortes de névroses, avortements, privations de libertés, de biens animaux et matériels, exils et assassinats, blocage de tous les programmes de développement du Nord en général et de la Région de Kidal en particulier. CAR, ENTRE AUTRES ACTES CRIMINELS AUXQUELS S’ADONNENT LE MNLA ET SES ALLIES TELS QUE LES ENLEVEMENTS, LE TRAFIC DE DROGUE ET D’ARMES…, LE SOUS-DEVELOPPEMENT DE LA REGION DE KIDAL CONSTITUE UN DES FONDS DE COMMERCE DU MNLA DE SORTE QUE FONDAMENTALEMENT, LE GROUPE CRIMINEL N’A PAS INTERET A CE QUE LA REGION DE KIDAL SE DEVELOPPE…
    3- Comme le CNDERRIERE, Le MNLA est présumé coupable de : ’’ mutinerie, atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, atteinte à la sûreté extérieure de l’Etat, destruction d’édifices, opposition à l’autorité légitime, violence et voies de fait, embarras sur la voie publique, homicide volontaire, homicide involontaire, coups et blessures volontaires, blessures involontaires, enlèvement de personnes, arrestations illégales, séquestrations de personnes, dommage volontaire à la propriété mobilière et immobilière d’autrui, incendie volontaire, pillage, extorsion et dépossession frauduleuse, vol qualifié, vol, atteinte à la liberté du travail, atteintes aux biens publics’’.
    4- Le MNLA mérite t-il l’amnistie accordée au CNDERRIERE et aux Bérets rouges. Je pense que la réponse est un non catégorique car le MNLA est un tueur en série multirécidiviste. Tous les maliens connaissent les résultats des négociations antérieures avec les groupes armés : intégration/désertion/réintégration, distribution d’argent, postes juteux, douane, etc.
    5- Pour collaboration avec la justice dans le cadre de l’arrestation de leurs anciens amis ou de la libération éventuelle d’otages qu’ils ont probablement participé à enlever, ses cadres peuvent obtenir des circonstances atténuantes. COMME POUR N’IMPORTE QUEL CRIMINEL. PAR EXEMPLE, LA CONDAMNATION A PERPETUITE AU LIEU DE LA PEINE CAPITALE. C’EST LE SEUL OBJET DE NEGOCIATION. SINON CE SERAIT LA VINDICTE POPULAIRE. Tous les responsables du MNLA savent pertinemment qu’aucun d’entre eux ne saurait fouler le sol de Tombouctou, Gao ou de Bamako. Car leur seule force militaire a de tout temps été leurs anciens alliés d’AQMI sous ses différentes formes d’ANESARDINE, MIA, MUJAO, BOKOHARAM, ANESARU.
    6- Les chefs de fraction doivent être absolument impliqués dans le renseignement (N° verts car certains disposent de téléphones satellitaires, convocations par l’Administration, rencontres lors des foires hebdomadaires, etc.), tournées de l’armée en milieu nomade afin que ces paisibles éleveurs parviennent à surmonter leur peur panique des djihadistes qui ne leur feront aucun cadeau en cas de suspicion de collaboration avec l’armée.
    7- Il faut surveiller de très près les hommes de GAMOU. Je crois que cet homme est honnête ou à tout le moins intelligent car ayant compris très tôt que les MNLA et affidés étaient condamnés à terme. Mais en voulant paraître fort de centaines de combattants, ses hommes pourraient facilement être infiltrés par les anciens du MNLA, ANESARDINE, MIA, MUJAO, BOKOHARAM, ANESARU. Et, il faudrait assez rapidement constituer des unités mixtes et envoyer le maximum de combattants issus du Nord au Sud, et vice versa, pour que les soldats du Sud s’aguerrissent dans le combat au Nord. D’ailleurs, pratiquement tous les militaires du Mali devraient être positionnés sur la ligne de front de Kayes à Kidal : il n’y a aucune raison de garder des militaires à Bamako ou à Sikasso. ET TOUTE LA GESTION DE L’ARMEE NE DEVRAIT PLUS ETRE UN SECRET DEFENSE POUR L’ASSEMBLEE NATIONALE, LE VERIFICATEUR GENERAL ET LES DIFFERENTES STRUCTURES DE CONTROLE, LES MINISTERES DES FINANCES, DU BUDGET OU DE LA JUSTICE… CE SUPPOSE SECRET DEFENSE EST A LA SOURCE DE TOUS LES RECRUTEMENTS NEPOTIQUES, DETOURNEMENTS ET MALVERSATIONS EN TOUT GENRE DANS L’ARMEE MALIENNE.
    8- Les brigades d’autodéfense bénévoles, discrètes, PERENNES, ENCADREES PAR L’ARMEE, devraient être systématiques sur toute la ligne de front. CAR LES BANDITS ARMES DU NORD REVIENNENT TOUJOURS, TOT OU TARD. Tous les nordistes le savent, du moyen âge aux périodes contemporaines, juste en changeant de forme selon la faiblesse du gouvernement en place : esclavage pur dans les temps anciens, enlèvements, chantage de l’Etat, vols, djihadisme et indépendantisme dans les temps modernes.
    9- Mais, tant que des pays tout aussi affaiblis que le Mali, nids de terroristes comme la Libye et la Tunisie, ne sont pas soutenus, les bandits armés y couveront calmement dans la chaleur du désert saharien et se multiplieront dans la fraicheur du Sahel à la première saison.
    10- Enfin, profiter de la présence des armées internationales pour relancer les gros travaux déjà financés, interrompus par les bandits armés (route Niono-Tombouctou, Barrage de Taoussa, Route Bourem-Kidal, etc.), bref développer le Nord Mali et trouver du travail pour le maximum de ces jeunes désœuvrés, terreau et proie idéale pour les terroristes du monde entier. Mais du vrai travail et non le saupoudrage et le vernissage actuel, de la peinture sur la rouille décapante à la première intempérie. Evidemment que tout cela exige beaucoup de fonds…
    11- Avec tous les marchĂ©s qu’elle rafle en Afrique et au Mali, pour quelle raison la Chine ne contribue-t-elle pas Ă  la sĂ©curisation du Sahel? Et les pays arabes dits musulmans bien nantis de pĂ©trodollars prĂ©fèrent-ils plutĂ´t financer les terroristes contre le Mali? Alors que mĂŞme les pauvres maliens et la misĂ©rable UA sont entrain de mettre la main Ă  la poche pour sĂ©curiser le Mali…

  3. Quels hypocrites ces amĂ©ricains. Rien que leur intĂ©rĂŞt. Le Mali, l’Afrique et le monde peuvent disparaitre que ça leur dise absolument rien.

    • @Kadi:

      Ce n’est pas tout a fait comme vous le pensez 🙂 voir explications plus haut

Comments are closed.