Mali : Tiéman Coulibaly L’opération contre les islamistes au Mali doit « aller jusqu’au bout

15

L’étau se resserre sur les groupes islamistes, qui se sont repliés au nord de Kidal avec les septs otages français. D eux chefs islamistes ont été capturés par les rebelles touaregs près de la frontière algérienne.

——————————

17h26 : L’opération contre les islamistes au Mali doit « aller jusqu’au bout » – Le ministre malien des Affaires étrangères Tiéman Coulibaly a plaidé pour que l’opération militaire au Mali aille « jusqu’au bout » afin de « détruire les réseaux terroristes », tout en se montrant dubitatif sur le déploiement de Casques bleus souhaité par Paris et Washington. « Il faut mener cette opération jusqu’au bout et détruire les réseaux terroristes qui sont au Mali », a déclaré Tiéman Coulibaly. « L’Etat malien souhaite que la France aille au bout de sa mission qui est d’aider à la restauration de l’intégrité territoriale du Mali ». « Il faut aller au bout », a-t-il insisté à plusieurs reprises. « C’est ce que nous attendons de la France et c’est ce que la France a décidé de faire ». Selon le ministre malien, après les grandes villes de Gao et Tombouctou, la ville de Kidal n’est « pas loin d’être libérée ». « Il y a eu des opérations aériennes dont les objectifs principaux étaient la destruction des dépôts logistiques, d’un certain nombre d’infrastructures des groupes terroristes. Il s’agit en réalité de préparer le terrain à l’avancée de la Misma (force interafricaine autorisée par l’ONU) et des troupes maliennes au sol », a-t-il dit.

——————————

AFP

15h31 : Opération de libération des otages en préparation. La Misma (la Mission Internationale de Soutien au Mali) confirme, au micro de BFMTV , qu’une opération franco-africaine visant à libérer les otages serait en cours de préparation. « Nous y travaillons, nous y travaillons, a indiqué le général Shehu Abdul Kadir, commandant en chef de la Misma. « Je ne veux pas vous révéler la teneur de nos plans. On garde ça pour nous, pour l’instant. Les autorités compétentes vous préviendront. » Selon des experts, les forces spéciales (FS) françaises se redéploient dans le massif des Ifoghas (nord-est du Mali), pour y traquer les groupes islamistes armés qui détiennent probablement sept otages français. « Des petits commandos du 13e régiment de dragons parachutistes (RDP) nomadisent dans la région pour discrètement tâter le terrain où l’on pense qu’il y a des caches d’armes ou des pick-up », dit Pierre Servent, colonel de réserve et spécialiste des questions militaires. « Cette capacité à nomadiser en laissant une très petite empreinte au sol pendant des jours est dans l’ADN des forces spéciales avec l’expérience acquise dans la région de Spin Boldak en Afghanistan », assure-t-il. Six hommes sont larguées d’un Transall à 4.000 mètres pour dériver dans le plus grand silence sur plusieurs km sous une voile spéciale avant de se poser dans la zone. Dans leur sac de 60 kilos, surnommé le « menhir », se trouvent vivres, fusil de précision, appareil photo-caméra, ordinateur, antenne satellitaire: de quoi tenir plusieurs jours en autonomie totale, dans un trou, pour renseigner en temps réel. Dans le massif des Ifoghas, les FS devraient également prendre contact avec des groupes armés touareg pour tenter de faire alliance pour traquer les groupes d’Aqmi, relève Pascal Le Pautremat.

——————————

15h28 : La bataille de la reconstruction pour le Mali – Trois semaines après l’intervention française au Mali, les soldats français et maliens ont repris Gao, Tombouctou, Kidal. Il faut maintenir restaurer l’Etat, reconstruire l’économie. Une autre bataille. Entretien avec Didier Billion, directeur-adjoint de l’Iris.

