Mali: La France ne participera pas à des frappes aériennes

24

La France ne participera pas à des frappes aériennes en soutien d’une intervention militaire africaine au Mali, dont le nord est occupé depuis avril par des groupes islamistes armés, a déclaré ce mardi le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Paris, qui est en pointe dans la mobilisation de la communauté internationale pour une intervention au Mali, a promis de fournir un soutien logistique, des équipements militaires et des services de renseignement, mais estime qu’il faut d’abord former les troupes africaines et maliennes. Ce mardi, Jean-Yves Le Drian a exclu toute intervention militaire de Paris, terrestre ou aérienne.

«Sur l’appui aérien, l’Europe ni la France n’interviendront pas militairement parlant»

«Sur l’appui aérien, l’Europe ni la France n’interviendront pas militairement parlant», a-t-il déclaré. «Sur le Mali, quand (je dis) pas de troupes au sol, ça veut aussi dire pas de troupes en l’air», a-t-il ajouté. Les dirigeants des pays d’Afrique de l’Ouest se sont engagés dimanche à envoyer 3.300 soldats au Mali. Les troupes pourront être déployées dès que l’ONU aura donné son feu vert au plan militaire rédigé par un groupe d’experts africains, européens et onusiens, réunis la semaine dernière à Bamako.

Les ministres de la Défense français, allemand, polonais, espagnol et italien se réunissent jeudi à Paris pour discuter des contributions de chaque pays à l’opération au Mali, notamment de la création d’une mission de formation européenne forte de 200 hommes. La résolution 2071 adoptée le 12 octobre par le Conseil de sécurité demande aux organisations régionales africaines et à l’ONU de présenter dans les 45 jours un plan détaillé sur l’envoi d’une force militaire internationale au Mali. Rebelles touareg et militants islamistes ont profité du chaos qui a suivi le coup d’Etat militaire du 22 mars à Bamako contre le président Amadou Toumani Touré pour prendre le contrôle du nord du pays.

Avec Reuters – le 13.11.12 à 17h09

 

PARTAGER

24 COMMENTAIRES

  1. Enfin il es temp kon se dise la vérité ! l’armée malienne a just peur d’affronter ces gens là, dejà avec les milliers de soldats promises par la CEDEAO c’est largement suffissant pour mener à bien cette guerre le soutien aerien de la france est necessaire mais pas indispensable… après tout cette guerre est bien la notre c’est vrai nos partenaires nous soutiendront et mettrons en oeuvre tout ce qui est en leur possibilité pour nous aider à sortir de l’impasse mais il faudra pas kon s’attende aussi à ce kil fasse tout le boulot à notre place, notre armée se doit etre digne et courageux, il y’a des choses qui se passent au nord, des crimes qui se fassent c’est réel tout sa ben! il est aussi clair k’à un moment donné cette population au Nord du Mali se sentira oublier et delaisser vu k les procedures peines à se depecher … Je pense que l’armée malienne doit se lever maintenant pour recuperer la ville de GAO en attendant k les ASS se mettent d’accord 🙁 🙁 🙁

  2. la France est intelligente ,elle ne va jamais dire qu’elle participera pour ne pas mettre la vie des otages en danger, mais en réalité, elle participera. 😀 😀 😀 😀

    • c’est sûr que la france ne mettra jamais ses citoyens en danger en disant qu’elle participe, alors qu’on sait tous qu’elle participe…
      Elle ne passera jamais à côté d’un tel conflit qui permet à toutes les nations telles que les usa, france, allemange etc… d(entrainer encore plus leurs soldats… Eux ne dorment jamais…

      Ce sont les minables politiciens africains nègres, et surtout maliens, qui sont incapables d’anticiper les conflits du futur… Et se préparer en conséquences…

  3. alors comme la cedeao n’a pas de moyen aerien moderne pour assurer les bombardements reste les USA ou l’Algérie seulement …

    • que l’algérie arrêtent de produire des extremistes surtout…

      Il y’en a marre de ces arabes et de leur dieu de merde allah…

      Retournez en arabie avec votre merde et mohamed…

    • Amine ….”Fô pas parlé dèh !” 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

      CHUT !

      😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  4. Elle participerai belle et bien
    Une strategie de guerre
    Bientot la fin des ces sales mecreant touaregs
    Elle parle ainsi juste pr les vie des hostages
    Elle sera la premiere sur le lieu Pr donner une Lecon aux extremists et
    Après a l Algeria aussi
    Ils faut par force le petrol de l Algeria
    L Algeria sera prise ds son propre piege

  5. à sa conférence de presse d’aujourd’hui Hollande a confirmé que pas un seul soldat français ne sera sur le sol malien ni dans les airs 😉 😉 ………..mais comme les maliens sont tous des anges ,servez vous de vos ailes pour voler 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    • tu sais bien que tous vos présidents, kom les notres d’ailleurs, hollande est un juif sioniste menteur manipulateur… Il y a des espions et des soldats français au mali depuis des années… avec des opérations avec la mauritanie notamment…

      va te faire phoutre en alsace avec ton info de merde… ta bouche est aussi inutile que ta vie…

  6. à sa conférence de presse d’aujourd’hui Hollande a confirmé que pas un seul soldat français ne sera sur le sol malien ni dans les airs 😉 😉 ………..mais comme les maliens sont tous des anges ,servez vous de vos ailes pour voler 😆

  7. La CEDEAO, un club de plaisanteries

    Nous rappelons les atermoiements de la CEDEAO dans la crise sierra léonaise. Nous savons tous que les rebelles casamançais ont fait du pays voisin qu’est la Guinée Bissau leur base arrière. Que la Côte d’ivoire avait encouragé et soutenue la rébellion de Charles Taylor au Liberia.
    Que le Libéria du même Charles Taylor, avait soutenu la rébellion du Front révolutionnaire uni En Sierra-Leone

    Que le Burkina Faso avait hébergé et soutenu une rébellion en Côte d’Ivoire pour favoriser l’arrivé au pouvoir de son ancien ressortissant à la tête d’un pays voisin. Il y a des faits troublants qui nous obligent avec tout le bon sens dont nous sommes dotés de ne pas croire à la CEDEAO et à ses initiatives hypocrites.

    La sous région ouest africaine est plutôt la pitoyable victime des pays membres de la CEDEAO. Palabres stériles, faux-fuyant, vanité, pusillanimité, tels sont les traits dominants des débats à l’intérieur d’une organisation incapable de se relever, de se dresser pour promouvoir la paix et favoriser ainsi le développement économique endogène et autocentré sur les besoins réels des peuples d’Afrique de l’Ouest.

    Nous sommes parmi les africains qui ne croiront jamais en la capacité de toutes ces organisations régionales et sous-régionales de travailler efficacement au renouveau économique et social de notre continent. Le cœur n’y est pas, la sincérité non plus. Depuis sa création le 28 mai 1975, jusqu’à nos jours, la CEDEAO, n’a fait que du sur place. C’est l’immobilisme total.

    Le but principal est de promouvoir la coopération et l’intégration avec pour objectif à terme de créer un marché commun ouest africain, une union économique et monétaire. Figuré vous que de 1975 jusqu’aujourd’hui les pays de cette sous région courent tous vers des objectifs chimériques, car l’union économique et monétaire est un rêve inaccessible pour des économies sous perfusions et plombées jusqu’au cou pas des dettes abyssales.

    Essayez aujourd’hui de voyager de la Côte d’ivoire au Bénin et profitez pour observer l’état du réseau routier et du racket des forces de l’ordre. Observez simplement les besoins en énergie électrique des pays de la CEDEAO, ne parlons même pas de l’eau potable qui est devenu une denrée rarissime et vous comprendrez sans qu’on ne vous fasse un dessin que la CEDEAO est une immense plaisanterie.

    Observez simplement les pays qui la compose et qui sont aujourd’hui en érection comme un grabataire devant une vierge et qui parlent d’aller faire la guerre au fond du désert dans le nord du mali. Le Nigeria englué dans ses propres problèmes et surtout sa secte Boko Haram dont les liens avec Al-Qaïda, sont plus qu’évidentes.

    Cette secte antichrétienne dans un pays laïque veut appliquer la sharia dans les états musulmans du nord du Nigeria. Comment un pays qui n’arrive pas à balayer devant sa propre porte peut-il aller combattre des islamistes dans un autres pays ? Le Nigeria se souvent-il que la sécession biafraise avait fait plus d’un million et demi de morts ?

