Les ex-otages de Kidal racontent leur calvaire : «Nos chefs nous ont abandonnés sans crier gare»

34

Les  ex-otages de Kidal racontent leur calvaire : «Nos chefs nous ont abandonnés sans crier gare»C’est le mardi  15 juillet 2014, grâce à une médiation algérienne, que l’avion transportant les ex-otages (militaires et policiers maliens) a atterri à l’aéroport de Bamako Sénou. Au bas de la passerelle pour l’accueil, le Premier ministre Moussa Mara et d’autres membres du gouvernement. Cette cérémonie est aussi celle d’échange de prisonniers, car l’avion algérien devait ramener à Kidal 41 rebelles touaregs. Si cette action a été saluée par tous, force est de reconnaître que les ex-otages maliens, surtout les blessés graves, végètent et sont oubliés par l’Etat. Le jour de leur arrivée, après l’accueil, ils ont été obligés de mettre la main à la poche pour pouvoir rentrer chez eux. Nous avons rencontré l’un d’entre eux qui se dit surpris par le comportement des autorités, qui les avaient déjà abandonnés au front. Il nous parle du déroulé de la bataille du 21 mai 2014.

Bien avant les combats, il y a eu d’abord le rappel des troupes. Sur instruction des autorités, les  Gtia Elou, Balanzan, Sigui et quelques éléments des bérets rouges, de même que l’unité spéciale de l’armée, avaient tous pris la route pour Kidal. Ça commence, le 19 mai 2014, avec le mouvement du Gtia Balanzan au grand complet, qui quitte Anefis pour Kidal. Ce Gtia prend le départ à partir de 13 heures pour arriver à 20 heures à Kidal. Ses éléments prennent directement position au Camp I. Ils se retranchent après derrière une colline, après le Fort de Kidal. Et c’est très tôt le matin que le Gtia Balanzan, sans avoir mangé, a pris cette position. Les éléments du Gtia Elou et de l’unité spéciale, des bérets rouges étaient là. À la veille, le 20 mai 2014, ils accueillent le général Didier Dakouo, à 15 km de la ville de Kidal. Lequel venait ainsi rejoindre le général Gamou, qui y était avec ses hommes.

Selon notre ex-otage, c’est le 21 mai 2014, à 6 heures, sans avoir mangé, qu’ils regagnent leurs positions, il s’agit des éléments de l’infanterie BA avec leur commandant, un lieutenant. Soudain, ils entendent un coup de feu provenant de ceux qui étaient derrière eux. Leur lieutenant leur demande alors de se tenir prêts : ils resteront sur leurs positions jusqu’à 11 heures. Avant de s’apercevoir que les éléments de Gamou avaient changé de position. En d’autres termes, ils s’étaient carrément repliés. C’est en ce moment qu’il une balle ennemie prend un de leurs éléments à la tête. Un premier groupe de soldats part pour le récupérer ; un autre est blessé au pied. Toutes choses qui les immobilisent en ces lieux. Au final, c’est l’élément blessé à la tête qui leur demandera de le laisser mourir, afin puisqu’ils continuent le combat. Il succombera à sa blessure quelques minutes plus tard, explique notre source. Face à cette situation, coincés, le lieutenant et ses hommes, voyant que bon nombre de groupes avaient abandonné leurs positions, se voient obligés de faire mouvement vers le camp 1 de Kidal. C’était aux environs de 15 heures. Ils retrouvent un camp vide : «il n’y avait personne. Le camp était entouré par les ennemis», raconte-t-il.

Le sauve-qui-peut !

