Mali: à Gao, les discussions semblent progresser sur le cas d’Anéfis

3
Violences au nord du Mali malgré la signature d’un accord de paix
Des casques bleus en patrouille à Tombouctou près de Goundam après l’attaque de la CMA du 11 mai.
AFP PHOTO / ALOU SISSOKO

Un début de règlement de la situation sur le cas de la localité d’Anéfis dans le nord du Mali semble se dessiner. Depuis trois semaines, cette localité, qui était sous le contrôle de la rébellion, est aux mains des groupes armés pro-gouvernementaux. Ces derniers refusent de quitter les lieux. Mais après une réunion de leurs partisans, il semble que les choses s’arrangent.

A Gao, la tension baisse. Le Cadre de concertation composé de différentes associations qui soutiennent les groupes armés pro-gouvernementaux, acceptent désormais le départ sans conditions de ces derniers d’Anéfis. Mais une demande et non une exigence : « que la mission de l’ONU s’engagent sur place à assurer la sécurité des civils ».

Il faut dire que depuis 48 heures, des émissaires du président malien IBK avaient discrètement débarqué à Gao. Objectifs ? Convaincre les uns et les autres d’accepter un départ sans conditions. Ce vendredi, le chef de l’Etat malien célèbre les deux ans de son arrivée au pouvoir. Selon son entourage, il réaffirmera au cours d’un entretien avec deux journalistes, notamment sa position sur Anéfis…….Lire la suite sur rif.fr

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. IBK semble avoir une très court memoire car s’il était un peu intelligent, il allait se souvenir de se qui arrivé à un certain “jemenfoutiste” nominement ATT.

    Tout comme ATT, IBK pense exactement pouvoir engraisser la vache avec la viande alors qu’il a sa disposition de l’herbe bien frais et surtout oublie que la vache ne se nourit pas de la viande en plus crue.
    En language clair, il faut résoudre un probleme avec la solution appropriée.

    Nos dirigeants Alpha, ATT et maintainant Mr “je ne partagerai mon pouvoir avec personne” ont vendu le pays pour pouvoir garder le peu de soit disant pouvoir qu’ils pensent avoir.

    Aucun pays au monde n’accepterait ce qui ce pas au Mali actuallement. Le Mali se declare vaincu, et pourtant en position de force, cela est contre nature.

    IBK et sa clique doivent partir, s’il peut pas défendre les interêts superieurs de la nation malienne.

    Le même phenomène ATT se prepare pour IBK, je ne parle pas de coup d’état, mais quelque chose de très humiliante pour nos faux dirigeants, à suivre…

    Lam

  2. il faut conditionner le depart d anefis a la liberation de kidal haut et fort . les maliens doivent se mobiliser sur cette question . c est maintenant ou jamais de ne plus faire confiance ni a hollande chef des colonies , ni a son gourverneur IBK. anafis et kidal meme dossier

  3. IBK ne mérite que la destitution par le peuple. Il a vraiment trahi la nation et devrait répondre de cette haute trahison devant les tribunaux.

Comments are closed.