    En ce qui concerne la Côte d’Ivoire, ses propres forces de l’ordre n’arrivent même pas à sécuriser sa frontière avec son voisin libérien, comment une armée mono ethnique avec des dozos, des zozos et leurs frère FRCI musulmans peuvent-ils aller combattre d’autres musulman qui prétendre combattre au nom d’Allah ?

    Observez la guerre antichrétienne des dozos et des FRCI contre les populations du sud de la Côte d’Ivoire. Vous comprendrez tout de suite que le gouvernement ivoirien est à dominance musulmane. Que les 90% des prisonniers politiques, à Odienné, Korhogo, Boundiali, Katiola et Bouna sont des chrétiens et que leurs geôliers sont des koyaga, des Malinké, des sénoufos, des Lobis ou des Tagbanas, c’est-à-dire des membres des groupes ethno religieux du nord de la Côte d’ivoire et se réclamants de l’islam.

    Observez le Sénégal avec sa propre crise de la Casamance, qui dure depuis plus de vingt ans. Quant-à l’armée malienne qui doit prendre les devant, nous savons tous qu’elle dans un état de décomposition si avancée qu’on ne peut pas compter sur elle dans son propre pays. Reste des pays zombis comme la Sierra Leone, le Liberia, Guinée Bissau, la Guinée Conakry le Niger ou le Burkina Faso. Sincèrement comment avec 3 300 hommes dans un immense désert grand comme la France et sans les équipements adéquats la CEDEAO, peut-elle prétendre reconquérir le nord du Mali ?

    De 1975, jusqu’à ce jour, la CEDEAO, n’a rien fait pour bâtir une unité d’action des peuples de la sous région. Elle a beaucoup plus contribué à entretenir la méfiance entre les pays et n’a pas avancé d’un pousse sur la voie de l’intégration des économies de la sous région aujourd’hui elle veut jouer au gendarme sans en avoir les moyens.

    Nous ne croyons pas à la CEDEAO des commis dans des bureaux climatisés à Abuja, avec des salaires et des avantages qui sont loin des préoccupations de nos peuples. Il ne faut pas croire à ce genre d’organisation qui est plus des boulets à nos pieds que des instruments de coopération et de promotion économique.

    Pour nous rassurer

    Nous ne sommes plus en 1960, les africains veulent aujourd’hui voir clair dans leur destin et dans ce que les dirigeants politiques leur proposent. Nous ne sommes plus prêt à avaler du n’importe quoi venant des gens dont la gestion ont conduit toute la sous région à la faillite morale, politique, économique et social de peuples qui ne demandaient rien d’autre qu’à vivre dignement chez eux.

    – Pour reconquérir et pacifier le nord du Mali, il faut une volonté politique affirmée de la par de tous les pays ayant une frontière commune avec la république du Mali actuelle. Ce n’est pas le cas aujourd’hui nous sommes même persuader que la CEDEAO, aura du mal à trouver les 3 300 hommes qu’elle prétend réunir pour cette opération.

    – Selon nous pour envahir et prendre en tenailles cette région désertique grande comme la France, il faut 30 000 hommes. Souvenez vous que le débarquement en Normandie dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, avait nécessité près de 200 000 hommes dès le premier jour du débarquement. Que la coalition de la guerre du golf avait mobilisé plus de 900 000 hommes.

    – N’oublions pas Qu’il a fallu 27 ans de guerre à l’armée régulière angolaise pour venir à bout du Dr Jonas Malheiro Savimbi, et la rébellion de l’UNITA. Ne mentionnons même pas la présence des conseillers militaires soviétiques et un contingent cubains aux côtés des troupes angolaises. Ceux qui pensent que la guerre dans le désert malien sera une promenade de santé se trompent de lieu et d’époque.

    – Une guerre se gagne par une préparation minutieuse. Si nous prenons simplement l’harmonisation des munitions comment approvisionner ceux qui utilisent des fusils chinois, ceux qui utilisent du matériel russe et ceux qui ont du matériel français ?

    – Il faut installer dans les pays frontaliers des postes médicaux avancés proche du théâtre des opérations c’est-à-dire des hôpitaux d’urgences pour soigner les blessés. Des véhicules de transport de troupes, des chars de combats, des missiles, des roquettes et du matériel d’artillerie ainsi qu’une aviation capable d’appuyer l’avancée des troupes au sol.

