Mali: “il ne faut pas laisser de vide sécuritaire”, estime Le Drian à N’Djamena

3
Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian (en costume), monte à bord d'un avion lors de sa visite au Mali, le 26 avril 2013  © AFP
Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian (en costume), monte à bord d’un avion lors de sa visite au Mali, le 26 avril 2013
© AFP

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a affirmé samedi à l’issue d’une rencontre à N’Djamena avec le président Idriss Déby la nécessité pour le Tchad de rester impliqué militairement dans l’après guerre au Mali, afin de ne pas y laisser de “vide sécuritaire”.

 

“Puisque nous rentrons dans une nouvelle phase, la phase qui est presque après guerre, il faut pas laisser le vide sécuritaire”, a affirmé le ministre, précisant avoir abordé cette question avec M. Déby.

 

Le Parlement tchadien a voté mi-avril une résolution réclamant le retrait progressif du contingent de près de 2000 soldats tchadiens du Mali, où, selon N’Djamena, 36 soldats ont été tués et 74 blessés dans l’opération lancée en début d’année sous la direction de Paris contre les groupes islamistes armés occupant le nord du pays.

 

“La décision de l’ONU de mettre en oeuvre des casques bleus, nous a amené à évoquer ensemble avec le président Déby la manière dont le Tchad continuera à intervenir au Mali par le biais de cette force, et puis la manière dont la France continuera a veiller à la sécurité du territoire malien”, a ajouté M. le Drian.

 

“Etant donné l’importance de l’engagement du Tchad dans la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) et le nombre des soldats, leur courage et leur détermination dans les combats qui ont eu lieu, il est logique que le Tchad assure des responsabilités”, a souligné le ministre français.

 

Le Conseil de sécurité a autorisé jeudi la création d’une force de maintien de la paix de 12.600 casques bleus pour le nord du Mali, qui doit incorporer les troupes de la Misma, notamment les soldats nigériens qui ont été, après les Tchadiens, les plus engagés aux côtés de l’armée française.

 

Cette visite du ministre français au Tchad intervient après deux étapes au Mali et au Niger.

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Creez de toute piece par vous Mr.le ministre. Oui je serai heureux de voir le Tchad prendre la tete et le commandement de cette mission mais il faut qu’il ai carte blanche.

  2. slt a tous signer la pétition pour l interdiction d adoption d orphelins maliens par des étranger , car le gouvernement veut revenir sur la loi de juillet dernier . la france fait pression.

    • Bong sang c’est le Mali même qui doit être adopter au moins pour 2 décénies car ce pays est comme un <> , je proposes que le septentrion malien soit vendu par appel d’offres international, la délimitation doit être gao et tombouctou.
      honnètement le mali n’a ni la force ni le courage de pouvoir récuperer son nord sans l’assistance étrangère , le meilleur des scénarios est de vendre tout le nord.

Comments are closed.