Libération du nord : « Après l’arrivée des armes, Dioncounda Traoré doit déployer les moyens financiers pour la guerre » dixit capitaine Drissa Coulibaly

16 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Les armes acquises par l’armée malienne ces derniers temps doivent lui permettre d’ouvrir les hostilités. Mais une guerre ne se fait pas qu’avec les armes. Chaque conflit a un coût. Il appartient désormais au président de la république de mobiliser des moyens financiers pour la guerre, se convainc Drissa Coulibaly ancien combattant de l’armée libérienne.

« Capitaine » Drissa

Cela fait un peu plus de huit mois que le nord du Mali est passé sous le contrôle des groupes djihadistes et des narcotrafiquants. Ces bandits armés ont asservi une population civile  qui continue de prendre son mal en patience en attendant que l’armée malienne parte à l’assaut des envahisseurs.  L’occupation des régions nord du pays a révélé le niveau d’impréparation de l’armée malienne et le manque d’armement adéquat. Au point que la communauté internationale s’est saisie du dossier.  La CEDEAO  et l’Union africaine ont  tenu plusieurs rencontres  visant à l’élaboration d’un plan d’intervention militaire au nord du Mali. L’organisation des Nations unies travaille à l’adoption d’une résolution pour un déploiement des troupes.

A Bamako, cette échéance du Conseil de sécurité de l’ONU parait de plus en plus longue. Des voix  se font entendre pour demander à l’armée malienne de ne plus perdre de temps et d’aller à l’assaut des bandits armés. Drissa Coulibaly est l’un de ces volontaires maliens qui se disent déterminés à s’engager aux côtés de l’armée malienne. Cet ancien combattant de l’armée régulière  du Libéria sous Samuel Doe dit avoir réuni autour de sa personne entre 200 à 400 volontaires tous rompus dans le maniement des armes. Celui qui se fait surnommer capitaine Drissa Coulibaly ne croyait pas si bien dire lorsqu’il déclare « que l’armée malienne manquait d’armement quand les villes passaient sous le contrôle des bandits. Aujourd’hui, nous avons appris que des armes bloquées au port de Conakry sont arrivées à Bamako « . Une raison de plus pour que l’armée ouvre les hostilités. Mais Drissa Coulibaly pense à juste titre qu’une guerre comme celle du nord ne se fait pas uniquement avec les armes, il faut aussi un accompagnement financier. Le président de la république Dioncounda Traoré doit se mettre rapidement en activité pour mettre des moyens à la disposition de son armée, a-t-il fait savoir. Avant d’ajouter  «   quand on envoie des gens au front, on doit s’assurer qu’il y a de la logistique, que les frais de carburant sont assurés.  Bien que je ne sois pas de l’armée malienne, je sais compte tenu de mon expérience que c’est ce dont l’armée a fort besoin. Dioncounda Traoré doit mobiliser des fonds pour cela.  Pour combien de temps allons-nous à attendre ce que la communauté internationale fera  de notre pays « .

Par ailleurs, Drissa Coulibaly s’insurge contre  ceux qui réclament le retour des militaires dans les camps. Pour lui, le moment ne se prête pas à cela. Nous sommes dans un pays en guerre où l’armée vient en renfort aux politiques pour assurer la bonne conduite de la transition.

Abdoulaye DIARRA

SOURCE:  du   21 déc 2012.    

16 Réactions à Libération du nord : « Après l’arrivée des armes, Dioncounda Traoré doit déployer les moyens financiers pour la guerre » dixit capitaine Drissa Coulibaly

  1. Vivox

    La passivité des Africains passe toujours pou un bout de pain et laisse son frère traîner dans les sables mouvants .
    Qui ne sait pas que le Mali est composé de pas mal de 15 millions d’habitants au sud .
    Comment alors attendre que leur pays submergé d’étrangers pour l’occupation du nord avec quelques énergumènes ramassés de part et d’autre venant avec une idée d’anéantir le peuple et le ridiculiser à jamais .
    Si aujourd’hui temporise , là , donne signe d’incapacité de se défendre même à l’intérieur de chez lui .
    Meme l’ensemble de l’Afrique reste un continent mains liés sans le moindre calcul de répondre à l’ennemi par le feu , à lui signifier que la fraternité est de mise .