Mali: la Cédéao souhaite le désarmement du MNLA

17
A Gao, on pouvait lire le 2 février dernier sur cet arbre «Azawad», le nom qui désigne la région du nord du Mali revendiquée par le MNLA. AFP
A Gao, on pouvait lire le 2 février dernier sur cet arbre «Azawad», le nom qui désigne la région du nord du Mali revendiquée par le MNLA.
AFP

A l’issue du sommet des chefs d’Etat de la Cédéao qui se tenait mercredi et jeudi derniers à Yamoussoukro en Côte d’Ivoire, l’Afrique de l’Ouest a souhaité que la force de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) soit à terme transformée en une mission de paix de l’ONU. Dans le communiqué final, une déclaration est passée inaperçue. Elle est pourtant importante puisqu’elle stipule que le dialogue inter-malien doit passer par le désarmement des rebelles touaregs du MNLA.

Cette déclaration très radicale pose quelques questions, d’abord par rapport à la France, qui en ce moment collabore avec le MNLA à Kidal pour mener sa traque contre les jihadistes. La rébellion touarègue a bénéficié d’un traitement de faveur de l’armée française, qui a fait du MNLA un allié. La déclaration de la Cédéao pourrait donc être interprétée comme une désapprobation implicite de la position des autorités françaises.

Reste à savoir si la France maintiendra cette liaison avec le MNLA une fois les opérations contre al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) terminées. En tous cas, dans les rangs de la rébellion touarègue, l’exigence du désarmement est qualifiée de moquerie. Il n’est pas question d’accepter d’être désarmés avant qu’un dialogue ne s’ouvre avec Bamako et qu’une feuille de route soit signée entre nous, explique Ibrahim Ag Mohamed Assaleh, chargé des relations extérieures au MNLA.

Autre question posée par cette exigence de désarmement formulée par les chefs d’Etat de la Cédéao : quid de la médiation burkinabè ? Est-elle définitivement enterrée ? Le responsable du MNLA confirme que depuis le mois de janvier dernier, il n’y a eu aucun contact, ni avec le médiateur de Ouagadougou, ni avec les autorités de transition à Bamako.

Par RFI

PARTAGER

17 COMMENTAIRES

  1. Nous avons fait appel à la France pour nous aider à récupérer l’intégralité de notre territoire, et non de creuser le fossé qui est entre nous.
    Il est très simple de désarmer le mnla. Pour cela, il suffise de laisser l’armée malienne rentrer à Kidal.
    Ces vagabonds jetteront leurs armements d’eux même.
    Car l’armée malienne à Kidal, si les rebelles ne laissent pas les armes, ça serait comme le loup dans la bergerie.
    Vive l’armée malienne.

  2. Es MNLA SON LE REQSPONSABLE DE TOUS LES PROBLEME AU MALI’
    LES MNLA DOIT ETRE JUGE DE CE IL ONT FAIT

  3. le souhait principal de la CEDEAO c’est de taper 950 millions d’euros aux pays occidentaux 👿 ………..de desarmer le MNLA est tout à fait secondaire :mrgreen: :mrgreen:

  4. ON démende MNLA DE désarmé imédiatement sans délais avan qu’on’ itilise la foce(MNLA , al qaida sont tous dais bandi terorisse)ON demende armé francais de ne i per le MNLA ou asocié avec…. (MNLA térorisse).DIASPORA MALIENNE .TOURE

  5. Il faut desarmer ces groupes pour commencer la phase civile et juridique du combat pour une sortie effective. Il n y aura pas de mythe d’impunite. Tous ceux qui ont commis des crimes qu’ils soient jihadistes, MNLA, MIA, MAA, le cpt Sanogo et son CNRDRE, les politiques opportunistes doivent repondre devant la justice au meme moment que la lutte continue contre le terroristes.
    Chers compatriotes, il faudra toujours se rappeler qu’une justice partiele, et partiale n’aboutira jamais a une paix durable. Soit qu’on les juge tous, ou qu’on engage un dialogue nation pour enfin se reconcilier et en finir pour tout.
    Vive le Mali, et tous nos allies de l’afrique et du monde entier.
    Merci

  6. L’idee de desarmement du MNLA est claire et nette. Il faudra desarmer toutes les milices d’autodefense ou d’independantistes. La seule entite credible, qui merite le droit de porte d’armes pour la protection du peuple et de l’integrite territoriale ne serait que l’armee malienne. Cette perspective nous evitera des confusions et de mal-entendues inutiles. Tout le monde, qu il soit autorites maliennes, Tchadiennes, MISMA ou francaises doit comprendre cela.
    Apres le desarmement des milices, tout groupes ou individus surpris avec des armes seront presumes etre jihadistes. Pour dire que la lutte commune sera contre les jihadistes. Il n y aura plus d’amalgames, plus de confrontations entre arabes et touaregs, plus de confrontations entre armee maliennes et MNLA. Les vies de nos freres combattants seront sauvees. Cependant les leaders du MNLA ne veulent pas entendre parler de desarmement, eux meme restent caches au Burkina ou en France, ce sont les jeunes combattants qui ferront les frais.