——————————

Joe Biden et François Hollande - DR

15h22 : Rencontre entre François Hollande et Joe Biden –François Hollande a exprimé sa « gratitude » aux Etats-Unis pour leur « soutien » à l’intervention de l’armée française au Mali, lors d’une déclaration conjointe avec le vice-président américain Joe Biden à l’Elysée. « Je veux ici exprimer devant le vice-président ma gratitude », a déclaré le président de la République, au côté de M. Biden. « Sur le Mali, j’ai apprécié le soutien dès la décision que j’ai prise de l’intervention de la France au nom de la communauté internationale. Soutien des Etats-Unis, soutien politique, soutien matériel, soutien aussi logistique, soutien dans le cadre de la conférence des donateurs », a énuméré le chef de l’Etat. Joe Biden a, pour sa part, rendu hommage au « courage » et à la « compétence impressionnante » des soldats français et a félicité la France pour son « action décisive » au Mali. « Au nom du président américain et au nom du peuple américain, nous vous félicitons pour votre action décisive (au Mali) et je dois aussi louer la compétence impressionnante des forces militaires françaises (…) Vous avez des forces armées très courageuses et très compétentes », a déclaré le vice-président américain. Paris et Washington sont convenus de la nécessité de mettre en place « aussi rapidement que possible » au Mali une force de maintien de la paix placée sous l’autorité de l’ONU, a également déclaré le vice-président américain. « Nous sommes tombés d’accord sur le fait que la force africaine au Mali soit aussi rapidement que possible placée sous l’autorité de l’ONU », a dit Joe Biden. C’est « une opération qui devra devenir une opération de maintien de la paix », venait de dire à son côté François Hollande. Pour plus d’info lire : Joe Biden apporte son soutien fort et massif à l’action militaire française au Mali

—————————–

14h54: Paris et Washington sont convenus lundi de la nécessité de mettre en place aussi rapidement que possible au Mali une force de maintien de la paix placée sous l’autorité de l’Onu, a déclaré le vice-président américain Joe Biden au côté du président François Hollande.

Nous sommes tombés d’accord sur le fait que la force africaine au Mali soit aussi rapidement que possible placée sous l’autorité de l’Onu, a dit Joe Biden. C’est une opération qui devra devenir une opération de maintien de la paix, venait de dire à ses côtés François Hollande.

——————————

AFP

14h35 : Opération de libération des otages en préparation. La Misma (la Mission Internationale de Soutien au Mali) confirme, selon BFMTV, qu’une opération franco-africaine visant à libérer les otages serait en cours de préparation. Selon des experts, les forces spéciales (FS) françaises se redéploient dans le massif des Ifoghas (nord-est du Mali), pour y traquer les groupes islamistes armés qui détiennent probablement sept otages français. « Des petits commandos du 13e régiment de dragons parachutistes (RDP) nomadisent dans la région pour discrètement tâter le terrain où l’on pense qu’il y a des caches d’armes ou des pick-up », dit Pierre Servent, colonel de réserve et spécialiste des questions militaires. « Cette capacité à nomadiser en laissant une très petite empreinte au sol pendant des jours est dans l’ADN des forces spéciales avec l’expérience acquise dans la région de Spin Boldak en Afghanistan », assure-t-il. Six hommes sont larguées d’un Transall à 4.000 mètres pour dériver dans le plus grand silence sur plusieurs km sous une voile spéciale avant de se poser dans la zone. Dans leur sac de 60 kilos, surnommé le « menhir », se trouvent vivres, fusil de précision, appareil photo-caméra, ordinateur, antenne satellitaire: de quoi tenir plusieurs jours en autonomie totale, dans un trou, pour renseigner en temps réel. Dans le massif des Ifoghas, les FS devraient également prendre contact avec des groupes armés touareg pour tenter de faire alliance pour traquer les groupes d’Aqmi, relève Pascal Le Pautremat.

