Mali : guerre invisible dans Kidal, coupée du monde

39
Un graffiti dans le centre de Kidal. Sur la droite, le drapeau de l'Azawad. | Sylvain Cherkaoui / COSMOS pour Le Monde
Un graffiti dans le centre de Kidal. Sur la droite, le drapeau de l’Azawad. | Sylvain Cherkaoui / COSMOS pour Le Monde

Une belle et grande fleur de mort s’Ă©panouit tout Ă  coup dans la nuit de Kidal. D’abord une grande bulle de lueur dorĂ©e au ras du sol, puis une corolle orangesombre, qui monte dans l’obscuritĂ©. Quelque chose vient d’exploser. MalgrĂ© la proximitĂ©, le bruit de la dĂ©tonation est Ă©touffĂ©, peut-ĂȘtre absorbĂ© par les maisons aux murs de terre crue ou l’air chaud. D’abord, les rebelles touareg du MNLA (Mouvement national de libĂ©ration de l’Azawad) qui se trouvent Ă  quelques centaines de mĂštres en rient un peu : “C’est une bombe atomique, ou quoi ?” Puis ils comprennent qu’une nouvelle explosion vient de frapper Kidal, au nord du Mali, pratiquement coupĂ©e du monde mais devenue ville ouverte pour les attentats-suicides. Les hommes du MNLA qui tiennent le poste de contrĂŽle Ă  la sortie sud de Kidal viennent d’ĂȘtre touchĂ©s de plein fouet.

Il s’agit d’un nouvel attentat suicide, le second en ville, et le troisiĂšme dans la rĂ©gion, enregistrĂ© au cours des six derniers jours. Les hommes qui tenaient ce poste ont Ă©tĂ© fauchĂ©s Ă  la fois par l’explosion, les Ă©clats divers, et la projection dans leur direction du bloc moteur du vĂ©hicule pulvĂ©risĂ©. En ce dĂ©but de soirĂ©e, ils Ă©taient groupĂ©s, occupĂ©s Ă  dĂ©couper une chĂšvre tout juste Ă©gorgĂ©e pour le dĂźner, avant une nuit de veille. Un pick-up est arrivĂ© depuis l’intĂ©rieur de Kidal. A une dizaine de mĂštres des gardes, le kamikaze a actionnĂ© le dispositif explosif. Selon une source informĂ©e de la sĂ©curitĂ© du MNLA, il y avait du TNT dans le Land Cruiser, pas de l’explosif artisanal fabriquĂ© à partir d’engrais.

La tombe commune pour les personnes tuées lors de l'explosion, le 27 février à Kidal. |
La tombe commune pour les personnes tuĂ©es lors de l’explosion, le 27 fĂ©vrier Ă  Kidal. |

Au petit matin, on enterre Ă  la hĂąte, dans la mĂȘme fosse commune, les dĂ©pouilles en lambeaux des six hommes du MNLA emportĂ©s par l’explosion, et celle du kamikaze. Seuls restent les noms des malheureux hachĂ©s par l’explosion, et de rares dĂ©tails sur le kamikaze. “Il avait les cheveux longs”, affirme en hĂ©sitant un responsable du MNLA sur place. Maigre indice. Mais cela signale que l’homme Ă©tait probablement un “peau blanche”, selon l’expression en vigueur dans la rĂ©gion. Touareg, ou arabe. Etranger ? Peut-ĂȘtre.

 

 

DEPUIS LE 21 FÉVRIER, LES HOMMES TIRENT À VUE

Sur le lieu du drame, des Ă©clats d’obus traĂźnent par terre au milieu de munitions diverses. Ils faisaient partie de la charge explosive. “Du 106 mm”, Ă©value unofficier tchadien venu constater les dĂ©gĂąts, et qui s’en retourne bien vite vers son camp, tout Ă  cĂŽtĂ©, avant qu’un Ă©ventuel autre kamikaze ne tente sa chance au milieu des curieux qui affluent dans le plus grand dĂ©sordre. Dans le mĂȘme camp sont basĂ©es des forces françaises, invisibles. Le mur d’enceinte n’est qu’Ă  quelques centaines de mĂštres. A Kidal, rien n’est jamais loin, et cette proximitĂ© pĂšse aussi comme une malĂ©diction. “Ici, il faut se mĂ©fier de tout le monde”, chuchote un responsable de la sĂ©curitĂ© du MNLA.

 

 

Le pick-up du kamikaze, le 27 février à Kidal.
Le pick-up du kamikaze, le 27 février à Kidal.

