Libération du nord : Le FDR et le Coren adoubent l’armée et la Cédéao

6

La marche FDR/Coren, tant annoncée, a finalement eu lieu jeudi avec la participation des milliers de personnes parmi lesquelles des élus locaux et autres personnalité du FDR et du Coren. Objectif : dire oui à la libération du Nord du pays avec l’appui de la troupe de la Cédéao pour soutenir l’armée malienne.

 Conscients de la nécessité d’une intervention armée pour l’unification du Mali, le Front uni pour la démocratie et la République (FDR) et le Collectif des ressortissants du Nord (Coren) se disent favorables à l’arrivée immédiate de la troupe de la Cédéao au Mali. Cette volonté a été manifestée hier à travers une marche citoyenne.

Des milliers de personnes ont fait le déplacement pour la cause. On pouvait lire sur les banderoles, entre autres, “Vive le Mali”, “Vive la Cédéao, vive l’armée malienne”, “Libérez le Nord”, “Tous pour une démocratie renforcée au Mali”. La marche est partie de la place de l’indépendance au monument de la paix en passant par le monument de l’indépendance.

Arrivés au monument de la paix où a pris fin la marche, les déclarations du FDR et du Coren ont été lues avant d’être communiquées à la Primature. Le secrétaire général du Coren M. Maïga dans son intervention a souligné que la participation du Collectif à cette marche citoyenne montre leur engagement dans toutes les actions pour la libération du Nord. Ainsi, a-t-il souligné, “compte tenu de la souffrance de la population du nord depuis des mois, le Coren déclare que l’unité nationale est en péril, considérant l’existence d’un danger de mort dans ces régions du Nord, il demande à la Cédéao, à l’Union africaine, aux Nations unies, aux Etats-Unis à apporter leurs soutiens à l’armée malienne pour libérer immédiatement les régions occupées par les rebelles”.

Quant à Mme Coulibaly Kadidiatou Samaké, la vice-présidente du FDR, elle a exhorté tous les Maliens ainsi que l’armée malienne à se lever et s’unir pour faire de la libération du Nord, une réalité. Mais pour elle, cela passe par une solidarité de la communauté nationale et internationale. “Nous demeurons convaincu que le retour à l’ordre constitutionnel est indispensable à la résolution de la crise au nord. Non à la scission du pays ni à l’autodétermination, ni remise en cause de la laïcité de notre pays”, a-t-elle souligné.

R. Yagabenta (stagiaire)

 

Quelques réactions

Makan Moussa Sissoko, Directeur de l’ANPE

“C’est une marche de manifestation de soutien du peuple malien à l’armée malienne. C’est un moyen du peuple malien de dire qu’il attend une intervention rapide pour libérer le Nord et lui permettre de revenir à une vie politique normale. Nous sommes convaincus de la justesse de notre point de vue et nous savons que la vérité finit toujours par triompher et que le peuple se rendra compte où se trouve son intérêt et suivra le bon chemin”.

 

Mahamane Lamine Touré

“Moi je n’ai qu’une seule réaction : que ce pays soit réunifié et garde notre image d’un peuple uni, fier, solidaire et laïc, c’est tout ce qu’on veut et celui qui peut nous apporter cela est notre ami”.

Mahamane Salia Maïga, élu local à Boura dans le cercle d’Ansongo

“Le message qu’il faut faire passer, c’est que le Mali est un et indivisible et c’est aux Maliens de montrer cela en combattant par des idées et des comportements nobles. Donc nous sommes aujourd’hui réunis pour faire appel à tous nos amis qui veulent nous aidez dans ce combat. Nous sommes prêts à les recevoir, à les écouter et aller avec eux afin que notre pays puisse être libérer. Le message doit convenir à tous les maliens qui veulent vraiment libérer le Nord”.

Hamadi Camara, élu de la région de Kayes

“Cette marche est très bien venue, elle était depuis longtemps attendue. Le temps est venu maintenant et c’est tout à fait normal qu’on marche pour cette cause. Cette lutte va continuer et les choses vont s’améliorer de jour en jour. Nous nous fatiguerons pas tant que le Mali n’est pas unifié”.

Amadou Touré, conseiller municipal

“Des individus sans loi ni foi ont envahis le Nord. Nous soutenons l’armée malienne à bouter ces hommes hors de nos territoires. Nous pensons avoir gain de cause parce que c’est que le peuple malien qui demande cela”.

Propos recueillis par

R. Yagabenta

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. pourquoi n’ont-ils pas demandé la levée immediate du blocus sur les armes du mali par la cedeao dans les ports de conakry et dakar? c’est bien eux qui ont demandez et obtenu le blocage de ces armes. comment demander a notre armé d’aller au front alors que vous maintenez ses armes bloquées dans les pays voisins?