    – A cela il faut ajouter le ravitaillement en eau des troupes, le premier ennemi de l’homme dans le désert c’est le manque d’eau. Qui va fournir les rations alimentaires pour une année et surtout le ravitaillement en carburant de tous les véhicules militaires et civils qui seront sur le front? Comment certains pays qui ont de la peine à payer les salaires de leurs fonctionnaires et les bourses des étudiants peuvent-ils prétendre faire face à des dépenses aussi énormes ?

    – nous savons tous que certains pays ont même du mal à payer leurs contributions financières à la vie de la CEDEAO, comment supporteront-ils le poids financier d’une guerre dans un désert hostile ?

    – Comment réagira l’opinion africaine quand les maures et les touaregs d’Aqmi du MNLA et Ançar Eddine captureront des soldats Nigérian, Togolais ou sénégalais. Nous faisons ici le pari que certains pays se retireront sur la pointe des pieds en laissant le Mali seul avec sa rébellion. Souvenons-nous de la débâcle d’Air Afrique pour ne plus croire aux bonnes intentions de la CEDEAO.

    – L’Afrique est le lieu de rendez vous des inconséquences. Nos échecs sont sous nos yeux. Air Afrique, OMVS, CEAO, union économique et monétaire, conseil de l’entente, Est Africa Airways. Il a même fallut que ce soit la chine qui construise à titre de don le siège de l’union africaine à Addis-Abeba.

    – Si après ce chapelet d’échecs on vient nous dire de croire à une opération d’une telle envergure quand on a lamentablement échoué dans des choses plus faciles. Il faut être fou pour y croire. La CEDEAO au Liberia dans sa force ECOMOG à laissé le souvenir de vols et de pillages à grand échelle. Comment lui faire confiance cette fois ?

    – Pourquoi n’a-t-on pas favorisé un dialogue inter maliens dès le début ? les causes de la rébellion disparaitront-elle après cette guerre ? nous avons le droit de nous poser toutes ces questions, habitués que nous sommes aux gesticulations, aux discours et aux paroles de bonnes intentions qui très souvent n’engagent même pas ceux qui les prononcent.

    – Nous sommes de ceux qui refusent d’avaler les élucubrations des bonimenteurs qui nous gouvernent. Nous pouvons le dire haut et fort sur la place publique pour qu’ils sachent que nous avons rompu définitivement avec l’amnésie collective, la torpeur et la fatalité dans lesquelles ils veulent nous confiner.

    Postulat de conclusion

    Lorsque dans une coalition militaire pour reconquérir un territoire, celui qui parle au nom de la coalition est un homme venant d’un pays où il n’y a plus d’armée. Un pays sans police ni gendarmerie et si l’ensemble de ces pays comptent sur d’autre pays pour financer cette opération dont-ils savent pertinemment qu’elle est au-dessus de leurs forces.

    Il faut s’en inquiété et refuser l’optimisme qu’on nous propose car cette guerre ne servira pas à l’Afrique elle profitera plus aux marchands d’armes. Des prospections pétrolières ont prouvé il y a quelques années, qu’il y a des indices prometteurs de gisements pétrolifères dans cette région. Pourquoi personne ne le dit pas clairement ?

    Au Mali même l’opinion est divisée entre ceux qui pensent que l’envoie des troupes étrangères est une mauvaises chose et ceux qui soutiennent le contraire. La Mauritanie et l’Algérie ne sont pas pour l’intervention militaire. D’autre part la récupération de l’AZAWAD, par le Mali, apportera telle la paix dans cette région ?

    Quel sera le sort des populations déplacées et surtout des réfugiés après cette guerre ? a-t-on pensé à la situation humanitaire des personnes qui fuiront le champ des opérations vers les pays voisins que nous savons tous démunis ? N’allons nous pas vers un embrasement de la sous région Ouest africaine à cause d’une intervention militaire, mal préparée et dont les conséquences sont aujourd’hui sous-évaluée ?

    En tout cas, nous constatons que les rebelles du MNLA et Ançar Eddine, ont l’avantage du terrain. Ils ont des armes lourdes en grandes quantités, ils ont une mobilité naturelle dans le désert et bénéficie de la solidarité de certains pays voisins. D’autre part la solidarité ethno religieuse est un avantage pour eux dans cette région désertique.