Ce n’est pas depuis la brousse, Ă  l’extĂ©rieur de Kidal, que le chauffeur kamikaze a lancĂ© son vĂ©hicule pour exploser. Il y a une bonne raison tactique Ă  cela : dĂšs la tombĂ©e de la nuit, personne ne se hasarde à approcher d’un poste de garde depuis le premier attentat suicide, le 21 fĂ©vrier, sachant que dĂ©sormais, les hommes tirent Ă  vue.

La voiture bourrĂ©e d’explosifs est donc venue de l’intĂ©rieur de la ville. Est-ce une raison pour croire, comme ce responsable de la sĂ©curitĂ© du MNLA, prĂ©sent sur les lieux, que “l’attentat a Ă©tĂ© prĂ©parĂ© ici” ? En somme, que les anciens maĂźtres de la ville, d’Ansar Eddine ou Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) auraient toujours les moyens de frapper en s’organisant depuis la ville abandonnĂ©e par leurs hommes fin janvier ?

 

 

Sur le lieu de l'explosion.
Sur le lieu de l’explosion.

La prĂ©paration de la voiture suicide a pu avoir lieu aussi bien, techniquement, dans Kidal mĂȘme ou dans l’une des zones contrĂŽlĂ©es par les rebelles islamistes, qui sont visĂ©s par l’opĂ©ration menĂ©e par l’armĂ©e française et ses alliĂ©s. Les deux hypothĂšses sont rĂ©alistes. Des candidats au martyre ont Ă©tĂ© formĂ©s pendant les neuf mois au cours desquels les groupes proches d’AQMI ont tenu les villes du Nord. Ces groupes sont dĂ©sormais dans la nature, comme une bonne partie des combattants du Mujao (Mouvement pour l’unicitĂ© et le djihad en Afrique de l’Ouest), d’Ansar Eddine et des membres des katibas d’AQMI.

UNE VILLE PÉTRIE D’AMBIGUÏTÉ

Certains de ces rebelles sont localisĂ©s dans plusieurs zones du pays, dont la rĂ©gion de Taoudenni, dans la brousse entre Ansongo et MĂ©naka, ou encore dans les environs de Gao. Et mĂȘme dans certaines rĂ©gions proches de Tombouctou. Leurs forces seraient aussi concentrĂ©es tout particuliĂšrement dans une zone cruciale au nord de Kidal, l’Adrar de TigharghĂąr, oĂč la plus importante opĂ©ration militaire française depuis le dĂ©clenchement de “Serval” au Mali, le 11 janvier, est en cours avec l’aide de forces tchadiennes.

 

 

Un soldat du MNLA, le 26 février à Kidal.
Un soldat du MNLA, le 26 février à Kidal.

Les kamikazes pourraient donc, en somme, venir de presque partout, sachant qu’il n’est pas difficile de s’infiltrer dans Kidal. “La terre est vaste”, soupire le responsable du MNLA. Et les mouvements rebelles islamistes comptent de nombreux soutiens dans une ville au statut pĂ©tri d’ambiguĂŻtĂ©.

LES FORCES FRANÇAISES ET TCHADIENNES RETRANCHÉES

Depuis le 30 janvier, les forces françaises et tchadiennes se sont dĂ©ployĂ©es Ă  Kidal. Deux jours plus tĂŽt, le MNLA y Ă©tait entrĂ©. Depuis, un Ă©quilibre temporaire s’est instaurĂ©. Le MNLA patrouille en ville, a installĂ© son administration et ses principaux responsables dans des bĂątiments en ville, ainsi qu’au “camp 1”. Les forces françaises et tchadiennes sont au “camp 2” et Ă©vitent de sortir en ville, restant retranchĂ©es derriĂšre les hauts murs d’enceinte de leur camp. Tout les y pousse : la volontĂ© de se dĂ©marquer du MNLA et la nĂ©cessitĂ© de se protĂ©ger d’attentats-suicides. Les contrĂŽles effectuĂ©s aux portes de la ville le sont par des soldats du MNLA.

 

 

Cette superposition de forces ne donne pas encore la grille de lecture de Kidal : que va devenir le MNLA et quels sont ses objectifs ? Combien de temps l’armĂ©e malienne, qui n’a pas dĂ©passĂ© la limite nord de Gao (400 kilomĂštres plus au sud), peut-elle renoncer à poursuivre la “reconquĂȘte du nord” promise par la France en se voyant interdite d’accĂšs Ă  une vaste partie de ce mĂȘme nord ?