Se trouvant entourés, des éléments tentent de fuir, l’ennemi ouvre le feu en tuant certains d’entre eux. Ceux qui ont pu s’échapper ont été récupérés derrière le Fort de Kidal par les éléments de la force spéciale de l’armée. C’est sous la protection de la force spéciale qu’ils prennent la direction du camp de la Minusma, où les soldats de l’ONU vont ouvrir le feu sur eux. Peut-être des tirs de sommation. Ceux qui sont restés dans le camp de l’armée malienne, sont brimés par les rebelles. Dans un désordre indescriptible, puisqu’il était devenu difficile de faire un distinguo entre les éléments des forces présentes : Hcua, Mnla, Boko Haram, Aqmi, etc. Ils se verront dépouillés de leur argent, de leurs téléphones portables, tenues militaires… Dans le même temps, selon notre ex-otage, ils s’accaparent de deux BM21 (ils ne pouvaient pas les utiliser), des camions et chars. Pendant que, dans la ville, il y avait des cris, des coups de feu, des gens –notamment des militaires- qui cherchaient à fuir par tous les moyens. «Beaucoup de militaires sont morts de soif», raconte-t-il. Certains seront protégés par des familles kidaloises avant d’être livrés sous la pression. La ville s’animait aux cris des «Allah Akbar, Allah Akbar». Des véhicules circulaient dans tous les sens. Dans leur fuite, certains de nos militaires se sont retrouvés dans les villages environnants. À l’instar du colonel Faysal, le bras droit de Gamou, selon notre source. D’ailleurs, il a été d’abord pris à partie en essayant de regagner son village. Selon notre otage, c’est dans le camp de l’armée malienne que les rebelles leur auraient dit «qu’aucun de leur chef n’est dans la ville, qu’ils ont tous fui en les laissant. Et qu’à partir de maintenant, ils sont des prisonniers».

Conditions de détention  

Le Hcua détenait 32 militaires et policiers. Le Mnla, 16. Mais après, il y a deux blessés qui ont été évacués sur Gao, un du Mnla et l’autre du Hcua.  Notre source croit savoir que le Hcua détenait plus de prisonniers que les autres groupes, lesquels lui remettaient leurs prisonniers. Excepté le Mnla, qui ne détenait que des policiers. Les éléments du Hcua étaient à la Maison des jeunes de Kidal, alors que ceux du Mnla se squattaient les locaux de l’ANPE.

D’après les ex-otages, leur situation était fonction de l’humeur des geôliers. «Il y avait des jours où nous causions en bamanakan, français, souvent en tamasheq. Mais, il y avait des jours où nos gardiens passaient la journée à braquer leurs armes sur nous. Au début, nous ne mangions pas à notre faim. Plus tard, les Algériens ainsi que la Croix Rouge nous ont apporté à manger. Nos geôliers en ont aussi profité. C’était de la bonne qualité, surtout leur haricot».

Il y a eu également des jours sans pain, selon notre ex-otage, par le fait d’un élément du Hcua, qui interdisait par ailleurs toute communication téléphonique. Se laver n’était plus à l’ordre du jour ; l’uniforme militaire aussi. Parmi les rebelles, raconte notre ex-otage, «il y a un ancien policier qui parle plusieurs langues nationales. C’est ce dernier qui faisait leurs courses : achat de cartes de recharge pour les téléphones, transfert d’argent via Orange money». À en croire notre source, c’est pendant leur détention qu’ils ont compris que l’armée a perdu beaucoup d’hommes à Kidal. En faisaient foi, plusieurs cartes d’identité qui leur ont été présentées, avec des noms qu’ils connaissent. «Selon les rebelles, certains sont morts de soif dans les collines, parce qu’ils ont refusé de se rendre. D’autres dans les combats», rapporte notre source.

Le lavage de cerveau

Pendant leur détention, explique notre source, les chefs du Hcua ont tenu une réunion à l’issue de laquelle ils ont décidé de faire un lavage de cerveau aux prisonniers. En leur disant qu’ils étaient tous passés par l’armée du  Mali, qu’ils ont mené des combats pour elle, mais qu’au final, ils ont dû déserter. C’est leur soi-disant ministre de la Défense, chef Haoussa, qui a rencontré les ex-otages pour leur expliquer tout cela. La rencontre avec les militaires maliens était jour de fête pour les  geôliers, lesquels avaient abattu un gros bélier qu’ils ont partagé avec leurs prisonniers. Stratégie d’enrôlement, car le chef Haoussa ne s’est pas privé d’expliquer à ses prisonniers qu’il paye ses combattants à 500 000 Fcfa par mois, en plus de formations dans plusieurs pays du Golf. Il expliquera plus tard que son groupe bénéficie du soutien de beaucoup de pays qui prétendent soutenir le Mali. Avant de recommander aux jeunes militaires de revenir les rejoindre après leur libération, afin de bénéficier de conditions meilleures, dignes d’un soldat. Il leur a même indiqué les voies à suivre, à partir de Bamako.