——————————

14h18 : Les rebelles touaregs disent détenir deux chefs islamistes -Les rebelles touaregs du nord du Mali ont dit lundi avoir capturé deux chefs islamistes qui fuyaient les bombardements de l’aviation française près de la frontière algérienne. Mohamed Moussa Ag Mohamed, membre du groupe Ansar Dine, était responsable de l’application de la charia, la loi islamique, à Tombouctou jusqu’à ce que la ville sainte soit reprise par les forces maliennes et françaises. L’autre captif, Oumeini Ould Baba Akhmed, serait responsable de l’enlèvement d’un otage français revendiqué par le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao). « Nous avons poursuivi un convoi islamiste près de la frontière et avons arrêté deux hommes avant-hier (samedi, NDLR) », a déclaré Ibrahim Ag Assaleh, un porte-parole du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), le mouvement indépendantiste touareg un temps allié aux islamistes. « Ils ont été interrogés et envoyés à Kidal », a-t-il ajouté à Ouagadougou, au Burkina Faso.

——————————

Soldat français - AFP12h39 : La traque aux jihadistes se poursuit. L’armée française et des militaires de l’armée tchadienne poursuivent lundi dans le massif des Ifoghas, au nord de Kidal, tout près de la frontière algérienne, leur traque aux groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda qui s’y sont repliés après leur fuite des grandes villes du nord Mali. C’est dans cette immense zone de montagnes et de grottes, berceau des Touareg, qu’une bonne partie des chefs et des combattants des groupes islamistes armés se sont réfugiés.

Les arrestations de Mohamed Moussa Ag Mouhamed, considéré comme le numéro trois d’Ansar Dine et d’Oumeïni Ould Baba Akhmed, un haut responsable du Mujao, le mouvement jihadiste de la région de Gao, ont été revendiquées par le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA). Kidal a longtemps été le bastion d’Ansar Dine, mais avant même l’arrivée de troupes françaises, elle était passée sous le contrôle du Mouvement islamique de l’Azawad (MIA, dissidence d’Ansar Dine s’affirmant « modérée ») et du MNLA. Ces deux groupes ont affirmé soutenir l’arrivée des soldats français à Kidal, mais refusent la présence de militaires maliens et ouest-africains, notamment par crainte d’exactions contre les membres des communautés arabe et touareg de la ville, parfois assimilés aux groupes islamistes armés.

——————————

12h22 : L’armée algérienne renforce sa présence à la frontière malienne.L’Algérie, qui partage près de 1.400 km de frontières avec le Mali, a renforcé la présence de son armée à la frontière avec le Mali, fermée depuis le 14 janvier, afin d’éviter les incursions des islamistes armés venus du nord, a déclaré lundi à l’AFP un député de Tamanrasset, ville frontalière avec ce pays en guerre. « L’armée est déployée depuis un moment à la frontière mais des renforts ont été envoyés depuis le début de la guerre (au Mali). Il s’agit d’éviter l’infiltration de groupes terroristes », a indiqué Mohamed Baba Ali. « Sans ces renforts, il y aurait eu des incursions de terroristes venus du nord Mali », a-t-il ajouté.


——————————

10h49 : La France va reprendre son aide au Mali, gelée depuis le coup d’Etat militaire du 22 mars 2012, a annoncé le ministre chargé du Développement Pascal Canfin. « L’aide publique au développement (APD) va reprendre progressivement à partir du moment où la conditionnalité, c’est-à-dire une feuille de route qui va mener idéalement à des élections en juillet, a été levée », a déclaré à l’AFP le ministre français. « L’APD va reprendre dans un cadre européen », a-t-il insisté. « Dans un premier temps, il s’agit de reprendre les 150 millions d’euros qui avaient été gelés après le coup d’Etat » qui a renversé le président Amadou Toumani Touré, a-t-il dit, soulignant que l’UE a également décidé de reprendre son aide pour un montant déjà annoncé de 500 millions d’euros. « Cette reprise de l’aide sera progressive, adossée à la feuille de route. Les décaissements, en crédits humanitaires et de développement, se feront en fonction des progrès de la feuille de route », a-t-il insisté.

