Mali: une délégation de la CMA reçue par la Minusma à Bamako

12
Mali: une délégation de la CMA reçue par la Minusma à Bamako
Sidi Brahim Ould Sidati, au moment de signer l’accord de paix inter-malien au nom de la CMA, le 20 juin à Bamako. Accord dont les termes, estime-t-il, ne sont pas respectés aujourd’hui.
REUTERS/Stringer

Pour la première fois depuis la récente prise de contrôle de la localité de Anéfis par les groupes armés progouvernementaux, une délégation de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) a été reçue au siège de la Mission de l’ONU à Bamako. Si les rebelles de la CMA sont intransigeants sur la question du départ de la localité d’Anéfis des groupes armés progouvernementaux, ils ne ferment pas catégoriquement les portes du dialogue.

Au cours de la rencontre, le représentant de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) a commencé par affirmer que le fil du dialogue n’était pas rompu. « Tant qu’il n’y a pas eu de nouveaux accords, un dialogue est toujours possible », souligne Sidi Brahim Ould Sidati.

Mais très rapidement il est revenu sur la situation actuelle sur le terrain, avec la prise de contrôle d’une localité du nord par des groupes armés progouvernementaux. « Nous avons un accord qu’on a signé, il faut respecter les termes de l’accord », insiste Sidi Brahim Ould Sidati. Il estime qu’il faut que ces groupes armés quittent la localité de Anéfis et que les arrangements sécuritaires acceptés par tous dans une autre localité, celle de Ménaka, soient respectés..…..lire la suite sur rfi.fr

PARTAGER

12 COMMENTAIRES

  1. Rien ne doit nous obliger à renoncé à cette paix qui est notre seul porte de sortie. Si on affirme que le Mali est important à nos yeux, on doit se donner le courage de ce supporter afin de vivre plus longtemps ensemble. La CMA où les milices ne doivent pas être des dangers pour notre paix.
    Que le Mali soit plus importante que toutes autres choses à nos yeux…

  2. Le gouvernement et la CMA doivent prendre acte de responsabilité pour que la paix pusse être une réalité. Le Mali est assez souffert, on ne veut plus retourner en arrière, le président et son gouvernement et même du côté rebelle ont fait tous leurs possibles pour que la stabilité du pays soit ; des rencontres ont été faites, des accords ont été signé, ceux-ci doivent être des leçons de morale pour les cœurs pusse se calmé de tout autre hostilités.
    Que dieu sauve le Mali.

  3. Des sont prises pour que la paix puce être une garantie, La mission internationale d’évaluation des besoins de développement travaille depuis deux mois et ses résultats feront l’objet d’une table ronde internationale à Paris le 22 octobre à l’effet de trouver des financements pour engager ces chantiers.
    Au niveau interne, le Gouvernement a mis en place une instance de coordination et de soutien à la mise en œuvre des actions de l’accord, notamment sur les plans institutionnels et de gouvernance. Il faut également savoir que la collaboration sur le terrain sécuritaire à travers des missions de patrouilles se met en place doucement. Par conséquent, on peut mieux faire mais on n’est pas statique.
    On doit juste garder patience pour que la paix pusse retrouvé son chemin.

  4. La paix est un choix, on a choisie d’évoluer envers le sens d’une paix. Le pays est meurtri, le plus important est de répondre à nos responsabilités. Responsabilité qui doit nous pousser à respecter la paix et la réconciliation qui a été signé par des résultats de nos propres analyses. Le pays mérite plus que des conflits insensé.

  5. On garde soutien derrière nos forces de l’ordre, L’armée malienne est capable de nous défendre contre toute autre force. La guerre n’est jamais la solution pour un pays, mais lorsque des fils du pays se révoltant, signant un accord et fiant leurs responsabilités. Ce groupe mérite un châtiment de la part de cette autorité.

  6. L’accord signer s’il est mis en application est une bonne base pour arriver à une paix au Mali. Mais il est nécessaire de comprendre que Tout le monde n’a pas intérêt à la paix, notamment les terroristes et les trafiquants de drogue qui feront tout pour que l’accord ne puisse pas être correctement appliqué et que les Maliens ne se réconcilient pas car cela signifierait la fin de leur quiétude et de leurs activités illicites et destructrices pour notre pays et le Sahel. L’accord ne sera jamais en danger si les Maliens se donnent la main pour faire halte à ces vendeurs de morts.
    Les forces maliennes se disent de défendre la nation, pour ce fait il est normal qu’ils interdisent tout actes illicite dans leurs zones de défense.

  7. Aucun accord n’est parfait mais cet accord, je l’ai dit plusieurs fois, constitue une très bonne base pour faire la paix, traiter des questions de fond qui ont entraîné des difficultés au nord de notre pays, restructurer notre appareil sécuritaire et créer ainsi les fondements d’un Etat de nouveau en mesure de faire face à ses obligations.

    Si on l’applique dans la lettre mais surtout dans l’esprit, avec bonne foi, il y a de bonnes chances que le Mali retrouve de nouveau de bons espoirs vers demain. Pour cela, sachant que la paix et la réconciliation soit les seuls que le pays a actuellement besoin, on doit coute que coute renoncé à certaines position de grandeur et pensée à un avenir meilleur.

  8. Le sentier de la réconciliation est long, il y’a tous sur cette route qui nous impose de revivre ensemble. On doit être capable de mieux se comprendre que l’intervention de n’importe quelle autre intervention externe.
    Lorsqu’il y a la paix il ne doit plus y avoir des conflits, si la CMA à déjà accepter l’accord, la CMA doit céder à l’armée malienne la prise en charge de cette zone, on n’est pas ouvert à des guerres.
    On vient de signer l’accord on n’en a même pas bénéficié.

  9. La MINUSMA à intérêt de faire beaucoup attention pour qu’elle ne soit pas indexée en tend celle qui rend difficile la mise en place complète de suivi des accords où de certaine autre accusation. Elle doit comprendre qu’elle ne doit prendre la défense de qui que ça soit dans cette affaire.
    La minusma est au Mali pour une stabilité du territoire,
    Elle ne doit traiter un fait sur le territoire du Mali sans passé par le gouvernement légitime.

  10. Le respect est très important dans toutes choses, des accords ont été signé, elles doivent juste être respecté. La signature des accords n’ont pas été l’objet d’une force soumise à aucune des deux parties, ça été belle et bien le choix de tous un chacun. Juste quelques temps après si on assiste à des choses pareils ont doit bien se poser des questions si la CMA est sérieuse pour la paix ?
    Nous sommes dans un pays démocratique.
    Il faut que la CMA sache ce qu’elle veut…

  11. LE dialogue quel dialogue encore ❓ vous avez signé le 20 juin 2015 il faut que vous désarmer et de quitter à KIDAL comme le GATIA a été faire à MENAKA c’est tout ..

Comments are closed.