Mais le chef Haoussa aura eu pour seule réponse un silence assourdissant. «Nous n’avons même pas dit un mot, parce qu’il ne savait qui nous sommes», affirme notre source. C’est le soir, à la fin de la journée, que le chef Haoussa les informera de leur libération, et donc, de se préparer afin de quitter Kidal pour l’Algérie où un avion viendra les récupérer pour Bamako. Ils quittent Kidal à 1 heure du matin par route pour la frontière algérienne, d’où ils décollent vers 16 heures pour Bamako.

L’arrivée à Bamako et la déception

Mardi 15 juillet 2014, ils arrivent à Bamako. Après l’accueil devant les officiels et l’échange des prisonniers (l’avion qui a transporté les militaires et policiers maliens devait retourner avec les rebelles touaregs à Kidal), les ex-prisonniers se sont retrouvés au Génie militaire. Où tous les chefs militaires et de la police ont tenté de leur remonter le moral. En leur faisant comprendre que leur mésaventure fait partie de la vie d’un soldat, l’essentiel étant de revenir sains et saufs.

Sur place, les ex-otages ont reçu 24 kilos de sucre, 100 000 Fcfa représentant deux mois de prime. Les policiers, qui en faisaient partie, ont regagné leurs domiciles à bord de deux Pick-up, sur instruction de leur directeur général Hamidou Kansaye. Les militaires sont restés. Auxquels un élément de la sécurité d’Etat a donné 5000 Fcfa comme «frais de bouche (nourriture)». Comme pour dire : «débrouillez-vous avec cet argent pour manger». Ceux qui voulaient après rejoindre leurs parents, ont dû payer de leur poche leurs frais de transport. Contrairement aux policiers de Bamako qui ont fait une mobilisation financière pour leurs éléments revenus de Kidal. Alors que certains d’entre eux souffrent d’ennuis de santé, les ex-otages militaires ont tous eu droit à seulement 15 jours de repos.

Par ailleurs, les ex-otages disent ne pas comprendre la fuite de leurs chefs sans, en aviser la troupe, la laissant ainsi aux mains de l’ennemi. Encore moins le traitement inhumain qui leur a été infligé à Bamako à leur retour. Pis, selon eux, tous les militaires n’ont pas été libérés. En effet, un combattant rebelle à Kidal qui leur aurait fait savoir qu’il y a encore 4 soldats maliens en détention à Kidal. Avis aux autorités pour les faire libérer, et éventuellement, coopérer avec les ex-otages pour obtenir des renseignements utiles sur leurs geôliers.

Kassim TRAORE 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

34 COMMENTAIRES

  1. Les éternels pleurnichards! Ils s’attendent à quoi? Que les rebelles qui les détenaient les fassent loger dans un hotel avec menu spécial ou quoi? Qu’ils arrêtent de se plaindre de leurs conditions de detention, s’ils sont des vrais militaires, ils doivent savoir que cela peut arriver en cas de capture par le camp adverse. Kassim il fallait chercher à interviewer un de ceux que l’Etat a liberé pour qu’il parle aussi de leurs conditions de detention. Je suis prèt à parier qu’il ne te dira rien, il le gardera pour lui parce qu’il a été preparé pour ça. Comment nous voulons gagner une bataille avec une bande de pleurnichards et de troussards?

  2. Guerre : La philosophe Simone Veil a sans doute raison d’écrire à propos des conflits :
    « Il résulte d’une telle situation, pour tout homme amoureux du bien public, un déchirement cruel et sans remède :
    – Participer, même de loin, au jeu des forces qui meuvent l’histoire n’est guère possible sans se souiller ou sans se condamner d’avance à la défaite ;
    – Se réfugier dans l’indifférence ou dans une tour d’ivoire n’est guère possible non plus sans inconscience ;
    – La formule du moindre mal reste alors la seule applicable, mais à condition de l’appliquer avec la plus froide lucidité »
    Guerre : Celui qui sait vaincre n'entreprend pas la guerre (proverbe chinois).
    Guerre : Le MONDE ne sera pas détruit par ceux qui font la guerre, mais par ceux qui les regardent sans RIEN FAIRE (Albert EINSTEIN).
    Guerre : « Dans l’art de la guerre, il n’existe pas de règles fixes. Lorsque les troupes parviennent à se placer dans une situation favorable, les lâches deviennent les braves et dès que la situation est désespérée, les braves deviennent des lâches ». (Citation du grand stratège de guerre chinois, Sun Tzu)

  3. Qu’est devenu notre journaliste Adam THIAM ?

    Si il est en congé et qu’il profite d’un moment de tranquillité on sait qu’il l’a bien mérité..

