Mali: les propos de l’amenokal indignent, sur fond d’accord de paix

5

Mohamed Ag IntallaLa médiation algérienne aux pourparlers de paix au Mali a présenté un nouveau projet d’accord aux parties, jeudi 26 février. La délégation gouvernementale a donné son aval pour le parapher. Du côté des groupes armés du nord du pays, il y a encore des réserves, alors qu’à Kidal, la société civile et les chefs s’indignent des dernières déclarations du nouvel amenokal des Ifoghas en faveur d’un Mali uni.

Dés la mi-journée, jeudi, les autorités maliennes jugeaient le nouveau projet d’accord « équilibré », après avoir échangé avec le médiateur algérien. Le ministre malien des Affaires étrangères Abdulaye Diop, qui conduit la délégation de Bamako, s’est réjoui que le document consacre l’intégrité territoriale du Mali, le caractère laïc et républicain. Le ministre a souhaité qu’un compromis se fasse rapidement autour de ce texte.

Message entendu par la plateforme des mouvements, proche de Bamako, qui a affirmé qu’elle était prête à parapher le document dès dimanche. Mais du côté de la coordination des mouvements de l’Azawad, on ne cache pas un certain embarras : ce texte a beau être le résultat d’un compromis recherché depuis des mois à Alger, il laisse un goût d’inachevé aux représentants du MNLA, du HCUA et du MAA. Le texte ne retient à aucun moment l’idée d’une autonomie ou d’une fédération, pas même une entité commune aux trois régions de Tombouctou, Gao et Kidal.

A Kidal, la déclaration de l’amenokal ne passe pas

Kidal où, précisément, souffle un vent de colère depuis que l’amenokal des Ifoghas, Mohamed ag Intalla, s’est ouvertement prononcé en faveur d’un Mali uni, sur les ondes de RFI jeudi, écartant toute idée de fédéralisme ou d’autonomie. La société civile et les chefs tribaux ont immédiatement manifesté leur désaccord. Les doyens n’ont pas manqué d’aller dire à l’amenokal ce qu’ils pensaient.

Moussa ag Sidalamine, le fils d’un chef de tribu, reproche à Mohamed ag Intalla de ne pas incarner les aspirations du peuple de l’Azawad : « Nous, nous voulons l’autonomie. Nous pensons que sans autonomie, la paix ne peut pas régner dans ce qu’on appelle l’Azawad. » …………Lire la suite sur rfi.fr

 

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. que l’azaoua(cuvette)ou(azaouag) ou azaouad ioullimiden se convertisse en parti politiqie et mene une lutte democratique pour le developpement du mali dont il est une partie integrante.
    .

  2. Nous aspirons qu’a un accord de paix definitf, pas de facades. Il ne y avoir que des contents mais aussi des mecontents si minims soient ils ne peuvent pas et pourrons jamais diviser le Maliba. Cas meme Nous les respectons car c’est la moindre des choses. :mrgreen: 😉 .

  3. UN POEME : KIDAL PARLE AU MALI
    (Kidal si triste parle enfin au Mali mais pour qui ?)
    « Plongée dans la nuit noire, nuit noire, aussi noire comme l’obscurité de la tombe,
    Ma tombe qu’ils veulent m’y enfoncer par leurs cœurs de méchants et d’opportunistes,
    Grelottant si lourdement, pas par ce froid aigri mais, mais par leur volonté malsaine,
    Leur volonté si bien animée par cette haine sans fondement contre toi
    Pour les rendre si aveugle par le fait de leur orgueil exacerbé, irrationnel
    Je suis ta Kidal, ta région si lointaine aujourd’hui de ta chaleur maternelle,
    Ta fille de moi Kidal qui te pleure, qui te pleure ma chère mère, mon Mali !

    Je suis Kidal, ta région du fonds de ce désert, ce désert chaotique qui te réclame,
    Qui te réclame tes camions remplis de vivre et de tes enfants du Sud
    Sans lesquels, je ne saurai exister ou tenir jusqu’à cette date qu’ils ont voulu,
    Qu’ils ont voulu me jeter dans cette nuit noire pour que je te réclame aujourd’hui
    Haut et fort puisque me voyant vider de mes fils, tes fils,
    Ces dignes fils de toi, tout comme moi, qui ne savent où aller ou que faire
    Puisque ne sachant comment se défaire d’eux puisque armés contre eux.

    Je suis ta Kidal, l’orpheline abandonnée dans ce désert brulant par ce soleil révolté
    Qui vagit comme cet enfant affamé, assoiffé, aux lèvres sèches, les yeux hagards
    Devant les seins flasques, sans lait de sa mère mourante sur ce désert !
    Kidal, je le suis ! Kidal, je le serai de toi, chère mère « Maliba »,
    Toi qui as toujours su me dompter, toi qui m’a tant nourri de tes seins si doux !
    Je suis ta ville de Kidal qui veut tes enfants travailleurs pour moi
    Pour que je vive encore sous le rythme de mon takamba et du tinden non aigris.

    Je ne suis pas cette Kidal de la haine pour la couleur de la peau
    Sinon, je n’allais pas être ce mélange salué par la Culture Universelle
    Où j’ai des Coulibaly, des Keita, des Soumahoro….. issus de mon brassage !
    Je ne suis pas cette Kidal du contre Dieu, l’Unique, l’Absolu
    Pour s’anéantir avec ces bombes, tuant de surcroit ces innocents qui n’ont rien fait
    Au nom de l’extrémisme jamais dictée par le Prophète, le Dernier paraclet de Lui Dieu,
    Non, je ne suis pas ces Kidal chantées par eux pour leurs buts personnels malsains.

    Je suis cette Kidal de Toi, mon Mali Unique et envié du Monde entier par ce cousinage inégalé,
    Ce Mali du Peulhs sur le dos du bwa, du sonrhaï sur la tète du dogon,
    Du bellah ami du touareg, du senoufou esclave du Minianka, du, du ……..
    Hum ! Du coulibaly et ses Keïta, du Maiga et ses Touré, du Diarra et ses Traoré,
    Du Monékata et ses Diabaté, du Diallo et ses Fané et Ballo et vis-versa, du, du……
    Oui, Je suis cette Kidal de tes biennales où le brassage m’a permis
    La connexion aux autres, les autres à moi où l’on ne parlait que toi, Mali !

    Ils ont dit ! Oui, ils ont dit : « Azawad ! Azawad ! Azawad ! » Hum !
    Que sera moi, si je suis Azawad et que Sikasso n’était pas kénédougou,
    Si Ségou n’était balanzan, Si Kayes n’était pas kasso,
    Si, si, si ce Mali n’était pas unique et indivisible devant le Monde entier,
    Ce Monde entier qui me rie, moi Kidal et non toi, Mali
    Puisque sachant que je ne serai rien sans toi Mali, toi ce Mali des grands empires
    Pour que je dise aujourd’hui à qui veut l’attendre : je ne te quitterai jamais, toi Maliba, ma mère »
    ADAMA SIDIBE « Je veux ce Mali »

  4. RFI = Radio France Intallah

    “…Le texte ne retient à aucun moment l’idée d’une autonomie ou d’une fédération, pas même une entité commune aux trois régions de Tombouctou, Gao et Kidal…”

    Cela sous-entend qu’ils programment déjà une nouvelle rébellion dans un futur proche.

    Ceux qui pensent que ces gens là veulent vraiment développer leur région, se mettent le doigt dans l’œil.

    On vous avait prévenu qu’un bandit reste égal à lui-même.

Comments are closed.