    Ils évolueront par colonnes légères pour éviter une confrontation directe, semer la terreur dans le camp de la coalition pour mieux l’affaiblir et faire durer le conflit le plus longtemps possible. C’est par l’usure qu’ils comptent s’imposer. Car cette fois ci, ils tiennent le bon bout. Taoudenni, Kidal, Tombouctou, Gao, Ménaka et Tessalit sont sous leur contrôle.

    On n’affaiblit pas aussi facilement une rébellion qui contrôle un territoire grand comme la France. Nous doutons de la capacité de la CEDEAO, de mener à bien une guerre d’usure contre les hommes bleus du désert sur leur propre terrain. Nous exprimerons toujours ce doute jusqu’à ce que les partisans de l’intervention militaire nous démontrent qu’ils ont la force et la capacité de réaliser un tel projet. Paul Valery, résume mieux encore notre propos quand il disait que : <>

    Telle notre lecture de la situation au nord du Mali au moment où la CEDEAO, s’embarque dans une aventure militaire sans préparation pour étaler à la face du monde, son inconséquence dans une vaste plaisanterie.

    Dr Serge-Nicolas NZI
    Chercheur en communication
    Tel. 004179.246.53.53
    Lugano (suisse)
    Mail. nicolasnzi@bluewin.ch

    • N’oublions pas Qu’il a fallu 27 ans de guerre à l’armée régulière angolaise pour venir à bout du Dr Jonas Malheiro Savimbi, et la rébellion de l’UNITA.

      La rébellion et le camp présidentiel étaient financés par la France, des 2 côtés, comme pendant la guerre Iran-Irak. La première base de la rébellion angolaise était en Côte d’Ivoire, chez le dictateur Félix Houphouët-Boigny, sous la demande de la france.

      Ce n’est qu’en 2000, après son élection, que le président Gbagbo a fermé le bureau de l’Unita à Abidjan. Il a aussi mis fin aux fonds que l’état français versait à l’Unita, en passant la côte d’Ivoire de Félix Houphouët-Boigny.

  8. BIEN JOUE LA FRANCE

    ILS ONT QU A SE DEBROUILLER TOUT SEUL
    ILS SONT 52 PAYS AFRICAINS APRES TOUT

  9. AH AH AH CA VOUS APPRENDRA A COMPTER SUR LES OCCIDENTAUX BANDES DE NEGRES NAIFS.

  10. AH AH AH CA VOUS APPRENDRA A COMPTER SUR LES OCCIDENTAUX BANDES DE NEGRES NAIFS.

    • va te faire phoutre hors d’afrique sale arabe retourne en arabie avec ton dieu allah de merde et son prophète violeur :mrgreen: 😆 😈 😈 😈 😈 😈 😈 😈 😈 😈 😈 😈 😈 😆 :mrgreen:

  11. C .est juste de la communication pour proteger la vie des hotages.. On verra la suite apres le declenchement des hostilites 😉 😉

  12. a na connaisance la france n,a jamais gagner une guerre seul pour quoi faire confiance a des fuyards qui ne sont pas mieux que nos feneants de kati….la liberation du mali peut se faire sans la france et l,algerie..la france a capitule face a l,allemangne defaite en indochine defaite face a l,algerie qui dit mieux….la france on s,en tape car c,est la france qui etait le soutien principale du mnla…

  13. La France, notre amie… dit qu’elle ne participera pas… 😀 😀 😀 … elle participera quand même…….. 😀 😀 😀

    • peut etre Brou ,des fois que l’armée malienne se sentent de nouveau l’ame à des replis stratégiques 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

      • Si ça ne tenait qu’aux journalistes, ils demanderont même si ce n’est pas Hollande qui ne piloterait pas les avions de combat !!! 😆 😆 😆 Comment on peut détailler tout un plan de guerre avec tous les moyens qui y seront disponibles dans les journaux ?????? Ils sont graves les journalistes 😀 😀 😀

        • la vérité est que les journalistes n’en savent rien…
          Et même si la france y participe, tu n’en saurait rien…

          La france a tué des miliers de jeune ivoiriens pendant le coup d’état français contre le président français… ça c’était plus important à leurs yeux que libérer un pays comme le mali des terroristes du zazaouad et des islamistes…

        • et puis cette attaque aura commencé plusieurs jours avant que les non initiés ne le sachent…

          alors calmez-vous, les journalistes maliens où les blancs disent toujours des conneries…

Comments are closed.