Mali: beaucoup de questions en suspens après l’attaque de Sévaré

6
Mali: beaucoup de questions en suspens après l'attaque de Sévaré
Les murs de l’hôtel Byblos de Sévaré criblé de balles après l’attaque armée, le 8 août 2015.
AFP PHOTO / STRINGER

Au moins douze personnes ont été tuées dans l’attaque d’un hôtel à Sévaré, au centre du Mali. Après 24 heures de tension, les forces spéciales maliennes ont finalement donné l’assaut samedi matin. Quatre contractants de l’ONU ont pu être libérés. Le bilan des victimes varie d’une source à l’autre. Selon, la Minusma, cinq de ses collaborateurs ont été tués. Les autorités maliennes, elles, dénombrent deux morts.

L’attaque de l’hôtel Byblos de Sévaré est terminée, mais beaucoup de questions restent en suspens. La première incertitude porte sur le nombre de personnes qui se trouvaient dans l’hôtel Byblos de Sévaré au moment où il a été attaqué par les terroristes. Une certitude, c’est que cinq sous-traitants de la mission des Nations unies ont été tués. Quatre autres ont pu s’échapper, l’un a réussi à s’enfuir pendant l’attaque. Les autres ont été libérés à la fin de l’assaut, d’après le recensement de la Minusma.

« Quatre personnes ont pu tout le temps cacher leur présence, on était tout le temps en contact avec eux, précise Radhia Achouri, la porte-parole de la Minusma. Ils étaient à l’hôtel mais ils étaient parvenus à éviter d’être détectés par les terroristes qui, à un certain moment, ont commencé à chercher dans les chambres, etc. Quatre ont perdu la vie ainsi que le chauffeur malien qui fait partie du personnel de cette compagnie contractée par la Minusma. Il a été blessé et amené à l’hôpital, mais l’hôpital nous a notifié qu’il avait perdu la vie. » Mais de leur côté, les autorités maliennes évoquent la mort de deux civils seulement.

Autre inconnue, le nombre exact d’assaillants. Des sources militaires affirment que cinq « terroristes » ont été tués. Mais hier les forces maliennes continuaient de fouiller l’hôtel Byblos à la recherche d’autres éventuels assaillants. Par ailleurs, le gouvernement malien a annoncé que sept suspects avaient été arrêtés vendredi après-midi et transférés à Bamako. Mais pas de précision sur leur identité..…..Lire la suite sur rfi.fr 

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. VOUS LES CHERCHEZ OU?

    ILS SONT PARMI NOUS. ILS SONT DANS NOS MOSQUÉS..DES MOSQUÉS FIANACÉES AVEC L’ARGENT DE L’ARABIE SAOUDITE ET LE KOWEIT.

    NOS AUTORITÉS ADMINISTRATIVES ET RÉLIGIEUSES LES CONNAISSENT TRÈS BIEN.
    NOUS SOMMES DÉJA ENVAHIS..

    LA SEULE ET UNIQUE FAÇON DE LES CONTRER ET LES COMBATTRE, C’EST VÉRIFIER LES SOURCES DE FINANCEMENT DES LIEUX DE CULTES QUI PROLIFÈRENT COMME DES CHAMPIGNONS DANS BAMAKO.

  2. LE GRAND JEU CONCOURS MALIWEB DE LA SEMAINE:

    PRINCIPE DU JEU : Répondre par OUI ou par NON à la question posée ci-dessous, et envoyer les bulletins-réponse au siège social de Maliweb.Net (U.S.A) sous 48 heures au plus tard.

    QUESTION :
    Un pays est gangrené par le terrorisme ; Sa situation sécuritaire est telle qu’en l’espace de 8 jours à peine, il subit les drames suivants :

    – 1ER AOUT : Route de Nampala-Diabaly DEUX MILITAIRES TUES…
    – 3 AOUT : Gourma-Rharous 11 GARDES NATIONAUX TUES …
    – 7-8 AOUT : Sévaré 13 MORTS dont 5 MILITAIRES TUES + 2 BLESSES…
    – 8 AOUT :Baguinéda (35 Km de la capitale…) 40 MINUTES DE TIRS A L’ARME DE GUERRE SUR UNE GENDARMERIE TERRITORIALE…

    Existe-t-il selon vous sur la planète, au 21ème siècle, un pays capable de connaître une semaine aussi dramatique, et, la même semaine, d’annoncer officiellement LE DEPART EN VACANCES D’ETE de son gouvernement ?

    Le dépouillement des réponses et le tirage au sort aura lieu au siège social de Maliweb en présence des notaires associés, Maîtres Yugubané, Soldat Raté et Bougobalini.

    Gros lot : Le gagnant se verra remettre un hélicoptère de combat entièrement équipé, du même type que ceux qu’Ibk aurait pu fournir aux FAMAs, s’il ne s’était pas offert un Boeing à la place.

    BONNE CHANCE A TOUS, ET QUE LE MEILLEUR GAGNE !

    Maliweb.

    • Vous suivez de très près ce panorama de la faillite sécuritaire au Mali qui exprime aussi la démission des autorités en charge.
      Un manque criard de stratégie pour contrer ces crimels qui avancent de façon timide vers la capitale: Bamako, cette ville très vulnérable au cœur du Mali.

Comments are closed.