Mali : un groupe lié à l’EI revendique l’attaque contre des militaires français

Un convoi de la force Barkhane a été attaqué jeudi dans l'est du Mali. Trois soldats français ont été blessés dans l'attentat, dont un grièvement.

2
Un soldat de l'opération française Barkhane dans le nord du Mali, le 19 mai 2017 (photo d'illustration) © REUTERS/Christophe Petit Tesson/Pool
Un soldat de l'opération française Barkhane dans le nord du Mali, le 19 mai 2017 (photo d'illustration) © REUTERS/Christophe Petit Tesson/Pool

L’organisation djihadiste d’Adnan Abou Walid al-Sahraoui, qui a prêté allégeance à l’État islamique (EI), a revendiqué vendredi 12 janvier une série d’attaques dans le Sahel, notamment contre des militaires français et américains, dans un communiqué relayé par l’agence privée mauritanienne ANI (Agence Nouakchott Information). Le groupe proclame ainsi sa « responsabilité dans l’attaque contre un commando américain en octobre au Niger, dans la région de Tongo Tongo », ainsi que dans celle qui a frappé jeudi 11 janvier la force française Barkhane au Mali, selon le communiqué cité par l’ANI.

L’état-major des armées à Paris a déclaré vendredi qu’un convoi blindé français avait été attaqué par un kamikaze la veille dans l’est du pays. Au total, trois soldats français de la force Barkhane ont été blessés, dont un grièvement, a précisé l’état-major. Le convoi circulait entre Ménaka et Indelimane lorsque l’attaque a eu lieu. Un attentat survenu le 11 janvier donc, date anniversaire du déclenchement de l’opération Serval, le 11 janvier 2013. « Un véhicule s’est approché du convoi et s’est fait exploser à proximité d’un VAB (véhicule de l’avant blindé) », a précisé à l’AFP le colonel Patrick Steiger, porte-parole de l’état-major.

Le blessé grave a été évacué vers la France et admis dans un hôpital militaire de la région parisienne, les deux autres ont été soignés sur place, a-t-il précisé. La précédente attaque de ce type contre l’armée française remonte au 17 janvier 2017, à Gao (centre du Mali), a ajouté l’officier. Selon un décompte de l’AFP, 18 militaires ont été tués au Mali depuis l’opération Serval en 2013, à laquelle a succédé Barkhane, étendue à cinq pays du Sahel, en août 2014.

La date de cette attaque coïncide avec le cinquième anniversaire du lancement de l’opération française Serval pour chasser les groupes djihadistes liés à Al-Qaïda qui contrôlaient alors le nord du Mali, relayée depuis août 2014 par Barkhane, au rayon d’action couvrant cinq pays de l’ensemble sahélo-saharien. Le groupe, actif dans la « zone des trois frontières », aux confins du Mali, du Burkina Faso et du Niger, revendique également sans précisions des opérations menées en 2017 dans ces trois pays, selon l’ANI, connue pour recevoir et diffuser régulièrement des communiqués de djihadistes du Sahel.

Adnan Abou Walid al-Sahraoui avait fait allégeance à l’EI en mai 2015, mais ce n’est qu’en octobre 2016 que le groupe dirigé par l’Irakien Abou Baqr al-Baghdadi en avait officiellement pris acte, via son agence de propagande Amaq. Bien que, depuis 2013, les groupes djihadistes aient été dispersés et en grande partie chassés du nord du Mali, des zones entières du pays échappent au contrôle des forces maliennes, françaises et de l’ONU (Minusma), régulièrement visées par des attaques, malgré la signature en mai-juin 2015 d’un accord de paix censé isoler définitivement les djihadistes. Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et au sud du Mali et le phénomène gagne les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. A la suite d’un article précédent intitulé ” Cinq après, la France est toujours présente au Mali et mal-aimée ” :
    COMBATS IDEOLOGIQUES a posé cette question,
    ” … Comment est ce que le Mali a assuré sa sécurité sous Modibo et sous Moussa?? … ” … /// …
    :
    Pour moi, ces deux périodes là…, c’était l’époque de ” la Guerre Froide ” entre les pays développés occidentaux dits capitalistes, et le bloc soviétiques dits démocraties populaires. En plus de ces deux camps opposées, il y a un troisième Courant de pensée dit des ” Non Alignés ” dont faisait partie le MALI, l’ALGERIE, l’INDE, l’ancienne YOUGOSLAVIE et d’autres pays dit du Tiers monde. La position des non alignés, consistait à ne pas être l’otage d’un camp contre l’autre. Mais tout en se réclamant de démocratie socialiste. Donc la solidarité qu’il y avait entre les non alignés, a préservé le MALI de Modibo et de Moussa de conflit armé séparatistes ( ? ), même si déjà à l’époque le problème couvait…
    La dislocation du bloc soviétique et de la YOUGOSLAVIE a altéré le reflexe solidaire entre le MALI et l’ALGERI ( ? ).
    L’ALGERIE ayant, elle même à gérer un phénomène nouveau sur la scène politique qu’était l’islamisme de combat… Et le MALI qui redécouvre une rébellion séparatiste…
    Chacun ayant ces propres problèmes à gérer à partir des années 1990 à nos jours… On a l’impression qu’il n’y a plus cette solidarité qui existait à l’époque de la guerre froide entre l’EST, l’OUEST et les Non ALIGNES…
    Les Présidents Alpha, ATT et IBK étaient plus préoccupés de questions de démocratie que de questions sécuritaires générées par la rébellion séparatiste avec dans son sillage l’islamisme de combat et le terrorisme… ?
    Donc, je ne dirais pas que du temps de Modibo et de Moussa, il était plus facile d’assurer la sécurité du MALI en raison de la solidarité des non alignés. Mais, de nos jours cette solidarité n’existant plus, le MALI a besoin de solidarité nouvelle… Principalement de la FRANCE, des pays Africains, de l’Union Européenne et des Nations-Unies…, pour faire face aux séparatistes qui s’étaient alliés à des islamismes de combats et à des terroristes difficiles à gérer par un pays seul…

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here