Les troupes de la CEDEAO, ici et maintenant

14

La venue du ministre d’état, ministre des affaires Ă©trangĂšres de CĂŽte d’Ivoire, Daniel Kablan Duncan, a Ă©tĂ© perçue par tous, comme un signal fort, le risque d’un tournant majeur dans ce que nous voulons de la CEDEAO. Les troupes africaines directement sur les lignes de front, mais indĂ©sirables ici Ă  Bamako. Ou, nous n’avons besoin que du matĂ©riel de guerre, la logistique et le renseignement.

Daniel Kablan Duncan, ministre Ivoirien des Affaires Ă©trangĂšres

Pour la premiĂšre fois, depuis l’éclatement de la crise, le prĂ©sident ADO a dĂ©pĂȘchĂ© un poids lourd de la politique ivoirienne, Ă  un moment oĂč, c’est l’Eburnie qui dirige l’institution ouest- africaine. Jusqu’ici, comme chargĂ© de missions, le chef de l’Etat ivoirien, prĂ©sident en exercice de la CEDEAO, Alassane Dramane Ouattara, se contentait de nous envoyer son chargĂ© Ă  l’intĂ©gration africaine. Adama Bictogo depuis renvoyĂ© Ă  ses Ă©tudes dans son cabinet et Aly Coulibaly, le fidĂšle d’entre les fidĂšles. Le Huit- clos de plus de 3 heures d’horloge entre la dĂ©lĂ©gation ivoirienne et le prĂ©sident malien en disait long sur l’avenir immĂ©diat du Mali engluĂ© dans la nasse islamiste. DKD n’a pas rĂ©vĂ©lĂ© la teneur de l’échange, encore moins Dioncounda. Seulement, les maliens auront vite compris que, le ministre de la DĂ©fense, le Colonel Yamoussa n’aura pas attendu que Daniel Kablan Duncan ait fini de dĂ©poser ses valises de retour de mission, pour atterrir lui aussi Ă  Abidjan. A- t –il squatter l’avion du ministre d’état ivoirien pour rencontrer toute affaire cessante Alassane Ouattara ? Nous ne saurions le dire. Mais, le compte rendu d’aprĂšs audience que notre ministre a fait Ă  la presse Ă©trangĂšre et ivoirienne, sur le perron du palais, Ă  sa sortie du bureau prĂ©sidentiel, est clair et net. Les troupes viendront ici Ă  Bamako, mais nous souhaitons, que leur prĂ©sence se fasse dans la discrĂ©tion. Yamoussa a mis en avant l’orgueil des maliens qui risquerait de se froisser. Le dĂ©bat est dĂ©finitivement clos, les troupes africaines de la CEDEAO dĂ©poseront leurs paquetages ici Ă  Bamako d’abord avant de faire quoique ce soit, parce que, du sol malien clamĂ© on ne sait pour quelle raison, il ne reste plus beaucoup. Merci Yamoussa, on sort enfin de l’auberge. Qui a dit que, ‘’Diakouma n’est pas Wara’’ ?

Sory de Moti

PARTAGER

14 COMMENTAIRES

  1. A Massaye,
    Mon cher frere veillez eviter de t’attaquer aux leader religieux, ce n’est pas digne de toi.
    Merci

    • Il y a deux DICKO ……. le religieux …..et l’autre …..celui qui veut devenir prĂ©sident …….Il me semble que Massaye parle du second qui n’hĂ©site pas Ă  se servir d’une ghillie suit pour avancer sous camouflage religieux .

  2. malieni, parmi les internautes qui sont pour la présence de la force de la CEDEAO à Bamako, il y en a qui connaisse le Mali plus que vous et vos faux dieux au pouvoir.
    Il n’existe pas une seule rĂ©gion du Mali que je n’ai pas foulĂ©e du pied.