——————————

10h25 : Sommet islamique en Egypte –Les dirigeants de l’Organisation de coopération islamique (OCI) se réunissent mercredi au Caire pour un sommet qui devrait être dominé par le Mali et la Syrie. Une réunion ministérielle préparatoire s’ouvre lundi dans la capitale égyptienne où sont attendus les chefs d’Etat ou de gouvernement de quelque 26 des 57 membres de l’OCI. Même si les pays membres ont réagi en rangs dispersés à l’intervention militaire française au Mali et à la crise syrienne, le sommet du Caire sera l’occasion de « coordonner les positions et de soutenir la souveraineté et l’intégrité territoriale des Etats », a déclaré le secrétaire général de l’OCI, Ekmeleddin Ihsanoglu. « Personnellement, je m’inquiète beaucoup de la vague de violence et de l’extrémisme religieux dans des pays islamiques, confrontés à des problèmes économiques et à la corruption politique. Comme c’est le cas au Mali », a ajouté M. Ihsanoglu, qui doit quitter l’OCI fin 2013 après deux mandats de 8 ans.

——————————

AFP

9h12 : Le retrait français de Tombouctou « peut venir très vite » – Un retrait militaire français de Tombouctou au Mali « peut venir très vite », a affirmé le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, sans dire si les troupes à nouveau disponibles pourraient participer à une offensive terrestre dans le nord du pays. Interrogé sur France Inter pour savoir si les frappes aériennes de ce week-end dans la région de Kidal visaient à affaiblir l’adversaire avant une attaque au sol, Laurent Fabius a répondu: « Il s’agit de détruire leurs bases arrières, leurs dépôts ». Le ministre n’a pas répondu à la question d’une éventuelle offensive terrestre. « Dans les villes que nous tenons, nous souhaitons être rapidement relayés par les forces africaines de la Misma », la force interafricaine autorisée par l’ONU, a-t-il ajouté.

——————————

——————————

08h53 : Menace terroriste croissante en Afrique du Nord –Selon l’analyse de trois responsables du renseignement américain, rapportée par l’agence Bloomberg, les groupes islamistes en Afrique du Nord constituent une menace croissante pour des intérêts occidentaux dans la région. Ces groupes bénéficient d’un équipement mutualisé et, plus inquiétant jugent les responsables, du renfort de jihadistes venus d’Europe et d’ailleurs, capables de circuler à l’étranger grâce à leur passeport. Ces jihadistes « externes » viendraient d’une dizaine de pays. Autre élément alarmant : les Etats-Unis disposent pour l’heure d’un faible réseau de renseignement dans la région, et les pays du Sahel concernés sont en la matière très peu actifs. Seule l’Algérie dispose de forces anti-terroristes compétentes, notent les responsables, mais le pays limite ses efforts pour protéger ses frontières et son territoire. La crainte principale est l’instauration d’une zone sanctuaire islamiste dans la région. L’intervention française, si elle parvient à « nettoyer » la zone située au nord de Kidal, pourrait permettre de déstabiliser l’organisation des groupes armés.

——————————

AFP

06h52 : Arrestation de Mohamed Moussa Ag Mouhamed confirmée –Les opérations se poursuivent dans la région de Kidal, où l’armée française a mené des frappes aériennes intenses ce week-end. C’est autour de Kidal, dans le massif des Ifoghas, que seraient détenus les sept otages français au Sahel, selon Paris. C’est aussi dans cette vaste zone de montagnes et de grottes autour de Kidal que, selon des experts et des sources de sécurité régionales, une bonne partie des chefs et des combattants des groupes islamistes se sont réfugiés. Parmi eux, se trouveraient l’Algérien Abou Zeïd, un des émirs les plus radicaux d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et Iyad Ag Ghaly, chef d’Ansar Dine (Défenseurs de l’islam), un ex-rebelle touareg malien des années 1990, originaire de Kidal qui connaît parfaitement la région. L’un d’entre eux, Mohamed Moussa Ag Mouhamed, présenté comme le numéro trois d’Ansar Dine, a été arrêté dimanche dans cette région. « Mohamed Moussa Ag Mouhamed a été arrêté par un groupe armé. Il est conduit vers Kidal », a annoncé une source de sécurité malienne jointe depuis Gao (nord-est). L’information a été confirmée par un fonctionnaire au gouvernorat de Kidal, Abdoulaye Touré. « C’était l’idéologue d’Ansar Dine à Tombouctou (nord-ouest), la tête pensante de l’organisation là-bas. Il a été arrêté à In Hallil, près de la frontière algérienne par un groupe arme allié. Il est en route pour Kidal », a précisé Abdoulaye Touré, sans plus de détails.

