Lutte contre le terrorisme : Le  »MNLA » doit se dissoudre

7 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Les éléments séparatistes dits du  »MNLA » doivent désarmer et dissoudre leur mouvement apatride. Cela au regard des récents événements.                                                                                                                 

MNLAXXEn effet suite à la reprise de Ménaka par la troupe du colonel-major Gamou et l’arrestation de quatre irrédentistes narcotrafiquants, les  »indépendantistes » ont semblé changer de discours politique. La tournure des événements sur la ligne de front y est pour beaucoup. Le revers cuisant des éléments  »MNLA » dans les accrochages a certainement convaincu le bras politique du  »MNLA » à envisager une porte de sortie honorable en escomptant des négociations avec les autorités de la transition sous l’égide de la communauté internationale. Ainsi en reconnaissant l’intégrité territoriale et les frontières internationales du Mali ; le  »MNLA » se doit de reconnaitre les forces armées et de défense en tant que symbole inaliénable de la souveraineté nationale. L’aile politique des  »irrédentistes » fait de la mauvaise foi en récusant les forces de défense et de sécurité de la République.

Pour espérer prendre place à la table de négociations avec les autorités de Bamako, les politiques du  »MNLA » doivent satisfaire à certains critères dont l’autodissolution et le désarmement et surtout rejoindre les autres communautés touarègues et sédentaires en vue des concertations sur la nouvelle gouvernance de développement du septentrion à l’aune du développement global et intégral du pays tout entier. Une telle démarche dans la perspective du règlement politique global de la question récurrente du développement tous azimutes  du septentrion, sans exonérer les coupables des crimes odieux commis à Aguel Hoc sur les militaires maliens et autres exactions, aura pour bénéfice de calmer le jeu.

En effet par rapport aux crimes commis par les narcodjihadistes, le procureur général près la cour d’Appel a ouvert le front judiciaire avec des mandats d’arrêts nationaux et internationaux lancés contre les terroristes, les séparatistes égorgeurs, les narcotrafiquants et leurs complices de tous bords ceci un mois après le début de la contre offensive engagée par les forces armées françaises alliées à l’armée malienne.

L’impact de ce front judicaire en plus de réconcilier et de réconforter les maliens dans la justesse de leur lutte contre les apatrides et leurs alliés  »djihadistes », narcotrafiquants et bandits de grands chemins, coupe court aux spéculations les plus invraisemblables sur le  »MNLA ». En effet au regard desdits arrêts le  »MNLA » est tout comme une organisation terroriste à la fois armée et irrédentiste. Une telle organisation est politiquement indéfendable et juridiquement condamnable.

La voie de la négociation

La résolution 2085 du conseil de sécurité, adoptée à l’unanimité sous le chapitre VII de la charte des Nations Unies, comporte deux volets intimement liés :à savoir la reconquête du septentrion de l’occupation de l’international terrorisme, et l’organisation d’élections transparentes, crédibles et acceptées de tous. La même résolution prévoit des négociations avec des groupes non terroristes et les communautés touarègues. De ce qui précède les  »irrédentistes » armés ne pourront éventuellement venir à la table des négociations qu’une fois leur mouvement désarmé, dissous et sans prétention territoriale.

Dans le même temps la machine judiciaire est mise en branle contre tous les coupables de crimes de génocide et crimes contre l’humanité et d’atteintes aux droits humains.

Comme on le voit l’entité  »MNLA » ne saurait se soustraire à la justice. Les relations fonctionnelles avec l’armée française ne peuvent absoudre les crimes perpétrés par les éléments » irrédentistes ». A ce propos le Ministre français Jean Yves le Drian a affirmé que les  »coupables seront jugés sur la base de preuves avérées à leur encontre ». C’était au cours d’un entretien accordé à nos confrères français suite au parachutage des forces spéciales de l’armée française à Kidal.

Dans la foulée de la communauté internationale, le gofernement de transition se dit ouvert à des concertations avec les communautés du Nord. D’ailleurs une rencontre de haut niveau a déjà eu lieu à la présidence de la république sous l’égide du Ministre secrétaire général Ousmane Sy.

La volonté est affirmée dans la feuille de route adoptée récemment à l’unanimité par les dépités en session extraordinaire à l’Assemblée Nationale.

Dans leur propension à soutenir mordicus le  »MNLA » dans sa croisade contre l’intégrité du territoire, des gourous d’autres cieux ont reconnu une forme de légitimité aux agissements irrédentistes sous couvert de revendications politiques. Ceux-là continuent de tenir le langage creux du mal-développement des régions du septentrion et confondent (sciemment) le mouvement terroriste  »MNLA » et communautés touarègues. Pour les soutiens avérés des égorgeurs des soldats maliens à Aguel Hoc, la solution passe inéluctablement par un dialogue politique en vue d’une décentralisation avancée. Toutes choses dont la finalité est la création de l’entité AZAWAD en tant que territoire non dépendant de l’Etat Malien. D’où la surenchère à propos d’amalgames. Ainsi la grande campagne médiatique sur la crainte que la reconquête des villes de Kidal, de Gao ou de Tombouctou ne se transforme en chasse aux touaregs d’autant que l’armée malienne a été humiliée et qu’elle pourrait être tentée de se venger est de plus en plus contrecarrée par une contre campagne médiatique nationale surtout que  les mêmes Mnlaphiles sont muets sur l’opportunité qu’il ya à désarmer les combattants irrédentistes. En tout état de cause la justice malienne vient d’administrer la preuve avec les mandats d’arrêts lancés que les maliens savent faire la part des choses. La campagne d’intoxication sur la chasse à nos frères touaregs ne passera pas, tout comme le diplôme de l’impunité ne sera décerné à aucun terroriste soit-il du  »MNLA ». Aussi la négociation avec le même groupe apatride terroriste ne se fera pas.

