Mali: Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés a demandé vendredi 35,6 millions de dollars pour aider 85.000 personnes ayant fui les combats qui ont lieu depuis mi-janvier au Mali

0
2

GENEVE, 24 fév 2012 – Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a demandé vendredi 35,6 millions de dollars (26,5 millions d’euros) pour aider 85.000 personnes ayant fui les combats qui ont lieu depuis mi-janvier au Mali. “Cet appel vise à couvrir, jusqu’en juillet 2012, les besoins de 85.000 personnes déracinées” par les violences au Mali, indique le HCR dans un communiqué. “Les fonds seront utilisés par le HCR pour fournir une aide d’urgence aux déplacés au Mali et dans les pays voisins”, précise l’organisation onusienne. Selon l’ONU, quelque 130.000 réfugiés et déplacés ont fui les combats qui ont lieu depuis mi-janvier entre l’armée malienne et la rébellion touareg dans le nord du Mali. La majorité d’entre elles sont des Touaregs issus des zones rurales mais il y a aussi des Songhais, des Moor et des Peuls, selon le HCR. La plupart sont hébergés dans des villages frontaliers “éloignés” et qui sont affectés par la crise alimentaire, la sécheresse et l’insécurité générale dans la région du Sahel. “Les réfugiés ont un besoin désespéré de logements convenables”, souligne le HCR. Ils ont également besoin de nourriture, d’eau, d’articles ménagers de base, de moustiquaires, de couvertures, ainsi que de services de santé et d’éducation. Jusqu’à présent, le HCR a fourni des tentes et autres articles de secours essentiels à 22.000 personnes au Niger, Burkina Faso et Mauritanie. En Mauritanie, le HCR a en outre acheté de la nourriture pour 20.000 personnes et commencé à déménager des réfugiés vers le camp de Mbera, un ancien site, alors que la région connaît un afflux continu de population. Au Niger et au Burkina Faso, des sites ont été identifiés pour reloger, dès que possible, les réfugiés loin de la frontière. Le Mali est confronté depuis le 17 janvier à des attaques de rebelles touareg contre plusieurs localités et positions de l’armée dans sa partie nord. Ces assauts sont menés par des hommes du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) et d’autres rebelles, dont des hommes lourdement armés rentrés de Libye où ils avaient combattu pour le régime de Mouammar Kadhafi.

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.