——————————

——————————

Par Les Echos | 04/02 | 07:00 |

PARTAGER

15 COMMENTAIRES

  1. J’ai regardé hier soir Coulibaly à la télé sur BFM . Le voyant pour la première fois ,il m’a fait bonne impression et semble etre quelqu’un d’intelligent 💡 ……..que faisait il avant d’etre ministre ??

  2. Je suis pour la paix dans mon pays mais pas une paix maintenu par l´ONU… De grace laisser la France et les quelques africains engagés faire le boulot, d´ailleurs ils le font pour le moment de maniere extraordinaire.. Que les USA eloignent de nous pour le moment, car nous savons deja leur position sur cette crise.. Attendez a ce qu´´on organise des elections avant de prendre votre cooperation. Meme si les choses depasse le Mali, la diplomatie doit sßy mettre des maintenant au pres de la CEDEAO et de l´UA pour recuser cette proposition de l´ONU..C´est pour venir divisert notre pays.

    • Regardez ce qu’il s’est passé en Cote d’Ivoire… Tout comme pour Licorne, les soldats francais troqueront leurs bérets rouges contre des bérets bleus des Nations Unies et le tour est joué 😉
      Pareil pour la MISMA.
      Et puis, il s’agit surtout d’avoir la légitimité, mais surtout les financements des Nations Unies 😉 😉 😉

      En neuf mois, l’UA n’arrivait pas à rassembler 3500 hommes. Il lui fallait encore 9 mois.
      Mais avec l’intervention de la France, ils avaient l’assurance que le fric et les équipements arriveraient d’une manière ou d’une autre. Les voilà donc capables subitement de d’envoyer 8 000 hommes….

      Tout ça va drainer pas mal de fric et d’opportunités dans la région. Ils s’agit de ne pas rater le festin !!!
      Et des militaires grassement nourris pensent moins à faire des putsch…

      • MAIXENT ……….je ne sais pas si tu l’as déjà remarqué ,mais en Afrique ,les soldats de l’ONU sont toujours africains et jamais blancs ,pour eviter que ces derniers soient accusés de racisme ou de favoritisme sur un camp par rapport à un autre !!
        s’il y a beaucoup de troupes etrangères au Mali ,çà relançera le petit commerce :mrgreen:

  3. il fautêtre très, très prudent avec les prétendues forces de maintien
    de la paix de l’Onu;leur efficacité est nulle;pendantque les autorités
    s’attelent à diverses tâches,les rebelles sans aucune surveillance
    élaborent leur plan,envoyant des espions là ou il faut;et quand ils
    décident d’attaquerles positions gouvernementales les forces de l’Onu n’interviennent pas sous le faux prétexte qu’elles ne sont pas là pour
    faire la guerre;regardez ce qui s’est passé au Rwanda,et récemment encore à Goma au Congo; les forces de l’Onu étaient pourtant là.Les Maliens doivent eux-mêmes se prendre en charge; on n’est jamais mieux servi que par soi-même

  4. Mais ce soi disant fonctionnaire du gouvernorat de Kidal est fonctionnaire des rebelles d’AZAWAD ou du Mali parce qu’ il n’y a pas de fonctionnaire malien présent à Kidal à l’heure où on parle. Comment peut il confirmer une information comme ça en n’étant pas au lieu. Menteur!!!!!!!!!!!!!

