Ligne de force : «MNLA» : On massacre d’abord, on discute après.

15
1

La grande nouvelle nous est parvenue par une radio internationale, décidément au fait des projets les plus intimes du « MNLA ». Celui-ci s’active intensément ces jours-ci pour se doter d’une plate- forme revendicative à soumettre aux autorités de Bamako lorsque des négociations, «auxquelles travaillent les Suisses» finiront par s’ouvrir sous l’égide de la communauté internationale.

 

Saouti Labass HAIDARA

Cette révélation constitue une illustration accablante de la nature terroriste du «MNLA». En effet, la démarche habituelle d’une organisation réclamant des droits politiques, économiques, sociaux ou culturels est de formuler d’abord des doléances. Faute de leur satisfaction partielle ou intégrale, elle a recours à l’extrême limite à la violence. Le «MNLA» lui, commence par attaquer à l’arme lourde (volée sur les stocks de l’armée libyenne en débandade) de petites localités sans réelle protection militaire, massacrer les soldats et civils qui ont eu le malheur de tomber entre ses mains avides de sang (à Aguel Hoc il y’a eu crimes de guerre et crimes contre l’humanité avérés) piller les biens publics et privés. Tout cela ayant eu comme conséquence un exode massif des populations tant à l’intérieur du Mali que vers les pays voisins.
Et si, aujourd’hui, des individus, se présentant comme ses dirigeants, circulent avec frénésie entre Nouakchott, Alger et Ouagadougou pour la mise au point d’une plate- forme qui fera l’objet de discussions avec le gouvernement malien en temps  opportun, c’est parce que, manifestement, le mouvement tend à s’essouffler sur le terrain. En effet, tous les observateurs sérieux s’accordent à constater qu’il éprouve du mal à rééditer les assauts meurtriers et dévastateurs lancés à la mi-janvier contre une demi-douzaine de localités du nord Mali. Ses multiples tentatives de prendre Kidal, dont on dit qu’il veut faire la capitale de la future république de l’Azawad ont, jusqu’à présent, lamentablement échoué. Le siège qu’il cherche à établir, depuis de longues semaines autour de Tessalit, n’a guère plus de succès.
En réalité, n’eût été la persistance de cette radio étrangère à distiller inlassablement des «accrochages violents», «des combats intenses» entre l’armée malienne et la «rébellion touareg» sans les étayer de faits et de statistiques irréfragables, on oublierait qu’il existe un état de guerre dans cette partie de notre pays, à 3.000 km de Bamako et des centaines de kilomètres de l’agglomération la plus proche du théâtre des affrontements.
Quid maintenant de la plate-forme que l’on nous promet ? Il ne faut guère se faire trop d’illusions à son sujet.
D’abord le «MNLA» est un groupuscule constitué de quelques centaines d’anciens mercenaires à la solde de Khadafi et d’une dizaine de déserteurs de l’armée et de l’administration maliennes. Il n’a aucune qualité pour parler et agir au nom des populations de l’Azawad.
Celles-ci sont composées majoritairement de Sonrais,  de Peuhls et d’Arabes qui n’ont jamais exprimé leur désir de se séparer du Mali. Même la minorité touareg, au sein de laquelle recrute le «MNLA» ne se sent pas concernée par une scission du Mali. Dans leur écrasante majorité, en effet, les Touareg du Mali adhèrent pleinement à la République et partagent ses joies et ses souffrances.
Les prétendus représentants du «MNLA» n’ont donc ni la légitimité, ni la compétence, ni la capacité d’élaborer une plate-forme qui engagerait toutes les populations du nord- Mali dans le choix entre l’indépendance, l’autonomie ou le fédéralisme. C’est une entreprise d’avance vouée à l’échec. Il n’existe  de crise d’aucune sorte entre les communautés du nord-Mali et celles du reste du pays, qui justifie un éclatement du territoire national ou une modification en profondeur de la structure actuelle de l’Etat. Il existe tout simplement de petits groupes d’individus qui, forts des armes qu’ils détiennent par devers eux, veulent se tailler un royaume où ils se livreraient à toutes sortes de trafics illicites aux seules fins de s’enrichir. Toutes les     «rebellions» passées ont obéi à cette unique motivation. Il y’en aura d’autres si l’Etat malien ne se donne pas les moyens, tous les moyens de préserver et de faire respecter l’intégrité de son territoire hérité de la colonisation française le 22 septembre 1960 et reconnu par la communauté internationale.

