Les populations meurtries de Gao ont reçu hier la visite des leaders de l’opposition -Vibrant plaidoyer pour la présence sécuritaire de l’Etat malien -” Nous n’accepterons jamais d’être esclaves sur nos propres terres “

2
Soumaila Cissé (au micro) et Tiéblé Dramé chez le doyen Ali Badji
Soumaila Cissé (au micro) et Tiéblé Dramé chez le doyen Ali Badji
Soumaila Cissé (au micro) et Tiéblé Dramé chez le doyen Ali Badji
Soumaila Cissé (au micro) et Tiéblé Dramé chez le doyen Ali Badji

Une forte délégation des leaders de l’opposition malienne, composée de Soumaïla Cissé et Ibrahima N’Diaye de l’URD, Tiébilé Dramé et Mahamane Lamine Touré du PARENA, Ahmadou Abdoulaye Diallo et Hamadoun Dagamaïssa du PDES, Yaya Coulibaly du PRVM Faso Ko, s’est rendue hier, lundi 2 février 2015 à Gao, au chevet des populations meurtries après les récents événements qui ont endeuillé la ville et la localité voisine de Tabankort.

Ces responsables politiques ont tenu à apporter leur réconfort aux jeunes, femmes et vieux, notamment ceux des mouvements d’autodéfense, bref aux populations de la Cité des Askia, qui affirment être abandonnées par l’Etat malien. Les uns et les autres ont plaidé pour que l’Etat assume ses responsabilités régaliennes au plan sécuritaire.

C’est une mission au pas de charge que les responsables politiques de l’opposition ont effectuée, hier à Gao. L’honorable Soumaïla Cissé et les autres leaders sont arrivés dans la capitale de l’ancien empire Songhaï aux alentours de onze heures et quart à bord d’un avion affrété par la MINUSMA. Ils ont été accueillis par une forte mobilisation des responsables politiques et administratifs locaux avec à leur tête le maire Sadou Harouna Dialo, le patron du PDES dans la Cité des Askia. Ils ont mis le cap sur le gouvernorat où ils ont expliqué le but de cette visite au représentant de l’Etat, Oumar Baba Sidibé : “Nous sommes venus pour réconforter, pour apaiser et soutenir les populations de Gao. Nous sommes porteurs d’un message de compassion, d’encouragement afin que le vivre-ensemble soit et demeure…“, a introduit le président de l’URD. Et Tiébilé Dramé du PARENA d’ajouter à l’endroit du gouverneur : “Vous représentez l’Etat ici à Gao. Votre tâche n’est pas facile. Nous sommes venus vous témoigner à vous et à vos administrés toute notre solidarité surtout après les récents événements douloureux “.

2,5 millions F CFA aux blessés et familles endeuillées

Hamadoun Dagamaïssa, faisant en même temps office de maître de cérémonie, a annoncé que les leaders de l’opposition apportent aussi symboliquement une somme de 1,5 million F CFA pour les familles endeuillées et un million pour les blessés des derniers événements.

Le gouverneur, reconnaissant pour ce geste touchant, a remercié les hôtes du jour, avant d’indiquer : “ Nous avons vraiment besoin d’apaisement. La situation sécuritaire s’est beaucoup détériorée ces derniers jours “. Il a rappelé qu’il n’y avait aucune animosité à l’endroit de la MINUSMA et que le vendredi 23 janvier, il y avait eu une manifestation de soutien à la mission onusienne. C’est juste 48 heures après cette sortie que le drame a eu lieu avec trois morts.

Visite rendue aux blessés à l’Hôpital

Arrivés à l’hôpital Hangadoumbo Moulaye Maïga de la Cité des Askia, Soumaïla Cissé, Tiébilé Dramé, Ahmadou Abdoulaye Diallo, Iba N’Diaye et les autres ont d’abord échangé avec le directeur général de cette structure hospitalière, Dr Amadou Maïga,  avec à ses côtés le personnel soignant. Le patron de l’Hôpital a fait le point de la situation des blessés. Plusieurs blessés, dont ceux des événements de Tabankort, ont été hospitalisés ici. Les cas les plus graves, a-t-il ajouté, ont été évacués avec l’appui du CICR, les autres ont leur vie hors de danger.