  5. Partage dans l’ensemble sauf pour les milices .Aux militaires de se servir des armes et non les civils ,Sauf s’il s’agit d’un recrutement comme cela se doit .Puis,le besoin ne se pose pas compte tenu de l’intervention internationale sur le terrain pour restaurer l’integrite territoriale du Mali .

  6. Mais ce soi disant fonctionnaire du Gouvernorat de Kidal comment et où a t’il vécu cet évènement pour pouvoir en témoigner sachant bien qu’il n’y a pas de fonctionnaire Malien présent à Kidal au moment où on parle MENSONGE!!!!!!!!!

  7. Le Président nigérien dit ce qu’il pense, cela s’appelle de l’honnêteté. Mais il y a la tactique guerrière de ruse de Dioncounda avec les traîtres du MNLA. Ce qui explique la différence des déclarations de condamnation du Président nigérien à l’endroit du MNLA, et de la position apparemment nuancée du Président malien.
    1- Le MNLA, bien que composé en fait de tous les bandits issus de toutes les ethnies du Mali, est constitué essentiellement d’une infime minorité d’Ifoghas, qui sont eux-mêmes une minorité parmi les touaregs, qui sont à leur tour une infime minorité des populations du Nord Mali, qui dans leur ensemble restent une minorité au Mali.
    2- Le MNLA est le premier ennemi des touaregs en étant responsable de l’insécurité au sein de paisibles populations nomades : peur panique ayant créé toutes sortes de névroses, avortements, privations de libertés, de biens animaux et matériels, exils et assassinats, blocage de tous les programmes de développement du Nord en général et de la Région de Kidal en particulier. CAR, ENTRE AUTRES ACTES CRIMINELS AUXQUELS S’ADONNENT LE MNLA ET SES ALLIES TELS QUE LES ENLEVEMENTS, LE TRAFIC DE DROGUE ET D’ARMES…, LE SOUS-DEVELOPPEMENT DE LA REGION DE KIDAL CONSTITUE UN DES FONDS DE COMMERCE DU MNLA DE SORTE QUE FONDAMENTALEMENT, LE GROUPE CRIMINEL N’A PAS INTERET A CE QUE LA REGION DE KIDAL SE DEVELOPPE…
    3- Comme le CNDERRIERE, Le MNLA est présumé coupable de : ’’ mutinerie, atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, atteinte à la sûreté extérieure de l’Etat, destruction d’édifices, opposition à l’autorité légitime, violence et voies de fait, embarras sur la voie publique, homicide volontaire, homicide involontaire, coups et blessures volontaires, blessures involontaires, enlèvement de personnes, arrestations illégales, séquestrations de personnes, dommage volontaire à la propriété mobilière et immobilière d’autrui, incendie volontaire, pillage, extorsion et dépossession frauduleuse, vol qualifié, vol, atteinte à la liberté du travail, atteintes aux biens publics’’.
    4- Le MNLA mérite t-il l’amnistie accordée au CNDERRIERE et aux Bérets rouges. Je pense que la réponse est un non catégorique car le MNLA est un tueur en série multirécidiviste. Tous les maliens connaissent les résultats des négociations antérieures avec les groupes armés : intégration/désertion/réintégration, distribution d’argent, postes juteux, douane, etc.
    5- Pour collaboration avec la justice dans le cadre de l’arrestation de leurs anciens amis ou de la libération éventuelle d’otages qu’ils ont probablement participé à enlever, ses cadres peuvent obtenir des circonstances atténuantes. COMME POUR N’IMPORTE QUEL CRIMINEL. PAR EXEMPLE, LA CONDAMNATION A PERPETUITE AU LIEU DE LA PEINE CAPITALE. C’EST LE SEUL OBJET DE NEGOCIATION. SINON CE SERAIT LA VINDICTE POPULAIRE. Tous les responsables du MNLA savent pertinemment qu’aucun d’entre eux ne saurait fouler le sol de Tombouctou, Gao ou de Bamako. Car leur seule force militaire a de tout temps été leurs anciens alliés d’AQMI sous ses différentes formes d’ANESARDINE, MIA, MUJAO, BOKOHARAM, ANESARU.