    Vous dites ” Si jamais on voit des troupes dans la rue il verront de quoi les maliens sont capable.”
    Malheureusement, vous n’ĂȘtes capable de rien que de fanfaronner.
    Ne parlez pas au nom du Mali parce que vous ne représentez que votre propre personne.

    Le Mali ne vous appartient pas et n’appartient pas au clan de mafieux au pouvoir que vous supportez en vous opposant Ă  l’intervention nĂ©cessaire de la force de la CEDEAO.

    Vous craignez la force de la CEDEAO Ă  Bamako et pas Ă  Mopti et au Nord.

  3. L’armĂ©e malienne, une armĂ©e qui a peur de la guerre. Depuis le temps Moussa, beaucoup se sont engagĂ©s dans l’armĂ©e pour les avantages que cela leur procurait. Maintenant que la guerre est lĂ , ils refusent de la faire sous prĂ©texte d’armes bloquĂ©es dans certains pays. Ce problĂšme d’islamiste Ă©tait prĂ©visible depuis longtemps et il ne fallait pas attendre d’ĂȘtre devant l’occupation pour chercher des armes.
    depuis le dĂ©but de cette affaire, l’armĂ©e malienne n’a tirĂ© aucun coup de feu jusqu’Ă  prĂ©sent ! Ils n’ont fait que fuir en abandonnant leurs armes et des civils sans dĂ©fense.
    Pour mater des civils, l’armĂ©e malienne est forte en celĂ .
    Comment voulez vous que les forces de la CEDEAO aillent au front pendant que le capitaine et sa clique restent Ă  Kati. Les militaires de Kati doivent aller au front en premier, c’est une question d’honneur et qu’on ne nous raconte pas de balivernes.

  4. Il y a un aéroport militaire et un aéroport civil à sévaré à 15KM de mopti.

    Si les gens ne connaissent mĂȘme pas leur pays ce permettent de dire des bĂątisses sur internet on est tombĂ© vraiment trop bas.

    Nous sommes déterminés et on les attends de pieds ferme qui vivra verra.

    ce n’est qu’un peloton d’instructeurs et de stratĂšges militaires qui seront accepter ici Ă  BAMAKO.

    Si jamais on voit des troupes dans la rue il verront de quoi les maliens sont capable.

    Que dieu nous sauvegarde.

  5. Il faut la force de la CEDEAO à Bamako, nous en avons besoin pour libérer le Nord et remettre de l'ordre

    Il n’ y a que ceux que l’ordre rĂ©publicain et la libĂ©ration dĂ©rangent qui sont contre la prĂ©sence de la force de la CEDEAO Ă  Bamako. Ces gens sont lĂ  sont bien connus. Ce sont les membres du clan CMD et d’une partie de la junte. Ce sont les partisans de la nouvelle secte UDPMiste qui gouvernent le Mali depuis le coup d’Etat qui a livrĂ© le Nord aux bandits armĂ©s et le Sud, aux clans CMD et Sanogo qui sont plus Ă  craindre que le MNLA dans la mesure oĂč ils empĂȘchent le sauvetage du Mali pour leurs intĂ©rĂȘts personnels.

    Quelques maliens de bonne foi n’ont pas compris la prise en otage du Mali par ces clans constituant une vĂ©ritable secte et se laissent manipuler par des propos brandissant des notions de souverainetĂ© et de fiertĂ© dĂ©placĂ©s le contexte actuel du Mali.

    Il n’y a pas de souverainetĂ© lorsque le Pays est occupĂ© Ă  plus de 70% et que l’armĂ©e malienne ne peut pas le libĂ©rer sans aide extĂ©rieure.
    Il n’y a pas de souverainetĂ© lorsque le Pays ne peux pas se passer de l’aide de la CEDEAO et de la CommunautĂ© internationale pour se libĂ©rer, se dĂ©velopper, payer ses travailleurs mĂȘme dans le moyen terme.