Par Saouti Labass Haïdara

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
Kassin<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 4307</span>
Membre
4 années 6 mois plus tôt
Attention aux humanitaires et aux négociateurs! La gestion des déplacés et la recherche d’un cessez le feu par des intermédiaires, facilitateurs et autres médiateurs, donne l’impression d’un bal de vautours sur la dépouille d’un reste de cadavre abandonné au milieu de nul part. Le spectacle d’enchevêtrement et de chevauchement d’humanitaires et de diplomates de tout acabit entre Nouakchott, Ouagadougou, Niamey, Cotonou, Alger, Paris et les   Zones frontalières du Mali où se sont réfugiés nos compatriotes du nord, est tellement saisissant que nous devrons nous poser la question de leur sincérité et de leur loyauté envers le Mali. Évidemment que je partage la détresse des pauvres familles qui ont tout perdu et qui manquent de tout et que nous devrons aider à retrouver leur quiétude et leur dignité.  Mais justement, c’est leur détresse qui constitue le terreau fertile de tout fonds de commerce macabre et illicite. Tout simplement parce que la guerre est un serpent de mer en ce sens que si tu crois en maitriser la tête, la queue t’attaque ensuite avec beaucoup plus de vigueur. Et inutile de vous dire ici que la queue du serpent de mer, qu’est devenu le Mnlaqmi, se trouve dans nos pays voisins,… Lire la suite »
tapalapa<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 708</span>
Membre
tapalapa 708
4 années 6 mois plus tôt

Si jamais le pouvoir engage des négociations sans mater ces vagabons, noue allons faire une nouvelle révolution dans toutes les régions du Mali. Chez nous à Kayes, aucun pouvoir ne nous a aidé à construire notre région, ce sont les kayesiens qui ont contribué et continuent à le faire pour construire des écoles, des centres de santé, faire des forages, payer les maitres, les medécins. Donc qu’on nous laisse tranquilles avec des négociations.Il faut éliminer tous ces chiens érants du territoire. ATT, on te suit de près, la moindre erreur tu es sauté

akire<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 12</span>
Membre
akire 12
4 années 6 mois plus tôt

Bien dit, on es d’accord avec toi.

douko<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 124</span>
Membre
douko 124
4 années 6 mois plus tôt

Mr Haidara je suis fiert de vous et merci 1 Million de fois. Il faut que ATT sache que c’est la vision de toutes les Maliennes et de tous les Maliens rien que la pression militaire pour éradiquer ces bâtards armés et bruler leur corps. Pas de négociation avec ces bâtards qui ont verser trop de sang malien. ATT on te suit de très prêt car les accords de tamaraset et d’Alger ont été signés dans la plus grande discrétion et qui est le résultat d’aujourd’hui alors si tu fais pareil nous allons tuer toutes les peaux rouges avec la plus grande amalgames alors continuer la guerre et pas de négociation si non vous allez faire l’irréparable. A bon entendeur salut merci a tout le monde et soyons vigilant.