 

Des soldats du MNLA regardent un téléphone portable, le 27 février à Kidal. |
Des soldats du MNLA regardent un téléphone portable, le 27 février à Kidal. |

Dans son bureau aux murs bleutĂ©s, installĂ© dans l’antenne de l’agence pour l’emploi locale, et oĂč trĂŽne un drapeau de l’Azawad, la rĂ©gion pour laquelle les rebelles touareg rĂ©clament l’autonomie, ou un statut spĂ©cial, le chef du MNLA, prĂ©sident du Conseil transitoire de l’Etat de l’Azawad (CTA), Bilal ag Cherif, tente de minimiser la portĂ©e des attentats-suicides. “Il ne s’agit que des derniers recours des terroristes”, assure-t-il mercredi 27 fĂ©vrier. Le chef du MNLA y voit la volontĂ© de frapper les “forces convergentes pour imposer la paix” que sont “la France, le Tchad et le MNLA”. Il est clair que les auteurs des attentats des derniers jours, dont certains ont Ă©tĂ© revendiquĂ©s par le Mujao, visent ces trois cibles. Il est clair aussi que Kidal n’est pas une zone d’affrontement direct Ă  ce stade des opĂ©rations militaires. Mais le passĂ© est moins net en ce qui concerne la sĂ©paration entre ” terroristes “ et ” forces de la paix “.

 

 

“HASARD”

La ville avait d’abord Ă©tĂ© prise en mars 2012 par les forces conjointes du MNLA et d’Ansar Eddine, le mouvement d’Iyad ag Ghali, ouvrant la voie Ă  la prĂ©sence de certains des alliĂ©s de ce dernier, qui allaient se rĂ©vĂ©ler si encombrants par la suite : les chefs d’AQMI, qui s’Ă©taient fondus dans le dĂ©cor en profitant des avancĂ©es du MNLA dans le premier temps des conquĂȘtes du nord du Mali, avant de prendregraduellement le contrĂŽle de ces mĂȘmes villes.

Pour la conquĂȘte de Kidal, par exemple, le MNLA a attaquĂ© par le Nord, Ansar Eddine et ses alliĂ©s par le Sud. Puis, une fois en ville, les tensions ont commencĂ©. Le MNLA a Ă©tĂ© repoussĂ© par des forces supĂ©rieures en nombre, en organisation et en moyens.

 

 

Le mĂȘme scĂ©nario s’est jouĂ© Ă  Gao et Tombouctou, tombĂ©es dans la foulĂ©e de Kidal. Partout, le MNLA s’est fait finalement chasser. Aujourd’hui, il rĂ©fute avoir étĂ© associĂ© Ă  ces groupes que la France traque dans les massifs montagneux du Mali. “On attaquait Gao, le Mujao et Ansar Edine ont attaquĂ© le mĂȘme jour. C’Ă©tait l’effet du hasard”, affirme, un peu embarrassĂ©, Bilal ag Cherif.

 

 

Mais l’opĂ©ration Serval a aussi eu un effet mĂ©canique sur l’autre mouvement rebelle Ă  forte identitĂ© touareg, recrutant plus particuliĂšrement parmi les Ifoghas, Ansar Eddine. Iyad ag Ghali est en fuite, mais une grande partie de ses combattants seraient passĂ©s du cĂŽtĂ© du MNLA lorsque certains responsables politiques de son mouvement, emmenĂ©s par Alghabas ag Intallah, ont crĂ©Ă© une scission, le Mouvement islamique de l’Azawad (MIA), dont on aperçoit quelques combattants en ville.

Bilal ag Cherif, président du Comité transitoire du MLNA.
Bilal ag Cherif, président du Comité transitoire du MLNA.

Bilal ag Cherif, le chef de la rĂ©bellion touareg dĂ©sormais alliĂ©e de la France, assure que ” 70 % de leur jeunesse (combattants d’Ansar Eddine) ont dĂ©sormais intĂ©grĂ© le MNLA “. ” Le MIA n’existe pas “ tranche, assez sĂšchement, Bilal ag Cherif, qui souhaite voir le MNLA reconnu comme une force participante, pas seulement “dans la clandestinitĂ©”, mais avec un appui sĂ©rieux alors que le MNLA manque de tout, à commencer par le carburant.