    La CEDEAO est menacĂ©e autant que le Mali et sera contraint d’intervenir avec ou sans l’autorisation du Mali si les autoritĂ©s maliennes continuent Ă  tergiverser pour des raisons personnelles.

    L’entĂȘtement de CMD et des pro junte ne pourront qu’isoler le Mali, ce qui finira tĂŽt ou tard par le chaos: embargo, coalition militaire de la communautĂ© internationale contre le Mali et les islamistes, destruction de toutes les institutions, guerre civile.

    Ce qui est Ă©tonnant, c’est comment un dirigeant peut ignorer cette Ă©vidence ? On n’a pas besoin d’ĂȘtre expert pour comprendre les risques que pose un refus catĂ©gorique de coopĂ©ration avec la CEDEAO et la CommunautĂ© internationale.

  6. Eh cher FrÉRE valeureux Le ministre Malien de la DĂ©fense nÂŽa pas dit ce que ce vulgaire Journaliste vous raconte,car cÂŽes lui YAMOUSSA qui avait publiquement rejĂ©ttĂ© la prĂ©sence des troupes dÂŽune CEDEAO ĂĄ BAMAKO avec lÂŽensemble de tous les MALIENS,donc le peuple Malien ne veut pas et ne tolera JAMAIS que ces pays soit disant CEDEAO font Ă©ssayer de montrer en des VRAIS FRÈRES ÉNNEMIS au vieux pays BÉNI le MALI.CÂŽest FOU de dire que les Maliens ont peur dÂŽune Guerre,ces Maliens qui ont Ă©tĂ© les prĂ©miers aventuriers du Monde,et mĂšme jusquÂŽĂĄ prĂ©sent ceux sont ces Maliens qui traversent des mauvaises frontiĂšres de partout,il faut Ăštre MAUDITS pour attribuer la PEUR aux Maliens.
    Dire que quŽil yŽavait déja une centaine de forces Spéciales Francais dans le Sahel doit étonner les Africains qui sont contre une NOUVELLE COLONISATION DŽAFRIQUE.
    La France veut que tous les PAYS AMIS du Mali soient des donneurs de POUCE ĂĄ la France dans la CRISE MALIENNE,et pourtant cette France nÂŽest pas un VRAI AMI DU MALI.
    Le DESTIN du Mali est dans la Main des MAliens SEULEMENT,pas dÂŽautres,
    que la France quitte totalement entre nos FrĂšres AMIS,et NOUS.
    Le Mali veut du Matériel pas des gens,les Maliens eux mÚme connaissent employer ce Matériel qui proviendra des pays AMIS du Mali.
    Si les Africains ne sont pas NÉES pour lÂŽIGNORANCE,ils doivent tous se lĂšver contre cette nouvelle COLONISATION DE LA FRANCE appĂ©lĂ© GUERRE pour DÉLOGER AlQAIDA au nord du Mali et accepter au MÉDIATEUR Blaise CompaorĂ© de donner sa terre aux RĂ©bels Touaregs de SÂŽentrainer pour venir faire la Guerre contre le Mali.
    Mais le Mali RESISTERA et GAGNERA,que mon DIEU montre cette VÉRITÉ á tout le MONDE:AMIN ALLAHOU.

  7. Un enfant de 10 ans comprendrait que tout doit ĂȘtre coordonnĂ© Ă  Bamako, oĂč se trouve l’aĂ©roport international sĂ©curisĂ©, tous les moyens de communication, les meilleures infrastructure, et toutes les institutions! Que les troupes se battent sur le terrain ok, mais elles ne peuvent ĂȘtre (bien Ă©videmment) pilotĂ©es que depuis bamako!

    Et cette Ă©vidence est tellement …”Ă©vidente” pour tous, que nous nous sommes une fois de plus ridiculisĂ© grace Ă  nos bidasses et leurs exigences aussi dĂ©biles!