  7. la cedeao ne doit pas souhaiter elle doit exiger sinon imposer le desarmement de ces apatrides.

  8. SOYONS SÉRIEUX :

    Avant de vous faire une idée du diagnostic à porter sur le cas DIBI (cochon)

    Vous prenez cinq minutes pour regarder :
    Drole de prière du clan Gbagbo.mp4

    http://www.youtube.com/watch?v=asGDA36xGkg

    vous faites un effort pour comprendre les paroles …..
    ( NE RIEZ P
    ET VOUS AUREZ TOUT COMPRIS ………
    sur les effets de la connerie “religieuse” …sur les individus en Cote d’Ivoire comme au Mali ……..

    Quand vous saurez que DIBI COCHON n’ est qu’un rescapé du groupe des allumés de Dieu …..réfugié en France ,ou il continue de prêcher …là vous pourrez poser votre diagnostic …. 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉

  9. Oui, elle devrait aussi désarmer la coloniale française et ses Rafales. Il y a plus qu’une désillusion. Il y a même un crime silencieux contre l’humanité que mène la France contre le Mali, les Maliens et l’Afrique.
    Voici une importante information que je ne commente pas. J’en laisse le soin aux Maliens; aux patriotes de la relayer, et à tous les débilités d’en profiter pour élever un peu le niveau de leur conscience politique.

    Suivez le lien: http://www.legrandsoir.info/exclusif-utilisation-d-armes-a-l-uranium-appauvri-au-mali-les-choses-avancent-un-peu-question-du-depute-andre-chassaigne-et-de.html

    Le pompon si on y ajoute les touristes armés de l’ONU cette institution devenue criminelle.
    De la part de la pourriture qui est aux affaires à Bamako et dans la zone CEDEAO, le cadeau est joli pour les populations et l’environnement.
    Pour l’instant, dans les médias occidentaux aux ordres de l’impérialisme et ses bras armés de l’OTAN, c’est silence radio. Sauf bien sûr dans les réseaux sociaux militants.
    A méditer sur la coloniale libératrice accueillie avec des drapeaux et des you !you ! A méditer ses objectifs pour le Mali et l’Afrique.
    Ils ont réussi le même crime en Libye dans l’indifférence générale de toute l’Afrique officielle maffieuse. Pourquoi pas au Mali où la presse aux ordres se préoccupe essentiellement du folklore électoral à l’horizon?

  10. Oui, elle devrait aussi désarmer la coloniale française et ses Rafales. Il y a plus qu’une désillusion. Il y a même un crime silencieux contre l’humanité que mène la France contre le Mali, les Maliens et l’Afrique.
    Voici une importante information que je ne commente pas. J’en laisse le soin aux Maliens; aux patriotes de la relayer, et à tous les débilités d’en profiter pour élever un peu le niveau de leur conscience politique.

    Suivez le lien: http://www.legrandsoir.info/mali-utilisation-d-armes-a-l-uranium-appauvri-la-censure-de-rue89%E2%80%B3-thierry-lamireau-lesoufflecestmavie-unblog-fr.html

    Le pompon si on y ajoute les touristes armés de l’ONU cette institution devenue criminelle.
    De la part de la pourriture qui est aux affaires à Bamako et dans la zone CEDEAO, le cadeau est joli pour les populations et l’environnement.
    Pour l’instant, dans les médias occidentaux aux ordres de l’impérialisme et ses bras armés de l’OTAN, c’est silence radio. Sauf bien sûr dans les réseaux sociaux militants.
    A méditer sur la coloniale libératrice accueillie avec des drapeaux et des you !you ! A méditer ses objectifs pour le Mali et l’Afrique.
    Ils ont réussi le même crime en Libye dans l’indifférence générale de toute l’Afrique officielle maffieuse. Pourquoi pas au Mali où la presse aux ordres se préoccupe essentiellement du folklore électoral à l’horizon?

  11. L´armée malienne méme démunie, peut s´occuper du mnla! que la france cesse de jouer au double jeu, qu´elle évite le scénario des indpdces ou elle est partie en laissant ces dossiers du nord ouverts…aujourdhui, c´est la méme chose qui se reproduit avec Kidal avec ce statut trop ambivalent…c´est le moment á jams de résoudre une fs pr tt cette histoire!!!

  12. Il faut les abattre…c´est simple. Sans ces jihadistes, le mnla n´a aucune chance contre l´armée malienne méme démunie!!! Le mnla le sait aussi, raison pr laquelle il crié secours auprés d l´armée francaise pr les protéger á Kidal…Il faut q la france cesse de protéger des bandits armées!mnla, abou zeid, droukde, iyad ag ghali, belmoktar, ould hamaha…c´est la méme cliccaille de voleurs, pilleurs, violeurs,tueurs, traficants etc…

  13. La fuite en avant, une épopée malienne

    175ème pays sur 187, voilà le rang du Mali dans le classement de l’Indice du Développement Humain 2011 publié par le programme des Nations Unies pour le développement PNUD.