  2. En échos à cette dame, pourquoi avoir attendu tout ce temps pour montrer que les COPLAM/SADIQUE/CNDERRIERE/YERE NOGO TON n’étaient pas du tout représentatifs du Mali ? Comme ces stars qui se complaisent dans la publication de scènes de ménages et de drogues uniquement pour qu’on parle d’eux. Au même titre que les MNLA/AQMI/ANE SARDINE/MUJAO/BOKO HARAM qui sont obligés d’inventer ‘’Charia’’ et ‘’Indépendance/Autonomie’’, parce que même eux ne peuvent pas soutenir en face du monde qu’ils ne sont que des bandits armés. Tous les actes qu’ils posent quotidiennement sont anti autonomie (destruction ou blocage de l’éducation, de la santé, des infrastructures routières, etc.), ou anti religieux (vols, viols, mariages forcés, trafics de drogues et d’armes, enlèvements, assassinats, etc.) Quant à la position neutre de certains HCI/APDF/RPM/MPR/CNID et autres, on se demande comment un patriote peut s’ennuyer devant les réalités actuelles maliennes :
    – au Nord Mali : amputations, viols, vols, flagellations, lapidations, assassinats, trafics de drogues, d’armes et humains, etc.
    – au Sud Mali : arrestations arbitraires, fermetures d’usines, d’ONG, d’entreprises, amaigrissement et insolvabilité continus du budget de l’Etat ;
    – blocage de tout processus de développement au Nord comme au Sud du Mali, et contagion du sentiment d’insécurité dans les pays voisins, tuant du coup le tourisme dans ces pays et par ricochet ralentissement de la croissance dans la zone CEDEAO ;
    – risque réel de 11 septembre préparé à partir du Nord Mali. Pour des raisons financières, les Nations Unies font mine de comprendre langoureusement cette réalité. Et la CPI prend son temps pour arrêter les leaders du MNLA (qui ont apporté les djihadistes dans leur valise), installés confortablement dans les capitales burkinabé, mauritanienne, algérienne ou française.
    Car parler sérieusement de négociation et de prière devant cette triste réalité a quelque chose de surréaliste…

  3. Le Mnla qui été le cheval de Troie des islamistes n’a rien changé de sa stratégie de trahison du Mali.

    Ils jouent avec des termes “autodétermination”, “indépendance” pour tromper nos dirigeants NULS de la transition qui n’ont jamais eu une bonne lecture de cette crise que nous connaissons. Ils tournent en rond dans leur sommeil de médiocrité sans jamais rien comprendre.

    Voilà l’échelle des menaces pour le Mali par ordre de gravité pour le pays:

    Numéro 1.: LE MNLA
    Numéro 2.: LES MEMBRES DU CNRDRE
    Numéro 3.: LE MUJAO
    Numéro 4.: L’AQMI
    Numéro 5.: ANSAR DINE
    Numéro 6.: LE HCI

    Ces 6 menaces doivent être combattus par tous les moyens et avec la dernière énergie sinon le Mali ne connaîtra jamais la paix, la quiétude et le développement.

    Quiconque doute de cela peut bien noter ce qui est écrit là et dans 10 ans il le ressort pour faire son examen de conscience.

    Blaise Compaoré, la Mauritanie et l’Algérie et dans une moindre mesure la France de Sarkozy ne se servent ou ne se servaient que de ces menaces pour atteindre leurs objectifs sur le Mali.

    Ils ne sont donc pas de la menace pour nous mais se servent de nos menaces.

    En éliminant ces menaces (ce que nous devrons faire avec tous les moyens) nous nous renforçons envers tous ces pays qui se servent desdites menaces pour se renforcer vis à vis de nous.

  4. Le Mali est au centre de l’actualité internationale et cela par la faute du CAPITAINE sanogo, qui avide d’argent et de pouvoir a remis les 2/3 du pays aux bandits armés. Sinon comment comprendre qu’à près 6 mois du départ d’ATT, aucune action militaire n’a été entreprise pour la libération du nord mali. Pire cette coalition d’alcooliques de KATI refuse même l’arrivée de la CEDEAO pour aider le mali, que le ridicule ne tue plus.
    La junte a menti au peuple malien en disant qu’ATT n’avait pas commandé des armes et ne voulait pas faire la guerre mais aujourd’hui elle se rétracte pour dire que seules les armes commandées par ATT peuvent libérer le Nord. O vaillant peuple malien notre destin est entrain d’être bafouillé par la junte et le DICKO du HCI ? Nous devons prendre conscience et agir au plus vite.
    Un premier ministre qui ne fait que la promotion de l’ignorance et de la carence pour preuve la nomination du nullard capitaine comme président du fameux comité de reforme car bien avant le retour de Dionkounda la décision avait été prise. L’affaire du journaliste Aissat Ibrahim MAIGA , les promotions au niveau de la police …..
    Le rapport confidentiel de l’ONU confirme ce que nous savions déjà, la connexion de la junte avec les pros BAGBO pour déstabiliser la CI mais aussi le recrutement des mercenaires pour déstabiliser aussi le FASO. Oumar MARICO sert de trait d’union entre les opposants de ces deux pays et la junte d’une part et d’autre part entre les opposants de ces deux pays et les bandits armés qui sévissent au nord enfin de déstabiliser nos pays voisins qui veulent nous aider au non de la solidarité.
    La roue de l’histoire tourne et chacun aura son tour. L’exécution sommaire de plus de 20 militaires bérets rouges enfouis dans une fosse commune sera sans nul doute l’événement qui rattrapera cette clique de bandits de KATI qui en réalité font plus de maux que le MNLA et autres.

    • La toute 1ère grande marche du FDR avec le COREN, a rehausser le ton du Président français. Ce qui pourra faciliciter la resolution du conseil de sécurité de l’onu. Quand les regroupements se retrouvent, les idées se consolident pour une solution de sortie de crise.
      Il incombe aux rebelles touareg qui veulent négocier de venir sur table tout en respectant la laÏcité et l’intégrité du territoire. Pour permettre au Mali et la communauté internationale de faire cette guerre tant attendu par le peuple malien pour sécuriser le sahel.

Comments are closed.