    Mais …

    Pour un journal d’état Maliweb a je trouve une liberté de ton qui honore
    le Mali, quand on sait comment dans certains pays d’Afrique sont traités les journalistes qui osent…

    Nous espérons revoir assez rapidement ADAM THIAM…

  4. Les soldats maliens n’ont pas reçu un “fortifiant ” spécial avant le combat?
    A moins que le dosage ait été trop fort !!

  5. Le Mali ne remportera aucune victoire militaire avec nos militaires actuels car ce ne sont pas des combattants , il faudra se résoudre à renvoyer tous ces militaires et vendre toute cette quincaillerie militaire appelée munitions ou équipements militaires et louer les services de vrais militaires de métier . L’Etat malien y économiserait bcp et sera défendu contre tout petit terroriste qui viendrait frappe à sa porte.
    Le Mali continue toujours de former des porteurs d’uniformes et non des combattants , qui au moindre coup de feu se mettent à fuir comme des lapins abandonnant sur le terrain les armements et même leur uniforme flambant neuf qu’ils réclame a cor et a cri. 80/100 des armes des rebelles proviennent des armes abandonnes par nos militaires formes a coup de milliards d’euros par l’UE..

  6. Mes chers amis ;au jour où nous sommes il y’a pas de vraies militaires au mali .Tous ces militaires que vous voyez aujourd’hui ont paye 500000f cfa a ces traitres commandant avant d’etre recrute dans l’armee .Je vous dis et je vous le repette il faut une REVOLUTION au mali

  7. Soldat râté
    “Au lieu de nous dire simplement que … ce sont les français de serval qui vous ont attaqué avec leurs drones …avant de vous faire prisonniers et vous livrer au MNLA ”

    Shhhhhht mon frère! Pas si fort!… Si séké entend ça, il va aussitôt le propager partout et aura des milliers d’adeptes! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    En plus, je suis sûr que Serval les a attaqués avec la complicité de Lyad! 😆 😆 Depuis que l’autre con d’Abdoullaye Diarra à écrit qu’il était libre et sous protection des Français, ils sont des centaines de cons à le “VOIR DE LEURS YEUX” se promener et boire le thé dans les rues de Kidal, sans jamais avoir quitté Bamako! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Ces poltrons ont ch.. dans leur pantalons et ont abandonnés les bérets rouge qu’ils étaient sensés appuyer, et ils osent pleurnicher leurs bobards! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

  8. «Nos chefs nous ont abandonnés sans crier gare» 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Ou … ces gars ne sont pas maliens … ou ils sont simplement abrutis … 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

    Pourquoi nous sortir une histoire invraisemblable … et contestable … qui ne va vous attirer que des problèmes … 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿

    Au lieu de nous dire simplement que … ce sont les français de serval qui vous ont attaqué avec leurs drones …avant de vous faire prisonniers et vous livrer au MNLA …. 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Ça c’est une version qui aurait été universellement acceptée par tout malien digne … et aussi par tous les français de MW …. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Moussa Ag,… bon … ils sont simplement abrutis … mais des vrais maliens … parcequ’ils disent clairement comme nous tous … CE PAS NOUS … CE LES AUTRES … et ça c’est 100% malien …!!!! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  9. INTERVIEW EXCLUSIVE D’UN CHEF DE GUERRE, COMMANDANT EN CHEF DES GTIA WARABA-ELOU-BALANZAN REUNIS

    Maliweb : Lors des derniers échanges armés à Kidal, vos troupes ont essuyé une cuisante défaite pour ne pas dire une déroute ; Quelle lecture faites-vous, sur le plan militaire, de ce triste évènement après coup ?

