Mali : à Koulikoro, les soldats se remettent à niveau

9
Des soldats Français et Malien, en février 2013 à Bourem. © AFP
Des soldats Français et Malien, en février 2013 à Bourem. © AFP

L’entraînement a commencé au camp militaire de Koulikoro où se déroule la première session de formation dispensée par la mission européenne de reconstruction de l’armée malienne (EUTM Mali). Fin juin, les hommes de la nouvelle armée malienne prendront la route pour le nord du pays. Reportage.

 

Il est un peu plus de 9 heures et les militaires maliens transpirent déjà sous le soleil ardent de Koulikoro. Il y a une semaine, un premier bataillon de 700 soldats maliens a quitté Bamako pour rejoindre ce camp militaire situé à une soixantaine de kilomètres au nord-est de la capitale où ces hommes seront formés pendant deux mois et demi par la centaine d’instructeurs français, anglais, suédois, finlandais, lituaniens, luxembourgeois et irlandais de la mission européenne de reconstruction de l’armée malienne, baptisée EUTM Mali. À terme, cette mission de « reconstruction » de l’armée du Mali comprendra 550 militaires européens, de 22  nationalités différentes. Le but de l’EUTM est d’entraîner près de 3 000 soldats qui se succéderont en quatre vagues sur quinze mois à Koulikoro. Le coût de l’opération est estimé à 12,3 millions d’euros.

 

Si le centre est encore en chantier – les deux hangars où seront donnés les cours magistraux et le bâtiment où seront logés les instructeurs sont en construction –, les choses sérieuses ont commencé. Au programme : un entraînement intensif au maniement des armes, aux tirs et au respect des ordres. Avant une spécialisation en télécommunication, génie et artillerie. « Cette formation complète celle que j’ai déjà reçu. Les exercices sont parfois difficiles, mais pas insurmontables. Cela nous aidera une fois de retour sur le terrain », affirme le sergent-chef Soumaila Fomba.

Réorganiser l’armée

L’objectif est de professionnaliser l’armée, mais surtout de la restructurer et de la réorganiser. Le commandant Clero, chargé de la formation de l’état-major, explique : « Ce sont des soldats, pas des nouvelles recrues. Nous voulons créer une cohésion au sein du groupe, instaurer une relation de confiance entre le chef et ses subordonnés, nécessaire quand le bataillon sera opérationnel et déployé dans le Nord fin juin. » Pour preuve, les 700 soldats retenus pour participer à cette première session de l’EUTM Mali sont issus des différents corps de l’armée. Bérets verts, rouges, marron s’entraînent ensemble. Sans distinction. « L’objectif, c’est que les hommes soient unis et soudés pour, qu’à la fin de la formation, ils restent ensemble sans retourner dans leur corps d’origine et pour qu’ils partent ensemble dans le nord du pays », insiste le lieutenant-colonel Laurent Vieillefosse, le responsable de la formation du bataillon.

Pour les personnes chargées de l’encadrement, la formation est à la fois technique, pratique et théorique. La théorie est enseignée dans des salles climatisées, les cours projetés sur écran. Les adjudants chefs, les lieutenants et les capitaines y apprennent notamment à élaborer une mission et comment la mener à bien. Tous les samedis, des cours de droit international humanitaire leur sont dispensés, notamment par le Bureau de coordination des affaires humanitaires (Ocha) des Nations unies, précise le lieutenant-colonel Laurent Vieillefosse. Avant de reconnaître que l’apprentissage ne sera complet qu’après un passage sur le terrain. Celui-ci se déroulera en présence de leurs instructeurs européens qui les assisteront dans la mise en application de ce qu’ils ont appris.
Mais, au-delà de la formation, l’armée malienne, traumatisée par le coup d’État de mars 2012, les dissensions et la lourde défaite face aux groupes jihadistes, et qui se remet tout doucement sur pied, a un autre besoin de taille : l’équipement.

12/04/2013 à 09h:17 Par Baba Ahmed, à Koulikoro

Lire l’article sur Jeuneafrique.com

PARTAGER

9 COMMENTAIRES

  1. Dépuis que le beau père de ROUGE NEIGE à éter tuer par l’armée Malienne et sa petite amie ne sèche plus de pleurer mais elle à réconu que son père etait de Mujao et ROUGE NEIGE est dévenu à 50%100 déprimer et il ne veut plus entendre aucune bonne nouvelle de son Pays le MALI, donc je démande à BAH MOUSSA DIARRA l’un des meuilleur psychiatre du Mali de venir en aide pour ROUGE NEIGE pour quil puisse se réconnaitre Malien si non ça fait pitié de voir un garçon trés intéligeant dans cette situation.

  2. Mais après avoire bien entainer, bien équiper et bien former L’Armée Malienne c’est aux Maliens de choisir un bon president patriotique c’est a dire un bon chef suprème de FAM, car á Agheloc une centaine de militaires bien entrainés ont étés afamer et priver de sécour avant qu’ils sois livrés aux térroristes MNLA et ses aliés AQMI qui leurs es assacinés lâchemant avec leurs main liés au dos.
    TOUS LES GENERAUX DE ATT DOIVENT ÊTRE MIS À LA RÉTRAITE ET SI POSSIBLE ATT DOIT ÊTRE JUGER POUR SAVOIR SI IL ETAIT COMPLICE OU NOM DES TÉRRORISTES, et aucune proche du parti de ATT ET DE ALPHA OUMAR NE DOIT PAS GAGNER Á CETTE ÉLECTION PRESIDENTIEL SANS OUBLIÉ LE FENÉANT OUMAR MARKO.

    • Son complice maire de tarkint est aux arrêtes depuis quelques heures, je crois que son tour arrive bientôt.

    • Si Dieu donne la chance au Mali un président que se soucie du devenir de son, il ne faut pas qu’il fasse le mêmes érreurs que Alpha et att:

      – En impliquant fortement les militaires dans la vie politiue pour le simple fait qu’ils ont peur d’être reversé par ces mêmes militaires. S’il y a eu le coup d’état en mars 2012, c’est parce q’il ya une forte concentration des militaires dans les rouages de l’administration et de la politique.

      – De ne pas commettre une fois de plus l’erreur qu’Alpha oumar a commise en brûlants les quelques armements que l’armée possedait pour fair plaisir à l’opinion internationale qu’il était un bon démocrate. De plus, de ne pas mépriser l’armée comme il la toujours fait, car c’est en temps de Paix qu’on prépare une Guerre.

  3. si à 9h du matin ils transpirent déjà , que dire des instructeurs qui viennent d’Europe :mrgreen: :mrgreen:

  4. L EQUIPEMENT ?

    PAS DE PROBLEME

    ILS FAUT AMELIORER LA FORMATION DE LEURS INGENIEURS ET TECHNICIENS ET DONNER DES BREVETS DE 20 ANS AFIN QU ILS CONSTRUISENT EUX MEME LEUR EQUIPEMENTS AU LIEU DE LES ACHETER

  5. Parfait… 😀 … Merci la France… Merci l’UE… 😀

    Petit à petit, il faut vider le camp de Kati… et Djikoroni Para… 😀

    Que les camps militaires soient disséminés jusque dans le Mali profond !

    Plus de militaires paradant dans Bamako… 😀

Comments are closed.