    Après 52 ans d’indépendance, le Mali, malgré ses ressources en or, son bétail, son coton, ses cours d’eau, ses terres arables et irrigables, sa jeunesse et sa position stratégique en Afrique, reste à la traîne, relégué au banc des nations, malmené par une classe dirigeante insouciante et incompétente, il agonise de Kayes à Kidal comme un éléphanteau privé d’eau dans une savane désertifiée et abandonné par sa maman.

    Après le temps des indépendances et des ambitions à la Modibo Keïta, le CMLN dort sur le pouvoir en l’absence de tout projet de développement avant que l’UPDM n’endorme complètement un peuple meurtri avec ses “sections pilotes avec palme”.

    Le ras-le-bol, qu’elle suscite au sein de la société civile et de la classe estudiantine conduit aux événements de janvier et mars 1991 et ouvre la voie au multipartisme intégrale et au pluralisme politique au Mali.

    Mais très vite les “démocrates” transforment le régime politique arraché dans le sang et dans le deuil en “corruption intégrale” et au “pluralisme de médiocrité”, à telle enseigne qu’au Carré des Martyrs de Niarela, les victimes de mars 1991 du régime sanguinaire de Moussa Traoré ne dorment plus qu’avec un seul œil.

    La Médiocrité est désormais dans l’administration, à l’école, dans les centres de santé, dans les partis et associations politiques, dans l’armée, dans la police, dans la gendarmerie, au gouvernement, dans les entreprise et même dans les familles.
    Corruption à ciel ouvert et falsifications à gogo jusque dans les décrets présidentiels et dans la nomination de ministres conseillers du premier ministre.

    Partout le laisser aller, la simplicité, et la recherche du gain facile ont pris le pas sur l’ordre public, le travail bien fait et avec vocation, l’engagement et l’amour de la patrie.

    Les soldats sont délaissés à leur pauvre sort au front loin de leur famille, idem pour les écoliers, les malades, les usagers de l’administration, les petits fonctionnaires, bref tous les sans voix et sans recours du pays.

    A l’opposé tous ceux qui parlent en leur nom ne manquent pas une seule occasion pour s’en mettre plein les jabots, dans une inconscience inouïe entremêlée de moquerie pour un peuple qui les a pourtant tout donné.
    Les derniers spécimens de ces nouveaux charognards, ce sont les membres du Comité Militaire de Réforme de l’Armée.

    Voilà des officiers venus au devant de la scène publique malienne à la grâce d’un coup d’état dans un pays où la constitution l’interdit formellement, pour disent-il “restructurer” la démocratie et l’état au Mali.

    En neuf mois d’arrestations arbitraires de politiques et de journalistes, d’agressions encagoulées de civils et de militaires désarmés, je n’ai personnellement pas vu quelle est la partie de l’Etat ou de la démocratie malienne que ces ex membres du CNRDRE ont “restructuré”.

    Au contraire j’ai vu le commandement de l’armée malienne se disloquer dans son PC de Gao en fin mars 2012, entraînant la fuite éhontée de l’armée malienne dans les trois régions du nord de notre pays, leur occupation par des groupes islamistes et indépendantistes, avec exactions de nature diverse sur les populations et destructions de nos patrimoines millénaires par les occupants.

    J’ai vu les soldats de l’armée malienne s’entretuer en plein Bamako quand les trois régions du nord étaient sous occupation obscurantiste.

    J’ai vu les policiers du GMS se tirer dessus comme un gang de dealers ou de mafieux.

    J’ai vu une France généreuse sauver Konna , Sevaré, Diabali, avant de libérer Gao, Tombouctou, Kidal et Tessalit.

    J’ai vu les soldats tchadiens mourir pour le Mali à des milliers de kilomètres de N’Djemena.

    J’ai vu mes frères africains déployer leurs soldats à la rescousse d’une armée malienne mal formée, mal équipée et délaissée depuis trop longtemps par les dirigeants du Mali.

    Au moment où frère Idriss Deby annonce que ses hommes ont eu raison de Abou Zeid, dans les montagnes du Tagharghar, je n’ai pas compris, et le peuple malien n’a pas compris, pourquoi Dioncounda, Diango, Yamoussa, Tiena, Mamadou Namory et Tiefing signent un décret pour octroyer une rémunération et des indemnités mirobolantes et indécentes à Sanogo et sa clique se chiffrant à des millions de nos francs.

    Qu’est-ce qu’ils ont fait dans leur vie pour le Mali, pour mériter des millions de salaires, alors qu’ils ne combattent même pas pour libérer notre pays?

    S’agit-il d’une prime au coup d’état pour encourager et perpétuer ce “crime imprescriptible” qu’a bannit notre constitution du 25/02/1992?

    Ou serait-il une autre trahison de nos autorités transitoires dans la pure tradition des autres trahisons de ce peuple meurtri et toujours poignardé dans son dos par ses propres dirigeants?

    Après tant d’épreuves et de souffrances qui ont conduit le monde entier au chevet du Mali, je n’aurai jamais pensé que les dirigeants actuels du Mali allaient poursuivre leur légendaire fuite en avant.

Comments are closed.