    Cdt : Sur le plan militaire ? Eh bien, je dirais hélas que la défaite était parfaitement prévisible !… (silence) Mieux, qu’elle était INEVITABLE !…

    Mw : Inévitable ? Diable… Je suppose que vous faites allusion à une supériorité écrasante des rebelles en terme d’armes et d’équipements… Ou bien ?

    Cdt : Pas du tout ! (silence) Avec les blindés tous neufs offerts par les partenaires, nous étions TRES SUPERIEURS aux rebelles…

    Mw : … ? Ah bon ?… C’est donc dans ce cas qu’ils étaient supérieurs en nombre… Ou bien ?

    Cdt : Pas du tout !… Nous étions bien plus nombreux qu’eux et donc, TRES SUPERIEURS en nombre!…

    Mw : ………….. ??? Dans ce cas, plus de doute : Ils étaient beaucoup mieux formés au maniement d’armes que vos hommes ! Ou bien ?

    Cdt : Pfff vous rigolez ? Avec la formation par les experts de la CEE, mes gars sont imbattables sur le plan du maniement d’armes et étaient TRES SUPERIEURS à tous ces voyous enturbannés !…

    Mw (exaspéré à la longue) : Mais ALORS !… Si vous étiez très supérieurs sur tous les plans, COMMENT et PAR QUEL MOYEN ont-ils pu vous aplatir comme ils l’ont fait ???

    Cdt : Par la ruse !… Par la ruse et la fourberie !…

    Mw : Vous voulez dire qu’ils ont utilisé une stratégie de combat à laquelle vous n’étiez pas préparés à faire face ?

    Cdt : Exactement !… Ces salauds ont déclenché les combats alors que mes gars n’avaient pas encore pris leur petit déjeûner !…. Alors évidemment…. 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

    • 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

      Moussa Ag,… tout est possible à kabakoland non…???

  10. mais je ne comprend pas en moins que quelqu’un m’explique pourquoi a chaque sortie de l’armée ils ne parlent que de la bouffe ,on a pas manger ,on a pas manger ,seulement que pleurnicher pour la bouffe comme des petits gros bébé qui vivent pour manger ,rien que pour manger ,alors que mois,je vis en france ,pas un probleme d’argent pour payer ,mais souvent je passe toute la journée sans manger parce que j’ai pas le temps.
    en plus cela n’est un secret pour personne tout le monde le sais le vrai probleme de la fama ,ce sont les chefs militaire qui ne vont jamais au combat a cote des sous balternes ils sont les premiers a fuir .
    celui qui n’est pas d’accord ;qu’il me dit en 3 ans de guerre le seul officier malien qui s’est fait blesser en combat .
    alors qu’un general tchadien a failli laisser sa peau pour le mali et pas n’importe quel general .
    en 3 ans le quel de ces connard a puis gagner une seule bataille :aucun

    • Yaye

      “que quelqu’un m’explique pourquoi a chaque sortie de l’armée ils ne parlent que de la bouffe ,on a pas manger ,on a pas manger ,seulement que pleurnicher pour la bouffe comme des petits gros bébé qui vivent pour manger ”

      mais ma chère, c’est pourtant simple (et triste!) à comprendre: Nos “bataillons d’elite” sont justement constitués de “gros bébés qui vivent pour manger”! 😆 😆 😆 😆 😆 😆

      N’oublions pas que dès la fin de sa formation, notre soi-disant bataillon WARABA (plutôt diakoumani!) faisait grève à cause de la mauvaise qualité de la viande servie et du manque de savon dans les douches, PENDANT QUE DES SOLDATS ETRANGERS ETAIENT EN TRAIN DE RISQUER LEUR VIE DANS LE NORD! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

      • a nfp mais arrêt vous me faites torde de rire .
        vraiment vous avez raison ,comme son nom l’indique un waraba envoyer en plein desert ,là ou il y a rien a mettre entre les dents c.a.d du riz gras garnis avec de la bonne viande ,une cigarette dans la gueule et l’autre bras sur une petite tamacheque ou arabe que mnla les empêche .
        c’est normal qu’ils pleurent meme moi a leur place je ferai pareil.

        • NFP ET YAY…..
          😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆
          INFERNAL CE COUPLE D’ENFER.

  11. Mes freres n accusez pas nos braves soldats. En faisant une bonne analyse on remarque que ca c est une invention du pseudo journaliste.