 

 

“COINCÉS”

Qui, de la France, ou du MNLA, tente d’utiliser l’autre ? La question arrache unsourire à Sidi Mohammed ag Saghid, responsable de la sĂ©curitĂ© du MNLA : “La France est coincĂ©e, et elle nous a coincĂ©s.” La particularitĂ© de cette situation tient aussi Ă  l’absence d’un acteur de la guerre au Mali : l’armĂ©e malienne. Les forces nationales n’ont pas dĂ©passĂ© une certaine ligne au-delĂ  de Gao, Tombouctou, et MĂ©naka. Un responsable influent du MNLA avertit : “S’ils essaient de venir ici, on leur tire dessus. “

LE MONDE | 28.02.2013 Ă  11h17Par Jean-Philippe RĂ©my – Kidal (Mali) EnvoyĂ© spĂ©cial

PARTAGER

39 COMMENTAIRES

  1. Il ne faudrait pas que l’élĂ©phant sauveur français attendu par les maliens accouche d’une sourie.la position des française Ă  kidal nous inquiĂšte beaucoup.c’est trop bizarre. pourquoi l’armĂ© malienne ne peut pas venir dans kidal?

  2. LA GUERRE DE KIDAL AURA LIEU, IL FAUT SECURISER LES ARRIERES DABORD ENSUITE ON DESCENT SUR KIDAL. TOUT HOMME ARME NON MILITAIRE SERA ABATTU.

  3. Le monde, les embellis ne servent a rien. Mnla egale a ansardine egale a aqmi. Au nord du mali, ce sont en majorite les memes elements qui quittent d’un groupe terrorriste a un autre en fonction de la force de frappe du groupe du moment. N’oubliez pas que tous ces groupes ont collabores etroitement ensemble pour commettre des massacres, des crimes de guerre, des vols et des viols. Donc ils doivent etre frappes du meme bois. En plus toys ces kamikazes sont des touaregs et/ou arabes. Cela veut dire ce que ca veut dire.

  4. Qu’est ce que c’est un brave soldat ?

    C’est peut-ĂȘtre :

    – Celui qui, en 2012, a fui comme un rat Tombouctou, Gao, Kidal 
.. en laissant arme et bagage Ă  l’ennemi

    – Celui qui, une fois ces mĂȘmes zones libĂ©rĂ©es par la France, s’adonne Ă  son sport favori c’est Ă  dire pillage, vol et meurtres sur les civiles arabo-touaregs (le cas de Ali Ould Kabbadi, vieux de 70 ans et malade, est l’un des Ă©vĂšnements rĂ©cents les plus Ă©difiants)

    Comme quoi, le RIDICULE ne tue pas le soldat malien đŸ˜„

  5. TF1 vient de publier des images prises par les islamistes lors de la prise de Konna . Ils ont montrĂ© des images de soldats maliens tuĂ©s : les soldats maliens portaient tous des gris gris ,au poignet ,autour du cou ou autour du ventre 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 colĂšre des barbus qui disent que les gris gris n’ont rien a voir avec l’Islam :mrgreen: :mrgreen: ce qui n’est pas faux ❗

    • A l’origine , l’africain est animiste . Les barbus n’ont qu’Ă  aller se faire voir ailleurs .

  6. OUI la France nous a sauvé mais la France reste bizarre dans le cas de Kidal. Pourquoi les militaires maliens ne rentrent pas dans Kidal?

    • Comptes les …( en sortant du dĂ©compte au moins 15 000 majorettes ) et tu auras la rĂ©ponse .

  7. « COINCÉS »
    – Les mnlistes sont coinces depuis qu’ils ses sont associes aux autres terrosistes pour attaquer le Mali: on entre, mais jamais on ne sort de la MAFIA (“es semper mafiosi”). Ils n’ont pas les moyens (carburants, voitures, armes, finance et partisans etc…) de leur “propagande”.
    – La france elle se trouve coincee pour avoir fait “cavalier seul” vers kidal sans l’armee malienne. Pour essayer d’etouffer le malaise que cela creait et surtout pour ne pas “trop expose’ ses troupes dont la multiplication de morts, peserait beacoup dans la balance de soutien “des francais a la guerre contre le terrorisme au Mali” , elle “a invite” les Thcadiens a les rejoindre a Kidal et dans monts Igforas.
    – Les terroristes et leurs semblables sont coinces dans les montagnes. Leur reserves s’amenuisent et leur pays de ravitaillement, l’Algerie, apres la prise d’otage sur le site a compris qu’il a interet a collaborer.
    – L’armee malienne est coincee, 1/4 de sont effectif a peur d’aller au front

    • 😆 😆 😆
      – La france elle se trouve coincee pour avoir fait « cavalier seul » vers kidal sans l’armee malienne.

