Les pays du Sahel menacés de famine : L’Oxfam tire la sonnette d’alarme

0
0





Des millions de personnes en Afrique de l’Ouest s’exposent à "une grave crise alimentaire" des populations à risque en Mauritanie, au Niger, au Burkina Faso, au Mali et au Tchad, ont indiqué les responsables du bureau régional d’Oxfam à Dakar, lundi, au cours d’un panel.

 ‘’Les pays du Sahel présentent un déficit céréalier de 25% par rapport à la campagne écoulée. Cette forte baisse céréalière risque d’affecter les ménages, surtout, les plus vulnérables en occasionnant la perte en vie humaine dans beaucoup de pays du Sahel’’, a prévenu le responsable régional Oxfam de la Campagne justice économique, Eric Hazard.

 ‘’La production céréalière du Comité permanent inter-Etat de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS), estimée à 16.613.000 tonnes, est en forte baisse de 25% par rapport à 2010 et en baisse de 2% par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Des baisses sont enregistrées dans la quasi-totalité des pays du CILSS entre -13% et -52%’’, indique Oxfam.

Pour ses responsables du bureau régional d’Oxfam, la série de facteurs qui contribuent au déclenchement de cette crise sont, entre autres, ‘’les faibles précipitations et les niveaux d’eau plutôt bas, les récoltes et les fourrages limités, une diminution des transferts d’argent de fonds des migrants et les prix élevés des denrées alimentaires’’.

Mohamed Aly Ag Hamana, directeur d’Oxfam au Niger qui a pris part à cette rencontre sur ‘’la crise alimentaire au Sahel’’ a expliqué que le dispositif d’information avec les systèmes d’alerte précoces montés par l’ONG, a montré que ‘’la production des céréales a fortement chuté en campagne avec la moyenne des cinq dernières années’’.

 ‘’Le Niger a connu cette année une baisse de production de près de 30%, la Mauritanie et le Tchad, notamment, ont enregistré des déficits de production agricole de plus de 50% comparés à l’année écoulée’’, a-t-il ajouté.

 ‘’Le Sénégal présente une baisse céréalière de 13% par rapport à l’année dernière et […] les besoins de consommation ne seront couverts qu’à hauteur de 70%, si l’on se réfère à la production céréalière hors importation’’, révèle Al Hassan Cissé, coordonateur régional du plaidoyer et campagne en sécurité alimentaire à Oxfam. Les zones les plus touchées sont le Nord et le Centre, a-t-il précisé.

 ‘’Les réserves nationales sont dangereusement basses alors que les prix de certaines céréales clés sont de 40% plus élevés que la moyenne des cinq dernières années’’, ajoute Mariétou Diaby, directrice adjointe de l’ONG Oxfam au Mali.

Pour toutes ces raisons, Oxfam exhorte la communauté internationale à agir vite et maintenant ‘’pour sauver des vies et les moyens d’existences des populations’’.

Ben Dao

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.