  12. le souci principal de ces peudos soldats c est la nourriture, apres liberation, c est l argent,il faut la fermer vous n etes pas des heros,si vous n etes pas contents de vos conditions demissionnez,en vous enrolant dans l armee de votre propre gré, vous vous attendiez a quoi?a un festin?

  13. “Et c’est très tôt le matin que le Gtia Balanzan, SANS AVOIR MANGE, a pris cette position”

    “Selon notre ex-otage, c’est le 21 mai 2014, à 6 heures, SANS AVOIR MANGE, qu’ils regagnent leurs positions” 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳

    Nos “soldats d’élite” 😛 sont prêts à faire la guerre pour sauver leur patrie, mais tout de même pas au point de sauter un repas ou un petit déjeuner!

    L’histoire retiendra que les forces Maliennes furent les toutes premières dans le monde à créer le concept de ……….”la guerre entre les repas!” :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    Innovant, non? :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    • Vous êtes vraiment des rigolos en insistant sur le petit déjeuner de nos militaires.Pourquoi pas aussi sur leur prière matinale avant d’aller se battre.S’émouvoir pour des soldats d’avoir sauté un repas lorsqu’ils regagnent leurs positions est une absurdité.

  14. Comme je l’ai toujours dit les bataillons GTIA formés par l’UE sont nuls.
    Il faudrait commencer par radier plusieurs éléments desdits bataillons GTIA.
    Ils ne savent pas se battre et plusieurs éléments des bataillons Balanzan, Elou, waraba,…etc ne sont pas faits pour l’armée. Il faut qu’ils se reconvertissent dans d’autres métiers de gré ou de force.

    • Le Sablier
      “Comme je l’ai toujours dit les bataillons GTIA formés par l’UE sont nuls”

      Ah bon, seulement ceux formés par l’UE (au hasard! 😛 )

      Je te rappelle que bien avant que l’UE ne forme qui que ce soit, nos soldats s’étaient déjà “mondialement distingués” par leurs fuites en courant devant l’ennemi et par l’abandon de leurs armes!

      Ensuite, l’U-E a eu à “former” les éléments que nous lui avons nous-même proposée;

      Enfin, quand tu as affaire à un trouillard rentré dans l’armée par convenance ou par relation, comment en faire (en quelques semaines en plus!) un “véritable” soldat?

      L’U-E a fourni des FORMATEURS, pas des magiciens! Mais plutôt que mettre en cause nos propres dégonflés, il est tellement plus simple de mettre en cause leurs formateurs! Surtout s’ils sont toubabs…

  15. Ce recit est vraiment mensonger. Il n’a rien de reel, en tout cas de ce qui s’est passé a Kidal le 21 Mai 2014.

    1) Ces sont les Berets rouges (une compagnie) et la milice delta de Gamou qui ont fait le combat de Kidal.
    2)Les GTIA Balanzan et Elou devraient assurer leur arrieres et occupier le terrain qu’ils auront recuperer des mouvements armees.
    Les BM21 devraient tirer d’abord avant l’ouverture du combat par les berets rouges et les elements de Gamou conduit par Faycal. Mais aucune roquete des BM21 n’est tombe sur Kidal(premier faux pas). Pourtant c’est un Colonel (5 bretelles) qui a procede aux tirs (il ne maitrise pas l’arme).
    Les berets rouges et elements de Gamou ont recu l’ordre (de Didier et Gamou restes au PC) d’engager le combat. Ce qui est fait. Ceux ci prennent le rond point, l’ecole et le lycee. Faycal est mort devant le lycee fauche par des balles de 14.5 alors qu’il galvanisait ses elements a avancer.

    • Suite a la resistance apre des islamistes, les elements berets rouges ont decide d’aller prendre au le gouvernorat et la maison de Intalla. Le premier objectif du gouvernorat est attaint et est confie aux commando volontaires de Abass pour qu’il le gardent. les berets rouges progressent vers la maison de Intalla ou les islamistes sont tres concenters. C’est a partir de cet instant que les islamistes ont dirige une contre attaque sur les GTIA Balanzan et Elou qui n’ont pas du tout progresses depuis le debut des combats et sont reste sur les positions de depart. Ces 2 GTIA quittent le champ de bataille et se retranchent au camp aupres de Didier. Les berets rouges et elements de Gamou sont pris au piege dans la ville, car ils n’ont plus d’arriere (les GTIA les ont abandonne a leur sort). Ils combattent pour sortir et perdent 4 personnes et 6 vehicules en flamme.