A ce sujet il suffit de rappeler que la représentation nationale, c’est-à-dire les dépités ont déjà voté une résolution demandant aux autorités de transition de ne pas négocier avec le groupe armé dit du  »MNLA ». Reçus par le secrétaire général de la présidence, sur  instruction du Pr Dioncounda, les représentants des communautés du Nord ont adopté la même position vis-à-vis de l’ennemi séparatiste.

La lutte contre le terrorisme a franchi un autre palier vers la victoire totale et imminente.

Balla Tounkara

 
SOURCE:  du   20 fév 2013.    

7 Réactions à Lutte contre le terrorisme : Le  »MNLA » doit se dissoudre

  1. MALIEN 003

    Messier Balla Tounkara tant que vous ne citez pas le nom de BlAISE COMPAORE et de ATT dans votre article,vous n’avez rien dit.Il faut démander l’extradition de ATT et un mandat d’arrêt international cvontre BlAISE COMPAORE.Ils doivent comparaitre dévant le tribunal pénal International.Ces gens là ont pris de l’argent avec les préneurs d’otages Occidentaux au vu et su de tout le monde entier.Tous les journalistes le savent: RFI, ALJAZIRA, Jeune Afrique et des journalistes indépendants,lis savent tous que ATT et BLAISE COMPAORE prenaient des commissions sur les rançons pour libérer les Otages Occidentaux.Tant que ATT et BLAISE COMPAORE ne seront pas jugés l’effort de la FRANCEMALI SERA PEINE PERDUE.Arretons de tourner au tour du pot.Je démande à tous les avocats du monde entier et tous les hommes epris de paix et de justice de tirer cette affaire au clair du moment que des soldats FRANCAIS sont entrain de mourir pour le MALIFRANCE.Je présente mes condoléances aux familles des soldats

  2. M. Moniteur

    Le problème avec le nationalisme Touareg, c’est que ce groupe ethnique est non seulement minoritaire, mais qu’il ne possède pas d’intégrité territoriale. forcément, la réalisation du projet Azawadien ne peut que passer par les armes, et non pas les urnes, ce qui sous-entend la conquête de la majorité non touareg dans la zone revendiquée. http://harengmalsale.blogspot.ca/2013/02/la-voie-des-armes-au-mali.html

    • HD

      le territoire de l’AZAWAD est ancestralement ancrée en afrique du Nord,c’est à dire chez les Berbères, qui ont joui et laisser des traces vivantes dans ce territoire( ex:Tin Bouktou, en Berbère). C’est la France coloniale qui a établi d’une manière erronée, les frontières et c’est tellement mal fait pour ce qui concerne le Mali, qui a fait qu’aucun pouvoir central, aussi sincère et volontariste soit-il, ne peut le gérer. La création de deux entités, décentralisées et autonomes, dans l’intégrité du pays est une issue pour la maîtrise de son développement. Bien sûr que cela doit passer par les urnes, et cela ne concernent pas uniquement le peuple touareg,et je pense que le MNLA en est conscient.Seulement, tant qu’il n y a pas de dialogue avec ces derniers,rien ne changera et la Rébellion suivra son chemin.La France ne pourrait pas systématiquement venir au secours de l’armée malienne). La balle est dans le camp de Bamako. Je trouve que c’est ridicule de refuser le Dialogue.

  3. HD

    A mon avis, avant toute négociation, il faudrait désarmer l’armée malienne dans l’Azawad, qui n’arrête pas de faire des exactions, en toute impunité, contre les populations à la peau blanche qui sont toutes suspectées d’être des terroristes. Le MNLA est le représentant valable et légitime de ces populations du Nord, car c’est ce mouvement armé qui a reconquis l’Azawad, malheureusement il y avait un deuxième front islamiste auquel il ne s’est pas préparé.Alors, les touaregs combattent au côte des forces françaises ce foyer monstrueux qui, 10ans avant, a pris naissance dans le Nord avec la bénédiction des autorités maliennes. Si la gestion des Autorités maliennes était exemplaire,au Nord comme au Sud, le MNLA n’aurait pas vu le jour.Et si vous acceptez de vivre dans la misère, n’obligez pas vos voisins à l’accepter. Et Comme dit le dicton  » Avant de balayer chez le voisins faîtes le d’abord chez vous ».

    • Amadou Yalcouye

      IL faut desarmer le MNLA le mal du mali et il ne represente rien au sein de la communaute toureg ,il faudra les desarmer sans condition ;les negociations doivent se faire avec tous les maliens du nord et du sud ;les conditions de vie sont difficiles partout au Mali donc le pouvoir doit appeller tous les maliens comment aider ces populations rurales pour des conditions de vie meilleur ;si l’etat negocie avec les gens du nord et laisser ceux du sud ;il aurait favorise la creation des mouvements armes appatrides comme le MNLA qui a bouverse notre quietude sociale du temps ;ne negocier avec le MNLA dont les membres sont originaires de partout ,aujourdhui la communaute internationale est entrain de lutter leur branche armee composee de AQMI ,ANSARDIN et je ne sais autres….

    • Abdoooooooooo

      Tu es malade vous représentez quelle proportion au nord et représentez qui? Au lieu de réclamer par les armes pourquoi vous n’avez pas demander le vote. Vous savez que vous n’aurez pas 5% c’est pour cela que vous avez pris les armes avec l’aide des libyens vous n’aurez même pas 1 centimètre du Mali.

  4. Leguen

    Rien n’absoudra le mnla de ses crimes atroces commis sur des soldats désarmés et des populations civiles du nord du Mali. Ils on beau divaguer justice sera et se fera.