Mali: la France “soutiendra toutes les initiatives” africaines, promet François Hollande

1

NEW YORK (Sipa) — La France “soutiendra toutes les initiatives” des pays africains pour permettre au Mali de retrouver son intĂ©gritĂ© territoriale, a promis mardi François Hollande devant l’AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale des Nations unies.

François Hollande a tenu son premier discours Ă  la tribune de l’AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale des Nations unies, mardi 25 septembre Ă  New York.

“La France soutiendra toutes les initiatives permettant que les Africains eux-mĂȘmes rĂšglent cette question dans le cadre de la lĂ©galitĂ© internationale”, a-t-il affirmĂ©, alors qu’une intervention militaire se dessine dans le pays. “Oui, il faut que le Mali retrouve son intĂ©gritĂ© territoriale et que le terrorisme soit Ă©cartĂ© de cette zone du Sahel”, a-t-il ajoutĂ©.

Le soutien de la France sera “politique”, “logistique” et “matĂ©riel”, “mais c’est aux Africains de mener l’intervention et la reconquĂȘte du nord” du pays, a prĂ©cisĂ© François Hollande un peu plus tard, lors d’une confĂ©rence de presse.

Sous l’impulsion de la CEDEAO (CommunautĂ© Ă©conomique des Etat d’Afrique de l’Ouest), un projet de rĂ©solution qui devra ĂȘtre examinĂ© ultĂ©rieurement par l’ONU est en cours d’Ă©laboration, afin de permettre Ă  une force militaire internationale de se dĂ©ployer dans le nord du Mali. Des rebelles touaregs chassĂ©s par la suite par des groupes islamistes se sont emparĂ©s de cette rĂ©gion Ă  la faveur du coup d’Etat de mars qui a dĂ©stabilisĂ© le pays.

AP-sc/pyr
(Sipa / 26.09.2012 00h18)


Syrie, Iran, Mali : Hollande dĂ©nonce l’inertie de l’ONU

Lors de son discours Ă  l’AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale des Nations unies, le PrĂ©sident de la RĂ©publique française a exhortĂ© Ă  une action « urgente » en Syrie et au Sahel.

BaptĂȘme de feu pour François Hollande qui prononçait aujourd’hui son premier discours de prĂ©sident Ă  l’AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale des Nations unies. « La premiĂšre des urgences s’appelle la Syrie ». « Nous avons le devoir d’agir, d’agir ensemble et d’agir vite, car il y a urgence », a-t-il martelĂ©, appelant l’ONU Ă  « protĂ©ger les zones libĂ©rĂ©es » dans le pays et renouvelant solennellement devant ses pairs son engagement Ă  « reconnaĂźtre le gouvernement provisoire, reprĂ©sentatif de la nouvelle Syrie libre, lorsqu’il sera formé ».

« Combien de temps faudra-t-il encore attendre pour que l’ONU rĂ©agisse? »

« Sans attendre, je demande que les Nations unies accordent dĂšs maintenant au peuple syrien tout le soutien qu’il nous demande et protĂšgent les zones libĂ©rĂ©es, en assurant une aide humanitaire pour les rĂ©fugiĂ©s », a-t-il enchaĂźnĂ© sans plus de dĂ©tails sur la nature de cette opĂ©ration. Le rĂ©gime syrien de Bachar al-Assad « n’a pas d’avenir parmi nous », a Ă©galement soulignĂ© M. Hollande. « Combien de temps faudra-t-il encore attendre pour que l’ONU rĂ©agisse? » s’est-il interrogĂ©. « Combien de morts faudra-t-il attendre, comment admettre plus longtemps la paralysie de l’ONU ? »

Concernant le Mali, M. Hollande a jugĂ© la situation au nord de ce pays « insupportable, inadmissible, inacceptable ». « Il n’y a pas de temps Ă  perdre (…) il faut que le Mali retrouve l’intĂ©gritĂ© de son territoire et que le terrorisme soit Ă©cartĂ© de cette zone du Sahel », a dĂ©clarĂ© le chef de l’Etat français. Et il s’est engagĂ© Ă  soutenir une rĂ©solution du Conseil de sĂ©curitĂ© « pour permettre au Mali de retrouver son intĂ©gritĂ© territoriale », et a assurĂ© que la France soutiendrait les initiatives prises par les Africains. Le Mali a officiellement saisi le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’ONU d’une demande d’intervention militaire internationale pour reconquĂ©rir le nord du pays occupĂ© par des groupes islamistes.

Le Mali au coeur des débats

ArrivĂ© lundi dans la soirĂ©e Ă  New York, François Hollande a eu un dĂźner de travail avec le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’Onu, Ban Ki-moon, et doit poursuivre toute une sĂ©rie d’entretiens bilatĂ©raux et participer mercredi Ă  une confĂ©rence consacrĂ©e Ă  la situation au Sahel oĂč il pourrait s’exprimer davantage sur le dossier.

Si la diplomatie française espĂšre obtenir des avancĂ©es Ă  New York pour permettre rapidement une intervention au Mali, Paris n’a, en revanche, guĂšre d’espoir d’isoler le rĂ©gime syrien qui bĂ©nĂ©ficie toujours du soutien de la Chine et de la Russie, deux membres du Conseil de sĂ©curitĂ©. Depuis la mi-mars 2011, le soulĂšvement contre le prĂ©sident Bachar al Assad a fait plus de 27.000 morts, selon un bilan Ă©tabli par l’opposition syrienne. Plus de 250.000 Syriens ont fui le pays vers la Turquie, la Jordanie, le Liban et l’Irak voisins.

Le discours de François Hollande a Ă©galement Ă©pinglĂ© l’Iran et appelĂ© Ă  nouvelles sanctions pour amener le pays Ă  revoir son programme nuclĂ©aire « avant qu’il ne soit trop tard ».

La grand-messe diplomatique que constitue l’assemblĂ©e gĂ©nĂ©rale aura aussi Ă©tĂ© l’occasion pour François Hollande de renouveler son appel Ă  gĂ©nĂ©raliser une taxe sur les transactions financiĂšres pour financer l’aide au dĂ©veloppement et la lutte contre les flĂ©aux sanitaires.

Il a aussi innovĂ© par rapport Ă  ses prĂ©dĂ©cesseurs en plaidant pour la dĂ©pĂ©nalisation de l’homosexualité au niveau mondial, une prioritĂ© rare pour un chef d’Etat français Ă  l’AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale de l’Onu.

Un peu plus tĂŽt, le prĂ©sident des Etats-Unis,Barack Obama, avait prononcĂ© un discours axĂ© essentiellement sur le film islamophobe, la Syrie et l’Iran.

Par Les Echos.fr | 25/09 | 20:18

 

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.