Les rebelles touaregs rejettent la nomination du nouveau gouverneur de Kidal

11 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer
Le colonel Adama Kamissoko a été nommé gouverneur de Kidal, le 2 mai. © DR

Le colonel Adama Kamissoko a été nommé gouverneur de Kidal, le 2 mai. © DR

Alors qu’aucun processus de dialogue n’est encore enclenché au nord du Mali, un nouveau gouverneur a été nommé à Kidal. Mais les rebelles touaregs du MNLA et du MIA rejettent cette décision et mettent en garde Bamako contre l’envoi de soldats maliens.

 

 

Le 2 mai, le colonel Adama Kamissoko a été nommé gouverneur de la région de Kidal. Ancien préfet de Nioro du Sahel (frontière avec la Mauritanie), et de Menaka (frontière avec le Niger), il avait ensuite été affecté au ministère de l’Action humanitaire en tant que haut fonctionnaire de la Défense.

 

 

Pour son nouveau poste, cet officier supérieur de l’armée de l’air, originaire du sud du Mali, la soixantaine passée, veut bénéficier du soutien de tous. « Je dois prendre mes fonctions cette semaine, et proposer un programme. L’objectif c’est d’aboutir au dialogue inclusif avec tous les Maliens afin de ramener la paix », confie-t-il à Jeune Afrique.

 

 

Expérience

Pour certains leaders touaregs à Bamako, cette nouvelle est salutaire. « Je ne peux que saluer la nomination d’un homme qui connaît le terrain. La tâche qui l’attend est immense, Kidal est une région compliquée, mais Kamissoko est un homme d’expérience », dit Zeidane Ag Sidalamine, ancien de la rébellion de 1991 et conseiller spécial à la présidence. Un avis que de nombreux Touaregs non rebelles partagent.

 

 

La nomination du gouverneur de Kidal n’est cependant que la partie visible de l’architecture administrative que construit actuellement Bamako à Kidal. Depuis plusieurs semaines, le bataillon de l’armée malienne qui doit occuper la ville est stationné à Gao, à quelque 300 km plus au sud, prêt à mettre le cap sur l’Adrar des Ifoghas. Mais pour les rebelles touaregs, l’heure de nommer un gouverneur n’a pas sonné, encore moins celle de ramener l’armée.

 

 

« Kidal n’a pas besoin d’un gouverneur pour le moment, la région à mille autres problèmes à régler d’abord. Il faut une grande réforme administrative pour cette zone. Les choses ne peuvent plus être les mêmes qu’avant », assure à Kidal Alghabass Ag Intalla, chef du Mouvement islamique de l’Azawad (MIA), une dissidence du groupe Ansar Eddine d’Iyad Ag Ghali.

 

 

Menace

Même son de cloche chez le Mouvement national de Libération de l’Azawad (MNLA), l’autre mouvement séparatiste. « Nous n’accepterons pas de gouverneur qui n’est pas choisi par les Azawadis eux même. Il faut déclencher le processus de négociation pour savoir quel statut juridique donner à l’Azawad et c’est après qu’il faudra faire des nominations en tenant en compte de la nouvelle donne », explique un membre du MNLA à Ouagadougou, Ibrahim Ag Mohamed Assaleh.

 

 

Une chose est sûre, les rebelles touaregs sont plus que jamais déterminés à s’opposer au retour de l’armée malienne à Kidal avant l’ouverture du dialogue. « S’ils [les responsables de Bamako, NDLR] pensent que c’est Al-Qaïda qui a chassé l’armée de Kidal, ils peuvent tenter de revenir, ils nous trouverons devant eux », menace Ag Intalla.

________

jeuneafrique.com/ Par Baba Ahmed, à Bamako

11 Réactions à Les rebelles touaregs rejettent la nomination du nouveau gouverneur de Kidal

  1. Tirailleur Africain

    En meme temps, s’ils l’avaient accepté sans broncher, cela m’aurait paru très très suspect

  2. Abdoooooooooo

    On le sait Intalla ce sont les islamistes recyclés et les déserteurs de l’armée malienne qui sont à kidal. Et kidal ne t’appartient pas tu as de la chance que le Mali ait des marionnettes de dirigeants sinon l’armée devrait mettre cap sur kidal. On vous a vu du temps des islamistes une matinée pour vous anéantir une menace pour rien.

  3. Goby

    C’est la republique qui decide et non ces clicailles mnla , aussi faut-il accepter ce dikta de la france ordonant le repli de la FAMA ?
    Oui , car la FAMA n’est pas le liberateur , et c’est tout .
    Desormais , la FAMA ne va plus dormir , j’espere bien .

  4. Albert Atangana

    tout-à-fait entre nous, est-ce qu’il n’aurait d’abord pas été plus
    intelligent de libérer Kidal, le mettre sous administration militaire
    avant de nommer un gouverneur civil ?

  5. Kadi

    Un pays qui n’a pas des hommes d’honneur prêts à le défendre ne peut que protester sans jamais parvenir à s’imposer. Il est temps de former une vraie armée avec des vrais hommes pour reconquérir notre dignité et notre territoire. Plus nous refusons de voir la réalité en face plus on se ment à soi même. Ce n’est pas les propagandes qui font une armée. C’est le patriotisme, le courage et le sens du sacrifice. Sinon comment une bande de hurluberlus pourraient-ils défier toute une nation?

  6. Ould Bakar

    la seule solution c’est la  »solution finale » envers les cafards du MNLA
    plus jamais telle humiliation du Mali et des maliens :!: :!:

    • Bof

      Brave esclave!
      Ce langage est reserve aux puissants, aux grands criminels aux pouvoirs immenses et non a des stupides esclaves qui n’arrivent pas encore a manger a leur faim!
      80% du Mali ne dispose pas encore d’un reseau d’egouts pour degager ton caca et tu te prends deja pour un führer!

      :mrgreen:

  7. maiga issa

    l armée doit relever le defi lancé par les apatrides en les eliminant physiquement.

    • DRISSA COULIBALY

      C ES T FACILE DE FAIRE LE GUERRE QUE DE FAIRE LA RÉCONCILIATION DONC JE PRÉCONISE LA PATIENCE.On a plus besoin de s entretuer avec la mise en place du CDR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire ( caractères restants)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:wink: :twisted: :roll: :oops: :mrgreen: :lol: :idea: :evil: :cry: :arrow: :?: :-P :-D :( :!: 8-O 8)