Ben talina<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 86</span>
Membre
Ben talina 86
4 années 6 mois plus tôt

Le dossier manque un peu d’analyse;à propos de l’indépendance les populations pendant longtemps y ont pensé dans leur ensemble à cause des mauvais plans de développement mis au point par les différents gouvernements successifs maliens.Il faut noter que c’est un arabe de Tombouctou qui fût le 1er à poser en 1957 le problème de l’indépendance de l’Azaouad au Général De Gaulle;mais çà c’est du passé depuis le processus démocratique entrepris par le pays tout malien qui ne s’engage pas doit être un hors la loi.Pour la position Française elle n’est pas seule à oeuvrer contre le Mali,heureusement que la diplomatie malienne est professionnelle.

julesouleymane<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 387</span>
Membre
4 années 6 mois plus tôt

il faut s apprendre a notre executif,il a eu l inca-pa-ci-te d anticiper cette crise; tout le mon-de en-tier voyait cette crise du nord venir sauf le pouvoir de bko.(ATT)

Bebibabolo<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 14</span>
Membre
Bebibabolo 14
4 années 6 mois plus tôt

Merci Mr.Haidara!!!

tintin<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 434</span>
Membre
tintin 434
4 années 6 mois plus tôt

Tout d’abord il faut attirer l’attention des uns et des autres sur le fait que les touaregs du MNLA ne sont pas plus TOUAREGS que la grande majorité de leur concitoyens qui restent maliens à part entière et qui combattent au coté des autres maliens cette vermine de vendus et de renégats que sont “les terroristes du MNLA”. Partant de ce fait, nous ne pardonnerons jamais aux autorités maliennes d’instaurer une quelconque négociations avec apatrides pour quelque raison que ce soit. Il faut amener l’action militaire à son terme : soit ils capitulent,soit ils sont anéantis. Point barre.

kistovan<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 174</span>
Membre
kistovan 174
4 années 6 mois plus tôt

Bravo Tintin tu as tout dit,tous ce dont on a besoin c’est l’anéantissement total de ces batards;même leurs cadavres doivent être brûlé.

Djenfa<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 112</span>
Membre
Djenfa 112
4 années 6 mois plus tôt

Oui, mais tout le probleme est que les rebelles (et leurs commanditaires) semblent plus pragmatiques et determines que les representants de l’Etat malien. J’ai grand peur qu’avec le temps, les “fameux partenaires” n’arrivent a faire plier les leaders maliens, une fois de plus: ce qui ne donnera que du temps au MNLA=AQMI pour un plus grand coup fatal future.

Kassin<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 4307</span>
Membre
4 années 6 mois plus tôt
Rfi, France 24 et Afp ne sont en Afrique que pour assurer le service après vente de la politique africaine de la France. Les faits: La diplomatie Alliot Marie se trompe vertement en Tunisie début 2011 sur la révolution du Jasman.  “La France est prête à apporter son expertise (en matière de maintien d’ordre) à la Tunisie” disait elle. Pour rectifier le tir, il a fallut beaucoup d’acrobaties et finalement Alain Juppé l’a remplacée. Après l’Egypte, les révolutions arabes de 2011 arrivent en Libye, une occasion de rachat pour le Quai d’Orsay (ministère français  des affaires étrangères) et surtout de rendre à Khadafi la monnaie de sa pièce puis que reçu en grande pompe, en 2007, à l’Elysée avec convois impressionnants et tentes dans l’hôtel Mariny, il n’a pas daigné honorer les juteux contrats d’armement des Mirages (technologie militaire réputée non vendue à cause de ses mésaventures commerciales à répétitions) qu’il avait pourtant promus et jurés. Il s’agissait de faire d’une pierre deux coups: se racheter après la bourde Alliot Marie auprès du monde arabe mais aussi de se venger de Khadafi pour son “arrogance” à réduire Sarko en ridicule en signant chez le voisin espagnol ce qu’il vient de… Lire la suite »
sabour<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 1082</span>
Membre
sabour 1082
4 années 6 mois plus tôt

MERCI Y HAIDARA TRES BONNES ANALYSES

ycoul<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 10</span>
Membre
ycoul 10
4 années 6 mois plus tôt

COMME TU L A DIT SABOUR(TRES BONNE ANALYSES).MAIS ES CE LA MEME VISION DE NOS DIRIGEANT C’EST Là LE PROBLEME.CE SERAI MIEUX KAN LE CHEF OCI ANALYSE DE LA SORTE.MAIS??????????????

wpDiscuz