      • Les berets rouges rejoingnent les GTIA Balanzan et Elou au camp. Le commandement du theatre des operations les demande d’arreter la progression des islamistes vers le camps. Ce qu’ils font avec ardeur. Mais a leur grande surprise, les GTIA Balanzan et Elou font tomber un mur du camps et s’enfuient en direction de ANEFIS sans informer ceux qui les protegent(BR). C’est a la derniere mn alors que les combats entre eux et les islamiste tournent pratiquement au corps a corps que les berets rouges se resolvent de quitter a leur tour kidal pour Gao.
        Il y avait 2 BM21. l’un a ete tracte a Kidal par les element du GTIA et l’autre a ete demonte par serval.
        L’echec de la bataille de Kidal est une fois encore dus au manqué de formation de nos elements. la formation des GTIA est nulle. En tout cas elle ne permet pas de faire un combat contre les islamistes. Les jeunes officier ne savent pas manipuler les armes. Si les BM21 avaient attaint leurs objectifs, la battaille serait gagnee. Mais…….

        • NAOUA SIAN

          Merci pour toute cette precision. Ces vauriens semblent oublier que leur prestation ne surprend plus. Ils se mettent a raconter les memes bobards a tout bout du champs.

        • Votre témoignage est révélateur. On voit que Gamou et ses éléments et les BR ont fait ce qu’ils pouvaient. J’attribue tout ça au manque de compétence (au sens large) de la part de la hiérarchie (politique et militaire. Il faut interroger les chefs des équipes défaillantes, identifier les problèmes et leur causes afin de prendre des mesures correctives, revoir les conditions de recrutement et de formation.

        • naoua sian

          Merci de nous éclairer. Tu sembles réellement connaître les détails des faits, donc merci encore de nous en faire part!

  16. Si vous continuez à ne recruter que des fils à papas dans notre armée nationale (à la place de vrais guerriers), c’est normal que le seul son des “«Allah Akbar, Allah Akbar»” les fasse fuir!Il faut retrouver tous ces chefs fuyards et les radier de notre armée.Une armée sans discipline
    ne pourrait jamais remporter de victoire.Ne doit pas être promu “chef de guerre” n’importe quel soldat! 👿

  17. J’ai toujours dit que les responsables militaire de notre pays doivent bien réfléchir sur le ça de gamou Line faut pas être un grand soldat pour savoir que garou est un tope à chaque attaqué de l’armée malienne gamou fait des replit tactique et il perd à chaque reprise des soldats grades ?
    L art de la guerre n’est pas compliqué à savoir je parle en connaissance de cause
    Ses le même problème que l armée américaine à eu chez les Vietnamiens
    Garou doit être remplacée et mît en repos forcée sans la possibilité de faire des manœuvres avec sont régiment

    • Toutes les défaites de l’armée malienne ont pour cause principale le manque de renseignements et le manque de communication.
      Aucune armée ne peut gagner une seule bataille sans le renseignement et la communication.
      Quand à Gamou ,il est à mon avis le seul vrai Général dans l’armée malienne.L’homme a déjà fait ses preuves.

      • mynti

        “Toutes les défaites de l’armée malienne ont pour cause principale le manque de renseignements et le manque de communication.”

        Arrête de te mentir toi-même! 🙄 🙄 🙄 Tu sais pertinemment (et comme nous tous!) que ce qui “manque” le plus à ces soldats c’est d’abord le COURAGE, le sens de la MISSION, et le sens de L’HONNEUR! 👿 👿

        Même avec de bons renseignements et de bonnes communications, un “soldat” capable de partir en courant et d’abandonner sur place et ses frères d’armés, ça donne une armée de poltrons et de poules mouillées! 👿

        Rien d’autre! 🙄

      • Et le général 4* Amadou Aya SANOGO? N’est-il pas le seul & l’unique VRAI 4* de notre armée nationale? Que bénisse le Mali & tous ses généraux de valeur. 😉

Comments are closed.