      Soyons gentils ….
      IL Y A EU UNE ARMEE MALIENNE .C’ETAIT AVANT .
      ACTUELLEMENT IL N EXISTE PLUS QU UN EMBRYON D ARMEE MALIENNE ….QUI EST GÊNÉ PAR PRATIQUEMENT 15 000 MAJORETTES …….
      CE N EST NI DE LA RESPONSABILITÉ DE LA FRANCE NI DU TCHAD .

      elle « a invite » les Tchadiens a les rejoindre a Kidal et dans monts Igforas.
      SI TU AVAIS ENTENDU DES LEGIONNAIRES FRANCAIS PARLER DU COMPORTEMENT AU COMBAT DES TCHADIENS …AUXQUELS ILS ONT EU A FAIRE ……ET DE LEUR APTITUDE A SUPPORTER LES CONTRAINTES CLIMATIQUES DU NORD DU MALI ….TU COMPRENDRAIS POURQUOI LES FRANÇAIS PRÉFÈRENT AVOIR AVEC EUX DES TCHADIENS OU DES GENS DU COIN , FUSSENT ILS DES RALLIES DE CIRCONSTANCE , PLUTÔT QUE DES GENS QUI PEUVENT ETRE DES FORTICHES EN COMBAT DE JUNGLE …MAIS QUI VONT TOMBER COMME DES MOUCHES SOUS LE SOLEIL .
      Le reste c’est du blabla .
      Physiquement tu es apte ..ou non

      • tu oublie que dans l’armĂ©e malienne y a un effectif important des touaregs ;des sonraĂź; des peulhs ; des bella qui connaissent la zone et deqs qu’ils finiront de ratisser Ă  monteront sur Kidal comme ils l’on fait et le mnla et le mia qui n’existent pas et ne peuvent rien faire sans l’aide de aqmi et ançar dine car c’est la mĂȘme racaille de terroristes.

        • Mon cher Koyrakoy, laisse dire. J’ai ete dans le camp de Tessalit, celui de kidal, nouvellement construit, Agel Hoc, Gao, Tombouctou ect…et ceux-ci n’etaient pas seulement peuple de “gens aptes a supporter les contraintes climatiques du Nord du Mali”, mais des Kone de Sikasso, des Coulibaly du Kaarta des Maiga de Gao, des Toure de ect… ET MEME SANOGO, MALGRE SA FUITE A VECU UN CERTAIN TEMPS A TESSALIT.
          Mon intention n’etait pas de critique le pays qui nous a libere, mais de dire ce qui est. La France a commise une erreur au debut en faisant “cavalier seul’. mais apres avoir entendu les fanfaronades des mnlistes et les grongnements de la population, elle a prefere se faire accompagne ” par les soldats Tchadiens qui doivent faire la fierte du peuple. La aussi, il y a une verite a dire ici. grace au petrole et a Deby qui a outrepasse les injocntions du FMI, ce pays a une armee forte. SE DIRE LA VERITE NE DOIT PAS NOUS FACHER, AU CONTRAIRE

  8. AUX YEUX DU MONDE ET DE L’INCAPACITER DE L’ARMEE MALIENNE DE PRENDRE LEURS DESTINS EN MAIN. QUE FAIT DIONCOUNDA TRAORE DANS TOUT CA. CA FAIT MAL ET TRES MAL. SANOGO DOIT ETRE ENVOYER A KIDAL AVEC SES COMPAGNONS POUR NOUS MONTRER LEURS FORCES. LIBERONS KIDAL DU MNLA ET DES JIHADISTES. SUR LE TERRAIN COMME LE PRESIDENT DEBY L’AS BIEN DIS LA PLACE DES SOLDATS MALIENS CEST AU FRONT LINE. AU NORD MALI.

  9. Cette affaire de Kidal lĂ Ă Ă Ă Ă Ă  ❗ ❗ ❗ ❗ En privant ce qui reste de l’armĂ©e malienne de combat les français nous donnent de temps Ă  la reflexion. On se sent priver de guerre, notre guerre sans image 😀 😀 Le Mnla jusqu’ici s’est guellĂ© et sait tjrs vers quelle direction tourne le vent 😀 😀 d’abord avec AQMI 😀 😀 et maintenant des yeux doux vers la France. Comme Hollande fait le contraire de ce qu’il dit alors on se sent un peu inquiet 😀

      • 😆 😆 😆 😆 😆 cliclac , qui aime rigoler , a remarquĂ© que notre prĂ©sident la veille et le matin mĂȘme de l’intervention Française l’Ă©voquait comme vraiment envisageable …alors que la machine Ă©tait dĂ©jĂ  en route ….. 😉 😉 😉 😉

        De mon avis le “Comme Hollande fait le contraire de ce qu’il dit alors on se sent un peu inquiet 😆 ” ne doit pas ĂȘtre interprĂ©tĂ© autrement que comme un “salut Ă  l’artiste” .