  8. 1. C’est malheureux d’ĂȘtre rĂ©duit Ă  tirer sa subsistance rien que dans la rĂ©action. Il faut quand mĂȘme reconnaĂźtre qu’il fut un temps au Mali oĂč l’on Ă©tait rĂ©compensĂ© en fonction de son pouvoir de nuisance, que l’on soit bandit armĂ© du nord, du sud, politicien, syndicaliste ou religieux. Mais nous sommes en dĂ©mocratie, systĂšme qui n’est guĂšre trĂšs Ă©loignĂ© de l’anarchie : tous les avis semblent permis. MĂȘme Dieu ne fait pas l’unanimitĂ©. Ce qui est dĂ©plorable au Mali, c’est l’infime minoritĂ© rĂ©actionnaire et sadomasochiste que l’on entend le plus, que l’on voit le plus dans la rue avec quelques badauds qui les suivent, et qui donne l’impression de reprĂ©senter une force. ON A LA TERRIBLE IMPRESSION QUE LES LEADERS POLITIQUES, CIVILS ET RELIGIEUX SONT COMME TETANISES PAR LES SERVICES SECRETS ET LES SANCTIONS ADMINISTRATIVES, CAR AU MALI TOUT LE MONDE NE VIT QUE DE L’ETAT, DU FONCTIONNAIRE A L’OPERATEUR PRIVE

    2. Les militaires de la CEDEAO se feront discrets, probablement vers l’aĂ©roport de Bamako, pour NE PAS EFFRAYER NOS BRAVES MILITAIRES REFUGIES A KATI. Sinon, les autres militaires seront obligĂ©s d’aller au front avec les soldats de la CEDEAO qui les couvriront. La plus grave erreur serait d’oublier les milices d’autodĂ©fense qu’on a trop souvent tendance Ă  confondre avec les milices anarchiques. Comment les centaines de villes et de villages de la ligne de front seront protĂ©gĂ©s contre LES EXACTIONS DES BANDITS ARMES QUI ONT CHOISI COMME STRATEGIE, LE HARCELEMENT DE TOUTES LES ZONES DEGARNIES, DE KAYES A ANSONGO ET KIDAL ? Bien sĂ»r qu’il ne faut pas encourager les milices anarchiques, elles doivent simplement ĂȘtre encadrĂ©es, mais SUREMENT PAS ËTRE DETRUITES. TOUTES LES ARMEES DE LA CEDEAO REUNIES NE POURRONT PAS PROTEGER TOUS LES VILLAGES ET VILLES DE LA LIGNE DE FRONT. BREF, IL EST PLUS QU’INDISPENSABLE D’AVOIR SUR LA LIGNE DE FRONT DES BRIGADES D’AUTODEFENSE DE FILLES ET DE GARCONS RECRUTES, ENCOURAGES, ARMES ET SUPERVISES PAR L’ARMEE MALIENNE. Et surtout ces malheureux six mois nous prouvent, s’il en est besoin, QU’IL FAILLE MAINTENANT PERENNISER LE SYSTEME DE BRIGADE D’AUTODEFENSE qui comme son nom l’indique n’a pas de mandat offensif et reste soluble dans la population civile.

    • Mon cher,
      Tout ce petit monde de personnels politiques et rĂ©ligieux que tu as l’impression qu’ils sont tĂ©tanisĂ©s, ne le sont pas. Leur comportement est pure calcul et positionnement politique . À chaque gouvernement ses derviche tourneurs de veste. Qui peut croire qu’un jour, l’imam Dicko du HCI, pourrait dĂ©clarĂ© sur le perron du QG des putschistes Ă  Kati que ce qui vient d’ĂȘtre fait par les jeunes soldats contre l’ancien rĂ©gime est une bonne chose? Alors que, l’ancien rĂ©gime la vĂ©hiculĂ©, blanchi et loger Ă  ATTbougou. Vous voyez comment est certains maliens ! La reconnaissance fait souvent dĂ©faut . Merci.

Comments are closed.