    6- Les chefs de fraction doivent être absolument impliqués dans le renseignement (N° verts car certains disposent de téléphones satellitaires, convocations par l’Administration, rencontres lors des foires hebdomadaires, etc.), tournées de l’armée en milieu nomade afin que ces paisibles éleveurs parviennent à surmonter leur peur panique des djihadistes qui ne leur feront aucun cadeau en cas de suspicion de collaboration avec l’armée.
    7- Il faut surveiller de très près les hommes de GAMOU. Je crois que cet homme est honnête ou à tout le moins intelligent car ayant compris très tôt que les MNLA et affidés étaient condamnés à terme. Mais en voulant paraître fort de centaines de combattants, ses hommes pourraient facilement être infiltrés par les anciens du MNLA, ANESARDINE, MIA, MUJAO, BOKOHARAM, ANESARU. Et, il faudrait assez rapidement constituer des unités mixtes et envoyer le maximum de combattants issus du Nord au Sud, et vice versa, pour que les soldats du Sud s’aguerrissent dans le combat au Nord. D’ailleurs, pratiquement tous les militaires du Mali devraient être positionnés sur la ligne de front de Kayes à Kidal : il n’y a aucune raison de garder des militaires à Bamako ou à Sikasso. ET TOUTE LA GESTION DE L’ARMEE NE DEVRAIT PLUS ETRE UN SECRET DEFENSE POUR L’ASSEMBLEE NATIONALE, LE VERIFICATEUR GENERAL ET LES DIFFERENTES STRUCTURES DE CONTROLE, LES MINISTERES DES FINANCES, DU BUDGET OU DE LA JUSTICE… CE SUPPOSE SECRET DEFENSE EST A LA SOURCE DE TOUS LES RECRUTEMENTS NEPOTIQUES, DETOURNEMENTS ET MALVERSATIONS EN TOUT GENRE DANS L’ARMEE MALIENNE.
    8- Les brigades d’autodéfense bénévoles, discrètes, PERENNES, ENCADREES PAR L’ARMEE, devraient être systématiques sur toute la ligne de front. CAR LES BANDITS ARMES DU NORD REVIENNENT TOUJOURS, TOT OU TARD. Tous les nordistes le savent, du moyen âge aux périodes contemporaines, juste en changeant de forme selon la faiblesse du gouvernement en place : esclavage pur dans les temps anciens, enlèvements, chantage de l’Etat, vols, djihadisme et indépendantisme dans les temps modernes.
    9- Mais, tant que des pays tout aussi affaiblis que le Mali, nids de terroristes comme la Libye et la Tunisie, ne sont pas soutenus, les bandits armés y couveront calmement dans la chaleur du désert saharien et se multiplieront dans la fraicheur du Sahel à la première saison.
    10- Enfin, profiter de la présence des armées internationales pour relancer les gros travaux déjà financés, interrompus par les bandits armés (route Niono-Tombouctou, Barrage de Taoussa, Route Bourem-Kidal, etc.), bref développer le Nord Mali et trouver du travail pour le maximum de ces jeunes désœuvrés, terreau et proie idéale pour les terroristes du monde entier. Mais du vrai travail et non le saupoudrage et le vernissage actuel, de la peinture sur la rouille décapante à la première intempérie. Evidemment que tout cela exige beaucoup de fonds…
    11- Avec tous les marchés qu’elle rafle en Afrique et au Mali, pour quelle raison la Chine ne contribue-t-elle pas à la sécurisation du Sahel? Et les pays arabes dits musulmans bien nantis de pétrodollars préfèrent-ils plutôt financer les terroristes contre le Mali? Alors que même les pauvres maliens et la misérable UA sont entrain de mettre la main à la poche pour sécuriser le Mali…

Comments are closed.