Mali et Sahel. Après quatre ans d’intervention militaire française et de multiples otages français. Quels objectifs ? Quel bilan ?

6

Toujours aucune nouvelle ni revendication au début de ce 4ème jour depuis l’enlèvement de la française Sophie Pétronin au Mali, à Gao : cette zone du Nord Mali parcourue depuis les années 2010 par une multitude de groupes jihadistes, notamment AQMI, Al Qaeda au Maghreb Islamique.

La France était sans otage au Sahel depuis un an et l’événement interroge sa stratégie, fondée sur le dispositif militaire Barkhane, mis en place depuis 2 ans et demi : 4000 hommes déployés sur pas moins de cinq pays du Sahel.

Les ambitions politiques étaient grandes : sauver l’intégrité territoriale du Mali, pacifier le Nord et y restaurer l’autorité de l’Etat malien…

Or malgré un accord de paix signé en 2015, rien n’est réglé, ni le partage du pouvoir, ni le développement, surtout pas la sécurité. Pire encore, la dégradation de la situation régionale est continue et rapide, les attaques se multiplient au Nord Maliet sur ses frontières (Burkina, Côte d’Ivoire), ces derniers mois surtout.

Cet enlèvement pourrait être un message, c’est aussi un handicap diplomatique avant le 27ème sommet franco-africain à Bamako en janvier.

Que peut encore la France pour la paix au Mali ?

Intervenants

Par franceculture.fr

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Le jour où les Français prendrons leurs bagages pour rentrer en France, le terrorisme s’embrasera sans nul doute et sans équivoque en France et en Europe tout de suite. Je reste certain que la France ne prendra pas de telle décision non constructive pour la France et toute l’Europe. Donc ce n’est pas de gaité de cœur que la France et l’Europ sont présentes au Mali et dans les pays du Sahel pour lutter contre ce fléau dont l’origine est connue, il s’agit du chômage et le sous-emploi des jeunes de cette partie de l’Afrique.

  2. Bilan. Ha le bilan cote malien la situation est plus caotique qu’avant l intervention de la france. Cote français mission accomplie deux bases militaires du mali a leurs disposition, un acvord arraché au maliens fameux accord de cooperation militaire imposée, plusieurs contrats y compris le fichier d’etat civil de l ensemble des maliens via carte Nina et passeport, une plus d une region sous leurs occupation en partage avec leurs partenaires tchadiens sans aucune présence de l armée malienne depuis 2013, sans aucun compte a rendre aux maliens, une gestion plus que coloniale. Partition du pays déguisée avec la minusma et leurs allés touareg.oui c est ca la réalité actuelle

  3. “La presence franchement de la France est un mal necessaire” .. 😡

    MR, TU RÉALISES VRAIMENT CE QUE TU DIS? ? ? 😡 😡 😡

    • Les ambitions politiques étaient grandes : sauver l’intégrité territoriale du Mali, pacifier le Nord et y restaurer l’autorité de l’Etat malien…

  4. De 1961 à 1991, l’Érythrée a fait face à une longue guerre d’indépendance contre l’Éthiopie, qui s’est achevée par un référendum et une séparation pacifique en 1993. Après l’indépendance, les deux voisins étaient en désaccord sur les questions monétaires et commerciales et chacun revendiquait plusieurs régions frontalières dont Badme, Tsorona-Zalambessa et Bure. Toutefois, tant que les deux gouvernements sont restés de proches alliés, ils ont convenu de mettre en place une commission chargée de surveiller leur frontière commune et lieux contestés.
    C’est une telle situation qu’il faut refuser au Mali .
    En effet pour dire que cette situation ds les regions nord du mali n’est pas une chose profitable pour personne .
    La presence franchement de la France est un mal necessaire .Ces responsabilites de puissance coloniale , aussi c’est pour sauvegarder les interets de la france.Voila pourquoi ces bandits s’attaquent a eux .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here