        • COCO , ne trouves-tu pas que le tableau est peint avec art ? Hollande c’est du français Ă  l’Ă©tat pur .

  10. Je pense Ă  une chose en regardant la photo ,ils ont fait une tombe commune pour tous les gens morts lors de l’attentat . Auraient ils enterrĂ© le kamikaze avec les victimes ???……….parce qu’avec l’explosion il y a du avoir des morceaux de corps Ă©parpillĂ©s partout 😯 😯

  11. Mais il y’a un mandat d’arrĂȘt contre lui non?Mr le bandit Acharif, le niveau du jeu est trop elevĂ© pour toi.La baraka vous manque pour que votre propagande reussisse.Vous avez toujours tirĂ© sur les maliens Ă  peaux noirs et notamment du sud, vous avez fait plus tirĂ© ,puisque vous avez egorgĂ© vos frĂšres d’armes, violĂ© les femmes,trafiquĂ© les armes, la drogue et vous savez manipumler aussi.Ici brule le MNLA!!!!

  12. “S’ils essayent de venir ici, on leur tire dessus” . Le Mnla veut quoi? TantĂŽt, il est pour l’intĂ©gritĂ© territorial du Mali, tantĂŽt, il veut un Etat zazawadien Ă  Kidal.
    Le travail de fond que doit entamer la Misma et l’armĂ©e malienne est de dĂ©sarmer tous ces groupes sans distinction, sans quoi on n’e sera pas sortie de l’auberge.

  13. Bilal ag cherif tu es petit si le MNLA tire sur l’armĂ©Ă© malienne nous allons riposter par la maniĂšre la plus forte ?

  14. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 « La France est coincĂ©e, et elle nous a coincĂ©s. » 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆
    Il est presque lucide Mohammed ag Saghid …….
    Faut surtout pas lui raconter l’histoire des Harkis ……il va chopper un ulcĂšre …cĂ©pabon …….. 😉 😉 😉 😉 😉 😉

    • la france est championne du monde de la traitrise: ils vont se faire trahir et ils ne seront pas les derniers (les harkis n’Ă©taient pas les premiers…)

      • 😆 😆 😆 😆 😆 😆

        ON NE TRAHIT PAS UN PRENEUR D OTAGES ,
        ON NE TRAHIT PAS UN MENTEUR ,
        ON NE TRAHIT PAS UN CHIEN MORDEUR ….

        MEME SI LA RACAILLE PARFOIS ,ON DOIT LA CÔTOYER …….ET S EN ACCOMMODER ……

        APRES ……C’EST APRES .

  15. Au moins c’est clair. “si l’armĂ©e malienne essaie de venir ici, on leur tire dessus” …
    Il ne faut plus les attraper et en faire des prisonniers, mais leur tirer dessus.
    Il faut nettoyer le Mali non au karcher, mais au M16…

    • Yadupour ,tu veux nettoyer le Mali avec des arcs et des flĂšches ?? 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 la M16 pas possible ,tu en donnes une Ă  un malien Ă  9h du matin ,et Ă  midi il l’a dĂ©jĂ  revendue 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

      • Blanche neige , quand un malien vend un M16 en moins de trois heures de temps , cela ne peut ĂȘtre que de l’hĂ©ritage de la colonisation . Des lance-pierres seraient mieux .

  16. Ce sont des ingrats les membres du MNLA ils n’ont fait que recycler les combattants d’ANSARDINE, le MNLA EST UNE ORGANISATION TERRORISTE

  17. CE VOYOU N A PAS HONTE IL ETAIT ASSIS COMME CA EN AVRIL DERNIER DANS LE BUREAU DU GOUVERNEUR DE GAO AVANT D’ETRE BOTTER ET MIS DEHORS PAR AQMI ET LE MUJAO.IL VIENT OCCUPER UNE AUTRE POSITION A KIDAL COMME UN VOLEUR QUI S’INTRODUIT DANS UN ENDROIT EN ABSENCE DU VRAI PROPRIETAIRE.

Comments are closed.