Les visiteurs du jours ont fait le tour des salles de réanimation, de physiologie, de pédiatrie pour souhaiter prompt rétablissement aux infortunés atteints pour la plupart de balles assassines, que les populations disent venues du camp de l’ennemi terroriste et jihadiste (Tabankort) ou de la MINUSMA.

A en croire Dr Amadou Maïga, 50 % des blessés sont des élèves, dont des enfants mais aussi quelques combattants du GATIA (venus de Tabankort). Et les responsables de l’opposition ont présenté leur réconfort et mot de soutien aux parents venus au chevet de certains proches blessés  lors de ces événements.

La MINUSMA doit protéger les populations

Ce fut ensuite le tour de la ville pour aller solennellement présenter les condoléances aux familles des victimes. Ce fut le cas au quartier 8, non loin du camp 2 de Gao et du siège de la MINUSMA (troupes chinoises). Soumaïla Cissé et les membres de sa délégation ont prôné l’apaisement et le calme. Ils ont indiqué que ce qui est arrivé est certainement la volonté de Dieu et qu’il n’est pas question de faire déborder la colère.

Nous avons dit à la MINUSMA qu’elle est là pour protéger les populations. Elle est là pour nous aider. Nous devons nous parler, nous comprendre. Nous devons cultiver le vivre ensemble. Nous devons penser à renforcer notre armée. Nous sommes venus non en hommes politiques mais simplement en fils de ce pays, soucieux de son devenir. Nous sommes venus ici en Maliens qui aimons notre pays. Ce qui est arrivé est à déplorer mais nous devons aider ceux qui sont venus nous aider à jouer leur rôle. L’Etat doit renforcer sa présence pour sécuriser les populations“, a-t-il expliqué.

«Merci pour votre geste de solidarité»

Cap sur le quartier Château pour soutenir une autre famille éplorée. Ici, le jeune qui a été fauché par les balles meurtrières est un diplômé en comptabilité vivant chez son oncle, Habiboulaye Ousmane Maïga. Ses parents, a expliqué l’oncle, vivent au Niger. Presqu’en larmes, M. Maïga dira : ” Je reconnais que c’est la volonté de Dieu. Merci beaucoup pour votre geste de solidarité, de compassion qui nous touche beaucoup. Vous auriez pu nous transmettre vos condoléances par personnes interposées ou par téléphone. Mais, quitter Bamako pour venir jusqu’ici à Gao pour nous réconforter et nous fortifier, cela nous va droit au cœur et c’est Dieu qui va vous récompenser “, a-t-il indiqué. C’est après ces tours que la délégation se rendra au Cadre de concertation des mouvements d’autodéfense, chez le doyen  Ali Badji, au quartier 6, le fief du maire de Gao, Sadou Harouna Diallo, non moins Coordinateur régional du PDES.

Celui-là même qui a mis tous les véhicules à la disposition de la délégation. Nous y reviendrons.       *

Bruno D SEGBEDJI

Envoyé spécial

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. VOILA LE VRAI VISAGE DE L’OPPOSITION, FROID ET LUCIDE, LE PLUS GRAND DERANGEUR DE LA REPUBLIQUE CE QU’ELLE SAVE FAIRE C’EST DE SE MOQUER DU DIRIGEANT DU PEUPLE MALIEN MAIS GARDE SA LANGUE DANS SA POCHE POUR N’EST PAS BLESSE LE PAYS DE SON PAPA LA FRANCE DE HOLLANDE, VOUS FAITES HONTE AU PEUPLE MALIEN SI VOUS LE SAVIEZ.

Comments are closed.